MARAIS POITEVIN : les vœux pieux du maire de Coulon

Publié le Mis à jour le

Quand il parle de vœux, le maire de Coulon sait de quoi il parle : « les dossiers phares de notre mandature peinent à se concrétiser ». La municipalité a, bien sûr, enregistré quelques réalisations en 2017, notamment, à l’attention des enfants. Mais, dans l’ensemble, les projets restent au stade de vœux.

Ouverte à tout le monde, samedi 13 janvier 2018, la cérémonie des « vœux du maire » de Coulon, Michel Simon, entendait « faire la synthèse de l’année écoulée et évoquer l’avenir ».

« Force est de constater que malgré le temps qui passe et les difficultés budgétaires que nous rencontrons depuis maintenant deux ans, en raison de la baisse considérable des dotations de l’État, et les engagements de certains partenaires, nous avons réussi à mener à terme un certain nombre de projets », a déclaré d’entrée M. Simon. Il a d’abord cité les nouvelles billetteries pour les embarcadères professionnels qui « ont fait parler et suscité bien des réactions de par leur conception à la fois futuriste et cependant rappelant toutefois les éléments traditionnels spécifiques de notre marais. » Nous aimerions qu’il nous explique où il a puisé ces « éléments traditionnels ». Le maire a ajouté : « l’effet de surprise passé et après une saison d’utilisation, je crois pouvoir dire qu’elles ont fini par être acceptées tant par la population que par les touristes, et les professionnels, lesquels reconnaissent bénéficier d’un outil de travail très agréable. Aujourd’hui, elles font référence et sont présentées comme un exemple d’intégration moderne et originale dans un environnement spécifique et contraignant comme peut l’être le site classé du Marais Poitevin. » A ce sujet, les Coulonnais qui font fi de la méthode Coué sont résignés à attendre une prochaine équipe municipale qui serait plus respectueuse des traditions, de l’environnement maraîchin et de l’humain.

Les « dossiers phares » de la commune sont : la reprise de l’immeuble Elise-Lucas, la création d’une maison de retraite, l’extension d’un lotissement et la réalisation d’une salle des fêtes.

L’immeuble Elise-Lucas, précédemment occupé par la Maison Familiale Rurale du Marais, devait accueillir un centre d’hébergement géré par l’organisme GPA 79-16. Même s’il est « toujours d’actualité, le montage du dossier prend du temps, pour eux aussi la pêche aux subventions est difficile, mais les nouvelles sont bonnes », assure le maire.

La maison de retraite, appelée résidence de service seniors, est « un dossier compliqué et long ». « Devant le refus des propriétaires de vendre les terrains nécessaires à cette réalisation, nous avons dû engager une procédure de déclaration d’utilité publique. Nous en sommes profondément désolés », s’excuse M. Simon.

Autre déconvenue, « l’extension du lotissement communal Le Fief du Payré se heurte au problème de la station d’épuration qui est considérée par les services de l’État comme obsolète et saturée », a informé le maire qui a précisé « La CAN [Communauté d’Agglomération du Niortais], gestionnaire de  la compétence assainissement, étudie une solution alternative pour la création d’un système d’épuration par lagunage. » Pour ce faire, il faut du terrain aux alentours.

M. Simon a terminé par ce qu’il appelle « l’arlésienne coulonnaise », à savoir une nouvelle salle des fêtes. « En 2017, ce projet a pris des proportions d’envergure avec l’idée de la création d’un pôle touristique et culturel du Marais Poitevin qui pourrait regrouper la Maison du Marais Poitevin, l’Office de tourisme, une boutique, une salle pour l’accueil de séminaires et événements culturels. » Portée par le Parc Naturel Régional du Marais Poitevin, qui a un besoin urgent de salles fonctionnelles dans la pointe orientale du Marais mouillé, cette réalisation est le seul projet coulonnais qui peut voir le jour rapidement.

Ces « dossiers phares » représentent de lourds investissements pour la municipalité, bien qu’ils soient tous portés par des structures extérieures. Pour l’immeuble Elise-Lucas, la commune doit acheter des terrains cédés ensuite, avec l’immeuble, quasi gracieusement à GPA 79-16. Pour la résidence de service seniors, ce dossier s’enlise dans des procédures dont l’issue pourrait être une forte ardoise pour les finances municipales sous forme de remboursement des sommes engagées par le porteur du projet. Ici on ne voit pas bien l’intérêt pour la municipalité de s’accrocher à cette maison de retraite, synonyme de havre de paix, dans ce secteur extrêmement perturbé par la forte agitation touristique et festive. Il faut souligner que la parcelle convoitée touche la Sèvre Niortaise. De ce fait, à force de tracasser le propriétaire, celui-ci pourrait fermer le chemin qu’empruntent (illégalement sans le savoir) des milliers de piétons et cyclistes. Dans le respect de la règle ancestrale qui assure le libre passage aux seuls « gens du marais », à savoir les agents d’entretien du lit et des berges du fleuve, les pêcheurs et les. . . haleurs. Quant au lotissement Le Fief du Payré, on ne devrait pas construire dans ce secteur humide.

M. Michel Simon a éludé des sujets sensibles comme la santé des budgets communaux, le problème d’affaissement et de semi-fermeture du pont d’Irleau et le changement de préposé au poste de police municipale. En outre, il a félicité les agents des services techniques qui ont « vécu une année très difficile en raison de l’absence prolongée de plusieurs agents », en leur souhaitant de « retrouver rapidement une équipe au complet pour un travail plus serein et plus concordant ». Cette équipe doit impérativement s’étoffer. C’est possible. Par exemple, supprimer le poste de police municipale au profit du recrutement, d’au moins, deux agents à des postes techniques dits-productifs. Les élus en seraient certainement remerciés.

Par ailleurs, M. Simon a reproché aux habitants de ne pas aider à l’entretien des rues. Il a tenu à « rappeler à chacun d’entre nous que l’entretien des trottoirs incombe aux riverains ». Ce qui est inexact. En vérité, il incombe aux riverains de garantir, si possible, la sécurité des usagers des trottoirs et rives de chaussée au droit de leur adresse : enlever des amoncellements de feuilles mortes ; dégager la glace et la neige ; tailler les haies . . .

Enfin, le maire de Coulon a noté « la modification de la physionomie commerciale de [son] village avec la fermeture du garage Renault et du transfert vers la Zone d’activité commerciale de Magné d’un certain nombre de services : La Poste , l’office notarial et le cabinet d’assurance. » « Contrairement à ce que certains peuvent penser le commerce et l’artisanat à Coulon est toujours dynamique et la commune toujours aussi attractive », estime-t-il.

M. Michel Simon, maire de Coulon, en a tiré cet enseignement : « Il ne s’agit pas d’une perte d’identité de la commune, mais simplement d’une mise à profit d’une particularité et des richesses de chaque collectivité. » Monsieur le psychologue et pharmacien français Émile Coué de la Châtaigneraie (1857 – 1926) n’avait sûrement pas pensé à cette méthode : l’autosuggestion coulonnaise ?!?!

Gilles PETIT

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s