Niort

Quand un merle chante en période de confinement (Covid 19)

Publié le

Cette semaine-là, en pleine ville de Niort confinée pour essayer d’enrayer l’épidémie de Covid 19, un merle chante aux crépuscules du matin et du soir.

Photo Gilles PETIT

L’oiseau s’égosille à l’angle d’un toit du Centre hospitalier de Niort (Deux-Sèvres). Depuis deux jours, je le vois et je l’entends depuis ma chambre du 6ème étage, depuis le lit que je ne puis quitter. Je l’écoute. Je remarque un chant dominant tous les autres sons. Il est vrai que les bruits quotidiens sont, eux aussi, confinés. Quoique, dans l’enceinte d’un grand hôpital, dire que les trafics en tous genres sont réduits durant une telle période est un euphémisme. Au-dessous, les lumières des fenêtres s’allument ou s’éteignent, peu à peu, selon le moment de la journée. Combien de patients et de personnels soignants remarquent ce souffle de vie, ce puissant chant de liberté, qui planent au-dessus d’eux ?!

Ce soir-là, un mercredi, le merle a chanté encore plus fort. Il avait pourtant commencé son récital comme à l’accoutumé, bien posé sur sa place favorite. Mais à 19h30 précises, il s’est interrompu comme interloqué. Vraiment ! Une vive concurrence l’a interpellé. Je n’ai pas saisi tout de suite la raison de cette pause fortuite. Puis, l’oiseau se remit à chanter de plus belle. Fort et clair. Le jabot encore plus gonflé. Il essayait de couvrir le concert donné par les cloches des églises, chapelles, temple . . .  de la ville, et certainement de la France entière.

Les cloches sonnaient pour remercier et rendre hommage aux personnels soignants de tous les services de santé de l’ensemble de la France, mobilisés dans la lutte contre le coronavirus. Ceci pendant dix minutes, montre en main.

Ambiance surnaturelle pour une situation surnaturelle. Atmosphère lourde adoucie par le chant de ce merle qui chantait seul, toujours et encore contre les cloches. Contre, non ! En fait, il les accompagnait. Avec le recul, il me semble qu’il a exceptionnellement harmonisé ses gammes.

Ce merle symbolise la nature, la force de la nature plus forte que les seuls humains.

Lorsque les cloches se sont tues, le merle a poursuivi ses vocalises quelques courts instants. Peut-être épuisé, il aura eu la dernière note avant de se confondre dans la nuit noire.

Une belle leçon d’humilité que devrait retenir l’humanité.

Une histoire authentique vécue par Gilles PETIT

Journées du patrimoine : « Les pierres nous racontent » ou l’histoire de Coulon (Deux-Sèvres) en balade

Publié le Mis à jour le

A l’occasion des Journées européennes du patrimoine, samedi 21 septembre 2019, les membres de la commission culture et patrimoine du Centre Social et Culturel du Marais (CSCM) ont retracé le passé de leur village : Coulon (Deux-Sèvres), en mode déambulation en suivant deux comédiens.

Mise en scène par Cosette Pignoux, la balade dans le centre-bourg de Coulon « Les pierres nous racontent » était animée par les comédiens Céline Bernard et Pierre-Jean Calmel. Photo Gilles PETIT

Dans la rubrique « Arts et divertissements » des Journées européennes du patrimoine, le public était invité à une balade dans les rues du centre-bourg de Coulon animée par deux comédiens. Intitulée « Les pierres nous racontent », cette déambulation a fait revivre un passé « pas si éloigné que ça », dit-on.

Avant de se lancer dans l’aventure, les participants ont d’abord été invités à suivre Adeline et Danielle. Ces « expertes » de la commission culture et patrimoine du CSCM ont commenté la riche exposition présentée dans les locaux de ce centre social. Leur but, (re)plonger les visiteurs au cœur des siècles passés de Coulon, à l’aide de plans, de photographies, de témoignages, de documents édités en recueils, . . ., fruits des recherches effectuées par le collectif « Histoire et patrimoine ».

Photo Gilles PETIT

Ainsi imprégnés de la vie culturelle locale, les promeneurs ont rejoint Céline Bernard, de la compagnie « La part belle », et Pierre-Jean Calmel, de la compagnie « Point du jour ». Sur une mise en scène de Mme Cosette Pignoux, du Théâtre Roger-Blin de Coulon, qui a également élaboré les dialogues, ces deux comédiens ont prêté leur voix aux pierres du village.

« La journée du patrimoine est une belle expérience », admet Pierre-Jean Calmel. « Je connais un peu Coulon mais j’ai redécouvert des petites choses, j’en ai appris des nouvelles. Selon les échos que nous avons perçus, les gens sont impressionnés par tous les changements qu’il a pu y avoir dans ce village. Ce qui fait que le public est content. Qu’il soit conquis et qu’il soit heureux d’avoir pu participer à ce projet, c’est tout ce qui compte. »

« On essaie de transmettre des valeurs et des éléments comme ça qui nous touchent », espère Céline Bernard. « Nous sommes  contents, nous avons pu faire avec Cosette Pignoux un projet ensemble sur un événement éphémère comme celui là ! » Raconter l’histoire de Coulon dans l’authenticité mais d’une façon artistique.

Céline Bernard a créé la compagnie « La part belle » en 2016 sur Niort (79) en débutant par un spectacle, intitulé « Mila Charabia », destiné au jeune public et à la toute petite enfance. Dans un autre genre, la compagnie tourne aussi avec « Personal box ». Il s’agit d’un groupe qui « construit des appareils de musique avec des bidons, des machines à laver, des vieilles boîtes, . . . auxquels on ajoute deux ou trois cordes. On récupère tout ça dans l’esprit des noirs américains qui, dans les champs de coton, faisaient des cigar-box guitars avec des boîtes à cigares. » Un album CD est en bonne voie, ainsi qu’un « petit spectacle créé avec l’aide du metteur en scène Joël Picard. » Puis viendra une autre création, plutôt théâtre et marionnettes au doux nom de « Le cœur juste » reprenant un texte de Georges Sand : La petite Fadette. « La première représentation est prévue au mois de novembre. D’ailleurs, nous cherchons des co-producteurs, du moins des gens pour nous diffuser. » Contact Céline Bernard : tél. 07 77 07 19 90 Site lapartbellecompagnie.com

Pierre-Jean Calmel est comédien, metteur en scène, pédagogue, et animateur d’ateliers théâtre en milieu rural principalement. Sa compagnie « Point du jour » est basée à Mauzé-sur-Le-Mignon (79). Elle intervient également du côté de Surgères (17) et dans le Bordelais. « Avec ma compagnie et deux anciens camarades de conservatoire, nous avons monté deux spectacles jeune public » informe Pierre-Jean Calmel, « un Chat botté réécrit tiré du conte de Charles Perrault; et « Le petit manuel du héros » qui raconte le voyage et les épopées des héros de tous temps en posant la question : Y a-t-il un héros qui sommeille en chacun de nous? Comme quoi, il n’y a pas besoin de porter un costume ou de faire la une des journaux pour accomplir des choses au quotidien mais qui peuvent parfaitement être aussi des actes héroïques. »  Contact Compagnie Point du jour, n°6 rue de la Distillerie à Mauzé-sur-Le-Mignon 79210; tél. 06 76 91 92 32.

Gilles PETIT

Les pierres des bâtisses de Coulon ont parlé lors des Journées européennes du patrimoine, les 21 et 22 septembre 2019 . Photo Gilles PETIT

En organisant une pétition, Anita ESCA demande la « Démission du préfet de l’Oise pour incitation à la violence »

Publié le Mis à jour le

Au sujet de la chasse à courre, exceptionnellement, nous relayons le texte de la pétition qu’Anita ESCA a récemment lancé sur Change.org.

« Lors de la dernière assemblée générale de la fédération des chasseurs de l’Oise, soit une semaine après une manifestation pacifique record contre la chasse à courre le 31 mars 2018 à Compiègne, le préfet de l’Oise et les présidents de la Fédération Nationale de la Chasse et de la Fédération de la Chasse de l’Oise, ont répondu à l’unisson pour appeler à la violence contre les opposants à la chasse à courre, de plus en plus nombreux. 

Le Président de la Fédération Nationale des Chasseurs, M Willy Schraen, en appelle à ses « gros bras », 800 chasseurs de gibier d’eau, pour venir « chasser en meute » les citoyens qui s’opposeraient désormais à cette pratique. Il faut noter qu’il appelle des chasseurs non concernés par ce mouvement qui ne s’oppose qu’à une seule forme de chasse, la chasse à courre. 

Le Préfet de l’Oise, M Louis Lefranc, appuie cette initiative en les appelant à « passer à l’action ». 

Une véritable milice est levée à la simple demande de représentants de la chasse française. 

Ces méthodes sont anti-démocratiques et contraires aux droits de l’homme et du citoyen. Elles visent à écraser un élan citoyen qui n’en peut plus de supporter une pratique féodale et morbide qui représente la domination par la violence, extrême et gratuite, sur des êtres innocents. 

Au lieu d’écouter ce mouvement et ce désir de beaucoup de français de vivre sans ces horreurs et ses souffrances infligées aux animaux, juste pour le plaisir d’une minorité, M le préfet de l’Oise a choisi LA RÉPRESSION et soutient désormais toute action des chasseurs visant à se faire justice eux-mêmes afin de continuer à vivre selon leurs us et coutumes. 

Par ailleurs, M  Guy Harle d’Ophove affirme que toute personne n’aimant pas la chasse se doit de déménager et de quitter les villages forestiers, qui bien sûr selon lui, n’appartiennent qu’à une seule catégorie de citoyens : LES CHASSEURS. 

Ce discours, en plus de son caractère dictatorial et violent, atteint plus d’une liberté fondamentale du citoyen français:

– le droit de manifester et d’exprimer ses opinions,

– le droit de vivre à la campagne et dans les villages forestiers pour toute personne opposée à la chasse.

 En soutenant ces  propos dangereux, le préfet de l’Oise cautionne la violence contre des citoyens qui ne veulent que préserver la vie.

Il prône de même l’obligation d’abattre tout animal s’introduisant sur une zone urbaine. Ceci, alors que les habitants des villages ont souvent manifesté leur désir de protéger ces animaux.

Comment un représentant de l’État peut-il à ce point ignorer le peuple au profit d’une caste minoritaire ?

Comment un préfet peut-il cautionner l’emploi de la violence face à des militants pacifistes ?

Comment peut-il mettre en place un dispositif tel que ‘les chasseurs vigilants’, tout en les incitant en même temps, à se faire justice eux-mêmes, alors qu’il s’adresse à des personnes munies d’armes ?

 Il doit être le garant de la sécurité sur son territoire et non l’inverse.

Il doit par ailleurs respecter les libertés fondamentales des citoyens, ce qui n’est apparemment pas le cas.

 Pour rappel, la loi n° 2016-483 du 20 avril 2016 relative à la DÉONTOLOGIE et AUX DROITS et OBLIGATIONS des fonctionnaires:

 Art. 25.-Le fonctionnaire exerce ses fonctions avec dignité, impartialité, intégrité et probité. Dans l’exercice de ses fonctions, il est tenu à l’obligation de neutralité.

 Art. 25 bis.-I.-Le fonctionnaire veille à faire cesser immédiatement ou à prévenir les situations de conflit d’intérêts dans lesquelles il se trouve ou pourrait se trouver.

 Au sens de la présente loi, constitue un conflit d’intérêts toute situation d’interférence entre un intérêt public et des intérêts publics ou privés qui est de nature à influencer ou paraître influencer l’exercice indépendant, impartial et objectif de ses fonctions.

 Au vu des derniers évènements, le préfet Louis Le Franc, ne répond plus à aucune des obligations relatives à la DÉONTOLOGIE et AUX DROITS et OBLIGATIONS des fonctionnaires.

Ses agissements sont de plus en plus dangereux pour nos concitoyens. Nous demandons de fait sa démission. »

TELETHON 2017, le film de la coordination Sud Deux-Sèvres

Publié le Mis à jour le

        De nombreux défis ont été organisés à l’occasion de cette nouvelle édition du Téléthon. Les équipiers de la coordination Sud Deux-Sèvres du Téléthon 2017 ont rendu visite à plusieurs organisateurs de manifestations.

        Nous avons accompagné deux de ces équipes dont une en compagnie du docteur Cécile Martinat, directrice de recherche à l’INSERM. Ce film, qui peut sembler long, recense quelques actions montées par des bénévoles anonymes et explique le fonctionnement du Centre d’appel téléphonique 3637 installé au Dôme de Niort-Noron (79).

        A voir sur YouTube : https://youtu.be/ZoD6cT_NI24

       Notre parcours vidéo passe par Frontenay-Rohan-Rohan, Arçais, La Garette, Magné, la résidence Le Clos des Tilleuls, Beauvoir-sur-Niort, Saint-Gelais, Mauzé-sur-Le-Mignon, La Crèche, la Caisse Primaire d’Assurance Maladie, le Club hippique niortais et le parvis des Halles de Niort pour, notamment, la remise officielle à l’AFM des dons collectés auprès des structures participantes.

       Une réalisation vidéo Capt’Action79 avec le concours de PROanimation.

AFM-TELETHON 2017 : les coordinations 79nord et 79sud en plein lancement

Publié le Mis à jour le

Installées sur la Place de la Brèche à Niort (79), dimanche 1er octobre 2017, les coordinations 79nord et 79sud ont lancé le 31ème Téléthon en Deux-Sèvres. Rendez-vous les 8 et 9 décembre 2017 partout dans le département.

Marquant le lancement de l’édition 2017, Capt’Action79 a réalisé la vidéo (offerte en version YouTube) de la rencontre d’organisateurs de manifestations en Deux-Sèvres : https://youtu.be/3X4JmJJA-aE

Un appel aux initiatives locales :

Le rôle des coordinations est d’aider à tous les stades d’un projet de manifestation :
– Conseils pour l’organisation de la manifestation (choix du lieu et des horaires, élaboration du budget prévisionnel) ;
– Mise à disposition de la liste des partenaires du Téléthon qui pourront soutenir le projet ;
– Aide pour les autorisations diverses ;
– Conseils pour les questions d’assurance ;
– Attribution du matériel Téléthon (ballons, banderoles, tracts …) et explications pour pouvoir vendre les produits Téléthon sur les manifestations ;
– Accompagnement pour remonter la collecte de votre manifestation (remontée des fonds) ;
– Accréditation de la manifestation : « Organisateur officiel du Téléthon » ;
– Les deux coordinations 79 font aussi la promotion commune des actions menées lors des 30 heures auprès des médias locaux (presse, radios, . . .).

Les équipiers

Équipier du 79 nord                                                                                                                      Coordinateur : Jean-François Bonnin

Équipiers du 79 sud
Responsable Pôle Administratif et financier : Serge Fournols
Responsable Pôle Communication et événementiels  : Corine Cloutour Lucas
Responsable Pôle Développement : Rémi Martorell
Responsable logistique : Jean-Didier Tallon
Équipiers : Alain Tedesco, Jérôme Guerry, Steven Templeraud, Nicole Schanen, Eric Schanen

Pour joindre les coordinations                                                                                                                                                                                                                              Nord Deux-Sèvres (place de l’Église à Saint-Porchaire, 79300 Bressuire), tél. 05.49.74.88.69 et courriel à telethon79n@afm-telethon.fr
Sud Deux-Sèvres : Maison de l’AFM (10, impasse des Frênes, 79000 Bessines), tél. 05.49.73.44.51 et courriel à telethon79s@afm-telethon.fr

 Gilles PETIT

Campagne nationale d’appel au don du Bleuet de France du 2 au 8 mai 2017

Publié le Mis à jour le

Le Bleuet de France, fleur française du Souvenir, est né au sein de l’Institution Nationale des Invalides de la volonté de deux infirmières de venir en aide aux soldats mutilés de la Grande Guerre. Elles créèrent un atelier de confection de fleurs de bleuets en tissu afin de leur procurer une activité mais également un revenu grâce à leur vente au public. Bientôt, cette petite fleur devient le symbole de toute la Nation française reconnaissante du sacrifice de ses soldats pour défendre leur pays et ses idéaux.

Près de 100 ans après, cette tradition perdure ! Le Bleuet de France est toujours là tout en poursuivant sa mission traditionnelle de soutien moral et financier envers les anciens combattants, les victimes des guerres d’hier et d’aujourd’hui, il met son savoir faire au service de nouvelles victimes : celles des actes de terrorisme.
Il participe également à la transmission de repères et de valeurs auprès des plus jeunes. Un travail de mémoire, qui prend tout son sens en cette année de célébration du 72ème anniversaire de la Victoire du 8 mai 1945, et qui honore celles et ceux qui ont combattu et combattent encore aujourd’hui pour la liberté.

Du 2 au 8 mai 2017 des milliers de bénévoles proposeront cette fleur à la générosité des passants. Votre soutien est primordial afin de poursuivre ces actions et de mieux les faire connaître.
Plus d’informations : http://www.bleuetdefrance.fr/…/histoire-oeuvre-et-de-la-fle…

(Communiqué : Préfecture des Deux-Sèvres)

Partenariat Handball : en LFH, le Handball-Club-Celles-sur-Belle a rencontré Issy-Paris-Hand à L’Acclameur à Niort (79)

Publié le Mis à jour le

Le samedi 15 avril 2017, pour la première fois de son histoire, L’Acclameur, la salle de sport et de spectacle de Niort (Deux-Sèvres), a reçu un match officiel de handball : la rencontre de première division féminine (LFH : Ligue Féminine de Handball professionnelle) opposant le Handball-Club-Celles-sur-Belle à Issy-Paris-Hand, pour le dernier match à domicile de la phase régulière du championnat national.
Retour en vidéo sur les actions, les tirs, les arrêts et les buts de ce match de haut-niveau gagné par les Parisiennes sur le score de 27 buts à 23.
Une réalisation exclusive Capt’Action 79 avec le concours du HBCC.

Handball LFH HBCC ISSY PARIS 15 avril 2017 LES ACTIONS Image miniature