COULON : Un nouveau policier municipal est arrivé le 1er mars 2021

Publié le

De gardes champêtres à policiers municipaux, il n’y a qu’un pas que la municipalité coulonnaise a franchi. De Gilbert à Yoan, voici la petite histoire d’une Police locale.

Comme dans la majorité des communes françaises, Coulon « possédait » son garde champêtre au siècle dernier. La mémoire collective garde le souvenir de M. Gilbert Lacroix, cet agriculteur spécialiste du cubage des peupliers, qui, durant une douzaine d’années, a manié tambour et baguettes au gré des « avis à la population ».

Après de nombreuses années sans « autorité champêtre », la collectivité locale décide de relancer la fonction de garde champêtre car les gendarmes alors en poste estival à Coulon, étant repartis, ont « laissé un vide ». Ainsi, « pour aider au maintien de l’ordre public, » le 8 avril 1992, le Centre de gestion départemental de la Fonction publique des Deux-Sèvres a placé au premier rang un Coulonnais, parmi onze candidats. « Il s’agit de monsieur Bruno Decelle résidant à Glandes », a informé le maire de l’époque Pierre Rousseau, « Il sera en uniforme, assermenté et possèdera des pouvoirs qui lui permettront de verbaliser légalement. » La préfecture l’a assermenté au mois d’août 1992, mais il aura fallu attendre la mi-septembre pour découvrir le nouveau garde champêtre de Coulon. En effet, « l’uniforme officiel de police tardait à arriver. »

Vers la création d’un poste de Police municipale

M. Yoan Brehaut, le nouveau policier municipal de Coulon, a le grade de Brigadier-chef principal Photo Gilles Petit

En 1999, la municipalité est secouée par un dilemme : « Un agent technique communal vient d’être muté vers un syndicat bressuirais. » Il se trouve que ce départ a suscité un débat au sein du conseil. En effet, le maire Jacques Rousseau et ses adjoints avaient réfléchi à la situation et préconisé l’embauche d’un agent qui pourrait devenir chef d’équipe, après formation. Cependant, deux possibilités s’offraient à la municipalité. La première envisageait le remplacement de l’agent ; la seconde saisissait l’opportunité de recruter un policier municipal, engendrant l’arrêt du poste d’agent technique. « La commune dispose déjà d’un garde champêtre aux pouvoirs limités », ont estimé des élus. Il serait « difficile à trouver, il n’aurait pas grand travail durant huit mois de l’année et le poste coûterait plus cher ».

Un premier policier municipal

Le 17 décembre 2012, le maire Michel Simon annonce : « l’agent qui faisait jusqu’alors fonction de garde champêtre ayant été reclassé sur un emploi technique, il est nécessaire de réfléchir à la création d’un poste de policier municipal, emploi indispensable pour le bon fonctionnement de la commune. » Ce poste à temps complet de gardien de Police municipale, ou brigadier, voire brigadier-chef principal était à pourvoir à compter du 1er mai 2013. Cependant, il est précisé que la création de ce poste est subordonnée au départ en retraite d’un agent des services techniques, qui devait quitter ses fonctions le 1er mai 2013.

Trente-sept personnes ont fait acte de candidature, huit d’entre elles ont été sélectionnées pour un entretien qui s’est déroulé le 27 février 2013 à Saint-Maixent-l’Ecole au Centre départemental de gestion de la Fonction publique et deux candidats « très intéressants » ont été retenus. C’est un gendarme, alors en poste à la brigade de Frontenay-Rohan-Rohan (79) qui a été recruté dans le cadre d’un détachement de la Fonction publique d’État sur la Fonction publique Territoriale.

Un second policier municipal

Ce premier policier municipal de l’histoire de Coulon a donné sa démission en juin 2017. Une nouvelle offre d’emploi a été déclarée auprès du Centre de Gestion portant sur les grades de «gardien brigadier», de «brigadier» et de «brigadier-chef principal». Or, suite aux entretiens de sélection, où deux personnes ont été reçues, le choix du recrutement s’est porté sur un candidat titulaire d’un grade du cadre d’emploi « Chef de service de Police municipale ». Le Conseil Municipal du 15 novembre 2017 a accepté de créer un poste de «Chef de service de Police municipale principal de 1ère classe» (catégorie B) à temps complet. A donc été nommé le 1er mars 2018 un ancien policier municipal sur l’Île de Ré devenu policier national à la police de l’air et des frontières à Roissy – Charles-de-Gaulle.

Un troisième policier municipal

A Coulon, les policiers se succèdent rapidement, peut-on constater. Le second ne sera resté que vingt-neuf mois durant lesquels la population n’avait toujours pas compris l’intérêt d’un tel poste dans leur petite commune. Cependant, l’équipe municipale actuelle estime : « quant à son utilité, non seulement ce poste est indispensable dans une commune telle que Coulon mais l’extension du service serait souhaitable peut-être en partenariat avec les communes voisines. » Le 17 septembre 2020, la maire Anne-Sophie Guichet rappelle que « le policier municipal qui était en poste depuis le 1er mars 2018 a quitté la commune et a été nommé par mutation le 1er septembre 2020 dans une commune de Charente-Maritime. Il s’agit donc maintenant de lancer une procédure pour le recrutement d’un nouvel agent. »

Selon Mme Guichet « l’idée, c’est que cette personne arrive sur la commune au mois de mars pour être opérationnel pour la saison touristique. L’idée également est de travailler avec Magné et de mutualiser le poste. Il convient de définir les conditions, de quelle manière, sur quel plan de travail. On a aussi l’idée de prendre quelqu’un qui soit aussi moins gradé que le policier que nous avions jusqu’à présent. Pas un ASVP [Agent de Surveillance de la Voie Publique] comme évoqué en interne car il ne peut pas assurer toutes les missions de policier municipal. »  

Une nouvelle procédure pour le recrutement du troisième policier municipal a été engagée le 8 octobre 2020. La date limite de dépôt des candidatures était fixée au 20 novembre 2020 et les entretiens des candidats présélectionnés prévus le 9 décembre 2020. Le poste étant à pourvoir pour le 15 mars 2021. Sur cinq candidats présélectionnés, quatre se sont déplacés. A été retenu un agent qui était policier national au grade de brigadier-chef principal. Il occupera un poste en catégorie C à temps complet, à durée indéterminée, dans la Fonction publique territoriale. S’agissant d’un recrutement par voie de détachement, cet agent venant de la Fonction Publique d’État, devra suivre une formation initiale, mais allégée en raison de son expérience professionnelle antérieure (3 mois au lieu de 6 mois).

M. Yoan Brehaut, brigadier-chef principal

M. Yoan Brehaut, le nouveau cadre d’emploi des agents de police municipale (catégorie C) au grade de Brigadier-chef principal, occupe son poste depuis le 1er mars 2021. « Il nous vient de Chartres, il est marié avec deux enfants », a informé la maire de Coulon.

Le 1er avril 2021 (sérieusement !!!), Mme Guichet a présenté le nouveau policier au conseil municipal. M. Yoan Brehaut (photo ci-dessous) a déclaré « J’ai 35 ans. Je suis ancien policier national, principalement maître-chien. J’ai passé quinze années dans la Police nationale. J’ai fait le choix de m’orienter vers une fonction plus proche et plus à l’écoute de la population. Je découvre aujourd’hui un nouveau métier qui est bien éloigné de ce que je faisais avant. Une nouvelle région également et forcément une nouvelle commune. Il faudra être un peu indulgent avec moi. Ça fait exactement un mois, jour pour jour, que je suis arrivé dans cette commune et je ne le regrette pas du tout.

J’ai d’ailleurs hâte de parfaire toutes mes connaissances juridiques, mais aussi d’autres connaissances que je vais pouvoir développer, notamment aux niveaux communal et environnemental, et dans bien d’autres domaines que je vais découvrir. J’espère grâce à ma pédagogie et mes qualités relationnelles pouvoir développer un rapport de confiance avec l’ensemble des Coulonnais et tous les commerçants du village. Je voudrais également créer un climat de sécurité pour vous tous et pour les touristes de passage. Pour finir je voudrais vraiment remercier tout le monde, tous les employés communaux et les commerçants qui m’ont fait un accueil chaleureux. » Photo Gilles Petit

Enfin, la maire Anne-Sophie Guichet précise « Notre policier municipal fera des passages aléatoires aux heures « d’entrée et de sortie » des classes. Tout comme notre précédent policier municipal, notre nouveau policier a toutes les habilitations pour porter une arme. Il pourra donc porter son arme en fonction des événements et des situations. De même, il est équipé d’un gilet pare-balles (c’est une obligation). »

 

Gilles PETIT


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s