Rabah Laïchour

SANSAIS-LA GARETTE : « Bienvenue chez vous » aux vœux du maire Rabah Laïchour

Publié le

Lors de la cérémonie des vœux de la municipalité de Sansais-La Garette, le « Bienvenue chez vous », lancé par le maire Rabah Laïchour dans la trop petite salle du Châtelet à La-Garette, s’adressait « aux hommes et aux femmes qui composent la commune ». Une « richesse humaine qui ne se voit peut-être pas ».

M. Rabah Laïchour, maire de Sansais-La Garette (79) Photo Gilles Petit

Bien évidemment, le discours de M. Laïchour a débuté par un retour rapide sur 2019 : la végétalisation d’un premier carré du cimetière et l’aménagement d’un jardin du souvenir réalisés par l’équipe du paysagiste magnésien Alain Bertrand; et la mise en service du local santé situé à Sansais près de la mairie. Ce bâtiment accueille aujourd’hui trois kinésithérapeutes, deux infirmières et une orthophoniste. « Il reste encore un local juste à côté pour éventuellement un médecin qui souhaiterait s’installer », souffle le maire.

Le « serpent de mer » a bien sûr été évoqué. « La fameuse fibre dont tout le monde parle doit d’abord arriver à Sansais en provenance de Frontenay-Rohan-Rohan et c’est Magné et Coulon qui devraient nous fournir la fibre pour le village de La-Garette. Dans un mois et demi ou deux mois au plus tard les premières habitations pourraient se raccorder. » Il s’agit d’une opération lancée sur son territoire de compétence par la première Communauté d’agglomération de Niort (CAN1) qui comptait alors 29 communes adhérentes. Par ailleurs, M. Laïchour a souligné que sa commune a transféré la gestion de la piscine à la Communauté d’agglomération du Niortais (CAN2), laquelle a réalisé des travaux. On notera que la CAN2 a aussi les compétences gestion de l’eau potable et d’assainissement, d’où la récente construction de la station d’épuration et du réseau ad hoc à Sansais.

« Les vœux de Rabah étant réputés dans toute la région », selon le président de la CAN2 Jérôme Baloge qui affirme « comprendre pourquoi » en écoutant le maire exposer « la richesse humaine ». « Que serait la commune sans les hommes et les femmes qui la composent ? » a souligné M. Laïchour. « La richesse humaine qui ne se voit peut-être pas. Les hommes et les femmes qui vivent sur le territoire. C’est la première richesse et c’est une richesse qui est renouvelable. » Il a ainsi remercié toutes les associations, tous les bénévoles qui font « qu’il y ait de la vie, du lien social sur notre commune et ailleurs. »

Une histoire de sens

Le premier édile de la commune a cité l’atelier initiation à l’informatique. « Cette initiative a plusieurs sens », selon lui. « Le premier c’est que vous avez des enfants qui ont une dizaine d’années qui travaillent sur le même outil informatique que leurs parents, leurs grands-parents, voire leurs arrières grands-parents. A l’horizon 2022, il y aura le tout numérique, les papiers vont disparaître, vous ferez tout par Internet, votre déclaration d’impôt, votre carte d’identité, refaire votre passeport… Il y a des gens qui n’ont pas Internet, qui n’ont pas suivi de formation à l’informatique. Alors grâce au groupe La Poste, nous avons mis en place des cours d’initiation à l’informatique. Ce n’était que quelques heures mais il y a eu quatre groupes de six personnes. On voit qu’aujourd’hui plusieurs générations travaillent sur le même outil et parfois les enfants et les petits-enfants apprennent aux parents et aux grands-parents. »

« L’autre sens », développe le maire, « les gens qui décident au trentième étage d’une tour à Bercy, à Paris, dans les bureaux des ministères, ne connaissent pas notre réalité. Ils vont décider là-bas de ce que l’on va faire ici. Il va falloir qu’on nous donne peut-être aussi les moyens à nous, les collectivités, pour apporter des réponses aux besoins des populations. Les besoins augmentent alors que les moyens baissent. Et nous, on est pris entre les deux. Nous sommes la tranche de jambon dans le sandwich. Mais on résiste. La preuve, on met en place ce genre d’opération. »

Les finances

Côté finances, « aujourd’hui, la commune doit 300 000 euros aux banquiers. Et sur ces 300 000 euros, il y a 120 000 euros qui ont servi à faire les locaux de santé qui sont couverts par les loyers. Donc la commune est endettée à hauteur de 180 000 euros. La presse a récemment publié les taux de désendettement de plusieurs grosses communes de la CAN : 4 ans, 5 ans, 6 ans. . . Nous c’est un an, c’est à dire que si en 2020, les élus de Sansais disent « nous, on ne fait rien comme investissement », avec les économies faites, la municipalité rembourse la banque. Eh bien, à partir du 1er janvier 2021, la commune de Sansais ne devrait plus rien à la banque. »

Élections municipales

Quand aux prochaines élections municipales, le maire sortant analyse : « L’échéance approche. Des maires repartent, c’est leur droit, d’autres appuient sur la pédale de frein et ne repartent pas, d’autres réfléchissent. Chaque cas est unique. J’ai cherché en vain des articles de presse positifs qui encouragent les hommes et les femmes à se porter candidats, je n’en ai pas trouvé. Il faut être quinze, quinze marcheurs qui vont marcher pendant six ans. Même s’ils ont des ampoules aux pieds, ils ne vont pas enlever leurs chaussures. Marcher ensemble et aussi la main dans la main pour le bien de la collectivité. Il faut avoir, bien sûr, aussi un projet. Autant que je sache, la campagne électorale démarre le 2 mars, pas avant. Et nous sommes le 24 janvier. Pour résumer, moi maire de Sansais, je suis un peu comme ça, je réfléchis, je n’ai pas ouvert la porte et je ne l’ai pas fermée. Et je poursuis le travail en cours qui est prenant, très très prenant. C’est à dire qu’il faut faire deux choses à la fois. Je préfère finir le travail en cours et après on voit. On finit d’abord le match avant de penser au suivant. »

Moralité

Consacrée à l’abeille, cette composition-décoration a été réalisée par le jeune Enzo et sa maman. Photo Gilles Petit

En fin d’allocution, M. Laïchour est revenu sur la richesse sous forme de dialogue avec « un copain » : « Au fait, sur ta commune y’a combien d’habitants ? Peut-être un million, deux millions ! Mais t’es fou ! Non, je ne suis pas fou ! Si tu me parles des humains, nous sommes 900, mais il y a d’autres habitants sur ma commune, des chevaux à la Maison du cheval, des chevreuils dans le Marais, des vaches dans les prés… ce sont des habitants ! Et il y a surtout un habitant, un insecte dont on a besoin si on veut que la race humaine ne disparaisse pas, c’est l’abeille. » Une façon d’assurer la transition avec l’invité d’honneur de la soirée, l’abeille. Le maire a ainsi laissé la parole à M. Dominique Vignault de « L’abeille des Deux-Sèvres » qui a animé une courte conférence consacrée à la vie et l’œuvre des abeilles.

La cérémonie s’est achevée par la distribution d’une enveloppe contenant des graines à semer « pour faire travailler les abeilles ». « Une façon de faire sa part dans la société », selon le maire de Sansais-La Garette. A l’image de cette légende amérindienne citée par M. Pierre Rabhi du Mouvement « Colibris faire sa part », contée à l’assistance : https://player.vimeo.com/video/32564879

« Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! « Et le colibri lui répondit : « je le sais, mais je fais ma part. »

Gilles PETIT

FRONTENAY ROHAN-ROHAN (79) : Brigitte Compétissa, une femme et mère de famille avant tout !

Publié le Mis à jour le

Maire de la commune de Frontenay Rohan-Rohan, Mme Brigitte Compétissa venait d’être élue Conseiller départemental de son canton deux-sévrien. Elle faisait équipe avec M. Rabah Laïchour, maire de la commune voisine Sansais-La Garette, conseiller départemental du canton.  Elle est décédée le 29 juillet 2015 et inhumée à Colombiers (17) dans l’intimité familiale. Les instances locales et départementales ont organisé une cérémonie-hommage dans sa ville, le 21 août dernier. Les intervenants ont salué la mémoire d’une “ femme de combat ”, d’une “ élue engagée ”, d’un “ être sensible et dévoué ”. Mais, un point a plané sur l’assemblée sans être vraiment dévoilé. M. Rabah Laïchour : « Cette fois, je voudrais rendre un hommage à Brigitte Compétissa en tant que femme et mère de famille. Je lui dédie cette chanson d’Idir : Sendou. »

Lors d’une soirée à Puteaux, dans la région parisienne, le chanteur Idir a introduit « Sendou », « Baratte » en français. Un samedi  soir :

Quand j’ai fait cette chanson, j’ai automatiquement pensé à ma maman, donc inévitablement à la vôtre aussi…

Je me souviens, je devais avoir 7- 8 ans, pas plus
Nous étions en Kabylie, elle était là, à côté de moi, en train de battre du lait, qu’elle a mis dans une calebasse, – vous savez une espèce de baratte – elle le battait en faisant ce geste là (mouvements des mains tenant de chaque côté les cordelettes de la calebasse que le fait osciller), peut-être qu’un certain nombre d’entre vous ont déjà vu faire…

Et quand, elle faisait son acte, son travail, elle le rythmait aussi des mots, d’idées, de chants, de soupirs.

Ça lui arrivait de pleurer des fois même, d’esquisser un sourire à des moments aussi.

Mais vous savez sur le coup j’étais jeune, beaucoup trop petit pour comprendre. Ayant, bien sûr grandi, et surtout ayant emmagasiné toutes ces choses dans ma tête, dans ma mémoire, je me suis rendu compte alors qu’elle ne faisait que se confier à son instrument, parce qu’elle n’avait pas d’interlocuteur valable.

Et c’est là, où j’ai compris une chose, cette image de femme qui était là, subissant la loi du milieu, du mâle… et qui se confiait donc à une chose inerte…

C’est là où j’ai compris une chose assez importante dans ma vie, c’est que ce n’est déjà pas évident d’être une femme en général dans n’importe quelle société, qu’elle soit moderne, avancée, aboutie ou non, je crois que ça l’est encore moins dans des sociétés à fortes traditions telles que la mienne, et j’en voulais pour preuve cette dame qui se trouvait être ma mère…

J’ai compris une deuxième chose, c’est que… j’ai sorti inconsciemment cette chanson du fond de mon enfance, à travers des visions que j’ai eues, que j’ai vécues, des sensations que j’ai éprouvées,… J’ai tout de suite compris aussi qu’elle n’était plus à moi tout seul mais qu’elle nous appartenait tous,…parce que d’abord, on a tous une maman, et que, pour peu qu’on appartienne à une de ces sociétés un peu à fortes traditions, on a une image de la mère assez spécifique, assez spéciale… Et à ce titre, j’ai l’habitude donc de la partager avec vous, en vous demandant une chose, bien simple, ce que je fais depuis pas mal de temps : « essayez, ce soir, ce samedi soir à Puteaux, d’avoir dans votre tête, une image claire, précise, lumineuse, de celle qui vous a donné la vie,… ou tout simplement de celle que vous aimez,… qu’elles soient ou non de ce monde, je pense qu’elles seront à jamais gravées dans nos cœurs,…

Vous pourriez me dire pourquoi, bien sûr ?

Parce que l’un de vous pourrait me dire : ma maman est avec moi, on vît ensemble, il n’y a pas tellement de soucis !

Quelqu’un d’autre me dira : j’ai de ses nouvelles au téléphone, on se tient en contact,…

Mais vous savez, ce n’est pas du tout pour cela !….

Je vous le demande parce que je suis convaincu que vis-à-vis d’une femme en général et d’une maman en particulier, je crois que nous avons tous quelque chose à nous faire pardonner, ou à tout le moins à nous reprocher,…

Ne dîtes pas non tout de suite,… Rentrez en vous-mêmes, questionnez-vous,… et vous verrez bien !

Lequel ou laquelle d’entre vous, n’aura pas vu des larmes perler sur leurs joues, et surtout des larmes pour lesquelles nous avons une responsabilité plus ou moins directe,…sans compter tous ces pleurs, toutes ces larmes qu’elles auront versé à notre insu, parce qu’elles n’auront pas voulu nous les montrer, soit par pudeur, soit par crainte de nous heurter, soit pour se dire : ma foi, bon,…ces enfants, c’est moi qui les ai fait,..Si quelqu’un doit se sacrifier autant que ça soit moi !.

Franchement, lequel ou laquelle d’entre nous, tous, aura été pêché dans le tréfonds de leurs cœurs le moindre de leurs frissons,…la moindre de leur fragilité,…et surtout cessez de voir en elles des « mamans-couveuses », ou des « mamans-allaiteuses », qui ne sont là que pour la reproduction, alors qu’elles peuvent aussi avoir de la place pour un cœur contrarié, des amours contrariés, un désir frustré, etc.

Et à côté de cette femme, qui est la nôtre, j’aimerai avec votre permission que l’on associe l’image de ces millions et de ces millions de femmes qui sont resté là-bas, de l’autre côté de la Méditerranée, et qui n’ont pas la chance de vivre des moments comme ceux de ce soir,…

Et là aussi, vous pourriez me dire : Pourquoi ?

Parce que, comme nous tous, il nous arrive de rêver… puis surtout de courir naïvement après nos rêves… J’imagine que si ce soir on se mettait à penser à elles, il sera inscrit quelque part, en haut, dans le ciel de Dieu, qu’un soir de novembre, somme toute banal, dans une petite ville qui s’appelle Puteaux dans la région parisienne, quelques centaines de personnes étaient, là, ce soir,… mais cette soirée banale devient exceptionnelle dans la mesure où ces… quelques centaines de personnes… il n’y avait ni Marocains, ni Algériens, ni Français, ni Tunisiens, ni autre… il y avait simplement quelques centaines de cœurs qui étaient, là, les uns à côté des autres, prêts à sortir d’eux-mêmes ce qu’ils ont de meilleur, en émotions, en amours, en tendresses, et que dans un élan commun, en pensant à elles, bien sûr, j’imagine une boulée émotionnelle monter vers le ciel, traverser la mer, et puis aller s’éparpiller en millions et en millions de petits morceaux, chaque petit morceau étant un tout petit peu de baume dans leurs cœurs meurtris,…et c’est à ce moment-là, où cette fois-ci je suis sûr que ce n’est plus un rêve, on se dira dans un coin de ciel que ce soit là,…dans cette petite ville de Puteaux, ces quelques centaines de gens ont fait quelque chose de magnifique.

Voici la chanson « S’sendu » en kabyle, « Baratte » en français, interprétée par le chanteur Idir :