MARAIS POITEVIN : une journée balades et sport pour les migrants du CAO de Frontenay-Rohan-Rohan (79)

Publié le Mis à jour le

« Un étranger est un ami qu’on n’a pas encore rencontré » (Proverbe irlandais), tel est le credo de l’ASAF (Accueil Solidarité Accompagnement Frontenay-Rohan-Rohan). Cette association a organisé une journée des migrants, samedi 3 novembre 2018 à La-Garette. Des balades en barque et en calèche dans la Venise Verte, suivies, en spectateurs, d’un match de football de Ligue 2 à Niort.

 « L’histoire du Marais se rappellera que ce 3 novembre 2018, à La-Garette, il n’y avait ni Français, ni Soudanais, ni Afghans, ni Maliens, ni Somaliens, ni Érythréens, ni Guinéens, ni Pakistanais, mais seulement des hommes et des femmes qui sont solidaires et unis », a déclaré M. Rabah Laïchour, maire de la commune de Sansais-La Garette (Deux-Sèvres), devant un parterre composé de 39 jeunes migrants, sur les 50 actuellement hébergés au Centre d’Accueil et d’Orientation (CAO) de Frontenay-Rohan-Rohan, et de nombreux sympathisants et adhérents à l’ASAF.

« Faire découvrir notre territoire, nos modes de vie, nos paysages, nos faune et flore, nos villages, nos coutumes, nos traditions, était le but de cette sortie appréciée de tous », au départ de la Maison du Cheval et de l’embarcadère Les frênes à La Garette.

Estimant que « la solidarité est d’abord une valeur », l’Asaf est créée le 11 décembre 2017, en soutien à la famille Bulica. Originaire d’Albanie et installé à Frontenay-Rohan-Rohan depuis décembre 2016, le couple Petrit et Kujtime Bulica, avec trois enfants, dont un bébé né en France (les aînés, de 8 et 10 ans, sont scolarisés) fait l’objet d’une procédure d’expulsion du territoire. En juillet dernier, les bénévoles frontenaisiens apprennent que, déboutés de leur demande de droit d’asile, la famille se retrouve assignée à résidence. Spontanément, les bénévoles se sont alors occupés de leur trouver un logement, tout en lançant une pétition (2500 signatures recueillies en 10 jours) et en organisant diverses manifestations de soutien dont des marches de la fraternité, l’occupation de la salle des fêtes locale, . . . Aujourd’hui, « la situation est apaisée, la menace d’expulsion est moins alarmante. »

En présence des élus Mme Dominique Pougnard, conseillère départementale du canton, MM. Jacques Moronval, maire de Bessines (une commune voisine) et Olivier Poireau, représentant la municipalité de Frontenay-Rohan-Rohan, M. Laïchour a dressé ce constat que nous publions dans son intégralité : « Tout le monde parle de migrants, de l’Afrique à l’Asie, en passant par le Proche-Orient, de l’Amérique du Sud et Centrale aux Amériques du Nord, du Sud vers le Nord, de l’Est vers l’Ouest. Mais derrière ce mot, se cachent des hommes, des femmes, des enfants, qui fuient les guerres, la famine, la maladie, les régimes autoritaires, à la recherche d’une vie meilleure au risque de mourir en mer. Les pays du Nord dit industrialisés, civilisés, modernes, qui ont connu les guerres, la famine, les maladies, les migrations, se rejettent la responsabilité, érigent des clôtures de barbelés, parfois des murs en béton, pour éviter l’arrivée de ces populations. Dans maintes constitutions, à commencer par la Déclaration universelle des droits de l’homme, dans toutes les religions, il est dit et écrit que nous naissons tous égaux et que nous devons partager et être solidaires avec nos semblables. Ces hommes, ces femmes, ces enfants, comme nous, ont passé neuf mois dans le ventre de leur maman, rien ne nous différencie d’eux. Et si nous regardions tous ensemble la face positive de cette tragédie. Cette face positive, c’est cette jeunesse, ces sourires, cette solidarité qui est née entre eux, malgré leurs différences culturelles, linguistiques, ethniques, géographiques. Leur point commun, c’est qu’ils sont tous migrants et ont parcouru des milliers de kilomètres pour arriver dans cette terre de Frontenay-Rohan-Rohan où l’association AUDACIA* les accompagne, grâce au soutien de bénévoles. »

*AUDACIA est une association qui siège à Poitiers (86). Au sein de son pôle d’activités migrants, elle met ses compétences dans les domaines social, administratif, juridique et de la santé au service des demandeurs d’asile et des personnes en demande de titre de séjour dans le but de leur assurer une insertion sociale et une intégration dans la cité. L’accès à l’hébergement est un préalable nécessaire à l’autonomie. La prise en charge vise à assurer l’accès aux droits fondamentaux des personnes accueillies : droits relatifs au séjour, aux soins, à l’éducation, à la culture et à l’emploi.

Gilles PETIT

Quatre barques et une calèche bien chargée ont transporté une soixantaine de personnes en balade découverte dans la Venise Verte. Avant le pique-nique à la Maison du cheval, puis direction le stade René-Gaillard à Niort pour assister au match de football en Ligue 2 Niort-Le Havre.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s