Nécrologie : Jacques Altmeyer-Henzien, organiste et historien à Coulon (79)

Publié le Mis à jour le

Plus connu à Coulon sous son « nom d’artiste » Jacky Carrio, Jacques Altmeyer-Henzien est décédé à Niort à l’âge de 85 ans. En 2013, une main anonyme a rédigé un beau texte qui lui rendait déjà hommage. Nous avons choisi de reproduire ces quelques lignes dans leur intégralité :

M. Jacques Altmeyer-Henzien, alias Jacky Carrio

Photo Gilles Petit

« Jacky Carrio [né à Paris en 1935 NDLR] n’est autre que l’organiste de l’église de la Sainte-Trinité, à Coulon. Immuable dans sa fonction, à un poste où les prétendants ne se bousculent pas.
Un mélomane qui a cultivé tout au long de sa vie une passion musicale exacerbée par une famille de musiciens. En effet, ses parents [chanteurs lyriques à Paris] appartenaient aux gens du spectacle. Fernande et André Carrio, ayant des attaches dans le Marais, ont séjourné dans la maison familiale de la rue du Four [dans laquelle le petit Jacques a passé toutes ses vacances]. La Seconde Guerre mondiale rapatrie Jacky [chez sa tante] à Coulon où il fréquente la communale. A la fin des hostilités, retour à Paris, commence sans enthousiasme l’apprentissage du piano, puis il se frotte à l’orgue. Le déclic est immédiat. Stimulé par un professeur du conservatoire, Jacky en fait son hobby. Carrio junior fait des études qui vont l’amener au poste particulier de greffier de justice, une vie entière passée au Palais [il rentre à 18 ans au Tribunal de Grande Instance de Paris où il finira sa carrière au poste de Greffier en chef et responsable des services civils]. Au cours de son adolescence, deux hommes d’église vont avoir une influence décisive sur le jeune homme. Le premier s’appelle Olivier Loth, curé de la paroisse et aussi brillant historien, à tel point qu’aujourd’hui, une place lui est dédiée à Coulon. Jacky Carrio : « J’ai eu l’insigne honneur de recevoir de ses mains toutes les archives dont il disposait. Parallèlement, quelques années plus tard, l’abbé Robert Dupont devient le prêtre de la commune, homme de culture, fin lettré, et aussi guérisseur, il me procure la collection entière des carnets de l’abbé Loth [quatre-vingt quatre bulletins paroissiaux d’août 1923 à juillet 1930]. Nantis de toute une bibliographie de l’histoire locale, je me suis livré avec Jean-Louis Gibaud et Maryse Coursaud à l’élaboration d’un ouvrage sur la commune de Coulon. Aujourd’hui, j’exerce bien humblement lors des offices, mon rôle d’organiste liturgique sur un orgue électronique, tout ça a le mérite d’égayer certaines cérémonies. »« 

Jacques Altmeyer-Henzien, alias Jacky Carrio, ne jouera plus de l’orgue en l’église de la Sainte-Trinité de Coulon. Il vient de rentrer dans l’Histoire locale.

Gilles PETIT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s