Marais poitevin

LA GARETTE : des arbres solidaires pour aider SOS Préma 79

Publié le

Un quart d’heure ! En un quart d’heure, des bénévoles de cinq structures ont planté une haie de 100 mètres sur le site du centre équestre La Maison du Cheval à La-Garette (commune de Sansais – La-Garette en Deux-Sèvres), samedi 1er février 2020. Une opération solidaire précédée par la plantation de « l’arbre de la fraternité et de la paix » : un chêne vert.

A l’occasion des 20 ans de La Maison du Cheval, l’association sportive Maraisthon, qui milite depuis dix ans pour une action sociale et solidaire, avait lancé, lors de son édition 2019, une opération « 5 € pour SOS Préma = 1 arbre planté dans le Marais Poitevin« . Cette moisson a permis de collecter 925 €, à ce jour. En collaboration avec la commune de Sansais – La-Garette, les associations SOS Préma, We are et Laponie Trophy 2020,  l’opération, également soutenue par Territoria Mutuelle, a réuni une trentaine de planteurs de toutes générations.

A La-Garette, les représentants des structures partenaires de l’opération ont symboliquement terminé la plantation d’un chêne vert sur le site de La Maison du Cheval. Photo Gilles PETIT

Avant de se mettre au travail, les participants se sont rassemblés devant « l’arbre de la fraternité et de la paix », un chêne vert déjà mis en place par Alain Bertrand, le paysagiste magnésien qui a préparé le terrain et fourni les plants d’arbustes. Le maire de la localité Rabah Laïchour informe que le chêne vert est « un arbre très résistant qui nous arrive du Sud. Selon les spécialistes, vu le réchauffement climatique, cette essence s’adapte facilement à notre climat. C’est sans doute l’arbre de demain dans notre région. »

Puisqu’il est question de climat, nous soulignerons que les nuages ont retenu la pluie le temps nécessaire à la plantation de cornouillers sanguins, charmes communs, érables champêtres, troènes bulgares et aubépines, soit une centaine de plants sur cent mètres linéaires, protégés par une bâche biodégradable et un filet anti-rongeurs. Une clôture viendra compléter ces protections contre l’éventuel appétit des chevaux.

Faisant suite à l’initiative du Maraisthon, Territoria Mutuelle a décidé de prendre à sa charge le coût de cette plantation. « C’est une action qui a du sens », a précisé son président M. Robert Chiche, « c’est une valeur réelle de pouvoir aussi associer le personnel à cette manifestation. C’est la première fois. La Mutuelle a voulu le faire avec ses salariés. »

Le maire de Sansais – La-Garette Rabah Laïchour et la sportive Sonia Thomas n’ont pas ménagé leurs efforts. Photo Gilles PETIT

Au nom du Maraisthon, son nouveau président M. Jean-Yves Saint-Céran a félicité Ludo, un adhérent handicapé de We are qui a gravi le Mont-Blanc en septembre 2019, car « il a relevé un défi où tout le monde est lié au-delà des différences dans l’esprit du sport. » Il a ensuite remercié M. Chiche, « je crois que quand les entreprises sont au service du bien commun et du respect des différences, nous souhaitions marquer la participation active de Territoria Mutuelle. » Par ailleurs, on notera que la commune de Sansais – La-Garette accueillera le prochain Maraisthon, le samedi 20 juin 2020, sur le site du Châtelet à La-Garette. Cette épreuve nature, 1er éco-marathon en France qui quittera donc Coulon, se déroulera sous une autre forme en une seule journée. « Et on espère bien pouvoir planter plein d’arbres et de haies », ajoute le président.

Des membres de l’association We are ont raconté leur récente ascension du Mont-Blanc. Et Sonia Thomas (à droite) a retracé sa performance au Laponie Trophy 2020 disputé en Finlande avec sa co-équipière Hélène Morisseau. Photo Gilles PETIT

Mme Céline Caquineau et M. Emmanuel Messager représentaient SOS Préma. Ce dernier a rappelé que « cette plantation va aider au réaménagement de la salle parents en néonatalogie du Centre hospitalier de Niort, actuellement en travaux. Tous les dons collectés amélioreront le quotidien des parents dont le bébé est hospitalisé. »

Cerise sur le gâteau, l’association SOS Préma a reçu un tweet de sa marraine Clarisse Agbégnénou, la vice-championne olympique de judo, championne du monde et d’Europe, meilleure athlète française 2018 et 2019, qui est née prématurément à sept mois. Elle a écrit : « Vous savez que vous pouvez toujours compter sur moi. Certes, je ne peux pas être là physiquement mais je vous envoie des cargos et des cargos de forces et d’ondes positives ! Mais surtout gardez bien à l’esprit qu’en chaque préma naît un champion ! »

Gilles PETIT

 

 

 

SANSAIS-LA GARETTE : « Bienvenue chez vous » aux vœux du maire Rabah Laïchour

Publié le

Lors de la cérémonie des vœux de la municipalité de Sansais-La Garette, le « Bienvenue chez vous », lancé par le maire Rabah Laïchour dans la trop petite salle du Châtelet à La-Garette, s’adressait « aux hommes et aux femmes qui composent la commune ». Une « richesse humaine qui ne se voit peut-être pas ».

M. Rabah Laïchour, maire de Sansais-La Garette (79) Photo Gilles Petit

Bien évidemment, le discours de M. Laïchour a débuté par un retour rapide sur 2019 : la végétalisation d’un premier carré du cimetière et l’aménagement d’un jardin du souvenir réalisés par l’équipe du paysagiste magnésien Alain Bertrand; et la mise en service du local santé situé à Sansais près de la mairie. Ce bâtiment accueille aujourd’hui trois kinésithérapeutes, deux infirmières et une orthophoniste. « Il reste encore un local juste à côté pour éventuellement un médecin qui souhaiterait s’installer », souffle le maire.

Le « serpent de mer » a bien sûr été évoqué. « La fameuse fibre dont tout le monde parle doit d’abord arriver à Sansais en provenance de Frontenay-Rohan-Rohan et c’est Magné et Coulon qui devraient nous fournir la fibre pour le village de La-Garette. Dans un mois et demi ou deux mois au plus tard les premières habitations pourraient se raccorder. » Il s’agit d’une opération lancée sur son territoire de compétence par la première Communauté d’agglomération de Niort (CAN1) qui comptait alors 29 communes adhérentes. Par ailleurs, M. Laïchour a souligné que sa commune a transféré la gestion de la piscine à la Communauté d’agglomération du Niortais (CAN2), laquelle a réalisé des travaux. On notera que la CAN2 a aussi les compétences gestion de l’eau potable et d’assainissement, d’où la récente construction de la station d’épuration et du réseau ad hoc à Sansais.

« Les vœux de Rabah étant réputés dans toute la région », selon le président de la CAN2 Jérôme Baloge qui affirme « comprendre pourquoi » en écoutant le maire exposer « la richesse humaine ». « Que serait la commune sans les hommes et les femmes qui la composent ? » a souligné M. Laïchour. « La richesse humaine qui ne se voit peut-être pas. Les hommes et les femmes qui vivent sur le territoire. C’est la première richesse et c’est une richesse qui est renouvelable. » Il a ainsi remercié toutes les associations, tous les bénévoles qui font « qu’il y ait de la vie, du lien social sur notre commune et ailleurs. »

Une histoire de sens

Le premier édile de la commune a cité l’atelier initiation à l’informatique. « Cette initiative a plusieurs sens », selon lui. « Le premier c’est que vous avez des enfants qui ont une dizaine d’années qui travaillent sur le même outil informatique que leurs parents, leurs grands-parents, voire leurs arrières grands-parents. A l’horizon 2022, il y aura le tout numérique, les papiers vont disparaître, vous ferez tout par Internet, votre déclaration d’impôt, votre carte d’identité, refaire votre passeport… Il y a des gens qui n’ont pas Internet, qui n’ont pas suivi de formation à l’informatique. Alors grâce au groupe La Poste, nous avons mis en place des cours d’initiation à l’informatique. Ce n’était que quelques heures mais il y a eu quatre groupes de six personnes. On voit qu’aujourd’hui plusieurs générations travaillent sur le même outil et parfois les enfants et les petits-enfants apprennent aux parents et aux grands-parents. »

« L’autre sens », développe le maire, « les gens qui décident au trentième étage d’une tour à Bercy, à Paris, dans les bureaux des ministères, ne connaissent pas notre réalité. Ils vont décider là-bas de ce que l’on va faire ici. Il va falloir qu’on nous donne peut-être aussi les moyens à nous, les collectivités, pour apporter des réponses aux besoins des populations. Les besoins augmentent alors que les moyens baissent. Et nous, on est pris entre les deux. Nous sommes la tranche de jambon dans le sandwich. Mais on résiste. La preuve, on met en place ce genre d’opération. »

Les finances

Côté finances, « aujourd’hui, la commune doit 300 000 euros aux banquiers. Et sur ces 300 000 euros, il y a 120 000 euros qui ont servi à faire les locaux de santé qui sont couverts par les loyers. Donc la commune est endettée à hauteur de 180 000 euros. La presse a récemment publié les taux de désendettement de plusieurs grosses communes de la CAN : 4 ans, 5 ans, 6 ans. . . Nous c’est un an, c’est à dire que si en 2020, les élus de Sansais disent « nous, on ne fait rien comme investissement », avec les économies faites, la municipalité rembourse la banque. Eh bien, à partir du 1er janvier 2021, la commune de Sansais ne devrait plus rien à la banque. »

Élections municipales

Quand aux prochaines élections municipales, le maire sortant analyse : « L’échéance approche. Des maires repartent, c’est leur droit, d’autres appuient sur la pédale de frein et ne repartent pas, d’autres réfléchissent. Chaque cas est unique. J’ai cherché en vain des articles de presse positifs qui encouragent les hommes et les femmes à se porter candidats, je n’en ai pas trouvé. Il faut être quinze, quinze marcheurs qui vont marcher pendant six ans. Même s’ils ont des ampoules aux pieds, ils ne vont pas enlever leurs chaussures. Marcher ensemble et aussi la main dans la main pour le bien de la collectivité. Il faut avoir, bien sûr, aussi un projet. Autant que je sache, la campagne électorale démarre le 2 mars, pas avant. Et nous sommes le 24 janvier. Pour résumer, moi maire de Sansais, je suis un peu comme ça, je réfléchis, je n’ai pas ouvert la porte et je ne l’ai pas fermée. Et je poursuis le travail en cours qui est prenant, très très prenant. C’est à dire qu’il faut faire deux choses à la fois. Je préfère finir le travail en cours et après on voit. On finit d’abord le match avant de penser au suivant. »

Moralité

Consacrée à l’abeille, cette composition-décoration a été réalisée par le jeune Enzo et sa maman. Photo Gilles Petit

En fin d’allocution, M. Laïchour est revenu sur la richesse sous forme de dialogue avec « un copain » : « Au fait, sur ta commune y’a combien d’habitants ? Peut-être un million, deux millions ! Mais t’es fou ! Non, je ne suis pas fou ! Si tu me parles des humains, nous sommes 900, mais il y a d’autres habitants sur ma commune, des chevaux à la Maison du cheval, des chevreuils dans le Marais, des vaches dans les prés… ce sont des habitants ! Et il y a surtout un habitant, un insecte dont on a besoin si on veut que la race humaine ne disparaisse pas, c’est l’abeille. » Une façon d’assurer la transition avec l’invité d’honneur de la soirée, l’abeille. Le maire a ainsi laissé la parole à M. Dominique Vignault de « L’abeille des Deux-Sèvres » qui a animé une courte conférence consacrée à la vie et l’œuvre des abeilles.

La cérémonie s’est achevée par la distribution d’une enveloppe contenant des graines à semer « pour faire travailler les abeilles ». « Une façon de faire sa part dans la société », selon le maire de Sansais-La Garette. A l’image de cette légende amérindienne citée par M. Pierre Rabhi du Mouvement « Colibris faire sa part », contée à l’assistance : https://player.vimeo.com/video/32564879

« Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! « Et le colibri lui répondit : « je le sais, mais je fais ma part. »

Gilles PETIT

« Merci » nos meilleurs vœux pour l’an 2020

Publié le Mis à jour le

En guise de vœux pour l’année qui débute, je me permets de donner la parole au groupe musical français « Clouman » (membres: Gilles PERNOUD / Christian MORFIN / Richard VECCHI / David GAILLARD / Paolo / Dorian) qui vient de diffuser une chanson intitulée « MERCI » (janvier 2020).

A voir, à revoir, à écouter. . . sur la chaîne YouTube CloumanOfficiel et au lien suivant :

https://l.facebook.com/l.php?u=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com

Images dans le clip : greenpeace, WWF, médecin du Monde, MSF, Sea-Shepherd, ASPAS, P-WAC, Gorilla, Home (Yann Arthus Bertrand), hushuaia,reportages divers , etc.

Bonne année !

Merci !

Gilles PETIT

 

MERCI (reprise du texte publié sur YouTube le 7 janvier 2020)

J’ai pas connu la guerre les tranchées
J’ai pas connu les camps de prisonniers
J’ai pas connu la peur d’être tué
J’ai pas résisté, pas été torturé
J’ai jamais su comment être un héros
Toute ma vie, je cherche le risque zéro!

Je suis l’enfant des longues paix
Du confort du plaisir surfait
L’enfant de la consommation
La vie facile et la dépression
Je suis l’enfant des grands dégâts
Tous mes gestes se prêtent aux débats
Et ma conscience au fond de moi
Me rappelle que tout autour de moi
Il y a des gens qui ne sont pas comme moi
A qui je dois plutôt dire MERCI
OH MERCI merci à toux ceux qui colorient ma vie
Oh merci, merci merci à tous ceux qui protègent la vie
Oh merci, merci, à tous ceux qui se battent pour la terre en sursis
Oh merci, merci et tant pis pour ceux qui n’ont rien compris!

J’ai pas connu la peste, le choléra
J’ai pas connu la famine et les rats
J’ai pas connu la mine et le charbon
J’ai pas migré caché dans un camion,
J’ai jamais su dépasser mon égo
Replié sur moi , je la joue solo

Je suis l’enfant sans l’innocence
Inhibé devant l’indécence
L’enfant de nos intolérances
Biberonné au taux de croissance
Je suis l’enfant des grandes illusions

http://www.youtube.com/clouman69

Festival international de peinture de MAGNE 79 : clôture du 31ème, place au 32ème, vidéo et images

Publié le Mis à jour le

Sous titré « La peinture Grandeur Nature », le 31ème Festival international de peinture de Magné (Deux-Sèvres) a refermé ses chevalets. La 32ème édition se déroulera les 18 et 19 juillet 2020.

235 artistes (sans compter les enfants) ont participé à la réussite du 30ème anniversaire de l’association organisatrice Magné Animation. Le jury a primé trente-trois « adultes » et huit « juniors », attribuant ainsi plus de 12.000 euros de prix.

Nous vous proposons de découvrir ou redécouvrir en vidéo cette 31ème édition, ainsi que la proclamation du palmarès 2019, au lien YouTube suivant : https://youtu.be/lt9XouF-x3g

Prise de vue : Gilles Petit
Réalisation : Capt’Action79. juillet2019

 

Toutes Catégories
Prix POUJOULAT : NGUYEN Kim-Chi
Prix THEBAULT : RODRIGUEZ Cathy
Prix restaurant LA BELLE ETOILE : VALLENET Annick
2ème Prix Pastel – Prix Embarcadère CARDINAUD : DAVID Nadia
2ème Prix Aquarelle – Prix GROUPAMA : DELAROCHE Dominique
Prix PARC NATUREL REGIONAL : FAURE-ROSSARD Christiane

Prix Spécial
Prix Conseil Départemental 79 : KIENER Christiane
2ème Prix Techniques Mixtes – Prix CREDIT MUTUEL : COURILLEAU Karen

Toutes Catégories
Prix AUDIS : BAURUEL Dominique
Prix Groupe Y NEXIA : CHÂTEAU Frédéric
Prix Ambulance de l’ANGELIQUE : LE DEROFF Michel
Prix GRAFIC ENCADREMENT : LE BORGNE
3ème Prix Huile – Prix MARAIS POITEVIN IMMOBILIER : FOURREAUX Michel
3ème Prix Pastel – Prix PIEJAC MAINGRET : RIBARDIERE Marie-Noelle
3ème Prix Techniques Mixtes – Prix ROUVREAU RECYCLAGE : BELAIR Yvan
Prix MUTUELLE DE POITIERS : ACHARD Joël
Prix AXA Assurances : PUMA QUISPE Sabino
Prix TERRASSON : DAUGA Jean-Jacques
Prix AMBASSADE DU VIN : MOREAU Jean-François
Prix GRAPHIC APPLICATION : FAGES Roger
Prix EUROVIA : RAUSA Robert-Victor
Prix TEDELEC : LE MOUEL Stéphane
Prix EVERGIE : BRAILLON Michel
Prix ACSOR : MARTIN-HAJPEK Vesnica
3ème Prix Aquarelle – Prix NEWLOC : PATETA Serge

Une ultime exposition des tableaux lauréats des prix 2019

Comme de coutume, le public a pu revoir, en octobre 2019, toutes les œuvres primées dans les locaux du Centre culturel du Four Pontet. Cette ultime exposition, ouverte pour la première fois sur deux weekends, s’est refermée par le « décrochage » des tableaux avec remise à leurs parrains respectifs présents.

Photos Gilles PETIT

Un nouveau président du jury en 2020

Gilles PETIT

A l’issue de l’assemblée générale de Magné Animation, le conseil d’administration a accueilli de nouveaux adhérents. Photo : les membres du CA en compagnie des artistes Daniel Doutre et Richard Gautier (à gauche). Photo Gilles PETIT

Journées du patrimoine : « Les pierres nous racontent » ou l’histoire de Coulon (Deux-Sèvres) en balade

Publié le Mis à jour le

A l’occasion des Journées européennes du patrimoine, samedi 21 septembre 2019, les membres de la commission culture et patrimoine du Centre Social et Culturel du Marais (CSCM) ont retracé le passé de leur village : Coulon (Deux-Sèvres), en mode déambulation en suivant deux comédiens.

Mise en scène par Cosette Pignoux, la balade dans le centre-bourg de Coulon « Les pierres nous racontent » était animée par les comédiens Céline Bernard et Pierre-Jean Calmel. Photo Gilles PETIT

Dans la rubrique « Arts et divertissements » des Journées européennes du patrimoine, le public était invité à une balade dans les rues du centre-bourg de Coulon animée par deux comédiens. Intitulée « Les pierres nous racontent », cette déambulation a fait revivre un passé « pas si éloigné que ça », dit-on.

Avant de se lancer dans l’aventure, les participants ont d’abord été invités à suivre Adeline et Danielle. Ces « expertes » de la commission culture et patrimoine du CSCM ont commenté la riche exposition présentée dans les locaux de ce centre social. Leur but, (re)plonger les visiteurs au cœur des siècles passés de Coulon, à l’aide de plans, de photographies, de témoignages, de documents édités en recueils, . . ., fruits des recherches effectuées par le collectif « Histoire et patrimoine ».

Photo Gilles PETIT

Ainsi imprégnés de la vie culturelle locale, les promeneurs ont rejoint Céline Bernard, de la compagnie « La part belle », et Pierre-Jean Calmel, de la compagnie « Point du jour ». Sur une mise en scène de Mme Cosette Pignoux, du Théâtre Roger-Blin de Coulon, qui a également élaboré les dialogues, ces deux comédiens ont prêté leur voix aux pierres du village.

« La journée du patrimoine est une belle expérience », admet Pierre-Jean Calmel. « Je connais un peu Coulon mais j’ai redécouvert des petites choses, j’en ai appris des nouvelles. Selon les échos que nous avons perçus, les gens sont impressionnés par tous les changements qu’il a pu y avoir dans ce village. Ce qui fait que le public est content. Qu’il soit conquis et qu’il soit heureux d’avoir pu participer à ce projet, c’est tout ce qui compte. »

« On essaie de transmettre des valeurs et des éléments comme ça qui nous touchent », espère Céline Bernard. « Nous sommes  contents, nous avons pu faire avec Cosette Pignoux un projet ensemble sur un événement éphémère comme celui là ! » Raconter l’histoire de Coulon dans l’authenticité mais d’une façon artistique.

Céline Bernard a créé la compagnie « La part belle » en 2016 sur Niort (79) en débutant par un spectacle, intitulé « Mila Charabia », destiné au jeune public et à la toute petite enfance. Dans un autre genre, la compagnie tourne aussi avec « Personal box ». Il s’agit d’un groupe qui « construit des appareils de musique avec des bidons, des machines à laver, des vieilles boîtes, . . . auxquels on ajoute deux ou trois cordes. On récupère tout ça dans l’esprit des noirs américains qui, dans les champs de coton, faisaient des cigar-box guitars avec des boîtes à cigares. » Un album CD est en bonne voie, ainsi qu’un « petit spectacle créé avec l’aide du metteur en scène Joël Picard. » Puis viendra une autre création, plutôt théâtre et marionnettes au doux nom de « Le cœur juste » reprenant un texte de Georges Sand : La petite Fadette. « La première représentation est prévue au mois de novembre. D’ailleurs, nous cherchons des co-producteurs, du moins des gens pour nous diffuser. » Contact Céline Bernard : tél. 07 77 07 19 90 Site lapartbellecompagnie.com

Pierre-Jean Calmel est comédien, metteur en scène, pédagogue, et animateur d’ateliers théâtre en milieu rural principalement. Sa compagnie « Point du jour » est basée à Mauzé-sur-Le-Mignon (79). Elle intervient également du côté de Surgères (17) et dans le Bordelais. « Avec ma compagnie et deux anciens camarades de conservatoire, nous avons monté deux spectacles jeune public » informe Pierre-Jean Calmel, « un Chat botté réécrit tiré du conte de Charles Perrault; et « Le petit manuel du héros » qui raconte le voyage et les épopées des héros de tous temps en posant la question : Y a-t-il un héros qui sommeille en chacun de nous? Comme quoi, il n’y a pas besoin de porter un costume ou de faire la une des journaux pour accomplir des choses au quotidien mais qui peuvent parfaitement être aussi des actes héroïques. »  Contact Compagnie Point du jour, n°6 rue de la Distillerie à Mauzé-sur-Le-Mignon 79210; tél. 06 76 91 92 32.

Gilles PETIT

Les pierres des bâtisses de Coulon ont parlé lors des Journées européennes du patrimoine, les 21 et 22 septembre 2019 . Photo Gilles PETIT

MARAIS POITEVIN : Magné (79) a tracé un sentier de découvertes “ De port en port ”

Publié le Mis à jour le

Malgré l’éventuelle présence du « Bras rouge », la municipalité magnésienne a tracé un sentier de découvertes intramuros « De port en port », autour du thème de l’eau et du petit patrimoine local. Une petite balade pédagogique de deux kilomètres.

Le départ du sentier « De port en port » est situé devant ce panneau d’information fixé sur le mur des toilettes publiques de l’Espace du Bief, parking du 11ème GRCA. Photo Gilles PETIT

« Pour démarrer, » explique Mme Martine Brouard, adjointe au maire de Magné et coordinatrice du groupe de travail patrimoine qui a planché sur ce projet, « nous voulions un sentier adapté aux personnes à mobilité réduite et destiné aussi bien aux Magnésiens qu’aux touristes. Il fallait un sentier pas très long, qui peut être la promenade du dimanche, sur deux kilomètres suivant un parcours permettant de découvrir le patrimoine. »

Quel patrimoine ? C’était la question. Mme Brouard tente une réponse : « En fait de patrimoine, Magné a peu de monuments historiques, à part l’église, la chapelle Sainte-Macrine, le Four Pontet, le pont-levis. On ne fait pas un sentier du patrimoine avec trois ou quatre monuments. Donc, nous avons arpenté les rues. En regardant, en observant, nous avons trouvé une foule de choses : des fours à pain, des puits, une pompe, des abreuvoirs, des choses intéressantes mais de petits patrimoines. Ça ne fait pas un sentier du patrimoine. Il fallait absolument trouver un fil conducteur. Or, Magné est une île. Cette île comporte 22 ports. C’est exceptionnel pour une commune d’avoir autant de ports. » En effet, la Sèvre Niortaise, avec ses bras, entoure toute l’île de Magné. Fort de ce constat, le groupe de travail a décidé de retenir la thématique de l’eau.

A partir de cette idée, le groupe a affiné sa réflexion en sollicitant M. Richard Joseph, conseiller patrimoine au Parc naturel régional du Marais Poitevin.

Comment faire le lien ? A l’évidence, créer un sentier « De port en port ». Le projet a été centré sur le centre-bourg. Aujourd’hui, sur huit ports intramuros, des pupitres retracent l’histoire des gens d’ici, la façon dont ils vivaient au quotidien,  avec les petits métiers, les tisserands, les sabotiers, les tailleurs de pierres, et les tâches au cœur du Marais comme l’exploitation du bois, sans oublier la pêche aux engins. La lessive, les contes, . . . tout ce patrimoine immatériel a été recensé. Le patrimoine dit naturel est, lui aussi, détaillé. Outre les oiseaux, les poissons, . . .  et les plantes locales, à découvrir au fil des pupitres, l’aménagement de « l’île du Bras Rouge » devrait interpeller les visiteurs. On notera que les textes sont doublés en anglais, et que les panneaux proposent également aux enfants un jeu de questions « A toi de jouer !», dont les réponses figurent à la station suivante.

Prochainement jalonné de «clous» en laiton fixés au sol (actuellement remplacés par des flèches blanches collées), le balisage du sentier de découvertes débute face au panneau d’information installé au parking du 11ème GRCA (parking du stade, des terrains de pétanque et de tennis). Direction la première station, un hangar à vocation pédagogique, porte d’entrée de « l’île du Bras rouge ».

Acheté par la collectivité locale depuis de nombreuses années à la société Bidet, cet hangar a désormais une vocation pédagogique, notamment pour les enfants. Photo Gilles PETIT
Le hangar offre aussi le gite aux chauves-souris, en particulier à la pipistrelle commune européenne. Photo Gilles PETIT

Après avoir sillonné le « vieux bourg », le sentier mène de l’autre côté de la route départementale autour de laquelle est construit le village de Magné. Le promeneur passe devant l’incontournable église Sainte-Catherine, afin de rejoindre un pupitre évoquant un château. Car Magné possédait son château. Notre guide Martine Brouard commente le plan floqué sur le pupitre n°6 : « Le vieux château de Magné était situé sur le site de l’ancienne tour. Cette tour, construite en bordure de la Sèvre Niortaise, était un édifice qui défendait l’île de Magné. Dans les années 900, un édit de Charles-le-Chauve impose la construction de tours afin d’éviter aux vikings de remonter les fleuves et d’envahir le pays et de tout dévaster. Donc cette tour protégeait les habitants d’une invasion par voie d’eau. » Voilà le lien avec la Sèvre Niortaise. Ensuite, le sentier remonte par les bords du fleuve. « Et là, on découvre un autre aspect de Magné avec une partie plus « balnéaire » qui évoque les villas de la côte atlantique dont le Cottage du Roc, les Charmettes, de belles maisons, jusqu’à l’Espace culturel du Four Pontet et le remarquable pont-levis. »

Constitué d’élus et de bénévoles magnésiens, le groupe de travail « sentier du patrimoine » s’est adjoint les services de l’Agence Magenta Conseil, maître d’œuvre du parcours, du cabinet 1D2, graphisme, signalétique et scénographie du chantier, et l’entreprise de menuiserie MB2. Sans oublier les travaux réalisés par les employés municipaux qui ont travaillé « avec enthousiasme, compétence et beaucoup de plaisir », selon le maire de Magné Gérard Laborderie, à l’aménagement de l’île au Bras Rouge.

Martine Brouard a coupé le symbolique ruban inaugural du sentier de découvertes « De port en port », accompagnée (de gauche à droite) de Cathy Tromas, conseillère municipale et vice présidente du Parc naturel régional du Marais Poitevin, Gérard Laborderie, maire de Magné, Sébastien Billaud, adjoint au maire, et Séverine Vachon, vice-présidente du Conseil départemental 79 et présidente de l’Institution Interdépartemental du Bassin de la Sèvre Niortaise. Photo Gilles PETIT

Gilles PETIT

Illustration Agence 1D2 Niort

MARAIS POITEVIN : A Coulon, une bénédiction des bateliers entre tradition et animation touristique

Publié le

Le dimanche 18 août 2019, le village de Coulon (79) a été le théâtre d’une « bénédiction des bateliers ». Le nom de Saint-Nicolas, le patron des bateliers et mariniers, et des navigateurs d’une manière générale, n’a pas été cité. En effet, il s’agissait d’une animation touristique imaginée en 2003 par le curé local, l’abbé Michel Chataigner. A l’époque, le Père Michel, comme l’appelaient amicalement les Coulonnais croyants ou non, parlait de « pardon » car plusieurs centres importants de la batellerie en France et en Belgique utilisaient ce terme pour désigner des fêtes et traditions souvent anciennes ponctuant la vie marinière,  toujours avec une double vocation, civile et religieuse.

Installés chacun dans un bateau, une vingtaine de guides-bateliers, tous employés par la même entreprise de balades touristiques ont participé à la manifestation. Photo Gilles PETIT

S’inspirant d’une demande formulée, l’année précédente, par des motards stationnés sur le parvis de l’église de Coulon, qui avaient demandé au prêtre, et obtenu, de les bénir avec leurs motos, le père Michel a eu l’idée d’appliquer cette « tradition » aux guides qui conduisent les touristes en barque sur l’ensemble du Marais Mouillé. L’idée a alors évolué en manifestation qui n’aurait rien de religieux car elle était alors réprouvée par le Conseil pastoral du secteur qui couvrait, à cette époque, les communes de Coulon, Magné et Sansais-La Garette.

Du haut de la passerelle coulonnaise, le père Michel a procédé à la toute première « bénédiction des guides-bateliers » le samedi 14 juin 2003. Photo Gilles PETIT/CO

Grâce à sa pugnacité « légendaire », le père Michel Chataigner a réussi à organiser, le samedi 14 juin 2003, une nouvelle animation estivale à Coulon qu’il a appelée : « la bénédiction des bateliers ». En réalité, c’était un rassemblement de guides-bateliers volontaires, croyants ou non, de l’ensemble des embarcadères commerciaux de la Venise Verte. Ce fut un succès. 37 guides-bateliers, issus donc d’entreprises locales, ont répondu à l’appel, munis chacun d’une pelle (une rame) à la main.  Ce samedi-là, les participants se sont rassemblés sur le parvis de l’église de Coulon pour s’élancer à 9 heures précises vers les quais de la Sèvre Niortaise jusqu’à la place de la Coutume, en suivant une joueuse d’accordéon. A 9h15, les guides embarquaient à bord de sept bateaux à la cale de la Coutume, lesquels ont remonté la Sèvre Niortaise en amont de la passerelle qui enjambe ce fleuve. Puis, à 9h30, simplement accompagné de deux enfants de chœur, le père Michel s’est installé sur la passerelle. Il a d’abord entonné la chanson « Les bateliers de la Volga », avant de faire une brève allocution. Il a notamment retracé l’histoire des activités quotidiennes des Maraîchins et celle des premières balades touristiques. Ensuite, il a procédé à la bénédiction proprement dite. Un quart d’heure plus tard, tout le monde, y compris le peu de personnes présentes, s’est réuni autour du verre de l’amitié servi à proximité sur le Quai Louis-Tardy. La matinée s’était poursuivi en musique et en pas de danse.

En septembre 2004, après trois années de sacerdoce dans le Marais, l’abbé Michel Chataigner fut nommé dans le nord des Deux-Sèvres, en pays thouarsais. L’abbé Fabien Zlatev, son successeur, n’a repris le flambeau qu’en 2011, répondant favorablement aux sollicitations de la municipalité Michel Simon et d’un entrepreneur de balades touristiques installé à Coulon. Avant son départ pour Chauvigny dans la Vienne, en septembre 2014, le père Fabien a transmis la « tradition » à ses successeurs, le père Auguste Sambou, en collaboration avec un autre prêtre-coopérateur, le père Claude Baratange, responsables d’une nouvelle paroisse « Sainte-Sabine en Niortais » regroupant les communautés des anciens secteurs pastoraux de Beauvoir-sur-Niort / Frontenay-Rohan-Rohan, Marais / Mignon et Prahecq / Fors.

Le père Fabien Zlatev lors de la bénédiction des bateliers.
En 2014, le père Michel Chataigner (au premier plan sur la photo) était au côté du père Fabien Zlatev lors de cette « bénédiction des bateliers ». Photo J. C. Coursaud/NR
 

Dimanche 18 août 2019, la « bénédiction des bateliers » a suivi un protocole semblable à celui élaboré par le père Michel. A ceci près que les festivités ont débuté à 19 heures, après la journée de travail des guides-bateliers. Au départ de l’église de Coulon, les abbés Auguste Sambou et Claude Baratange ont conduit le cortège en présence de Monseigneur Pascal Wintzer, archevêque du diocèse de Poitiers.

Sans croix chrétienne ostensible, les prières, les chants et les textes entonnés depuis l’autel improvisé au sommet de la passerelle, ont donné un caractère particulièrement religieux à cette manifestation. Une animation qui s’est déroulée au-dessus et sur un fleuve du domaine public.

Archevêque de Poitiers, Monseigneur Pascal Wintzer. Photo Gilles PETIT

Dans son commentaire de circonstance, Mgr Pascal Wintzer a parlé du Marais Poitevin « fruit d’un équilibre savant et délicat où tout doit être pris en compte à la fois, l’eau, la végétation, la faune et aussi les êtres humains. » Il a développé ses propos : « le Marais Poitevin, c’est un peu un raccourci de toute notre planète. Notre planète est aussi fragile. Fruit d’un équilibre savant où chaque élément a sa place. (. . .) Nous sommes à une époque, c’est le cas de notre génération, où nous prenons conscience de cette fragilité, la fragilité de la planète, la fragilité des animaux et la fragilité de notre vie. Nous avons oublié cette fragilité. On a voulu se développer, nous occidentaux, à tout prix. Au prix de l’exploitation de la planète et de ses ressources et on mesure aujourd’hui les conséquences de cela à travers les différentes crises qui marquent toute notre planète. (. . .) L’eau, la végétation, les espèces qui disparaissent et même l’humain qui, à terme, pourrait voir son espérance atteinte. (. . .) J’espère que vous continuerez, vous bateliers et vous tous ici qui vivez dans le Marais, à accueillir tant de visiteurs pour qu’ils transmettent cette leçon, cette leçon d’espérance dont l’humanité a été capable de faire un Marais si beau et d’une humanité qui aujourd’hui encore et demain est capable de construire et de faire que notre planète soit plus belle, plus belle pour tous et plus belle pour tous les êtres humains. Espérons; le Marais est une source d’espérance. »

Gilles PETIT

La passerelle de Coulon, un autel de circonstance. Photo Gilles PETIT