La-Garette

VENISE VERTE : le Théâtre Roger-Blin en tournée estivale 2017 avec deux pièces

Publié le Mis à jour le

Basé à Coulon (dans le Marais Poitevin des Deux-Sèvres), le Théâtre Roger-Blin est une pépinière de jeunes talents. Fondée le 6 août 1984, cette association, régie par la Loi de juillet 1901, organise, toute l’année, des stages divers, des spectacles de théâtre, chansons, musique, lectures publiques. . . et, en saison estivale, des tournées de théâtre dans la Venise Verte. Cet été, deux pièces seront présentées, en sept dates : La Piazzetta du Café, de Bernard Jolibert, par les jeunes élèves, suivie par Le Repas des Fauves, de Vahé Katcha, interprétée par les acteurs du Théâtre Roger-Blin.

Qui était Roger Blin ? Homme de théâtre et de cinéma, cet acteur et metteur en scène français, est né le 22 mars 1907 à Neuilly-sur-Seine (Seine Saint-Denis) et décédé le 21 janvier 1984 à Evecquemont (Yvelines). Cosette et André Pignoux, les fondateurs de l’association éponyme, retracent la vie d’un ami et « collègue »: « Roger Blin débute en 1935 comme figurant et assistant d’Antonin Artaud dans Les Cenci. Jacques Prévert le fait entrer dans le Groupe Octobre. Puis il participe au premier spectacle de Jean-Louis Barrault, Numance, en 1937. Sa première mise en scène (La sonate des spectres de Strindberg, en 1948) le fait remarquer par Samuel Beckett, qui lui confie la création d’En attendant Godot, en 1953, au Théâtre Babylone. Il créera toutes les pièces de Beckett jusqu’à Oh ! Les beaux jours. Jean Genet lui confie aussi Les nègres, en 1959. Jean-Louis Barrault lui permet de monter Les paravents de Genet à l’Odéon en 1966. C’est un énorme scandale, à cause des évidentes allusions à la guerre d’Algérie. Roger Blin n’a monté qu’un seul « classique » : Macbeth (Shakespeare). Il a surtout fait découvrir ses contemporains : Samuel Beckett, Jean Genet, Jean-Louis Bauer, François Billetdoux. . . Il a toujours cherché à privilégier le travail des acteurs : la diction, les déplacements, l’humour aussi. »

Le Repas de Fauves de Vahé Katcha : « Dans la France occupée, sept amis se retrouvent pour fêter l’anniversaire de leur hôte Sophie. La soirée se déroule sous les meilleurs auspices, jusqu’à ce qu’au pied de leur immeuble soient abattus deux officiers allemands. Par représailles, le commandant Kaubach de la Gestapo investit l’immeuble et décide de prendre deux otages par appartement. Mais comme il reconnait en M. Pelissier, un libraire qu’il fréquente et dont il apprécie les conseils, il accorde par courtoisie aux convives un délai de deux heures pour désigner eux-mêmes les deux otages qui seront exécutés. »

Depuis plus de trente ans, Cosette Pignoux dirige de jeunes comédiens au Théâtre Roger-Blin à Coulon.

La mise en scène est assurée par Mme Cosette Pignoux : « On  présente, cette année, une pièce d’un auteur syrien. J’aime énormément cette pièce parce que l’écriture est très forte, et qu’en même temps ça nous rappelle des tas de choses qu’il ne faut jamais oublier. Il y a la guerre un peu partout, il est grand temps de savoir que l’on peut retomber facilement dans des histoires invraisemblables. Il faut en parler. Mais c’est bien de découvrir cela parce que ça nourrit de plein de choses pour penser justement, quand on est heureux. Parce que, en France on se plaint beaucoup, on se plaint énormément et toujours. Cependant en se plaignant tout le temps, on ne pense pas qu’on est heureux en liberté et qu’on a des tas de possibilités. Ces jeunes migrants, qui sont partis de leur pays, nous donnent des leçons de vie extraordinaire. Le théâtre le peut également. Alors on peut dire le théâtre politique, moi j’en ai rien à faire du mot, ce qui m’intéresse c’est le partage et ce qu’on véhicule à travers ça »

« Le théâtre est fait pour distraire, dit-on, poursuit Cosette Pignoux. Je suis allée à une école de théâtre qui était un peu différente. Le Théâtre de Lutèce, à Paris 5ème, proposait surtout des pièces qui révélaient des choses intéressantes pour nourrir les gens d’idées nouvelles. Au Roger-Blin, je suis partie sur une méthode semblable et je n’arrive pas à monter autre chose, à part Molière, bien sûr, qui est un des maîtres du théâtre que j’adore dont j’aime énormément les textes. Je fais travailler tous mes comédiens là-dessus au départ et je trouve que c’est bien. »

Cette année, les tout jeunes comédiens, les élèves de Cosette, vont jouer, en première partie, La Piazzetta du Café, d’un auteur français Bernard Jolibert. « Une pièce écrite à la façon de Molière, qui est très drôle, explique Mme Pignoux. Je trouve ça très sympathique parce qu’il parle des femmes, des relations entre hommes et femmes, d’une façon très agréable qui nous plonge d’une autre manière, à savoir, modernisée. »

« Je suis toujours autant passionnée de théâtre. Je trouve que le théâtre pour les gamins est très important. En plus, cette année, je fais découvrir Molière à des jeunes Africains qui sont actuellement sur Coulon, de jeunes migrants qui viennent travailler avec moi. C’est une grande richesse pour eux, estime la Coulonnaise. Ce sont des enfants charmants, j’aimerais beaucoup que les gens les rencontrent parce que, souvent, on a des images absolument faussées. Moi, ma vie est vouée à faire se rencontrer les êtres, à faire se partager les textes, les mots. C’est une richesse et tant qu’on aura ça, on sera sauvé. Simplement quand on n’entend plus les paroles, évidement que là tout devient dramatique et que l’on ne puisse plus parler. J’espère que ces jeunes vont pouvoir faire une prestation en avant-première des pièces qu’on joue. Et puis c’est drôle avec leur accent. Ce que je remarque, c’est que ça leur fait du bien pour l’articulation. »

L’animatrice du Théâtre Roger-Blin conclut : « Il faut que les gens viennent découvrir ces pièces. J’aime bien que les gens soient critiques, qu’ils viennent dire après ce qu’ils ont ressenti ou pensé. Mais les gens n’osent jamais. On dit toujours que c’est bien, mais ça veut rien dire pour moi. Oui, les avis sont intéressants. C’est aussi aller plus au fond des choses. »

Renseignements et réservations : 05 49 35 91 42 ; 05 49 04 58 42 ; 02 51 51 96 27  http://theatrerogerblin.jimdo.com

Gilles PETIT (entretien et photos)

Publicités

MARAIS POITEVIN : Une « Allée enchantée » de Noël 2016 à La Garette (Deux-Sèvres)

Publié le Mis à jour le

Quand l’ancienne « conche » (nom donné à une voie d’eau de moyenne catégorie dans le Marais Poitevin) asséchée du marais de La-Garette (79), bordée de frênes têtards centenaires, se transforme en « Allée Enchantée » à l’occasion d’un concours de décoration de 40 frênes-têtards. L’idée serait venue de petites maisons placées entre les arbres et les plantes d’un jardin public situé en Irlande.lallee-enchantee-2016-la-garette-photo-stephane-petit

Encouragé par le succès de sa première édition, le Comité des Fêtes de Sansais-La Garette a renouvelé son opération : « L’Allée Enchantée » les 17 et 18 décembre 2016 au cœur de son marché de Noël. Cette fois-ci, environ deux cents personnes ont travaillé sur les décors. Notamment des enfants issus de la garderie du regroupement pédagogique intercommunal de Saint-Georges-de-Rex – Amuré – Sansais-La-Garette, ainsi qu’une classe de Saint-Remy (79).

La démarche se voulait aussi simple qu’originale : participer gratuitement, en individuel ou en groupe, à un concours de créativité en habillant chacun des arbres préalablement numérotés. Il suffisait de choisir et de réserver l’un des frênes, puis de rivaliser d’imagination pour l’habiter comme par magie d’un monde miniature enchanté par des fées, des sorcières, des lutins, des cabanes, des champignons. . . et des lumières, voire des lucioles.

Sans commentaire, nous vous proposons une petite évasion, en images.

Gilles PETIT

lallee-enchantee-2016-la-garette-photo-stephane-petit-1

lallee-enchantee-2016-la-garette-photo-gilles-petit-5311

L’Allée enchantée à La-Garette (Marais mouillé des Deux-Sèvres) à la mi-décembre. Renseignements et règlement sur http://www.sansais-lagarette.com ou au 06.25.67.13.92 ou sur la page Facebook « Exposition concours Allée enchantée La Garette ».

MARAIS POITEVIN des Deux-Sèvres : A la CAN, les communes « riches » mieux dotées, le maire de Sansais-La Garette a fait ses calculs.

Publié le Mis à jour le

Réunis à Niort (79) lundi 26 septembre 2016, les délégués des communes adhérentes à la Communauté d’Agglomération du Niortais devaient se prononcer sur un nouveau pacte financier destiné à financer les projets municipaux en adéquation avec le projet communautaire. Ce pacte est un PACT : Programme d’Appui Communautaire au Territoire, destiné à renforcer encore davantage le territoire communautaire. En faisant en sorte qu’aucune des quarante-cinq communes ne soit oubliée par l’investissement, selon le président Jérôme Baloge. Ce PACT a été mollement accueilli par les petites communes. M. Rabah Laichour, Maire de Sansais-La Garette, apporte des précisions.

Une petite commune, dite pauvre, est moins dotée qu'une commune dite riche. Et pourtant, on parle d'équité à la CAN2.
Une petite commune, dite « pauvre », est moins dotée qu’une commune dite « riche ». Et pourtant, on parle d’équité à la CAN2. La municipalité de Sansais-La Garette regrette ce manque de solidarité intercommunale.

« Il était une fois un outil qui s’appelle la CAN [Communauté d’agglomération du Niortais (appelée CAN 2)], qui compte 45 communes depuis le premier janvier 2014, suite à la fusion de la CAN [Communauté d’agglomération de Niort (appelée CAN 1)], alors composée de 29 communes, avec les 15 communes de l’ex-communauté de communes Plaine de Courance, rejointe, en plus, par la commune de Germond-Rouvre.

Cette collectivité, vieille de plus de quinze ans ( création en 2 000 ), dispose d’un budget de près de 200 millions d’euros afin d’exercer des compétences que les communes lui ont transférées comme le transport, les déchets ménagers, l’assainissement, la culture, l’économie, pour ne citer que les principales.

Quand un bien ou un équipement est transféré, la CAN comptabilise d’un côté les dépenses et de l’autre les recettes relatives au dit bien et reverse ou demande à la commune concernée la différence, excédent ou déficit. Parallèlement à l’exercice de ces compétences, la CAN reverse déjà, depuis sa création, aux communes membres l’Attribution de Compensation dite A.C. , somme calculée en fonction de la richesse apportée, mais aussi de la population communale. C’est ainsi que certaines communes touchent 20 euros par habitant et par an, pendant que d’autres, qui disposent de zones d’activités économique importantes comme Niort, Chauray, Granzay-Gript, etc. . .,  touchent plus de 600 euros par habitant et toujours par an.

La somme versée chaque année dans le cadre de cette A.C. dont certains élus en ont assez, avoisine les 24 millions d’euros. Afin de corriger ces inégalités de traitement, la CAN met en place un pacte financier de 12 millions d’euros versés en deux fois pour la période 2016 – 2021. Cette somme est une aide à l’investissement pour les 45 communes, aide devenue plus que nécessaire suite à l’arrêt des aides des régions et la rareté des autres subventions de l’Etat, du Département et de l’Europe.

Plusieurs critères ont été mis en place pour le calcul de ce pacte financier et in fine la somme moyenne par habitant est de 48 euros, soit une fourchette de 43 euros à 50 euros par habitant. Ce pacte financier présente déjà un peu plus de justice, mais la CAN aurait pu, vu sa bonne santé financière, mieux et plus faire, comme l’écrivent les instits sur les carnets de notes des élèves.

Voilà l’histoire de cette CAN qu’il faudra bien un jour revisiter sinon l’histoire ne parlera pas en bien de ses élus !

Un maire d’une petite commune du Marais poitevin : Sansais – La Garette (Deux-Sèvres) »

 

 Un Programme d’Appui Communautaire au Territoire, c’est quoi ? On nous dit, officiellement, qu’il s’agit d’un fonds de 6 millions d’euros disponibles au prorata du nombre d’habitants par commune sur la période 2016-2018, reconductible pour la période suivante 2018-2020, perceptibles selon trois thématiques d’investissement : l’efficacité énergétique ; l’offre culturelle, touristique et de loisirs ; et le domaine de performance des services publics. Ajoutés à cela quatre critères : la pression fiscale mesurée dans la commune ; l’effort social mesuré à partir de la part des logements sociaux par habitant ; la capacité contributive des habitants de la commune concernée mesurée à partir du critère du potentiel financier par habitant ; et enfin la capacité contributive des habitants mesurée à partir de l’indicateur du revenu par habitant. Les forts en mathématiques apprécieront.

Sur les six millions d’euros, et dans la limite de la somme allouable à la commune selon les critères retenus, la Communauté d’agglomération du Niortais pourra subventionner jusqu’à 50 % des investissements réalisés par une commune de la CAN 2 dans l’une des trois thématiques précitées. Enfin, a précisé le président : « Tout projet communal mutualisé dans ces trois domaines avec une ou plusieurs communes pourra faire l’objet d’une bonification de 20 % de la subvention communautaire prévue initialement ».

En conclusion, M. Rabah LAICHOUR cite J.W. von Goethe : « Quoi que vous puissiez faire, quoi que vous rêviez, commencez-le. La hardiesse a du génie, de la force et de la magie ».

MARAIS POITEVIN : Passages dans la Venise Verte du 30 ème Tour Cycliste International du Poitou-Charentes

Publié le Mis à jour le

Chaque année depuis trente ans, les dirigeants de Poitou-Charentes Animation, l’association organisatrice du Tour cycliste International Poitou-Charentes, s’efforcent de visiter un maximum de petites communes à chaque étape. Ce qui donne parfois des parcours particulièrement « découpés » permettant aussi d’aller quérir des difficultés supplémentaires, de traverser de beaux sites et d’allonger les distances entre les départs et arrivées. Le Marais Poitevin, et plus particulièrement la Venise Verte, est un passage quasi obligé.

Le 24 août 2016, la seconde étape a conduit les coureurs de La Rochelle (Charente-Maritime) à Niort (Deux-Sèvres) avec un circuit final qui formait le triangle Niort, Coulon par Magné et Saint-Rémy (commune maraîchine de cœur). Ce jour-là, Niort a vu trois fois le peloton (deux passages, puis l’arrivée), Coulon les a accueillis trois fois (l’entrée sur les grand et petit circuits, puis deux passages), quant à Saint-Rémy, cette petite commune a été traversée quatre fois (deux passages, aller-retour, du grand circuit, puis deux passages du petit circuit).

Déjà en 2014, la 2e étape qui conduisait les coureurs de Marans (Charente-Maritime) à Niort, avait offert le même circuit final par Saint-Rémy (deux passages), Niort (un passage, puis l’arrivée) et Coulon, par Magné, (un passage).

Gilles PETIT

La trentième édition du TPC s'est couru sous une forte chaleur. L'image se trouve transformée par un bitume surchauffé. Ici entre Magné et Coulon.
La trentième édition du TPC s’est déroulée sous une forte chaleur. L’image est transformée par un bitume surchauffé. Ici entre Magné et Coulon.
2016_PCH
139 coureurs étaient engagés cette année 2016.
139 coureurs étaient engagés cette année 2016.
Le Tour cycliste international Poitou-Charentes est passé dans le Marais Poitevin. Il est passé par ici, il repassera par là.
Le Tour cycliste international Poitou-Charentes est passé dans le Marais Poitevin. Il est passé par ici, il repassera par là.
Toujours fidèle au TPC, la vache du Beurre Charentes-Poitou a encore ouvert la route aux coureurs cyclistes professionnels.
Toujours fidèle au TPC, la vache du Beurre Charentes-Poitou a encore ouvert la route aux coureurs cyclistes professionnels.

bg_header302x71

Entre deux passages de la caravane, des spectateurs nous ont posés quelques questions sur l’organisation. Voici des réponses extraites du règlement de l’épreuve et du carnet de route officiel du TPC 2016.

La présidence de Poitou Charentes Animation et la direction de l’épreuve sont assurées par M. Alain CLOUET.

L’épreuve est réservée aux athlètes des catégories Hommes Elite. Elle est inscrite au calendrier UCI Europe Tour.

Conformément au règlement de l’UCI (Union Cycliste Internationale), l’épreuve est ouverte aux équipes suivantes: UCI ProTeam (maxi 50%), Équipes Continentales Professionnelles UCI, Équipes Continentales UCI, Équipes nationales.

Le nombre de coureurs par équipe est de minimum 5 et de maximum 8.

Le 30ème Tour Cycliste international du Poitou-Charentes est doté des prix et primes spéciales attribués comme suit :
CLASSEMENTS ETAPES
1ère étape : 7657 € attribués distribués en 20 prix dont 3036 € au premier ; 2ème étape : 7657 € attribués distribués en 20 prix dont 3060 € au premier ; 3ème 1/2 étape : 5081 € attribués distribués en 20 prix, 2035€ au premier ; 4ème 1/2 étape : 5081€ attribués distribués en 20 prix, 2035€ au premier ; 5ème étape : 7657€ attribués distribués en 20 prix, 3060 au premier.
CLASSEMENTS GENERAUX
Général individuel : 16770 € attribués distribués 25 prix, 3365 € au premier
Général aux points : 1000 € attribués distribués 3 prix, 500 € au premier
Général Grimpeur : 1000 € attribués distribués 3 prix, 500 € au premier
Général Meilleur Jeune 1000 € attribués distribués en 3 prix, 500 € au premier
Sous total des étapes : 33 133 €
Sous total des classements généraux : 19 770€
TOTAL DES PRIX : 52 903 €
PRIMES DISTINCTIONS FINALES Inter-département : 1000 € attribués distribués en 3 primes 500 €, 300 € et 200 €
Classement par équipe : 1 000 € attribués distribués en 2 primes 600 € et 400 €
Sous total des distinctions : 2 000 €
CHALLENGES
Pour chaque étape en ligne Image du jour : 150 € d’attribués
Combativité : 150 € d’attribués
Mozaic (néo-pro) : 150 € d’attribués
Combiné : 200 € d’attribués
Soit pour 4 étapes x 2 600 Euros
TOTAL DES DISTINCTIONS ET CHALLENGES : 4 600 €
Le TOTAL GÉNÉRAL des prix distribués à l’occasion de l’épreuve est de 57 503 €.

VENISE VERTE : le Centre Social et Culturel du Marais construit des « yourtes à mômes » participatives.

Publié le Mis à jour le

« Aidez-nous à financer une yourte écologique pour que les enfants puissent s’épanouir dans un cadre naturel au cœur du Marais Poitevin« , appelle le Centre Social et Culturel du Marais (CSCM), association loi 1901 implantée sur les communes de Coulon et de Magné (79).

Lors de la fête des 30 ans du Centre Social et Culturel du Marais, qui vient de se dérouler du 3 au 5 juin 2016, le public a pu visiter une véritable yourte et travailler à la préparation des éléments de la petite "yourte à mômes".
Lors de la fête des 30 ans du Centre Social et Culturel du Marais, qui vient de se dérouler du 3 au 5 juin 2016, le public a pu visiter une véritable yourte et travailler à la préparation des éléments de la petite « yourte à mômes ».

Le CSCM organise un centre de loisirs dans des locaux scolaires, chaque année depuis 30 ans. Il est regrettable que des enfants habitant le Marais poitevin, site classé « Grand Site de France » passent leurs vacances dans des cours d’école. Pour l’été 2016, l’équipe d’animation envisage d’accueillir les enfants dans un nouveau cadre. « Nous avons besoin d’une salle d’activités supplémentaire de 50 m² », clame-t-on en chœur.

Vu de l'intérieur, le toit de la yourte de 50 m² qui sera installée au centre de loisirs, dès juillet prochain.
Vu de l’intérieur, le toit de la yourte de 50 m² qui sera installée au centre de loisirs, dès juillet prochain.

Respectueux du cadre naturel, le Centre Social et Culturel du Marais n’imagine pas implanter un tivoli ou un barnum métallique et synthétique. D’où l’idée d’installer une yourte circulaire d’environ 50 m². Plus précisément une yourte en ossature bois (en perches de frênes du Marais) et toile coton écru s’intégrant plus harmonieusement dans le paysage. Cela donne un petit air de vacances supplémentaire pour les enfants de l’accueil de loisirs.

 

 

« Certes, nous pourrions acquérir une yourte clé en main pour un montant de 15 000 € à 20 000 €, explique Marie-Noëlle Louis-Bonnin, directrice du  CSCM, mais nous n’avons pas le budget, et nous avons fait le pari de faire participer des habitants du Marais pour la fabriquer dans le cadre d’un chantier participatif encadré par la Scop SARL la Frênaie spécialisée dans la fabrication d’habitats légers, yourtes, tipis et dômes ». Cette société est implantée sur Arçais (79).

Ce projet a développé un tel élan et une telle volonté de transmission de la part des participants qu’il est envisagé de construire une mini-yourte pour l’espace petite enfance accueillant la tranche des 0 – 3 ans. Cette mini yourte pourra être utilisée soit à l’intérieur du Centre social dans l’espace dédié à la petite enfance, soit en extérieur en fonction de l’activité proposée et de la saison. Elle sera également sur le centre de loisirs cet été à Coulon en complément de la grande yourte pour le plus grand bonheur des petits.

Mini_yourte_au_csc_14_janv_2016-1462001180
Le CSCM envisage de construire une mini « yourte à mômes », sur ce modèle.

Ces deux yourtes homologuées ERP (Etablissement Recevant du Public) reviennent à 12 000 €. 9 000 € sont financés par des aides de la Caisse d’Allocation Familiale et de la Caisse des dépôts et consignations. Pour l’autre partie, le CSCM fait aujourd’hui appel au soutien et à la générosité populaire à hauteur de 3 000 €.  A savoir, 1 500 € pour solder la facture de la grande yourte et 1 500 € pour construire une petite yourte. « Une somme qui permettra de mener notre projet à terme », remercie d’avance Madame la Directrice.

 

Le CSCM a ouvert un compte financier participatif en ligne intitulé : « Des yourtes à mômes pour le centre de loisirs ». Ainsi, si vous souhaitez inscrire votre nom dans la yourte, il vous suffit de soutenir le projet, selon vos moyens, en vous rendant sur le site Internet : http://www.kisskissbankbank.com/des-yourtes-a-momes-pour-le-centre-de-loisirs . Le projet est valide jusqu’au 20 juin 2016 inclus.

 

Gilles PETIT

MARAIS POITEVIN : des bovins « mis à l’herbe » par bateau pour entretenir les îles du Marais mouillé

Publié le Mis à jour le

Dans le marais de La Garette (Deux-Sèvres) au cœur des Marais mouillés du Marais Poitevin, un site appelé « Venise Verte« , les vaches (surtout de race maraîchine) regardent passer . . . les touristes, qui flânent en barque durant la saison estivale.  Installées sur des parcelles inaccessibles par voie de terre, elles sont « mises à l’herbe » jusqu’à l’automne. Pourquoi ? Comment ?

Photo Gilles PETIT 3943
La Maraîchine est élevée dans les marais atlantiques et leurs régions bordières et participe ainsi au maintien des prairies de marais, support de la biodiversité des zones humides. Vache rustique et à croissance lente, elle possède les aptitudes d’un animal de type mixte adapté à un milieu difficile et à des conditions d’élevage extensif.
Photo Gilles PETIT 3904
Avec ses yeux maquillés et sa robe brun orangé, la vache maraîchine cadre bien dans le Marais poitevin.

« La Maraîchine est une bonne mangeuse d’herbe qui se complait sur les prairies humides des marais de Vendée, de Charente Maritime et des Deux-Sèvres. Elle a gardé toute sa rusticité, sa fécondité, ses facilités de vêlage. Elle a une grande productivité numérique. Moins précoce en croissance que les races à viande spécialisées, elle excelle dans la production de veaux blancs ou rosés élevés sous la mère et dans la production de bœufs de 3 ans et demi à 4 ans, élevés à l’herbe. »

 

 

Cette année, six exploitations, membres de l’Association des Éleveurs par bateau de la Venise Verte, déplacent près de 150 animaux vers les marais inaccessibles par voie de terre situés entre les villages de Coulon, Magné et La Garette. Pour ce faire, les éleveurs disposent du chaland-bétaillère appartenant au Parc naturel régional du Marais poitevin. Les vaches et les bœufs vont pâturer jusqu’à l’automne, sur 120 Ha de prairies naturelles.

Photo Gilles PETIT 3899
Afin de faire « tourner » l’entretien des parcelles, durant la saison, sept éleveurs utiliseront ce chaland, à cinq portes-passerelles, pour permettre aux troupeaux de franchir aisément les « conches ». Ainsi, en l’absence de ponceau, le bateau est positionné en passerelle, en long ou en large, au travers du cours d’eau.

Grâce à l’action combinée du Parc naturel régional du Marais poitevin et de l’Association des Éleveurs par bateau de la Venise Verte, les parcelles concernées par la déprise agricole depuis les années 1970 dans le marais, retrouvent une activité pérenne. Fruit de 15 ans de travaux et de collaboration avec les éleveurs, l’agriculture renaît dans les îles de La Garette.

« Étendu sur environ 300 hectares au cœur de la Venise Verte, le marais de La Garette se situe à cheval sur les communes de Sansais-La Garette et Magné. Cette zone humide bocagère bordée, au nord-ouest, par la Sèvre Niortaise est constituée d’un fort maillage hydraulique, constitué de canaux étroits, et de petites parcelles de prairies avec alignements de frênes, taillés en têtard, et de peupliers. Elle est intégrée au site Natura 2000 Marais Poitevin, pour sa valeur écologique. Ses intérêts paysager et scientifique ont également justifié en 1981 son classement en site classé selon la loi du 2 mai 1930. »

 

 

On dit que la mise à l’herbe est une tradition ancestrale. C’est vrai et faux à la fois. En effet, seules les fermes du marais déjà inaccessibles par voie de terre déplaçaient leurs cheptels en « barque à vaches » dans un espace limité autour de leurs installations. Ces grands bateaux servaient aussi de simples passerelles entre prairies. En revanche, beaucoup de fermiers utilisaient ce moyen de transport pour se rendre plus aisément aux marchés aux bestiaux des communes environnantes ou rejoindre les camions pour des déplacements plus lointains. A cette époque, la grande majorité des parcelles du Marais mouillé étaient, soit cultivées, soit fauchées par les éleveurs, lesquels ramenaient leurs productions, le foin et l’herbe à la ferme en bateau.

Photo Gilles PETIT 3893
Avant l’embarquement, les bovins doivent passer dans un « travail » pour les peser, puis traités avec un produit contre mouches et tiques. Cette année, le public n’a pas assisté à ces étapes indispensables car elles ont été menées préalablement à cette animation publique.
Photo Gilles PETIT 3886
L’entretien des marais inaccessibles par voie de terre est le fruit d’une étroite collaboration entre collectivités, institutions et associations.

Gilles PETIT

Sources : Parc Naturel Régional du Marais Poitevin; Conservatoire d’espaces naturels de Poitou-Charentes; Association des Éleveurs par bateau de la Venise Verte; CIVAM SUD 79 Marais mouillé.

 

Bonus:

Le reportage de France 3 Poitou-Charentes.

MISE A JOUR 29/5/2016:

http://www.wat.tv/embedframe/157116chuPP3r13001332

Reportage de TF1 sur le Marais Poitevin à partir de la 15ème minute.