Communauté d’Agglomération du Niortais

BESSINES (79) : un Jean Richard en cachait un autre ! L’hommage d’une commune à son célèbre enfant.

Publié le Mis à jour le

« C’est le jour de la Saint-Parfait qu’est né Jean Richard dans le petit village de Bessines, au cœur du Marais Poitevin. Son grand-père maternel, maire du village pendant 17 ans, s’est spécialisé dans l’élevage des ânes du Poitou. Ainsi tout jeune, Jean est déjà dans le monde des animaux ! Son père Pierre reprend l’élevage et y ajoute celui de chevaux nommés « postiers bretons ». » Tels sont les premiers pas de l’artiste, acteur et directeur de cirques, Jean Richard, né le 18 avril 1921. Bessines a célébré son anniversaire, les 16 et 17 avril 2016, en proposant une riche exposition et en donnant son nom à sa toute première école.

Collection Pierre Fenouillet 3810
Jean Richard et son épouse Annick Tanguy, à la ville comme à l’écran dans les enquêtes du Commissaire Maigret. Collection Pierre Fenouillet
Collection M. Barbaud 3787

LE BERCEAU DE JEAN RICHARD Témoignage de M. Barbaud : « Mes parents étaient cultivateurs à la ferme de La Ménagerie de Ménigoute. Cette ferme appartenait à la famille Richard, dont le père de Jean Richard et son frère. Jean Richard adorait la chasse et venait souvent à la ménagerie du fait que son père était un grand chasseur et un grand fumeur ! Maman s’est retrouvée enceinte et lors d’un repas, Jean Richard lui dit : Henriette, ne cherche pas de berceau, je t’apporterai le mien ! Et c’est ainsi que j’ai été bercé dans le berceau de Jean Richard ! » Collection M. Barbaud

« Jean-François-Henri Richard a fréquenté l’école de garçons de Bessines, dixit le panneau d’accueil de l’exposition consacrée au Bessinois.

Puis lycéen au Lycée Fontanes de Niort, il est passionné par le dessin alors que sa famille le destine à devenir notaire. C’est aussi le début de sa passion pour le cirque qui l’a habité toute sa vie.

Le petit Jean était souvent emmené par sa mère et sa grand-mère voir les fêtes foraines et surtout la ménagerie. Il y rencontre les fauves pour lesquels il aura toujours une grande fascination.

Enfant unique, il partage ses jeux avec ses cousines. Il aime se déguiser et « jouer au théâtre ». Son habileté dans le dessin lui vaut d’obtenir un contrat pour plusieurs journaux qui réclament ses caricatures.

 

Toujours au lycée, il monte sur les planches pour le spectacle de fin d’année : il joue avec un grand succès le rôle de Purgon dans « Le Malade imaginaire ». A ses goûts s’ajoute celui du cinéma : Jean est un passionné du grand écran, il va voir tous les films qui passent à Niort et devient un excellent cinéphile !

Il avait 17 ans lorsque son père disparait emporté par un cancer. Ayant échoué au bac, n’ayant pas l’envie de reprendre l’élevage de chevaux, Jean doit chercher du travail. A commencer par l’usine de son oncle, mais ce travail ne lui plait guère. Il vise l’entrée à Saumur, la ville du « Cadre noir« . Pour cela, il fait ses classes à Rambouillet aux ordres d’un certain Michel Debré, lieutenant instructeur. La guerre arrive et Jean est engagé dans la cavalerie. En 1940, il est envoyé en Bavière pour le Service du Travail Obligatoire (STO).

Rentré à Paris, il épouse en premières noces Anne-Marie Lejard, avec laquelle, en 1946, il aura une fille Elisabeth, dite Babette.

Collection Pierre Fenouillet 3796Après avoir participé à plusieurs spectacles pour le théâtre aux Armées, il fonde en 1945 les Productions Richard qui deviennent le concessionnaire exclusif de tous les spectacles de théâtre ou de variétés relevant des autorités françaises en Allemagne. En 1948, il décide de présenter en Allemagne la pièce de Marcel Achard « Jean de la Lune ».

Après diverses péripéties, Jean est amené à jouer lui-même un rôle dans la pièce, ce sont ses premiers vrais débuts d’acteur. Les tournées des Productions Richard ont duré jusqu’en 1950, avec près de 460 spectacles. Son premier grand succès au cinéma « Belle mentalité » date de 1952, et Jean Renoir lui offre l’un des meilleurs rôles dans « Elena et les hommes ».

Après une tournée au Canada avec la troupe des « Burlesques de Paris », fondée pendant la guerre, Jean Richard est engagé dans un cabaret de la rive droite, « L’Amiral », où, pendant neuf ans, il joue des revues avec Darry Cowl, Roger Pierre et Jean-Marc Thibault. C’est à « L’Amiral » qu’il crée le personnage de Claudius Binoche, le « gars de Champignol », qui lui amène le succès, mais aussi une étiquette d’amuseur public qui lui a collé à la peau jusqu’à ce qu’il s’impose dans le rôle de Maigret :  « C’est la série télévisée des Maigret qui a décollé l’étiquette « Champignol », et m’a permis de m’exprimer dans un style plus conforme à ma vraie nature », précisa plus tard l’artiste.

Parallèlement au cinéma, Jean Richard se lance aussi dans le music-hall (l’Olympia où il  joue un sketch de dompteur de lion . . .), ainsi que l’opérette, notamment au Châtelet en partageant la vedette avec Georges Guétary dans la version théâtrale de « Certains l’aiment chaud », « La Polka des lampions » et enfin le théâtre « le Médecin malgré lui », « Noix de Coco », « Demeure chaste et pure ».

Dans les années 1950, Jean Richard fréquente le Tabarin, un cabaret de Pigalle, où se produit une « ravissante débutante blonde », Annick Tanguy, qui exécute un numéro de danse en forme de parodie de dressage. Jean Richard en tombe amoureux, l’entraîne dans les spectacles de L’Amiral et l’épouse en 1957. En 1958, ils auront un fils, Jean-Pierre.

Collection Pierre Fenouillet 3813Sa passion pour les animaux le pousse à  se constituer une véritable ménagerie. Celle-ci devint si imposante qu’il crée, au milieu des années cinquante, un zoo à Ermenonville dans l’Oise.  En 1963, il crée dans cette ville « La Mer de sable », le premier parc d’attraction à thème français. C’est là que seront tournées les séries télévisées sur le cirque produites par Jean Richard.

Collection Pierre Fenouillet 3820Il participe à des galas avec le cirque Medrano, puis crée en 1957, son propre cirque avec la collaboration des Gruss, et rachète le 29 janvier 1972, le cirque Pinder. Pour financer ses projets coûteux, il s’est résigné à tourner dans beaucoup de films à l’accueil souvent mitigé et dans des pièces de théâtre de qualité inégale, enfin à tourner en province avec les galas Karsenty-Herbert. Il dira être « le seul homme à nourrir des lions avec des navets« .

Photo Gilles PETIT 3838
Considéré comme LA référence de Georges Simenon, le maire des Sables d’Olonne (85), M. Didier Gallot a analysé le personnage de Maigret qu’il soit joué par Jean Gabin, Jean Richard ou Bruno Cremer. Il a souligné qu’il y a eu deux commissaires avant et après le jeudi 10 mai 1973, jour du terrible accident de voiture à Evreux dont réchappa miraculeusement Jean Richard.

Il est devenu célèbre pour avoir incarné pendant plus de 20 ans, à partir d’octobre 1967, le Commissaire Maigret à la télévision, sous la direction de Claude Barma et de Jacques Rémy, dans 92 épisodes dont 18 en noir et blanc. Sa stature imposante, son côté naturellement bourru et lent, sa démarche assurée et le fait qu’il fumait la pipe depuis longtemps lui ont sans doute permis de décrocher ce rôle. C’est le seul acteur au monde à avoir tourné l’ensemble des Maigret de Georges Simenon, le dernier ayant été diffusé sur le petit écran en juin 1990.

En 1973, alors qu’il se trouvait au sommet de sa popularité, il est victime d’un terrible accident de voiture qui le laissera six semaines dans le coma.

Les organisateurs de l’exposition-hommage à Jean Richard ont eu la bonne surprise d’accueillir un visiteur pas comme les autres : M. Daniel Lavie, régisseur du Cirque Jean Richard et le dernier Monsieur Loyal, formé par l’illustre Sergio.

Il reçoit en 1980, le Grand Prix national du cirque après avoir obtenu de l’Etat la reconnaissance du cirque comme une activité culturelle à part entière, puis il est fait chevalier de la Légion d’Honneur en 1995.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bessines avait déjà rendu hommage à  son illustre citoyen en lui donnant, de son vivant, le nom d’une rue de sa commune maraîchine. Jean Richard en éprouvera d’ailleurs une grande fierté. Aujourd’hui, à l’occasion des 95 ans de sa naissance et dans le cadre du festival « Regards noirs », les écoles ont désormais un nom : Groupe scolaire Jean-Richard.

Jean Richard est décédé le 12 décembre 2001 à Senlis dans l’Oise à l’âge de 80 ans.

Gilles PETIT

 

« Parlons gravure » avec Jean-Claude Daroux

Publié le Mis à jour le

Invité dans les locaux de la médiathèque du Lambon à Niort (79), par le Centre socioculturel et le Conseil de quartier de Souché, le graveur Jean-Claude Daroux a animé des ateliers gravure destinés aux adultes et aux enfants de 7 à 11 ans durant son exposition intitulée « Parlons gravure« . A cette occasion, Capt’Action79 a produit un documentaire vidéo dans lequel l’artiste magnésien explique la Taille Douce.

vlcsnap-2016-03-30-20h37m38s66
Durant un mois, l’artiste Jean-Claude Daroux va expliquer la Taille Douce et initier à la gravure au burin.

vlcsnap-2016-03-30-20h38m29s96Né à Niort (Deux-Sèvres) en 1942, Jean-Claude Daroux a séjourné pour raisons professionnelles en région parisienne pendant 35 années. En 1973, il fait la rencontre du peintre Sotelo, réfugié politique chilien, avec lequel il se lie d’amitié. Il prend des cours d’arts plastiques et découvre la gravure. De retour dans son Marais Poitevin natal, le tout jeune retraité ouvre son atelier de graveur « La Tailledoucerie » à Magné, petit village situé entre Niort et Coulon dans la Venise Verte. Sa source d’inspiration est en grande partie la Femme. L’artiste précise : « C’est au burin, ma technique préférée sur cuivre ou zinc, que je contourne la Femme, je la creuse, la caresse, la respecte, la donne à voir. J’essaie de faire vivre au quotidien cette réflexion de Paul Eluard (1929) : « donner à voir » revient par des mots et des images à lever les œillères sociales, morales, religieuses, qui font à l’homme un destin d’aveugle. »

 

logo_biennale60En 2015, l’association magnésienne « Les Amis du Four Pontet  » a organisé un rendez-vous bien particulier : la 4e Biennale de l’estampe. Cheville ouvrière de cette organisation, Jean-Claude Daroux, peintre et graveur local, ne boudait pas son plaisir. « La 4e Biennale a confirmé son succès, affirme l’artiste, avec la présence de 128 plasticiens et 19 nationalités représentées. Ils ont, comme des magiciens, étonné par leur technicité au service de la création. Cette Biennale, précise-t-il, s’inscrivait dans le cadre de la 3è fête nationale de l’estampe organisée par Manifestampe (Fédération nationale des graveurs) confirmant une fois encore le Four Pontet en tant que poumon culturel du centre bourg tant apprécié par les Magnésiens et tous les amoureux de l’Art. »

A cette occasion, Capt’Action79 a posé ses caméras au Centre culturel du Four Pontet à Magné. Dans la vidéo, « Si on parlait gravure . . . » (disponible sur YouTube ci-dessous), Jean-Claude Daroux nous livre une démonstration de gravure au burin dite Taille Douce.

Atelier La TAILLEDOUCERIE, 21 rue du Château 79460 Magné. Contact : jcd.tailledoucerie@gmail.com ;   internet http://www.magneculture.fr

Gilles PETIT

Tourisme en France : Quand le Parc Naturel Régional du Marais Poitevin devient un Parc Naturel d’Attractions

Publié le Mis à jour le

Ils l’ont fait ! Ils ont osé ! Les professionnels du tourisme vert en Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vendée ! Pour eux, le Parc Naturel Régional du Marais Poitevin est désormais « Mon Parc Naturel d’Attractions« . Point de manèges, chenille géante, accrobranche, stands divers, grande roue, barque fantôme . . . ni de village(s) d’irréductibles Maraîchins, le Collectif « Destination Marais Poitevin » veut attirer les touristes en rétro-littoral. Les internautes vont être surpris par le nouveau site Internet créé à cet effet. Découverte. Impression . . .

Photo Gilles PETIT 3530
La ville de Marans, unique porte maritime du Parc Naturel d’Attractions du Marais Poitevin.

45 € / jour / automobile, 65 € à 70 € / jour / cycliste. Voilà ce que dépensent en moyenne annuelle 1,410 Million de touristes qui visitent les 93 communes du Marais Poitevin. Ce ne sera pas le prix du ticket d’entrée au nouveau Parc d’Attractions, payable à l’une des quatre portes situées à Fontenay-le-Comte et Luçon en Vendée, Niort en Deux-Sèvres, La Rochelle en Charente-Maritime, et à l’entrée maritime de Marans (Charente-Maritime). Imaginez la longueur de la clôture nécessaire pour fermer un site de 197 221 hectares !!!

Sous le nom « Destination Marais Poitevin », un Collectif de promotion touristique concertée regroupe le Parc Naturel Régional du Marais Poitevin, les Agences de Développement Touristique de Charente-Maritime, des Deux-Sèvres et de Vendée, les Offices de Tourisme Aunis-Marais Poitevin, Niort-Marais Poitevin-Vallée de la Sèvre Niortaise, et Sud Vendée Tourisme. Entre autres outils et actions de promotion, il a créé une identité visuelle dont un logo et un site Internet, censés incarner L’Attractivité.

CZUVc47WQAAP4x8.jpg largeLe logo et son slogan interpellent :
LE Marais poitevin, parce que c’est un ensemble, parce qu’il n’y en a qu’un !
MON Parc naturel, parce que c’est le vôtre !
D’ATTRACTIONS (au pluriel) parce qu’il est impossible de s’y ennuyer, parce qu’il est attirant !

17 / 79 / 85 : parce que le Marais poitevin est à la fois sur les départements de Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vendée ! Dans quel pays ?     

Pourquoi le second « A » de Marais est-il tout petit derrière la jambe trop longue du « R », en plein milieu du mot ? Les deux soirées de présentations, organisées à l’Aiguillon-sur-Mer, puis à Marans et Niort, n’ont guère apporté de réponse. De facto, l’œil du surfeur associe ce graphisme aux mots parc d’attractions. Mais oui, bien sûr, le « A » glisse sur le « R », lequel forme un toboggan. Il y aurait donc des jeux dans ce parc ?!?!

Le site Internet « Destination Marais poitevin » a emprunté l’adresse http://www.parc-marais-poitevin.fr du Syndicat mixte du Parc Naturel Régional. Il est donc actuellement impossible de joindre ses services, de bénéficier de nombreuses informations utiles, et de s’imprégner de Marais poitevin.

727_004
La ville de La Rochelle, vue de satellite.

La page d’accueil propose en plein écran une photo satellite d’un paysage vert avec pour titre « Embarquement immédiat » et, en bas à droite, le logo déjà évoqué. Imaginons l’internaute lambda qui tombe sur cette page : en observant de très près, il pourra déchiffrer des noms de villes quasi fondus dans le décor ; s’il s’attarde inconsi-dérément, il reconnaitra au moins un nom connu : La Rochelle. Et là, s’il a quelques notions de géographie, il devinera qu’il a sous les yeux une vue du sol français. Un grand pas sera alors franchi car il manque les plans de situation (monde – pays).

S’il est intéressé, le candidat-touriste doit alors suivre le jeu de piste proposé par les concepteurs du site. Il promènera sa souris sur la page vers les petites « flèches + ». Dès lors, il acquerra la certitude qu’il n’y a qu’un point de départ pour faire du vélo, un seul pour faire des balades en barque, un seul pour admirer les charmes de la ville la nuit, un seul pour trouver les trésors de la nature, etc. En somme, les lieux d’implantation des différentes attractions. Un Parc à thèmes ?!?!

En cliquant sur un de ces « + », et en patientant un peu (le chargement est lourd), les choses se préciseront sous forme de fort belles images. Mais il devra toujours « travailler » pour comprendre la règle du jeu (située discrètement en bas de l’écran) et aller piocher des infos. Les vues idylliques sont toutes représentées en période estivale. Pourtant, le Marais poitevin vit au rythme des quatre saisons. Le Parc est ouvert toute l’année.

En fin, et enfin, s’il arrive à ce stade, l’internaute est « récompensé » par une ultime page qui propose les liens vers les trois offices de tourisme du Parc naturel d’attractions.

 Il y a beaucoup de « si » dans cette impression. Nous vous en offrons un dernier : s’il ne déboute pas les visiteurs au premier clic, le nouveau site Internet du Parc sera « une vitrine pour séduire, attiser la curiosité et l’envie ».

Nous nous permettons de donner un conseil aux 197 000 autochtones : évitez de visionner les vidéos proposées ; en 40 secondes chacune, elles sont censées présenter la Destination Marais poitevin de façon décalée et humoristique. Un Parc d’attractions, on vous dit !!!

Chaque jour, les Maraîchins attendront la fermeture des portes du Parc Naturel Régional du Marais Poitevin pour profiter de « leur » territoire exceptionnel.

Nous ne sommes pas rancuniers, voici l’une des trois vidéos disponibles sur le nouveau site :

 Gilles PETIT