ENVIRONNEMENT : L’analyse de la gestion de l’eau par M. Laurent Denise

Publié le Mis à jour le

Suite aux dernières crues relevées en Deux-Sèvres, M. Laurent DENISE, de Celles-sur-Belle (Deux-Sèvres) analyse la situation. Texte que nous publions intégralement.

« Dans les Deux Sèvres (département de la députée et présidente de #GénérationEcologie Delphine Batho. . . ), nous en sommes à la quatrième période d’inondations et on manquera d’eau l’été prochain. . . au niveau de Niort à la Tiffardière, depuis le 18 octobre 2019, la Sèvre a déjà évacué 500 millions de m3 d’eau douce vers la mer alors que le bassin reçoit annuellement 900 millions de m3. . . et ce n’est pas fini !
On va atteindre les 60% de rejet en mer alors qu’il ne faudrait jamais dépasser les 30%. Combien de morts ou de millions de dégâts faudra-t-il encore attendre pour avoir un début de réaction des élus locaux et des services de l’état ?

Illustration extraite du site : blogs.mediapart.fr/laurent-denise

Les inondations sont provoquées uniquement par les ruissellements sur des sols étanches ou saturés, c’est pourquoi il est urgent de capter tous les ruissellements (ce que demande le ministre de l’agriculture . . . ) pour prévenir les inondations , éviter les pollutions et garder de l’eau pour l’été. Sinon on continuera à alterner inondations et sécheresses ce qui est fatal pour la biodiversité des sols (donc aux insectes et donc aux oiseaux, etc. . .  ), la continuité écologique des cours d’eau et notre sécurité alimentaire !

Dans un écosystème forestier (notre référence en matière de climat) 70% des précipitations sont consacrées à l’entretien du cycle (évapotranspiration) par rétention dans les sols, ce qui laisse 30% de retour en mer. Quand les retours en mer d’un bassin versant dépassent les 30%, c’est que la végétation n’aura pas assez d’eau, ce qui va entraîner un manque de pluie, un assèchement du bassin et une destruction de la biodiversité. . .  surtout avec des villes qui pompent massivement dans les nappes et rejettent l’eau en rivière au lieu de la recycler dans les sols. . .

Illustration extraite du site http://www.mediaterre.org/france/actu,20200211092626.html

Toute la régulation thermique des basses couches de l’atmosphère se fait par l’évaporation, la température augmente fortement quand les continents arrêtent de « transpirer », c’est pourquoi il n’y a pas de canicule en mer et en forêt ! Il faut végétaliser massivement (villes et campagnes) au rythme des forêts de feuillus. Contrairement aux idées reçues, la pluie ne vient pas uniquement de la mer : 70% des précipitations proviennent de l’évapotranspiration (végétation) et seulement 30% de l’évaporation en mer. . . En climatologie, on part du principe que c’est la végétation qui apporte les pluies, donc l’irrigation n’est plus un problème mais la solution, à condition d’avoir fait des réserves durant l’hiver !

La température des continents se régule toute seule à condition que le taux d’évaporation augmente proportionnellement à la chaleur ! Comme au-dessus des océans et des forêts !

Les zones tempérées de la planète sont caractérisées par la présence d’eau ou de végétation, et c’est justement quand les continents arrêtent de « transpirer » que la désertification s’installe ! Avant de perdre ses arbres le Sahara était une forêt !

La répartition des pluies dans un écosystème forestier est la suivante : 10% d’évaporation, 60% d’évapotranspiration et 30% de ruissellements (interne et externe) ! Avec des surfaces minérales, cette répartition n’est pas respectée, la chaleur est stockée dans les sols et les canicules s’installent !

Les surfaces végétales sont les seules à évacuer la chaleur, entretenir le cycle de l’eau, baisser l’albédo des sols, stocker de l’énergie solaire sous forme de biomasse, protéger et nourrir la biodiversité.

Notre référence climatique, c’est la forêt de feuillus (sur tous les continents). Plus la densité végétale de notre environnement sera importante, mieux on vivra !

Ce sont bien les activités humaines qui ont déréglé le climat mais uniquement par la dé-végétalisation des surfaces l’été (villes et campagnes) et donc le non respect des saisons !

En France, nos forêts sont vertes l’été. Il faut que nos champs soient verts au même rythme. Les cultures d’hiver ne sont pas gênantes à condition qu’elles soient suivies d’un couvert végétal vivant, l’été !

A cause des rejets en rivières, les stations d’épuration perturbent gravement le cycle de rechargement des nappes phréatiques, et en plus elles ne dépolluent pas vraiment, elles diluent les polluants qui se retrouvent inexorablement dans les bassins ostréicoles. . . »

Pour info : http://www.lcp.fr/actualites/face-au-risque-de-pollution-rampante-lassemblee-vote-la-revision-des-normes-des-boues

M. Laurent DENISE
Celles-sur-Belle (79)

Email: denise-clach@live.fr

Site Web: https://www.mediaterre.org/france/actu,20200211092626.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s