Magné 79

MARAIS POITEVIN : Le CSCM fête ses 30 ans . . . « et c’est pas fini »

Publié le Mis à jour le

Une programmation éclectique ouverte à tous. C’est à partir de cette idée que l’équipe du Centre Social et Culturel du Marais (CSCM) a organisé son trentième anniversaire. Rayonnant principalement sur les communes de Coulon (Deux-Sèvres) et sa voisine Magné, le CSCM a investi le site de La Repentie, pour trois jours de fête. Clin d’œil à cette structure, lieu de citoyenneté, d’échanges, de réflexions, d’épanouissement des initiatives . . .

Texte et photos Gilles PETIT

Le Centre Social et Culturel du Marais siège au bord de la Sèvre Niortaise à Coulon.

Né en juillet 1986 dans la continuité de la Maison Pour Tous de Coulon, association pluridisciplinaire, le Centre Social et Culturel du Marais a ouvert ses portes en 1987 à Coulon. Installé dans une maison ancienne reconstruite par la municipalité coulonnaise alors conduite par M. Maurice Moinard, le CSCM a développé sur sa zone d’influence (à l’époque, douze communes du Marais Mouillé) un ensemble d’actions qui l’ont fait connaître comme une véritable structure de développement social et culturel. Les locaux, les services permanents et les activités sont toujours ouverts à l’ensemble de la population du Marais, toutes générations confondues.

Les actions mises en œuvre concernaient déjà 232 usagers en 1987, 485 en 1988, 672 en 1989, 734 en 1990. Trente ans plus tard, le CSCM annonce près de 750 personnes adhérentes dont les trois quarts d’enfants et de jeunes. Entre 60 et 70 bénévoles s’investissent dans les activités, régulières ou saisonnières, de cette association qui compte, aujourd’hui, 14 salariés et 20 à 25 vacataires, pour un budget annuel de 620.000 €.

Le CSCM assure des missions d’intérêt général avec l’aide de nombreux partenaires : les communes (principalement Coulon et Magné), les Conseils départemental et régional, l’Etat et la Caisse d’Allocation Familiale, laquelle verse une prestation de service dans le cadre de la « fonction d’animation globale et coordination ».

En 30 ans, le CSCM a connu 8 présidents(es), de Nicole Sagory à Nicole Bernard, et 6 directeurs(trices), de Jacques Brenet à Marie-Noëlle Louis-Bonnin.

A sa création en 1987, le CSCM devait regrouper quinze communes mais son rayonnement étant étroitement lié aux choix municipaux, celui-ci n’était soutenu financièrement que par six communes : Amuré, Arçais, Coulon, Saint-Georges-de-Rex, Saint-Hilaire-la-Palud et Le-Vanneau – Irleau.

Outre son rôle de maison des associations, le CSCM est, également, un centre de services : secrétariat permanent (dactylographie, reprographie), action sociale (aide aux démarches administratives, relais d’information pour la garde d’enfants à domicile) . . .

En fin d’année 1998, le centre a accueilli l’adhésion de Bessines, une commune qui ouvrait ainsi à sa population et plus particulièrement aux enfants, les nombreuses activités permanentes et ponctuelles que propose l’association.

Lors de la dernière assemblée générale, en mai 2016, il a été précisé que « le secteur d’intervention des communes participantes demeure Magné et Coulon, celle de Sansais – La-Garette apportant aussi sa coopération ». Cependant au cours de cette réunion annuelle, le maire de Magné, M. Gérard Laborderie a fait remarquer : « Nous devons élargir à d’autres communes. Actuellement, nous ne sommes que deux financeurs, à raison de 100.000 € soit un peu plus du quart du budget.»

La grande fête était installée au lieu-dit La Repentie sur la commune de Magné (79).

Plusieurs associations ont participé à la fête en présentant leur(s) activité(s). En voici quelques unes, en photos prises au hasard des stands.

En plus des tables rondes proposées sous le grand chapiteau noir, Photo Gilles PETIT 4114dressé par la Cie aiRe de Cirque, ou dans la yourte, construite par la SCOP La Frênaie, les « 30 ans » offraient aussi des séries de spectacles et d’animations, diurne ou nocturne. Le tout gratuitement. La liste étant longue, voici, pêle-mêle, un échantillon des talents saisis sur les différentes scènes disséminées dans la végétation du Marais Mouillé.

 

Photo Gilles PETIT 4049
Le Chœur de Rohan
L'énorme libellule, œuvre collective d'une quarantaine de personnes, de tout âge et tout milieu, qui accueillait les visiteurs.
L’énorme libellule, œuvre collective d’une quarantaine de personnes, de tout âge et tout milieu, qui accueillait les visiteurs.
Publicités

VENISE VERTE : le Centre Social et Culturel du Marais construit des « yourtes à mômes » participatives.

Publié le Mis à jour le

« Aidez-nous à financer une yourte écologique pour que les enfants puissent s’épanouir dans un cadre naturel au cœur du Marais Poitevin« , appelle le Centre Social et Culturel du Marais (CSCM), association loi 1901 implantée sur les communes de Coulon et de Magné (79).

Lors de la fête des 30 ans du Centre Social et Culturel du Marais, qui vient de se dérouler du 3 au 5 juin 2016, le public a pu visiter une véritable yourte et travailler à la préparation des éléments de la petite "yourte à mômes".
Lors de la fête des 30 ans du Centre Social et Culturel du Marais, qui vient de se dérouler du 3 au 5 juin 2016, le public a pu visiter une véritable yourte et travailler à la préparation des éléments de la petite « yourte à mômes ».

Le CSCM organise un centre de loisirs dans des locaux scolaires, chaque année depuis 30 ans. Il est regrettable que des enfants habitant le Marais poitevin, site classé « Grand Site de France » passent leurs vacances dans des cours d’école. Pour l’été 2016, l’équipe d’animation envisage d’accueillir les enfants dans un nouveau cadre. « Nous avons besoin d’une salle d’activités supplémentaire de 50 m² », clame-t-on en chœur.

Vu de l'intérieur, le toit de la yourte de 50 m² qui sera installée au centre de loisirs, dès juillet prochain.
Vu de l’intérieur, le toit de la yourte de 50 m² qui sera installée au centre de loisirs, dès juillet prochain.

Respectueux du cadre naturel, le Centre Social et Culturel du Marais n’imagine pas implanter un tivoli ou un barnum métallique et synthétique. D’où l’idée d’installer une yourte circulaire d’environ 50 m². Plus précisément une yourte en ossature bois (en perches de frênes du Marais) et toile coton écru s’intégrant plus harmonieusement dans le paysage. Cela donne un petit air de vacances supplémentaire pour les enfants de l’accueil de loisirs.

 

 

« Certes, nous pourrions acquérir une yourte clé en main pour un montant de 15 000 € à 20 000 €, explique Marie-Noëlle Louis-Bonnin, directrice du  CSCM, mais nous n’avons pas le budget, et nous avons fait le pari de faire participer des habitants du Marais pour la fabriquer dans le cadre d’un chantier participatif encadré par la Scop SARL la Frênaie spécialisée dans la fabrication d’habitats légers, yourtes, tipis et dômes ». Cette société est implantée sur Arçais (79).

Ce projet a développé un tel élan et une telle volonté de transmission de la part des participants qu’il est envisagé de construire une mini-yourte pour l’espace petite enfance accueillant la tranche des 0 – 3 ans. Cette mini yourte pourra être utilisée soit à l’intérieur du Centre social dans l’espace dédié à la petite enfance, soit en extérieur en fonction de l’activité proposée et de la saison. Elle sera également sur le centre de loisirs cet été à Coulon en complément de la grande yourte pour le plus grand bonheur des petits.

Mini_yourte_au_csc_14_janv_2016-1462001180
Le CSCM envisage de construire une mini « yourte à mômes », sur ce modèle.

Ces deux yourtes homologuées ERP (Etablissement Recevant du Public) reviennent à 12 000 €. 9 000 € sont financés par des aides de la Caisse d’Allocation Familiale et de la Caisse des dépôts et consignations. Pour l’autre partie, le CSCM fait aujourd’hui appel au soutien et à la générosité populaire à hauteur de 3 000 €.  A savoir, 1 500 € pour solder la facture de la grande yourte et 1 500 € pour construire une petite yourte. « Une somme qui permettra de mener notre projet à terme », remercie d’avance Madame la Directrice.

 

Le CSCM a ouvert un compte financier participatif en ligne intitulé : « Des yourtes à mômes pour le centre de loisirs ». Ainsi, si vous souhaitez inscrire votre nom dans la yourte, il vous suffit de soutenir le projet, selon vos moyens, en vous rendant sur le site Internet : http://www.kisskissbankbank.com/des-yourtes-a-momes-pour-le-centre-de-loisirs . Le projet est valide jusqu’au 20 juin 2016 inclus.

 

Gilles PETIT

MAGNE (79) : JEAN THEBAULT, une Histoire de rencontres.

Publié le Mis à jour le

Débutée un 26 octobre, la vie de Jean Thébault a été ponctuée de rencontres au cœur du Marais Poitevin. D’abord avec les éléments naturels, puis par amour de sa commune, enfin au fil des relations humaines. Maire de Magné (79 Marais Poitevin), de 1971 à 1995, M. Jean Thébault s’est éteint lundi 17 août 2015 à l’âge de 88 ans.

vlcsnap-2015-08-20-10h06m41s125
Président d’honneur du jury, Jean Thébault est resté fidèle au Festival de peinture de Magné.                                                                                          Il était donc présent à l’édition 2015                                                          (photo Capt’Action79 : lors de la remise des prix le 19 juillet dernier)

Rencontre avec les éléments naturels 

En 1953, une terrible tempête déracine de nombreux peupliers dans le Marais Poitevin. Face à ce désastre, dès 1954, Jean Thébault décide de créer son entreprise de transformation du bois. Un bois local qu’il vend alors en l’état de sciage. Son frère Charles s’associe à l’initiative, en 1960. Ensemble, ils installent, dans l’ancienne laiterie de Magné, une première ligne de déroulage destinée à la fabrication de placages, puis de contreplaqués en peuplier et en okoumé en provenance du Gabon. En 1965, ils construisent une nouvelle usine de contreplaqués, la société SIB THEBAULT SAS à Sauzé-Vaussais (79), d’une superficie de 13 000 m². Aujourd’hui, les fils de Jean Thébault, Jean-Charles, Benoît et Henri-Jean, dirigent chacun un site que le Groupe Thébault a développé, notamment au Gabon, en 1999, une nouvelle usine d’une superficie de 9 500 m² : THEBAULT TRANSBOIS SA à Owendo.

Rencontre avec Magné

En 1993, M. Thébault avait lu des passages du livre consacré à Magné.

 » Vous trouverez dans ce livre d’images et d’histoire, nos racines, nos traditions, nos richesses culturelles, qui font de nous, des Magnésiens fiers de l’être « , a écrit Jean Thébault en 1992 en introduction du livre collégial : « Magné Porte du Marais Poitevin : A travers l’histoire et en images ». Jean Thébault était alors maire depuis 1971. Il avait succédé à Edouard Drouhet, un Maraîchin désigné maire le 5 septembre 1944, par arrêté de Monsieur le Commissaire de la République, puis élu jusqu’en 1971. Jean Thébault œuvra pour sa commune avec autorité en lui donnant « une incontestable nouvelle jeunesse. » Il s’employa aussi fermement, dès janvier 1993, dans la bonne marche de la Communauté de Communes de La Venise Verte (Magné, Coulon, Sansais-La Garette) dont il fut le premier président au côté de MM. Pierre Rousseau (maire de Coulon) et Daniel Biston (maire de Sansais-La Garette).

 

Par arrêté préfectoral du 20 novembre 1995, le préfet  des Deux-Sèvres M. José Inizan, l’a nommé en qualité de maire honoraire, pour 24 ans de service soit quatre mandats.

Des rencontres humaines

Deux histoires qui, en fait, se ressemblent : la fondation du Comité de jumelage Magné-Weitnau; la création du Festival de peinture.

JEAN THEBAULT - MAGNE WEITNAU
Les signatures de la charte à Weitnau. (Photo extraite du livre consacré à Magné)

Le jumelage Magné-Weitnau a commencé lorsqu’un client allemand de l’entreprise Thébault, M. ZUMSTEG, est devenu « complice » de Jean Thébault. De cette amitié sont nés, en 1985, les premiers échanges entre Magné et Weitnau, une ville de l’Allgäu, en Bavière. Une charte signée le 17 mai 1986 en Allemagne, contresignée le 13 septembre 1986 à Magné, par MM. Jean Thébault, maire de Magné, et son homologue Peter Freytag, maire de Weitnau, qui a fondé de solides liens.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quant au Festival de peinture de Magné, jamais deux vieux amis discutant un soir d’hiver 1988-1989 n’auraient osé imaginer un tel succès : Bernard Texier, père du célèbre peintre d’envergure internationale Richard Texier, et Jean Thébault, emmitouflés dans des parkas, rêvent à voix haute d’un grand événement centré sur la peinture qui se déroulerait en plein été quand le marais est éclatant de couleurs. Dès le printemps 1989, le Conseil municipal crée une commission pour lancer un projet. On connait la suite, des chiffres de fréquentations inimaginables.

Gilles PETIT

 

 

 

MAGNE (79) : « L’histoire simple » de Claire Barjolle au 27ème Festival de peinture

Publié le Mis à jour le

vlcsnap-2015-07-22-18h57m41s227Dimanche 19 juillet 2015, avec l’aide du président du jury Jean-Marie Zacchi, Gérard Laborderie (à gauche), maire de Magné, a décerné le Grand Prix du Festival de peinture de Magné 2015 à l’œuvre de la jeune artiste Claire Barjolle, de Vertou (44), en présence de Claude Audis, président de Magné Animation.

vlcsnap-2015-07-22-19h06m06s161
Toute la journée de samedi, Claire était installée dans son antre pour réaliser son tableau
vlcsnap-2015-07-22-19h05m14s151
Les pieds du chevalet posés dans l’eau Claire de la Sèvre Niortaise.         Images Capt’Action79

 

Le palmarès du 27e Festival de Magné proposait des nouveautés : deux prix « pastel », deux prix du public, et six prix pour les jeunes.

magne-01Premier prix Jeunes Crédit Mutuel (moins de 10 ans). Raphael Toutain (Essonne).
Premier prix Jeunes Desvignes Pralines (moins de 15 ans). Romane Spampinato (Gironde).
Deuxième prix Jeunes (moins de 10 ans). Julie Audis (Magné).
Troisième prix Jeunes (moins de 10 ans). Clémence Guillon (Magné).
Deuxième prix Jeunes (moins de 15 ans). Marie Popa (Nord).
Troisième prix Jeunes (moins de 15 ans). Lorelei Le Moal (Niort).
Prix Piejac Maingret. Alain Benoist (Mougon).
Prix Graphic. Laurent Lamare (Charente-Maritime).
Prix CB Elec. Stéphanie Quinot-Levet (Morbihan).
Prix Best Western. Joël Achard (Charente-Maritime).
Prix Thébault. Sylvain Horréard (Côtes-d’Armor).
Prix Embarcadère Cardinaud. Dominique Meignen (Landes).
Prix restaurant La Belle Étoile. Christiane Kiener (Mayenne).
Prix Poujoulat. Jean-François Moreau (Benet).
Prix Point P. Christian Mazeas (Finistère).
Prix Audis coup de cœur. Richard Gosselin (Rouen).
Prix Groupama, troisième prix aquarelle. Christian Duthuille (Morbihan).
Prix Super U Magné, troisième prix huile. Jean-Pierre Bidinot (Seine-et-Marne).
Prix préfecture des Deux-Sèvres. Micheline Oger (Angers).
Prix conseil régional Poitou-Charentes. Annick Vallenet (Vienne).

Prix Magné Animation, deuxième prix dessin. Tony Jandard (Saint-Rémy).
Prix Crédit Agricole, deuxième prix pastel. Frédérique Guignard (Usseau).
Prix Newloc, deuxième prix aquarelle. Jean-Guy Dagneau (Gironde).
Prix Isover, deuxième prix huile. Régis Bouffay (Seine-Maritime).
Prix Ligue contre le cancer, deuxième prix du public. Émilie Marionneau (Magné).
Prix Univers des Arts, premier prix dessin. Didier Crochat (Pau).
Prix Prolifer, premier prix pastel. Hervé Louis (Niort).
Prix conseil départemental, premier prix aquarelle. Christophe Dubrulle (Eure).
Prix Placoplâtre, premier prix huile. Ludovic Le Moal (Niort).
Premier prix du public. Nathalie Pouillault (Vendée).
GrandPrix du Festival, commune de Magné. Claire Barjolle (Loire-Atlantique).