COULON Les ralentisseurs : des rendez-vous manqués

Publié le Mis à jour le

Il est constaté que les dispositifs, tout neufs, censés ralentir les voitures sont inefficaces sur les routes départementales n°1 et n°123 à Coulon (79) [Voir notre article précédent : https://wp.me/p61nmR-2pQ ]. Des travaux qui ont engagé de lourdes dépenses, alors que des solutions plus simples et moins onéreuses étaient évidentes. Histoires de rendez-vous manqués.

Lors du Conseil municipal de Coulon du 25 février 2021, M. Fabrice Berjonneau, l’adjoint au maire chargé des travaux et de la sécurité, a déclaré « le constat de l’inefficacité du dispositif mis en place est évident. La commune et le Département étudient donc la possibilité d’installer des aménagements supplémentaires : ralentisseurs, coussins berlinois … ».

Sur les RD1 et RD123, il semblerait que les pilotes d’automobiles et de motos accélèrent, ou du moins maintiennent leur vitesse, quand ils aperçoivent, en pleine ligne droite, le feu vert du carrefour. Que l’on vienne d’un des quatre côtés du carrefour, les feux se signalent de loin. Une solution : enlever les feux tricolores ou, dans l’immédiat, les mettre au clignotant orange, restaurant ainsi les priorités réglementaires. Mais, la meilleure solution serait la création d’un rond-point. Réduction de vitesse garantie. Ce dit-rond-point devrait être construit depuis trente ans.

Avec en point de mire le carrefour à feux (qui ne fonctionnent pas sur ce cliché), ce nouvel aménagement ne ralentit pas suffisamment les véhicules. Photo Gilles Petit

Histoire d’un premier rendez-vous manqué

Dès le début des années 1990, les feux tricolores du principal carrefour de Coulon tombaient fréquemment en panne. Le 29 août 1994, il est annoncé : « les feux tricolores du carrefour des écoles ont enfin pu être réparés, mais après quelques jours de délai en raison de difficultés rencontrées pour obtenir la pièce. Le système utilisé commence à être « dépassé » et il faut envisager son remplacement. » Les élus et les responsables des routes du Département 79 pensaient alors créer un rond-point. Un équipement innovant à l’époque.

Pour ce faire, le Conseil général des Deux-Sèvres achète deux parcelles de terrain, l’une jouxtant l’actuelle pharmacie, l’autre jouxtant le bâtiment écoles-mairie-salle des fêtes. Deux angles opposés. Mais un plus grand espace était bienvenu. Il se trouve qu’au Conseil municipal du 7 septembre 1992, le maire Pierre Rousseau souligne « les inconvénients et la mauvaise image reflétée par un immeuble situé aux feux. Extérieurement, cette construction n’a jamais été terminée et les tranchées demeurent ouvertes, donc dangereuses. Enfin, la végétation s’étend sur les propriétés voisines. Malgré plusieurs tentatives, il n’a pas été possible de contacter le propriétaire qui, selon les dernières indications obtenues, aurait quitté le territoire national. » Considérant : que le permis de construire a été délivré le 17 octobre 1986 et que la construction n’est toujours pas terminée ; que la situation d’abandon est flagrante puisque même le terrain n’a pas été nettoyé depuis 1989, [ce sont les employés communaux qui doivent intervenir pour éviter les débordements sur la voie publique] le Conseil municipal, « conformément à l’article 7 de la loi n°89.550 du 2 août 1989 portant disposition en matière d’urbanisme et d’agglomérations nouvelles, demande au maire d’engager la procédure de déclaration d’abandon manifeste. » Il est précisé qu’après un délai de deux ans à compter de la publication de cet état d’abandon, la commune dispose de la parcelle pour une destination qu’elle détermine.

A Coulon, le vert des feux de ce carrefour RD1 / RD123, quand ils ne sont pas en panne, aurait tendance à faire accélérer les usagers. Photo Gilles Petit

La procédure traîne. Le 29 mars 1994, les élus apprennent que « la maison d’habitation toujours en cours de construction, cadastrée section D n°1786 pour une contenance de 7 ares 22 centiares, a été vendue [215.000 Francs] aux enchères publiques le 28 mars 1994 au Tribunal de Grande Instance de Niort. Toutefois un délai de surenchère de 10 jours s’applique avant que la transaction soit définitive. » Cette procédure faisait suite à de longues démarches engagées par la commune.

Ne s’étant guère précipitée, la municipalité a loupé l’occasion, et en juin 1994, il est confirmé : « la vente, organisée par Maître Boizard, a permis d’adjuger cette habitation à un particulier [un commerçant de Fontenille près de Chef-Boutonne (79)] qui se propose de la louer après avoir fait les aménagements nécessaires. » Ces années-là, les élus ne pouvaient plus intervenir.

Coup de théâtre, le 22 mai 1995, les élus apprennent que la maison (à gauche sur la photo ci-contre du carrefour) est de nouveau en vente, 300.000 Frs + 18.000 Frs de frais d’agence. Aussitôt, le conseil décide de faire jouer son tout nouveau droit de préemption sur l’immeuble. L’acquisition serait motivée par « la nécessité d’aménager le carrefour ». Lors de cette réunion, un conseiller informe : « il appartiendra à la prochaine équipe municipale de conduire les démarches ». Le conseil avait deux mois pour préempter, un délai trop court, proche des élections municipales, pour que l’affaire soit conclue par l’équipe suivante. L’occasion est irrémédiablement manquée. Photo Gilles Petit

Depuis, les idées ont fusé pour assurer la sécurité sur les RD1 et RD123. Des « réveils chauffeurs », à savoir de larges bandes gravillonnées rose orangé, ont été collées sur la chaussée route de Benet. La dernière tentative connue remonte au 12 juillet 2000. Lors d’une réunion municipale, le maire a présenté « un devis pour la mise en place d’une signalisation au sol au carrefour des routes départementales n°1 et n°123 ». Cet aménagement consistait à coller des « flèches ralentisseurs de couleur », créées en résine, ainsi que « la reproduction du logo de la commune ». Lequel permettrait « une meilleure matérialisation de ce carrefour et le ralentissement des véhicules », disait-on. Chiffrée à 9.030 Frs TTC, cette idée n’a jamais abouti. En 2021, le carrefour est toujours géré par des feux de signalisation.

Quant aux terrains, aménagés en espaces verts par les jardiniers municipaux, précédemment achetés par le Département, ils ont été rétrocédés à la commune de Coulon le 20 juin 2013.

Histoire d’un second rendez-vous manqué

Tous situés sur la RD123, les trois carrefours en question : n°1, la sortie du lotissement du Hameau Vert ; n°2, l’entrée du lotissement du Hameau Vert ; n°3, l’intersection avec la Route de Malécot d’où sortent déjà les résidents des deux lotissements voisins. Document Google

Pour comprendre l’absurdité de la situation, il faut un minimum de connaissance du site concerné. La scène se passe dans une large courbe de la route départementale n°123, à près de 200 mètres avant le panneau d’entrée de Coulon planté au carrefour n°3. Ici, un talus, presque deux mètres de haut, surplombe la chaussée, à l’intérieur de la courbe. La visibilité est donc quasi nulle et les usagers pouvaient alors rouler jusqu’à 90 km/h. Voilà le lieu choisi par un promoteur pour construire un lotissement, « Le Hameau Vert », dans la vaste plaine ex-agricole voisine. La suite est détaillée dans le compte-rendu de la réunion du Conseil municipal de Coulon, présidée le 31 mars 2009 par le maire Albert Cheminet.

Il s’agit de la révision simplifiée du PLU [Plan Local d’Urbanisme] dans le secteur « des Fuyes » : « Dominique Moinet rappelle que, par délibération du 9 février 2009, le conseil avait décidé d’engager une procédure de révision simplifiée du PLU pour notamment modifier les orientations d’aménagement sur le secteur des Fuyes en autorisant la création d’une route le long de la limite du lotissement « Le jardin des Fuyes » et ainsi permettre la réalisation d’un lotissement privé. Conformément à la réglementation, une réunion de concertation des personnes publiques associées a eu lieu le 17 mars. Lors de cette réunion, les services du Conseil Général, se basant sur des études techniques, ont exigé que deux voies soient créées : l’une d’entrée dans le lotissement le long de la limite des « jardins des Fuyes », l’autre de sortie plus à l’est vers « La Grange ». Afin de sécuriser cet accès situé dans une courbe et améliorer la visibilité, des travaux de terrassement et de talutage seront réalisés. Cyrille Rousseau et Emmanuel Messager se disent très sceptiques et inquiets quant aux mesures de sécurité envisagées et estiment cette décision irrationnelle et irresponsable. » Cette mesure a entraîné « la suppression de la zone réservée n°7 au PLU initialement destinée à la rectification de la RD 123 par le Conseil Général des Deux-Sèvres. »

Après avoir demandé, sans relâche depuis les années 1990, « la rectification de la RD 123 par le Conseil Général des Deux-Sèvres« , le regretté ancien maire Pierre Rousseau n’avait toujours pas eu gain de cause à l’issue de son dernier mandat. C’était sans compter sur ce projet de lotissement et, surtout, sur « cette décision irrationnelle et irresponsable » de créer sur cette route départementale la seule sortie d’une quarantaine de foyers. Un nombre d’habitations qui a aujourd’hui doublé. Qui plus est dans un virage dangereux. Deux autres lotissements sont déjà construits dans ce secteur. Aucun ne débouche sur la RD123.

Des solutions ?!?!

Au lieu d’embêter les nombreux usagers qui n’ont rien à se reprocher, mais qui subissent les incivilités d’une poignée d’irresponsables, des solutions, peu onéreuses, existent dans ce secteur. Une solution consiste à fermer cette sortie (n°1) avant qu’il n’y ait un drame, et mettre l’autre voie (n°2) dans les deux sens de circulation. On peut inverser le sens de circulation, à savoir, l’entrée (n°2) par la sortie actuelle et la sortie (n°1) du lotissement par l’entrée actuelle. Cette dernière voie (n°2) offre une excellente visibilité de sortie (voir photo ci-dessus) sur la départementale car elle est plus éloignée de la courbe et elle évite aux conducteurs de se « casser le cou » pour voir presque derrière eux sur leur gauche. Soit, fermer définitivement la sortie, voire aussi l’entrée, sur la RD123 car, il existe désormais une autre voie d’accès tracée dans le tout récent prolongement du lotissement en question qui rejoint la route de Malécot, laquelle accueille déjà les sorties sécurisées des deux autres lotissements (la Niquière et le Jardin des Fuyes).

Enfin, il serait plus sage de déplacer le panneau d’entrée d’agglomération en amont du lotissement le « Hameau Vert » couvrant ainsi l’extension du village et réduisant la vitesse à 50 km/h des véhicules aux abords du dit lotissement et du carrefour de la route de Malécot (n°3), autre point d’inquiétude. En effet, bon nombre de conducteurs lèvent le pied à partir du panneau, sans anticiper le changement de limitation de vitesse.

(Photo ci-contre) Le carrefour de la route de Malécot (n°3) qui vient d’être équipé d’un plateau sur-élevé, n’a pas été reprofilé avec un débouché sécurisé à angle droit sur la RD123. L’espace nécessaire était suffisant. Les automobilistes vont continuer à se « casser le cou ». Photo Gilles PETIT

M. Fabrice Berjonneau a déclaré : « pour ce qui est de la RD123, une réflexion est également menée par les services du Département pour l’installation de dispositifs permettant de réduire la vitesse des véhicules (ralentisseurs, coussins berlinois…). » Souhaitons à ces décideurs « bien pensants et bien portants » de ne jamais avoir de problèmes de dos, ni de cervicales, de ne jamais devoir être transporté avec une fracture, ni en urgence absolue . . .

Gilles PETIT

PS : une page qui peut vous intéresser au lien suivant : http://www.liguedesconducteurs.org/presse/trois-associations-automobiles-unies-contre-les-ralentisseurs-illegaux

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s