Frontenay Rohan-Rohan

MARAIS POITEVIN : à Amuré (79), la Fête du frêne têtard a déjà 20 ans.

Publié le Mis à jour le

Dédiée à l’arbre emblématique du Marais Poitevin, la Fête du Frêne Têtard a fêté sa 21ème édition à Amuré (Deux-Sèvres) les 4 et 5 novembre 2017. Le programme était aussi étoffé que l’an passé, la commune ne s’arrêtant plus après ses succès précédents. Un village de quatre cents habitants qui a reçu près de 4 000 personnes en deux jours.

La Fête du frêne têtard a accueilli la seule et unique 2cv Citroën au monde construite en bois.

Dans son allocution prononcée lors de l’inauguration de l’édition 2017 de la Fête du frêne têtard, M. Rabah Laïchour, conseiller départemental du canton, a dressé ce constat :

« Sauver l’homme et la planète » passe par la protection des insectes pollinisateurs dont les abeilles.

« Pendant que le mois de juin est plus chaud que le mois d’août, que la pluie se fait de plus en plus rare, que nous mangeons des haricots verts en plein hiver, qu’on nous annonce une pénurie de beurre alors qu’il y a des vaches dans les prés, qu’on est capable de séjourner dans l’espace pendant que d’autres hommes et femmes risquent leur vie en pleine mer pour fuir la misère, les guerres, la sécheresse, que beaucoup d’espèces animales et végétales sont en voie de disparition, faisons en sorte de sauver l’homme et la planète à laquelle il appartient, comme disait Antoine de Saint-Exupéry ».

Au delà du frêne têtard, l’environnement, en général, et sa préservation, en particulier, sont omniprésents à Amuré, chaque début novembre. Depuis maintenant vingt ans, le programme de la Fête s’est peu à peu enrichi au point qu’il est aujourd’hui copieux : des randonnées découvertes des Marais Mouillés environnants ; un éveil familial à la découverte de la faune et de la flore du Marais ; une conférence sur les abeilles ; des ateliers environnementaux pour toutes les générations d’humains (fabrication de nichoirs, initiation aux techniques de culture dite naturelle . . .) ; un programme de plantations d’arbres ; des échanges de plants ; un marché de producteurs locaux et bio ; des pépiniéristes avec leurs conseils pour réussir les plantations d’hiver ; une initiation-découverte du Qi Gong (gymnastique chinois douce) ; des expositions et jeux sur le Marais d’hier et d’aujourd’hui ; etc.

 Bien évidemment, il était installé une mini ferme regroupant les animaux de races locales dont des bœufs de près d’une tonne.

Plusieurs temps forts étaient proposés à Amuré. Outre la dégustation d’une fricassée d’anguilles, « et attention des anguilles fraîches pas surgelées « Made in China » mais venant tout droit de nos voisins des Marais Nantais et cuisinées sur place par un Maître Artisan » précisent les organisateurs, et le concert gratuit d’un jeune duo de Mauzé-sur-Le-Mignon (79) « Nanarage », la Fête a accueilli la seule et unique 2cv Citroën au monde construite en bois, et « qui roule ! », par un ébéniste passionné.

En effet, le thème de la Fête est aussi de valoriser ce matériau noble qu’est le bois. Le bois que l’on emploie pour fabriquer les meubles, pour chauffer nos foyers, qui fournit aussi l’air dont on a besoin, . . . L’arbre dont les racines permettent, entre autres, à l’eau de bien rentrer dans le sol et d’arroser nos potagers, produit des feuilles qui donnent du compost.

Lors de l’inauguration de la Fête du frêne têtard, des officiels ont eu le privilège de faire quelques mètres à bord de la 2cv en bois. Le maire d’Amuré Marcel Moinard était visiblement ravi.

Gilles PETIT

Tourisme en France : Quand le Parc Naturel Régional du Marais Poitevin devient un Parc Naturel d’Attractions

Publié le Mis à jour le

Ils l’ont fait ! Ils ont osé ! Les professionnels du tourisme vert en Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vendée ! Pour eux, le Parc Naturel Régional du Marais Poitevin est désormais « Mon Parc Naturel d’Attractions« . Point de manèges, chenille géante, accrobranche, stands divers, grande roue, barque fantôme . . . ni de village(s) d’irréductibles Maraîchins, le Collectif « Destination Marais Poitevin » veut attirer les touristes en rétro-littoral. Les internautes vont être surpris par le nouveau site Internet créé à cet effet. Découverte. Impression . . .

Photo Gilles PETIT 3530
La ville de Marans, unique porte maritime du Parc Naturel d’Attractions du Marais Poitevin.

45 € / jour / automobile, 65 € à 70 € / jour / cycliste. Voilà ce que dépensent en moyenne annuelle 1,410 Million de touristes qui visitent les 93 communes du Marais Poitevin. Ce ne sera pas le prix du ticket d’entrée au nouveau Parc d’Attractions, payable à l’une des quatre portes situées à Fontenay-le-Comte et Luçon en Vendée, Niort en Deux-Sèvres, La Rochelle en Charente-Maritime, et à l’entrée maritime de Marans (Charente-Maritime). Imaginez la longueur de la clôture nécessaire pour fermer un site de 197 221 hectares !!!

Sous le nom « Destination Marais Poitevin », un Collectif de promotion touristique concertée regroupe le Parc Naturel Régional du Marais Poitevin, les Agences de Développement Touristique de Charente-Maritime, des Deux-Sèvres et de Vendée, les Offices de Tourisme Aunis-Marais Poitevin, Niort-Marais Poitevin-Vallée de la Sèvre Niortaise, et Sud Vendée Tourisme. Entre autres outils et actions de promotion, il a créé une identité visuelle dont un logo et un site Internet, censés incarner L’Attractivité.

CZUVc47WQAAP4x8.jpg largeLe logo et son slogan interpellent :
LE Marais poitevin, parce que c’est un ensemble, parce qu’il n’y en a qu’un !
MON Parc naturel, parce que c’est le vôtre !
D’ATTRACTIONS (au pluriel) parce qu’il est impossible de s’y ennuyer, parce qu’il est attirant !

17 / 79 / 85 : parce que le Marais poitevin est à la fois sur les départements de Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vendée ! Dans quel pays ?     

Pourquoi le second « A » de Marais est-il tout petit derrière la jambe trop longue du « R », en plein milieu du mot ? Les deux soirées de présentations, organisées à l’Aiguillon-sur-Mer, puis à Marans et Niort, n’ont guère apporté de réponse. De facto, l’œil du surfeur associe ce graphisme aux mots parc d’attractions. Mais oui, bien sûr, le « A » glisse sur le « R », lequel forme un toboggan. Il y aurait donc des jeux dans ce parc ?!?!

Le site Internet « Destination Marais poitevin » a emprunté l’adresse http://www.parc-marais-poitevin.fr du Syndicat mixte du Parc Naturel Régional. Il est donc actuellement impossible de joindre ses services, de bénéficier de nombreuses informations utiles, et de s’imprégner de Marais poitevin.

727_004
La ville de La Rochelle, vue de satellite.

La page d’accueil propose en plein écran une photo satellite d’un paysage vert avec pour titre « Embarquement immédiat » et, en bas à droite, le logo déjà évoqué. Imaginons l’internaute lambda qui tombe sur cette page : en observant de très près, il pourra déchiffrer des noms de villes quasi fondus dans le décor ; s’il s’attarde inconsi-dérément, il reconnaitra au moins un nom connu : La Rochelle. Et là, s’il a quelques notions de géographie, il devinera qu’il a sous les yeux une vue du sol français. Un grand pas sera alors franchi car il manque les plans de situation (monde – pays).

S’il est intéressé, le candidat-touriste doit alors suivre le jeu de piste proposé par les concepteurs du site. Il promènera sa souris sur la page vers les petites « flèches + ». Dès lors, il acquerra la certitude qu’il n’y a qu’un point de départ pour faire du vélo, un seul pour faire des balades en barque, un seul pour admirer les charmes de la ville la nuit, un seul pour trouver les trésors de la nature, etc. En somme, les lieux d’implantation des différentes attractions. Un Parc à thèmes ?!?!

En cliquant sur un de ces « + », et en patientant un peu (le chargement est lourd), les choses se préciseront sous forme de fort belles images. Mais il devra toujours « travailler » pour comprendre la règle du jeu (située discrètement en bas de l’écran) et aller piocher des infos. Les vues idylliques sont toutes représentées en période estivale. Pourtant, le Marais poitevin vit au rythme des quatre saisons. Le Parc est ouvert toute l’année.

En fin, et enfin, s’il arrive à ce stade, l’internaute est « récompensé » par une ultime page qui propose les liens vers les trois offices de tourisme du Parc naturel d’attractions.

 Il y a beaucoup de « si » dans cette impression. Nous vous en offrons un dernier : s’il ne déboute pas les visiteurs au premier clic, le nouveau site Internet du Parc sera « une vitrine pour séduire, attiser la curiosité et l’envie ».

Nous nous permettons de donner un conseil aux 197 000 autochtones : évitez de visionner les vidéos proposées ; en 40 secondes chacune, elles sont censées présenter la Destination Marais poitevin de façon décalée et humoristique. Un Parc d’attractions, on vous dit !!!

Chaque jour, les Maraîchins attendront la fermeture des portes du Parc Naturel Régional du Marais Poitevin pour profiter de « leur » territoire exceptionnel.

Nous ne sommes pas rancuniers, voici l’une des trois vidéos disponibles sur le nouveau site :

 Gilles PETIT

FRONTENAY ROHAN-ROHAN (79) : Brigitte Compétissa, une femme et mère de famille avant tout !

Publié le Mis à jour le

Maire de la commune de Frontenay Rohan-Rohan, Mme Brigitte Compétissa venait d’être élue Conseiller départemental de son canton deux-sévrien. Elle faisait équipe avec M. Rabah Laïchour, maire de la commune voisine Sansais-La Garette, conseiller départemental du canton.  Elle est décédée le 29 juillet 2015 et inhumée à Colombiers (17) dans l’intimité familiale. Les instances locales et départementales ont organisé une cérémonie-hommage dans sa ville, le 21 août dernier. Les intervenants ont salué la mémoire d’une “ femme de combat ”, d’une “ élue engagée ”, d’un “ être sensible et dévoué ”. Mais, un point a plané sur l’assemblée sans être vraiment dévoilé. M. Rabah Laïchour : « Cette fois, je voudrais rendre un hommage à Brigitte Compétissa en tant que femme et mère de famille. Je lui dédie cette chanson d’Idir : Sendou. »

Lors d’une soirée à Puteaux, dans la région parisienne, le chanteur Idir a introduit « Sendou », « Baratte » en français. Un samedi  soir :

Quand j’ai fait cette chanson, j’ai automatiquement pensé à ma maman, donc inévitablement à la vôtre aussi…

Je me souviens, je devais avoir 7- 8 ans, pas plus
Nous étions en Kabylie, elle était là, à côté de moi, en train de battre du lait, qu’elle a mis dans une calebasse, – vous savez une espèce de baratte – elle le battait en faisant ce geste là (mouvements des mains tenant de chaque côté les cordelettes de la calebasse que le fait osciller), peut-être qu’un certain nombre d’entre vous ont déjà vu faire…

Et quand, elle faisait son acte, son travail, elle le rythmait aussi des mots, d’idées, de chants, de soupirs.

Ça lui arrivait de pleurer des fois même, d’esquisser un sourire à des moments aussi.

Mais vous savez sur le coup j’étais jeune, beaucoup trop petit pour comprendre. Ayant, bien sûr grandi, et surtout ayant emmagasiné toutes ces choses dans ma tête, dans ma mémoire, je me suis rendu compte alors qu’elle ne faisait que se confier à son instrument, parce qu’elle n’avait pas d’interlocuteur valable.

Et c’est là, où j’ai compris une chose, cette image de femme qui était là, subissant la loi du milieu, du mâle… et qui se confiait donc à une chose inerte…

C’est là où j’ai compris une chose assez importante dans ma vie, c’est que ce n’est déjà pas évident d’être une femme en général dans n’importe quelle société, qu’elle soit moderne, avancée, aboutie ou non, je crois que ça l’est encore moins dans des sociétés à fortes traditions telles que la mienne, et j’en voulais pour preuve cette dame qui se trouvait être ma mère…

J’ai compris une deuxième chose, c’est que… j’ai sorti inconsciemment cette chanson du fond de mon enfance, à travers des visions que j’ai eues, que j’ai vécues, des sensations que j’ai éprouvées,… J’ai tout de suite compris aussi qu’elle n’était plus à moi tout seul mais qu’elle nous appartenait tous,…parce que d’abord, on a tous une maman, et que, pour peu qu’on appartienne à une de ces sociétés un peu à fortes traditions, on a une image de la mère assez spécifique, assez spéciale… Et à ce titre, j’ai l’habitude donc de la partager avec vous, en vous demandant une chose, bien simple, ce que je fais depuis pas mal de temps : « essayez, ce soir, ce samedi soir à Puteaux, d’avoir dans votre tête, une image claire, précise, lumineuse, de celle qui vous a donné la vie,… ou tout simplement de celle que vous aimez,… qu’elles soient ou non de ce monde, je pense qu’elles seront à jamais gravées dans nos cœurs,…

Vous pourriez me dire pourquoi, bien sûr ?

Parce que l’un de vous pourrait me dire : ma maman est avec moi, on vît ensemble, il n’y a pas tellement de soucis !

Quelqu’un d’autre me dira : j’ai de ses nouvelles au téléphone, on se tient en contact,…

Mais vous savez, ce n’est pas du tout pour cela !….

Je vous le demande parce que je suis convaincu que vis-à-vis d’une femme en général et d’une maman en particulier, je crois que nous avons tous quelque chose à nous faire pardonner, ou à tout le moins à nous reprocher,…

Ne dîtes pas non tout de suite,… Rentrez en vous-mêmes, questionnez-vous,… et vous verrez bien !

Lequel ou laquelle d’entre vous, n’aura pas vu des larmes perler sur leurs joues, et surtout des larmes pour lesquelles nous avons une responsabilité plus ou moins directe,…sans compter tous ces pleurs, toutes ces larmes qu’elles auront versé à notre insu, parce qu’elles n’auront pas voulu nous les montrer, soit par pudeur, soit par crainte de nous heurter, soit pour se dire : ma foi, bon,…ces enfants, c’est moi qui les ai fait,..Si quelqu’un doit se sacrifier autant que ça soit moi !.

Franchement, lequel ou laquelle d’entre nous, tous, aura été pêché dans le tréfonds de leurs cœurs le moindre de leurs frissons,…la moindre de leur fragilité,…et surtout cessez de voir en elles des « mamans-couveuses », ou des « mamans-allaiteuses », qui ne sont là que pour la reproduction, alors qu’elles peuvent aussi avoir de la place pour un cœur contrarié, des amours contrariés, un désir frustré, etc.

Et à côté de cette femme, qui est la nôtre, j’aimerai avec votre permission que l’on associe l’image de ces millions et de ces millions de femmes qui sont resté là-bas, de l’autre côté de la Méditerranée, et qui n’ont pas la chance de vivre des moments comme ceux de ce soir,…

Et là aussi, vous pourriez me dire : Pourquoi ?

Parce que, comme nous tous, il nous arrive de rêver… puis surtout de courir naïvement après nos rêves… J’imagine que si ce soir on se mettait à penser à elles, il sera inscrit quelque part, en haut, dans le ciel de Dieu, qu’un soir de novembre, somme toute banal, dans une petite ville qui s’appelle Puteaux dans la région parisienne, quelques centaines de personnes étaient, là, ce soir,… mais cette soirée banale devient exceptionnelle dans la mesure où ces… quelques centaines de personnes… il n’y avait ni Marocains, ni Algériens, ni Français, ni Tunisiens, ni autre… il y avait simplement quelques centaines de cœurs qui étaient, là, les uns à côté des autres, prêts à sortir d’eux-mêmes ce qu’ils ont de meilleur, en émotions, en amours, en tendresses, et que dans un élan commun, en pensant à elles, bien sûr, j’imagine une boulée émotionnelle monter vers le ciel, traverser la mer, et puis aller s’éparpiller en millions et en millions de petits morceaux, chaque petit morceau étant un tout petit peu de baume dans leurs cœurs meurtris,…et c’est à ce moment-là, où cette fois-ci je suis sûr que ce n’est plus un rêve, on se dira dans un coin de ciel que ce soit là,…dans cette petite ville de Puteaux, ces quelques centaines de gens ont fait quelque chose de magnifique.

Voici la chanson « S’sendu » en kabyle, « Baratte » en français, interprétée par le chanteur Idir :