Communauté d’agglomération du Niortais

Saint-Georges-de-Rex (79), l’ancien maire René MATHE a participé au « grand ouvrage de la vie » du Marais Poitevin

Publié le

A propos de « son » Marais, René Mathé disait à qui voulait l’entendre : « le travail laborieux de l’homme, c’est les pyramides ! Le Marais chez nous est un milieu construit, bâti et il faut toujours, toujours, le travailler, l’entretenir, le sauvegarder ! » René Mathé, ancien maire de Saint-Georges-de-Rex, est parti le 1er février 2019, à l’âge de 72 ans. Sans aucun doute, il continuera à veiller sur cette cathédrale de verdure qu’est le Marais Mouillé du Marais Poitevin.

A Coulon, le 15 juin 2014, l’ancien maire de Saint-Georges-de-Rex, René Mathé participait à la remise au Syndicat mixte du label Parc Naturel Régional, par la ministre Ségolène Royal. Photo PNRMP

Mardi 5 février 2019, 10h30, le centre du village de Saint-Georges-de-Rex est fermé à toute circulation automobile. Dans un grand silence, des dizaines de personnes convergent vers le parvis de l’église. Une église trop petite pour accueillir tout ce monde venu de l’ensemble du Marais Poitevin et de la couronne niortaise, dont beaucoup de responsables politiques et d’anciens élus. D’ailleurs, la municipalité locale avait prévu cette affluence en installant un tivoli ouvert, équipé d’une sonorisation permettant de participer à la cérémonie.

Au micro, Clément, l’un des trois enfants du couple René et Jeannick Mathé, a retracé la « carrière » de son père : « Une sensibilité pour ton prochain aura été l’un des moteurs de ton engagement pour ta communauté. Je pense que les Rexois peuvent en témoigner : cinq mandats, 31 ans à la mairie et des réélections à plus de 80% aux premiers tours. » Parallèlement, René Mathé compte 35 ans d’activité au sein du Syndicat mixte du Parc, d’abord Interrégional, puis Naturel Régional, du Marais Poitevin, en charge de l’architecture et de l’urbanisme. Sans oublier son poste de secrétaire au Syndicat intercommunal à vocation unique des Grands Travaux du Marais Poitevin, dont il fut l’un des artisans avec la présidente Mme Ségolène Royal. Des Grands Travaux lancés, le 4 février 1992, par M. François Mitterrand, alors président de la République française.

Clément poursuit : « Nous nous retrouvons donc à Saint-Georges-de-Rex, ce petit village du Marais Poitevin, à quelques kilomètres d’Irleau où tu as vu le jour le vendredi 5 avril 1946 et où, surprise pour la famille Mathé, vous êtes arrivés à deux, Jacques et René. Des jumeaux rejoignant leurs parents Roger et Madeleine et le frère aîné André. »

En mai 1994, René Mathé, alors maire depuis 11 ans, constatait que les projets de Saint-Georges-de-Rex prenaient déjà forme grâce à l’adhésion de sa commune à la Communauté d’Agglomération de Niort. Photo C.O.

Dans un film vidéo, diffusé sur Internet (Dailymotion), René Mathé raconte « je suis né dans le Marais , toute ma famille maternelle et paternelle est liée à ce territoire. J’ai même eu un arrière-grand-père qui a été maire de la commune d’à côté et ma famille était liée aussi à une production du bois, les bois du Marais, les usines de scierie, le contreplaqué que, moi étant enfant, j’ai pratiqué, y compris sur le terrain avec l’exploitation du bois, les chantiers, les abatteurs, donc je suis vraiment un enfant du pays. »

Cependant, René Mathé n’a pas travaillé dans l’entreprise familiale. Selon son fils, « malgré des études loin de nos conches, frênes têtards et peupliers, malgré les voyages pour découvrir culture et patrimoine aux quatre coins du monde, le soixante-huitard revient s’installer avec sa belle dans le Marais. » Puis, en 1980, il se marie avec Jeannick, une Bretonne qui lui donne Clément, Capucine et Vivien.

Clément enchaîne : « Vient alors le temps du Parc Naturel Régional et des engagements locaux, politique, associatif et militant. [Il] va avancer et combattre avec des valeurs chevillées au cœur et au corps : patrimoine, histoire, écologie, humanité, cherchant le compromis pour ne léser personne, malgré [ses] convictions parfois très tranchées. »

René Mathé : « Ce n’est pas la fin du monde, juste une page qui se tourne et chacun continuera d’écrire et prolongera son histoire dans le grand ouvrage de la vie. »

 

Gilles PETIT

Publicités

MAGNE 79 : Quand des vœux se réalisent…

Publié le Mis à jour le

Les projets que dessine la municipalité de Magné semblent se concrétiser naturellement avec une facilité déconcertante. De quoi rendre envieuses des communes voisines. De nouveaux terrains à bâtir, de nouveaux habitants, de nouvelles entreprises, de nouvelles associations . . . et une capacité d’autofinancement pour investir, malgré la baisse des dotations d’État.

M. Gérard Laborderie, maire de Magné : « Depuis 2015, j’espère, comme chaque année, débuter cette cérémonie de vœux sur une note légère. Mais malheureusement, l’actualité me l’interdit encore. Les nombreux attentats des années passées, aussi horribles soient-ils, avaient pour conséquence de nous rassembler, politiques de gauche, de droite, syndicats, forces de l’ordre, tous unis pour la France, pour cette liberté de toute nature, contre l’obscurantisme, le fanatisme, sa violence aveugle incompréhensible. Les événements qui agitent notre pays depuis novembre dernier sont d’une autre nature. La révolte dite des gilets jaunes vient de l’intérieur de notre pays. Et nous oppose les uns aux autres, le peuple aux gouvernants, le peuple aux forces de l’ordre, avec un niveau de violence rarement atteint lors de manifestations, faisant voler en éclats la belle unité nationale malheureusement éphémère des lendemains de catastrophes. Les revendications sont nombreuses. Cette révolte exprime un sentiment profond de colère et de désespoir qu’il faut entendre. »

Le premier vœu du maire pour 2019 sera « un vœu d’apaisement de la violence qui sévit en ce moment dans notre pays, et, pour cela, [il] souhaite qu’un véritable dialogue se mette en place avec une écoute réciproque, attentive et une recherche de solutions concertées au bénéfice de plus d’égalité et plus de justice sociale. »

2018

2018 a été une année d’activités particulièrement intenses pour tous, élus et services, mais, regrette M. Laborderie, « la conduite simultanée de nombreux dossiers ajoutée à la gestion quotidienne nécessite beaucoup d’énergie, beaucoup de travail, beaucoup de temps passé et aussi beaucoup de tracasseries car l’administration est lourde et de plus en plus complexe. Elle nécessite de nombreuses compétences dans les domaines administratif, réglementaire, juridique, comptable, fiscal, technique, etc. Dans tous les domaines. » Est-ce pour cela que M. Alain Sauviac a démissionné du conseil municipal, le 26 juin 2018, laissant vacant son poste de 2ème adjoint en charge de la communication et des projets structurants ? Membre non élu de la liste du maire aux municipales, M. Jean-Claude Daroux a été appelé pour compléter le conseil. Les fonctions d’adjoints ont glissé vers le haut, le 3ème devenant le 2ème, et ainsi de suite jusqu’au 5ème. Auparavant « simple » conseiller, M. Jean-Paul Chaudron a été élu, le 3 juillet 2018, 5ème adjoint à la communication. Le maire reprenant la gestion des projets structurants.

La baisse des dotations de l’État diminue les recettes de la commune. Une baisse constante de 2013 à 2017 qui représente quand même 420 000 euros de recettes cumulées en moins dans le budget d’investissement. « Heureusement, soupire le maire, d’autres recettes sont venues atténuer ce manque, dont le PACT [Programme d’Appui Communautaire au Territoire] de la CAN [Communauté d’Agglomération du Niortais] d’un montant de 230 000 euros sans lequel nous n’aurions pas pu terminer l’aménagement du centre-bourg. » La municipalité a également bénéficié d’une subvention de 80 % dans le cadre du dispositif TEPCV [Territoire à Énergie Positive pour la Croissance Verte], pour le remplacement de la totalité des 516 points lumineux d’éclairage public par des LED [Diodes Électro Luminescentes] permettant des économies annuelles de plus de 60 % sur les consommations d’électricité. Un investissement amortissable sur environ trois ans.

M. Laborderie précise : « Nous sommes donc contraints à une gestion toujours plus rigoureuse de nos dépenses. Pour cela, la recherche d’économies que nous menons depuis 2008, avec une intensité accrue depuis 2014, nous permet de dégager chaque année une capacité d’autofinancement, grâce à laquelle nous pouvons conduire les projets, sans recours à l’emprunt, sauf pour la ZAC [Zone d’Activités Commerciales] de la Chaume-aux-Bêtes, bien sûr. Et toujours sans augmentation de la part communale des impôts locaux depuis 2010, conformément à notre engagement de campagne. Et ce sera maintenu en 2019. »

La traversée du centre-bourg de Magné a été réaménagée. Photo Gilles PETIT
Des associations sont maintenant logées au rez-de-chaussée de cet immeuble, Place de Weitnau. Photo Gilles PETIT

L’année passée a vu de nombreux projets se concrétiser dont la refonte de l’espace public du centre-bourg, à savoir la sécurisation de la circulation, l’embellissement du village et l’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite. Le deuxième gros chantier a été l’aménagement d’un tourne-à-gauche sur la Route départementale n°9, direction Coulon, afin de sécuriser le carrefour avenue du Marais Poitevin / chemin de la Chaume-aux-Bêtes / rue du moulin / chemin de Franc-Girouard. Autre grand chantier, la création d’un pôle associatif autour de la Place de Weitnau. En effet, déplacés vers le pôle commerces et services dans la ZAC de La-Chaume-aux-Bêtes, le Crédit Agricole, la pharmacie et La Poste ont laissé des locaux vides d’une surface totale de 450 m². La municipalité leur a vite trouvé une nouvelle utilisation : héberger les associations précédemment logées dans des locaux dont la mise aux normes de sécurité et d’accessibilité aurait nécessité un investissement disproportionné.

2019

Organisée en 2018, la première fête du pain autour du four à pain rénové par l’association Les Amis du Four à Pain et le savoir-faire de son président Roger Bodet devrait avoir une seconde édition lors des Journées du Patrimoine 2019. Photo Gilles PETIT

« Il y aura encore des travaux en 2019, annonce M. Laborderie. Le premier chantier qui va démarrer très vite sera la 4ème tranche de requalification des espaces publics du centre-bourg. Il s’agit de la partie sud de la Grande-Rue depuis l’avenue du Marais Poitevin jusqu’à la rue du Clouzis. Toujours avec les mêmes objectifs : sécurisation, accessibilité avec un large trottoir du côté boulangerie et embellissement de la commune. Un chantier de trois mois. L’autre chantier qui va aussi démarrer, c’est l’extension de la zone habitat de la ZAC de La-Chaume-aux-Bêtes avec la création de sept nouveaux terrains viabilisés d’une surface comprise entre 500 m² et 850 m², situés en prolongement des maisons déjà construites. A l’arrière du centre de formation, ouvert l’année passée, le bailleur social 3f Immobilière Atlantic Aménagement va construire douze logements sociaux du T2 au T4. Ce seront des logements particulièrement économes en énergie qui auront le label de maisons passives. Du côté du pôle commerces et services, un second bâtiment devrait sortir de terre juste à côté du bureau de presse. Les choses bougent aussi concernant le projet de pôle médical. C’est un projet très difficile à monter puisque ce n’est pas le genre de projet qu’une commune peut monter toute seule car il faut nécessairement une implication des professionnels médicaux. Un terrain est réservé à une maison de santé juste derrière l’actuel bureau de presse. »

Par ailleurs, un sentier du patrimoine verra le jour. Baptisé « De port en port », cette création permettra, sur deux kilomètres environ, de découvrir, à pied ou à vélo, le patrimoine, l’histoire et même une légende de Magné autour de l’eau. Les promeneurs seront invités à suivre un parcours balisé à l’aide de « clous » en bronze placés dans le sol. Un service d’aide sociale à l’écriture est déjà en place dans le cadre du CCAS [Centre Communal d’Actions sociales]. Il est entièrement gratuit sur rendez-vous par une écrivaine publique un jeudi sur deux en alternance avec son bureau de Coulon. Enfin, l’installation de la fibre optique va débuter par l’installation de six armoires de connexion couvrant l’ensemble de la commune. 580 logements magnésiens seront éligibles fin 2019, la commune sera couverte à 80 % fin 2020 et 100 % en 2022.

Les îlots directionnels de l’avenue du Marais Poitevin avaient été ensemencés, dans le cadre du fleurissement de la commune. Malheureusement, la faible épaisseur de terre a fait que ça n’a pas fonctionné et la sécheresse de l’été n’a pas arrangé les choses. Il a été décidé de les recouvrir de béton et il reste à les peindre au printemps pour une meilleure visibilité. Photo Gilles PETIT

Côté environnement, le maire explique : « Cela fait deux ans que l’usage des pesticides pour l’entretien des espaces publics et notamment les trottoirs est interdit. La nature reprend peu à peu ses droits. C’est particulièrement visible sur les trottoirs de certaines rues qui verdissent sur la totalité de leur surface. Il est indispensable de changer notre regard sur ces herbes, certes indésirables mais qui témoignent d’un sol sain et, par là même, d’une nappe phréatique moins polluée. C’est important si nous voulons laisser une planète vivable à nos descendants. Cette année encore et les suivantes, particulièrement au printemps, les agents municipaux feront le maximum. » M. Laborderie demande à tous ceux qui le peuvent d’entretenir le trottoir devant chez eux, « sans pesticide, bien sûr. »

Une dernière information, la médiathèque a été transférée à la CAN le 1er janvier 2019. Dans le cadre de ses compétences optionnelles, la CAN a pris celles des équipements sportifs et culturels d’intérêt communautaire et la médiathèque, inaugurée en septembre 2015, remplissait les conditions pour ce transfert. La CAN assurera donc désormais l’entretien et la charge relative au bâtiment comme c’est déjà le cas depuis 2014 pour la piscine communautaire.

Le maire de Magné ajoute « modestement bien que sincèrement, que 2019 nous garde aussi la santé si précieuse et dont on n’apprécie la valeur réelle que le jour où elle se dégrade. Et en disant cela, [il] pense à toutes celles et ceux qui auraient sans doute aimer être présents à cette soirée de vœux et qui en sont empêchés par la maladie, la souffrance, l’isolement ou la précarité. »

En conclusion, M. Laborderie adhère aux vœux prononcés par Jacques Brel le 1er janvier 1968 sur la radio Europe 1. « Il y a 51 ans mais ils n’ont pas pris une ride et il m’a semblé qu’un peu de poésie ne pouvait que faire du bien par les temps qui courent, alors que les turpitudes de la vie quotidienne nous font oublier l’essentiel de ce que nous sommes et pourquoi nous vivons ». Jacques Brel : « Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns. Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier. Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences, je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants. Je vous souhaite de respecter les différences des autres parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d’être vous, fiers de l’être et heureux car le bonheur est notre destin véritable ! »

Gilles PETIT

SANSAIS – LA-GARETTE (79) : des vœux, un thème « Donne moi ta main ! »

Publié le

« On va zoomer sur 2019 puis, tous ensemble, on sortira de notre marais, de notre commune, de notre département, parce qu’on appartient à un ensemble qui s’appelle la France, qui s’appelle l’Europe, qui s’appelle la planète. Enfin, on va émettre des vœux, des souhaits pour que les hommes vivent en paix », annonce d’entrée, en guise de vœux, M. Rabah Laïchour, le maire de la commune de Sansais – La-Garette.

Ici la mairie de Sansais semble somnoler, mais, derrière cette façade, la municipalité travaille. Photo Gilles PETIT

Devant un parterre d’une centaine de personnes réunies samedi 19 janvier 2019 dans une petite salle du complexe touristique de La-Garette, M. Rabah Laïchour a d’abord dressé la liste des travaux réalisés sur sa commune en 2018. Il a débuté par la mise en sécurité à Sansais du carrefour des routes du Vanneau et de La-Garette, et du « plateau-ralentisseur » routier construit devant la mairie et l’église. A été aussi aménagée une salle d’activités sous le préau de l’école, opérationnelle depuis la rentrée scolaire. A cette occasion, une ancienne salle de classe a été transformée en salle de restauration pour les enfants de l’école.

Toujours à Sansais, dans le cadre du « zéro pesticide » un carré a été végétalisé et, dans un ou deux mois, un second bénéficiera aussi de cette végétalisation, avec l’aide d’un paysagiste professionnel.

Sur le site de La-Garette, un programme de plantations se poursuit, entre autres, avec l’association Maraisthon et la société Agentis partenaire de cette course pédestre qui « parle du Marais au-delà des frontières européennes, et même d’autres continents. »

Après le village de La-Garette, lequel est raccordé depuis très longtemps à la station de la commune voisine de Magné, Sansais bénéficie enfin de l’assainissement collectif. Le réseau et sa station d’épuration de type « filtres plantés de roseaux », d’une capacité de 600 équivalents-habitants, seront en fonctionnement en janvier. « Maintenant les toilettes au fond du jardin, logiquement c’est fini. Et quoi que l’on dise, heureusement que nous appartenons à un ensemble qui s’appelle la CAN [Communauté d’Agglomération du Niortais] puisque ce projet a été porté par l’intercommunalité. La commune de Sansais toute seule n’aurait pas pu mettre 1,450 million d’euros sur la table pour construire une telle station », a précisé le maire.

Côté santé, M. Laïchour s’enorgueillit: « Nous avons trois kinésithérapeutes et une infirmière. Dans les semaines qui viennent nous accueillerons deux autres professionnels de santé dont, nous espérons, un médecin généraliste. C’est notre objectif, ou alors voir avec les médecins des communes alentour s’ils ne peuvent pas assurer des permanences. »

« Pour les écoles, il y a quelques années, l’État nous a dit : la scolarité, c’est quatre jours par semaine ; quelques années après, c’est quatre jours et demi ; et depuis, vous avez le choix, » s’est étonné le maire. « Nous, on est passé à la semaine des quatre jours, par contre on n’a abandonné ni les parents, ni leurs enfants parce qu’on a proposé, avec nos collègues d’Amuré, mais aussi de Bessines pour le centre de loisirs, des activités le mercredi. Les parents peuvent déposer leurs gamins le mercredi matin dès 7h30 à la garderie. Ensuite il y a des activités assurées par des bénévoles ».

M. Laïchour a omis d’informer que le Syndicat Intercommunal à Vocation Scolaire, (SIVS) qui unissait les écoles d’Amuré, de Sansais – La-Garette et de Saint-Georges-de-Rex, a implosé fin 2017. En effet , les deux premières communes citées ont remis en cause le fonctionnement de cette structure créée dans le cadre d’un Regroupement Pédagogique Intercommunal (RPI). Depuis, Sansais – La-Garette et Amuré roulent en tandem dans le sens opposé, vers les loisirs proposés à Bessines. Se retrouvant isolée, Saint-Georges-de-Rex s’est tournée vers la commune voisine de Saint-Hilaire-La-Palud, laquelle l’a acceptée. Ces deux municipalités vont fonder une nouvelle organisation à compter de la rentrée 2019/2020, afin de répondre à l’obligation de l’accueil scolaire.

Lorsque la scolarité au SIVS était aussi le mercredi matin, le conseil municipal de Sansais – La-Garette du 28 août 2008 avait choisi adhérer au SIVU Coulon-Magné qui gère un espace petite-enfance et assure les centres de loisirs de mi-semaine et durant les vacances. Arguant de la fragilité du budget de la commune et, entre autres, la très faible fréquentation du centre de loisirs du mercredi par les enfants de Sansais, les élus locaux ont décidé de demander le retrait de leur commune du SIVU Magné-Coulon-Sansais – La-Garette, à compter du 1er janvier 2017. Le comité syndical n’est pas contre ce retrait mais il demande le règlement d’une importante « dette » due par Sansais – La-Garette. A notre connaissance, l’affaire est dans une impasse. Nous y reviendrons dans une prochaine édition.

Côté sécurité incendie, « Quand il y a le feu sur la commune, on appelle Niort », signale M. Laïchour qui ajoute « les pompiers mettent combien de temps pour arriver ? Parfois une demi-heure oui ! Souvent, ce sont ceux du Vanneau-Arçais ou ceux de La-Gorre qui viennent. Donc, nous avons décidé d’adhérer au syndicat CPI [Centre de Première Intervention] de la Courance. Nous sommes désormais quatre communes avec Frontenay-Rohan-Rohan, Amuré – La-Gorre et Épannes. »

La commune contribue au budget du SDIS (service départemental d’incendie et de secours), cette contribution s’élève pour 2018 à 14 033,96 €. Cette somme est déterminée depuis 2013 selon les critères de population DGF (Dotation Globale de Fonctionnement) pour 40%, potentiel financier pour 30%, revenu de la population pour 30%. Des dégrèvements viennent s’appliquer dont l’appartenance à un CPI. Le budget communal va donc bénéficier d’un dégrèvement.

La fibre arrive

L’année 2019 débute par une bonne nouvelle : la fibre arrive à la fois à La-Garette et à Sansais. « C’était écrit dans les petits papiers de la première CAN (Communauté d’Agglomération de Niort), » rappelle le maire. « Les 29 communes devaient disposer de la fibre au plus tard en 2020. Et nous, on était programmé pour 2019. La CAN a tenu ses promesses. Il y aura une armoire à La Garette à côté de la piscine et une à Sansais près de la mairie à la place de l’ancienne cabine téléphonique. La fibre va arriver chez nous et donc les pigeons voyageurs c’est fini ! »

« Donne moi ta main »

M. Rabah Laïchour a ensuite ouvert en grand un autre volet de son intervention que l’on pourrait intituler « Le coup de gueule d’un maire ! ».

« Pour faire la transition, que se passe-t-il autour de nous ? D’abord il y a l’actualité internationale. Aujourd’hui, il y a le désespoir un peu partout et on ne peut pas dire qu’on n’est pas concerné. Pourquoi ? Parce que ce matin, vous avez tous pris un café, je suppose ?! Ce café arrive de l’autre bout du monde. Ce matin, vous avez peut-être pris des tartines de pain avec du beurre. Le pain est fait à base de blé. Les prix sont fixés par des marchés internationaux qui se trouvent à l’autre bout du monde. On ne peut pas vivre tout seul comme ça, en autarcie, on est concerné par tout ce qui se passe dans le monde. Le terrorisme; on est concerné. Aucun pays n’est épargné. On ne peut pas rester indifférent. Les migrants; en 2018, il y a eu 2200 migrants morts en Méditerranée. C’est plus que les victimes du terrorisme. Ce que les politiques appellent le populisme; on est aussi concerné parce qu’on dépend de l’Europe. En fonction de ceux qui vont décider demain à Strasbourg, à Bruxelles, des aides aux agriculteurs, des normes pour les communes, etc, on est dépendant de ça. Donc, on ne vit pas seuls.

« L’autre désespoir aujourd’hui, c’est, d’une part, le blues des maires des petites communes. On leur donne de moins en moins de moyens, mais on leur dit, il faut proposer toujours plus de services pour vos administrés. Ce n’est pas possible. La colère noire des gilets jaunes. Les bassines. L’hôpital : si on allait tous tout de suite (nous sommes quatre-vingt à cent personnes, peu importe) aux urgences à l’hôpital. On ferait la queue. Le dernier d’entre nous passerait peut-être dans deux jours, et encore… . C’est aussi un peu le désespoir. J’ai pris cela comme exemple, j’aurais pu en citer d’autres. Au dessus de tout ça, il y a Thomas Pesquet. Lui, a pris de la hauteur, il a regardé et il nous a dit : terriens, arrêtez vos bêtises, moi je vous regarde. D’abord, il ne nous a même pas vus parce qu’on est tellement petits, il a vu la terre mais il n’a pas vu les habitants de Sansais, de La Garette, il a regardé la terre dans son état. Aucun d’entre nous n’est venu de Mars ou Jupiter, nous sommes tous sur cette planète Terre. Et sur cette planète Terre, imaginez : vous habitez à Sansais et vous ne vous entendez pas avec votre voisin, qu’allez-vous faire ? Vous allez appeler le maire. Le maire va vous dire appelez la Gendarmerie. Quand les gendarmes arrivent, ils vont vous dire, le pouvoir de police c’est le maire qui le détient. Vous revenez voir le maire. Après vous pouvez dire, finalement à Sansais les voisins ne sont pas sympas, je vais aller habiter à Magné. Mais à Magné, vous allez transférer le problème sur mon collègue de Magné. Vous ne pourrez pas dire, je vais habiter sur un autre planète. Nous sommes condamnés à vivre sur la planète Terre et seulement sur la planète Terre.

« Le premier vœu que nous pouvons émettre : un monde sans terrorisme. Mais non, ça ne marchera pas. Parce qu’une des premières industries est l’industrie de l’armement. Donc il faut vendre des armes. Dans le top 10 des plus grands vendeurs d’armes au monde, la France est en quatrième position. Il faut que le jeu continue. Si on ne veut plus de terrorisme, il ne faudra plus fabriquer d’armes.

« Un autre vœu : la fin des murs. C’est bizarre parce qu’il y a des murs qui tombent (Berlin, les deux Corées); mais pendant ce temps, ailleurs, on a le truand Donald Trump qui s’accroche à son mur ; vous avez un mur au Proche-Orient; c’est Israël qui en construit un pour éviter que les Palestiniens reviennent chez eux.

« Un autre espoir, c’est un monde sans guerre. Un autre espoir, c’est un monde sans pollution, il y a ce que l’on appelle un 7ème continent. On est en train de rêver, mais peut-être que certains vont se réaliser si chacun fait son petit bout à son niveau. Un autre espoir, c’est un monde sans pesticide, les pesticides tuent plus de personnes que les terroristes. Un autre espoir : la fin des actes gratuits et irresponsables, parce qu’il y a des choses qui se passent chez nous (saccage d’un appareil distributeur automatique de pain, vol de plantations, . . .), on espère qu’il y aura moins d’incivilité. Nous avons reçu dans nos boîtes à lettres un papier, non signé, distribué au mois de novembre. Il y a eu un deuxième papier et dans celui-ci on nous dit M. le maire vous n’avez pas répondu ! Comment voulez-vous que je réponde à un inconnu, ce n’est pas possible, il n’est pas signé, c’est un manque de courage, lamentable. Un autre espoir, c’est moins d’inégalité. « Face aux gilets jaunes, des maires français déstabilisés ! » a titré un journal. Pourquoi les maires ? Ce monsieur, cette dame, ce n’est pas le maire qui les a nommés ou a fixé leur salaire. Les maires n’y sont pour rien dans cette histoire, c’est le gouvernement qui les nomme, qui fixe leur rémunération. Autre titre : « Malgré la baisse du pétrole, Total a réalisé 8 milliards de dollars de bénéfices en 2016. » On marche sur la tête. Le prix du baril diminue, le prix de l’essence à la pompe augmente. Il y a la colère des gilets jaunes, il faut que les maires viennent éteindre le feu. Nous, on n’y est pour rien dans cette affaire. Vous voyez, c’est plus compliqué qu’on nous le dit. C’est bien facile de botter en touche, de dire c’est pas moi c’est les autres.

La patate chaude.

« On nous donne la patate chaude maintenant. Vous, les maires vous allez organiser des réunions, vous allez mettre des cahiers de doléances. Nous, à la mairie, on a une chemise pour mettre les doléances. « Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés par rapport à leur utilité ? » Je vais vous faire une proposition : la mairie est un service public, on va fermer la mairie pendant un mois, est-ce que vous êtes d’accord ? Notre ami qui est là-haut n’est pas né de la dernière pluie parce qu’il dit notamment : A l’inverse, voyez-vous des besoins nouveaux de services publics et comment les financer ? Ça veut dire qu’il faudra que vous apportiez des solutions pour ces nouveaux services donc il demande à la population. L’argent se trouve où ? Voilà la vraie question. »

Malgré cela, la vie continue. En 2019, il y a un recensement de la population de la commune, des animations, des spectacles, des activités sportives, une ferme pédagogique, le Maraisthon (15 et 16 juin 2019), les Foulées du Marais (19 mai 2019), du théâtre, l’allée enchantée. . . .

Le dernier mot est revenu à Madame Dominique Pougnard, conseillère départementale des Deux-Sèvres : « Bob Marley disait : la vie est une longue route jalonnée de panneaux indicateurs et je vous souhaite d’éviter ceux de l’indifférence, de la haine, de la méchanceté, du repli sur soi et de prendre celui de la solidarité, de l’amitié, de la fraternité, de l’ouverture aux autres. »

Enfin, M. Rabah Laïchour a conclu cette cérémonie des vœux en diffusant ce clip-vidéo du chanteur Claudio Capéo interprétant « Ta main » :

 

Gilles PETIT

 

COULON (79) : Les grands projets toujours repoussés

Publié le

Selon le maire de Coulon (Deux-Sèvres) M. Michel Simon : « L’entrée dans une nouvelle année est un moment particulier où se dessinent et s’expriment des projets et des vœux. » Pour la municipalité coulonnaise, de grands projets 2018 sont toujours ceux de 2019.

Dimanche 13 janvier 2019, la cérémonie des vœux du maire de Coulon a déplacé un grand nombre de Coulonnais. La salle des fêtes locale était donc bien garnie, mais il y avait des sièges vides. Ce matin-là, nous avons noté les absences inhabituelles du député local Guillaume Chiche (LREM), des conseillers départementaux du canton Mme Dominique Pougnard et M. Rabah Laïchour, et de représentants des communes voisines de Sansais – La-Garette et de Magné. Le Conseiller régional Nouvelle-Aquitaine du territoire Pascal Duforestel était suppléé par sa collègue Nathalie Lanzy, alors que la Communauté d’Agglomération du Niortais (CAN) était représentée par M. Elmano Martins.

Au micro, M. Michel Simon, maire de Coulon, en compagnie d’une partie de son équipe municipale. Photo Nathalie Lanzy (vice-présidente Conseil régional Nouvelle-Aquitaine).

M. Simon : « Depuis quelques années nous évoluons dans un contexte économique difficile avec une diminution des aides publiques. Malgré cela, nous avons pu cette année encore mener à bien quelques réalisations. Au groupe scolaire, la poursuite du programme de remplacement du revêtement de sol dans une classe et l’installation d’un troisième tableau numérique interactif. Aux services techniques, l’aménagement d’une salle de réunion et de repos, ainsi que l’achat de divers matériels et véhicules permettant d’améliorer les conditions de travail des agents. A la mairie, la réfection du plancher de l’accueil du secrétariat et la modernisation des logiciels-métiers. Dans le domaine sportif, l’achat en partenariat avec le club de pétanque, d’une structure couverte installée au stade municipal faisant office de boulodrome. » A cet inventaire, on peut ajouter de nouvelles couleurs dans la salle des fêtes, « en attendant d’avoir une nouvelle salle. » Voilà le côté positif de l’année écoulée.

Pour évoquer le côté plus négatif du bilan 2018, le maire a d’abord parlé des résultats « mitigés » de la saison touristique, avant de traiter des sujets qui intéressent vraiment les habitants. « Coulon étant une commune très touristique, en cas de baisse de fréquentation, il y a un impact direct sur (ses) entreprises locales. Nous devons continuer à investir pour doper la fréquentation, » poursuit M. Simon. Il a listé des travaux faits ou à faire au village de vacances et au camping. « Sans oublier l’aire d’accueil des camping-cars qui a connu une fréquentation en légère baisse. »

« Comme vous avez pu le constater, les travaux importants évoqués lors des vœux 2018 n’ont malheureusement pas pu être réalisés pour diverses raisons, » avoue le maire de Coulon. « Ils seront bien entendu reprogrammés en 2019, avec, cette fois-ci, l’assurance de réalisation. » Question sécurité routière, souhaitant « revoir et reconsidérer » certains des aspects techniques, la Direction Départementale des Territoires (DDT) a émis un avis défavorable. La Dotation d’Équipement des Territoires Ruraux (DETR) attendue n’a donc pas été accordée. L’absence de cette subvention de 57 483,45 €, « oblige à reconsidérer le projet dans son intégralité. » Les préconisations et exigences émises par la DDT ont une incidence importante sur le budget de l’opération. On passerait de 185 000 €, initialement prévus, à 373 000 €, « ce qui n’est pas supportable pour la collectivité. » Durant 2019, la municipalité s’engage à réaliser la première tranche dans les secteurs où il y a urgence à intervenir. Ceci à hauteur des 185 000 € budgétisés pour ce programme de sécurité déjà aidé par le Conseil départemental des Deux-Sèvres (40 331,55 €, soutien pour l’investissement sur les routes départementales en agglomération), par une part appelée Amendes de Police (9 135,42 €), en piochant dans l’enveloppe disponible pour Coulon (31 612 €) à la Communauté d’Agglomération du Niortais et en fonds propres.

Côté enfance/jeunesse, l’extension du restaurant scolaire, lequel bénéficiera de nouvelles ouvertures et d’un système de climatisation dans les cuisines, accueillera de nouveaux vestiaires pour le personnel et une salle à manger pour les enseignants.

Une aire de jeux

Lors de sa réunion du 1er février 2018, le conseil municipal avait prévu la création d’une aire de jeux pour enfants sur l’aire de l’Autremont. Sur quatre fournisseurs postulants, la proposition de la société KASO de Lusignan (86) avait été retenue pour la somme de 30 300 € HT, à laquelle s’ajoutaient divers frais portant le coût total à 48 900 € HT. Le 12 juillet 2018, on apprenait que Madame l’Architecte des Bâtiments de France (ABF) refusait l’implantation estimant que « le lieu choisi doit rester un espace vierge de toute infrastructure, respectant la perspective vers la Sèvre. » Elle préconisait, entre autres, d’installer cette aire de jeux sur le même site, mais sur la placette située à proximité des sanitaires publics et des camping-cars, où des équipements déjà existants (murets-bancs) pourront être utilisés. De nouvelles propositions d’aménagement sont en cours d’études, d’ores et déjà acceptées par l’ABF.

Le projet de construction d’une résidence seniors à Coulon change d’adresse et de prestataire. Il quitte la rue de l’Autremont pour la rue Elise-Lucas sur le site de l’ancienne école de la Maison Familiale Rurale. Cette affaire étant complexe, nous y reviendrons dans une prochaine édition.

Une salle polyvalente à Coulon ?!

Rédigé par Gilles Petit, le Courrier de l’Ouest des Deux-Sèvres a rendu public, le 3 mars 2000, le grand projet de la Communauté de Communes de la Venise Verte, la construction d’une vraie salle polyvalente associée au tourisme. Documentation Gilles PETIT

Véritable serpent de mer, la nouvelle salle des fêtes est encore dans les cartons. M. Michel Simon a expliqué : « Après maintes réflexions et études, une décision ferme a été prise par les élus d’abandonner l’idée de créer un pôle touristique et culturel du Marais Poitevin qui devait regrouper la Maison du Marais Poitevin, l’Office de tourisme, des salles pour l’accueil de séminaires et du monde culturel, et de s’orienter vers une salle polyvalente sur le terrain face à l’aire de l’Autremont. Au premier trimestre 2019, nous allons lancer une consultation d’architectes afin que le projet puisse être validé techniquement et financièrement avant la fin de l’année. On va la faire avec nos moyens et nos moyens ne correspondront pas à l’accueil de séminaires. Il nous faudrait une 350 places, on va faire entre 250 et 350 places. » Autrement dit, l’éventuelle grande salle des fêtes de Coulon serait en fait une grande salle de réunion.

L’assainissement collectif pose problème

Lors de cette cérémonie des vœux du maire de Coulon, les auditeurs ont particulièrement écouté M. Elmano Martins, 5ème vice-président de la CAN, chargé de l’assainissement et des eaux pluviales, présenter l’étude diagnostique du système d’assainissement lancée sur le centre-bourg. Il s’agit de créer une autre station d’épuration. « Il nous faut pouvoir réaliser un équivalent-habitants de 3 500 habitants, » annonce M. Martins. Cet équipement sera surdimensionné car « nous sommes dans une zone de marais, avec des problèmes d’eaux parasites qu’il faut traiter. De plus, les services de l’État nous imposent un double traitement. Vous allez donc avoir une station d’épuration qui, en période de hautes eaux va fonctionner avec du lagunage et qui, en période de basses eaux, va fonctionner de manière traditionnelle. » Comme il faudra encore plus de surfaces de terrain, certains propriétaires terriens ont été contactés. L’actuelle station d’épuration continue à fonctionner, mais elle ne peut plus recevoir de nouveaux branchements. Ainsi, dès maintenant, toutes les nouvelles constructions, dont un lotissement communal «Le Bois Guichet» et l’extension du « Hameau Vert », devront, soit attendre la mise en service du nouvel équipement, soit installer un système individuel aux normes sanitaires qui ne serait que provisoire. Cette décision risque de retarder le développement de l’habitat local. On peut rappeler que feu la Communauté de Communes de la Venise Verte Magné-Coulon-Sansais (dissoute en 2000) avait envisagé de raccorder le village de Coulon à la station d’épuration de Magné. Laquelle est conçue pour doubler sa capacité en cas de besoin. L’implantation d’une puissante station de relevage au lieu-dit La Repentie de Magné devait faciliter le raccordement.

En bref

Par ailleurs, le maire a présenté le nouveau policier municipal Nicolas Fauchez qui a pris ses fonctions en mars 2018. Ce fonctionnaire succède à M. Benoit Boinot. Ce dernier a saisi le tribunal administratif de Poitiers contre M. Simon, après qu’une procédure de conciliation demandée par la commune avait échoué. Il conteste le rapport de son entretien professionnel 2016 et accuse le maire d’abus de pouvoir. L’instruction est en cours.

Pour terminer, nous avons une pensée pour M. Yves Pouzet, 3ème adjoint au maire de Coulon. Conseiller municipal, poste qu’il tient à conserver, M. Pouzet vient de démissionner de ses fonctions d’adjoint. Il motive sa décision par un désaccord sur les méthodes de travail du maire. Après mûres réflexions et une grande patience. Véritable pilier de la municipalité, cet ancien banquier gérait le budget communal, mais aussi l’économie locale (commerce et artisanat) et l’organisation des services généraux dont la gestion du personnel et des moyens matériels des services techniques.

Gilles PETIT

MARAIS POITEVIN : Entre tourisme et entretien, le Syndicat des Marais Mouillés 79 parle de « hold-up ».

Publié le Mis à jour le

Qui du tourisme ou du Marais était le premier ? Le tourisme doit son développement au Marais, le Marais ne doit rien au tourisme. Si les bateaux des touristes circulent dans la Venise Verte, c’est grâce au Syndicat des Marais Mouillés des Deux-Sèvres qui entretient les conches. Sans aucune participation financière des professionnels du tourisme locaux.

« Je veux préciser, n’en déplaise à certains, que toutes ces réalisations : élagage, curage, enlèvement des embâcles et bouchons de vase, profitent presque exclusivement au tourisme et à la batellerie. » En peu de mots, le président du Syndicat des Marais Mouillés des Deux-Sèvres (SMM79), Bernard Riffault a dénoncé « un hold-up sur le Marais », lors de la dernière assemblée générale de cette structure.

Les trois Syndicats des Marais Mouillés de l’ensemble du Marais Poitevin jouent un rôle essentiel dans l’écosystème des zones humides. Photo document Gilles PETIT

Le Syndicat des Marais Mouillés des Deux-Sèvres

Le Syndicat des Marais Mouillés des Deux-Sèvres est un établissement public fonctionnant, depuis juillet 1987, sous le statut d’Association Syndicale Autorisée (ASA). Créé le 24 août 1833 par ordonnance du roi Louis-Philippe autorisant la création de trois syndicats départementaux (Deux-Sèvres, Vendée et Charente-Maritime), le syndicat a pour vocation l’entretien des ouvrages hydrauliques d’intérêt collectif (canaux, écluses). Le SMM79 gère le domaine fluvial du réseau secondaire des Deux-Sèvres, c’est à dire les voies d’eau lui appartenant, celles des communes, des fossés importants de particuliers non inclus dans le réseau principal et quelques fossés de séparation et de communication déclarés d’intérêt collectif. Ses adhérents sont tous propriétaires de parcelles de marais, lesquels paient obligatoirement chaque année une taxe destinée à l’entretien et la gestion du Marais. Ces propriétaires sont représentés au conseil d’administration de l’ASA par deux syndics par secteur (*). Par ailleurs, le 4 décembre 1930, un décret a encouragé le regroupement des trois syndicats avec celui de la Jeune Autize au sein de l’Union des Syndicats des Marais Mouillés du Marais Poitevin, ceci afin d’harmoniser les programmes d’intérêt collectif.

Dans ses propos, M. Riffault évoque particulièrement l’entretien des conches dans cette zone de la Venise Verte. Des voies d’eau parcourues par des milliers de touristes à bord de centaines de bateaux au départ de Coulon, La-Repentie de Magné ou La-Garette.

Devant de nombreux propriétaires, M. Riffault a ainsi terminé ses longs rapports moral et d’activité : « Maintenant je souhaite aborder un dossier simple pour beaucoup d’entre nous mais très compliqué par la volonté de certains qui ne connaissent pas le Marais, qui ne comprennent rien au fonctionnement du Marais, qui malheureusement attendent encore que ce soit l’autre qui leur permettra de réaliser leur chiffre d’affaires. Ceux-là, dans leur comportement le plus égoïste, pensent encore et toujours que les propriétaires de marais doivent assurer seuls l’entretien de celui-ci, mais que ce dit marais doit bénéficier au plus grand nombre. Je vais répéter ce que j’ai déjà dit de nombreuses fois. Si le marais bénéficie de l’apport d’une nouvelle économie, c’est tant mieux. Mais il ne faut pas oublier que ce fonds de commerce, si cher à tous, nécessite beaucoup d’entretien comme toutes les zones humides. Cet entretien ne peut pas être laissé entièrement à la charge des propriétaires. »

Le syndicat a effectué un sondage-enquête auprès de ses adhérents/propriétaires. « Environ un millier ont répondu par écrit signé de leur main », assure le président. Il en ressort que « la batellerie, grosse utilisatrice des conches, ainsi que le tourisme en général doivent participer à l’entretien de cette zone humide dont tout le monde parle sans faire aucun effort dans cette direction. » Ont suivi des délibérations prises par le conseil syndical, lesquelles ont été « approuvées par l’autorité de tutelle, sans modification, sans remises en cause quelles qu’elles soient. » A savoir, mettre en place auprès des communes membres de l’association syndicale (le syndicat ne peut pas taxer une entreprise, la loi le lui interdit) des taxes votées et prévues dans les délibérations et d’établir les titres de recettes s’y rapportant.

Les conches du Marais Mouillé doivent être régulièrement entretenues. L’image n’en sera que plus belle. Photo Gilles PETIT

M. Riffault souligne : « Si nous avons fait passer la taxe par le biais des communes c’est que les communes sont aussi des propriétaires donc des membres du syndicat et ces communes représentent quand même l’activité économique de leur territoire. Quand les gens viennent dans le Marais ça ne profite pas qu’aux bateliers, ça profite également à l’hôtellerie, aux boulangers, aux marchands de cartes postales, et ainsi de suite. Nous avons adressé cette demande aux communes du fait de leur positionnement. »

« Dans un souci de courtoisie, le 23 janvier 2018, nous avons écrit aux maires des communes concernées Coulon, Magné, Sansais – La-Garette, Le Vanneau – Irleau, Arçais, et Saint-Hilaire-la-Palud, que nous allions émettre les titres se rapportant aux décisions prises et qu’ils allaient les recevoir prochainement.  Notre lettre n’a jamais reçu de réponse de qui que ce soit, nous n’avons jamais reçu un coup de téléphone, jamais reçu de courriers. Les maires ont reçu la lettre mais ils n’ont rien dit. Forts de cette situation, nous avions déduit que nous pouvions adresser nos titres. » Avec l’approbation de Madame le préfet des Deux-Sèvres, les titres ont été émis par la Trésorerie.

« Même la maison bleue qu’on dit toujours à Coulon, est sur la commune de Sansais – La-Garette » a rappelé M. Riffault Photo Gilles PETIT

« S’en suivit une rébellion », déplore M. Riffault, « sauf de la commune du Vanneau- Irleau qui a honoré aussitôt la taxe demandée. Cette rébellion conduite par le maire de Coulon, commune qui a la plus forte concentration batelière et qui se dit la capitale du Marais, avec pour seul territoire à montrer aux touristes qui viennent dans le Marais, la Sèvre Niortaise [fleuve du domaine public, NDLR]. Lorsqu’un bateau quitte le port de Coulon, après avoir traversé la Sèvre Niortaise, il se trouve sur les communes de Magné et de Sansais – La-Garette, ainsi que sur le territoire principal entretenu par le Syndicat. Un autre détail, Coulon bénéficie de beaucoup d’avantages, même la maison bleue qu’on dit toujours à Coulon, est sur la commune de Sansais – La-Garette. Enfin, les communes énoncées font régler aux entreprises batelières des taxes sans assurer, ni participer à de quelconques travaux dans le Marais. Pour l’occupation du domaine public fluvial, notamment dans les ports, elles reversent une quotte part à l’Institution Interdépartementale du Bassin de la Sèvre Niortaise, par contre pas un centime au Syndicat. »

Une contribution des communes

La Venise Verte en hiver Photo Gilles PETIT
La Venise Verte en été Photo Gilles PETIT

Le SMM79 demande aux communes de verser, à l’année, 60 € par bateau et 40 € par canoë destinés aux promenades touristiques payantes. Il est donc réclamé, compte tenu du nombre d’embarcations : Arçais, 3 960 € ; Sansais, 3 240 € ; Saint-Hilaire-La-Palud, 2 580 € ; Le Vanneau-Irleau, 300 € ; Magné, 3 900 € ; et Coulon, 8 800 €. Le Marais Mouillé des Deux-Sèvres compte douze embarcadères ou loueurs de canoës.

 

Cependant, on notera que des communes participent aux travaux prévus par le Syndicat sur leur territoire, dans le cadre d’un Contrat Territorial Milieux Aquatiques (CTMA). C’est notamment le cas de Saint-Hilaire-la-Palud qui, sur son budget 2017, a prélevé 10 000 € afin d’aider aux travaux d’élagage, de désencombrement et de curage de biefs et conches sur son territoire, pour un coût global de 62 160 € TTC, le reste étant pris en charge à hauteur de 22 000 € par l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne, 9 500 € par le Conseil départemental des Deux-Sèvres et 20 660 € par le Syndicat des Marais Mouillés des Deux-Sèvres.

L’Institution Interdépartementale du Bassin de la Sèvre Niortaise

Traversant ici Magné, le fleuve appartenant au domaine public est géré par l’Institut Interdépartemental du Bassin de la Sèvre Niortaise. Photo Gilles PETIT

L’Institution Interdépartementale du Bassin de la Sèvre Niortaise (IIBSN) est un organisme missionné par l’État, propriétaire des voies d’eau principales du réseau national. Depuis le 1er janvier 2015, l’IIBSN gère le domaine public fluvial de l’ensemble du Marais Poitevin. Depuis de nombreuses années, des communes étaient signataires avec l’État d’une convention qui les autorisaient à utiliser le domaine public de l’État, leur permettant d’accorder des autorisations d’exploitation aux entreprises de batellerie installées dans leur port. L’IIBSN a donc repris ce principe de convention, d’une durée de six ans, qui stipule que la signature est assortie du versement à l’État d’une redevance annuelle calculée en fonction de la longueur de berges, et du nombre de barques et de canoës à usage commercial.

Dans la Venise Verte, à notre connaissance, trois municipalités ont conclu un tel accord. Sansais – La-Garette pour son port communal donnant sur « Le Sevreau » ; Arçais, pour son port situé sur le Bief de La Garenne ; et Coulon pour 535 mètres de berge de la Sèvre Niortaise.

A Coulon, les berges de la rive droite de la Sèvre Niortaise sont du domaine public. Concédées à la municipalité, elles rassemblent la plus grosse flotte touristique de la Venise Verte. Photo Gilles PETIT

Prenons l’exemple de Coulon. La convention avec l’IIBSN court jusqu’au 31 décembre 2020. Sur la rive droite du fleuve, le linéaire concédé est de 535 mètres pour trois sections : 447 mètres du pont de la route départementale n°1, à la rue du Port-aux-Moules ; 35 mètres de la rue du Port-aux-Moules à l’embarcadère « La Trigale » ; et, plus en aval, 53 mètres longeant la rue Elise-Lucas, face à l’immeuble du même nom. Le nombre d’embarcations professionnelles enregistrées est de 136 bateaux et 8 canoës. La redevance annuelle est de 0,70 € par mètre linéaire, plus 119,00 € par barque et 85,00 € par canoë. Cette redevance est revalorisée chaque année en fonction de l’indice INSEE. Pour 2019, le conseil municipal coulonnais du 20 décembre 2018 a fixé ses propres redevances à percevoir par la batellerie locale : 215,00 € par barque et 103,00 € par canoë. A ces tarifs s’ajoute les nouvelles billetteries à chaque embarcadère professionnel. Ces cabanons, imposés par la municipalité, font l’objet de conventions datées du 1er mars 2017 pour une durée de trois ans, soit jusqu’au 29 février 2020, renouvelables par tacite reconduction par période de trois ans. En contrepartie , les entreprises s’engagent à verser à la commune une redevance dont le tarif est fixé à 15,00 € par m² et par mois, soit pour l’embarcadère « La Pigouille », 1 099,80 € par an ; « La Roselière », 469,80 € par an ; Prada », 1 452,60 € par an ; et « La Trigale », 480,60 € par an. Un simple calcul chiffre le montant des taxes et concessions encaissées par cette commune.

La taxe de séjour

« Il y a aussi la participation des organismes de tourisme par le biais de la taxe de séjour », poursuit M. Bernard Riffault. « Là on m’a dit c’est ‘niet’. Je demande un rendez-vous au président de la Communauté d’Agglomération du Niortais [CAN] puisque toutes les discussions que j’ai pu avoir avec le président de l’Office de tourisme de la CAN [M. Michel Simon, également maire de Coulon et vice-président de la CAN en charge du tourisme NDLR] ont toujours été stériles. Des conches très envasées où circulent tous les bateaux, avec ou sans guide, ont été curées, même hors programme CTMA, aux frais exclusifs du Syndicat pour aider au développement touristique. Le syndicat est ouvert à toute rencontre, à toute discussion, à toute proposition, à condition que ce soit dans l’intérêt du Marais, dans l’intérêt général et ce en dehors de toute langue de bois et tout intérêt particulier. »

490 000 touristes sont accueillis chaque année sur le secteur Grand Site de France ou « Marais mouillés », selon des données datant de 2013, hors clientèle d’affaires. La taxe de séjour a collecté près de 290 000 € en 2017. En Deux-Sèvres, selon une récente évaluation (fin 2016) de l’Agence Départementale du Tourisme des Deux-Sèvres, le chiffre d’affaires lié à l’activité touristique a été estimé à 205 340 980 € HT pour l’ensemble du département. Pour la CAN, il est estimé à 75 158 280 € HT soit 35% du chiffre d’affaires départemental. Ayant la compétence tourisme, la CAN percevait la taxe de séjour depuis le 1er janvier 2010 auprès des hébergeurs touristiques, intégralement reversée à l’Office de tourisme communautaire. Depuis le 1er octobre 2018, la CAN a confié la gestion administrative, l’application et la perception de cette taxe à l’Office de tourisme communautaire Niort Marais Poitevin-Vallée de la Sèvre.

Selon l’édition datée de mai 2018 du Guide pratique sur les taxes de séjour, la taxe est affectée aux dépenses destinées à favoriser la fréquentation touristique de la commune, ou du groupement, ou aux dépenses relatives à des actions de protection et de gestion des espaces naturels à des fins touristiques. La taxe de séjour est une recette imputée en section de fonctionnement du budget de la collectivité ou du groupement. Les dépenses imputées sur le produit collecté doivent permettre à la collectivité ou au groupement d’être en capacité de justifier qu’elles sont de nature à favoriser la fréquentation touristique (par exemple, des dépenses couvrant des travaux d’amélioration qualitative de l’espace public, des dépenses liées à la politique de communication, à la politique culturelle, sportive de la commune ou du groupement etc.). Ce sont des dépenses qui agissent sur l’attractivité du territoire concerné ou la politique de préservation environnementale.

Sans entretien, les fossés et les conches des zones humides se comblent rapidement. Photo Gilles PETIT

« S’ils souhaitent que l’économie touristique maintienne encore une petite activité, que ce territoire puisse se développer et garantir une vie à nos enfants, il est nécessaire que l’ensemble des collectivités concernées participent à l’entretien d’un réseau hydraulique de plus en plus fréquenté », conclut M. Bernard Riffault.

(*) Composition des syndics du Syndicat des Marais mouillés 79. Amuré – Saint Georges-de-Rex : Jacques Gelot et Bernard Regnier ; Arçais : Philippe Leyssenne et Sébastien Rambaud ; Bessines – Frontenay-Rohan-Rohan : Alain Robin et M. Gelin ; Prin-Deyrançon – Le-Bourdet : Christophe Morin et Cyril Bourreau ; Coulon – Magné – Niort : Manuel Mercier et Olivier Brunet ; Saint-Hilaire-la-Palud inférieur et supérieur : Serge Audebrand et Joël Longeau, Jannick Durand et Laurent Morin ; Sansais – La-Garette : Bernard Riffault et Nicolas Bouricaud ; Le-Vanneau – Irleau : Jean-Marc Renou et Jean-Dominique Roux.

Gilles PETIT

MARAIS POITEVIN : « Battements de cœur et coups de pigouille en Sèvre Niortaise » un recueil de Jean-Claude Coursaud (2)

Publié le Mis à jour le

Loin des clichés touristiques, aux antipodes du roman, le dernier livre de Jean-Claude Coursaud est avant tout un recueil de nouvelles qui concernent précisément les gens d’une certaine époque vivant dans les Marais Mouillés du Marais Poitevin aux confins des départements des Deux-Sèvres, de la Vendée et de la Charente-Maritime. « Battements de cœur et coups de pigouille en Sèvre Niortaise » retrace la vie « des gens du marais d’en haut », mais aussi « des gens des grandes cabanes », des bords du fleuve à Coulon, Le Vanneau, Le Mazeau, Damvix . . .

 

« Qu’il mouille ou qu’il vente, il faut prendre le bateau, la pelle et la pigouille pour entrer dans le monde ordinaire, de l’autre côté de la rivière ». Photo Gilles PETIT

« Battements de cœur et coups de pigouille en Sèvre Niortaise » ne connaît point de « Venise verte », de « plates », de « parc d’attractions », de « balades en barque » et autres locutions inventées pour appâter les touristes et faire tourner une certaine économie. Ce recueil sent l’authentique, le vrai, le quotidien d’illustres inconnus maraîchins, Coco des Cabanes, Louisette, Sidonie, Adolphe, René, Georgina, Marie, Paulette, Alcide, Christiane, Marius, et d’autres, croisés au fil des eaux.

Ces nouvelles maraîchines rapportent des événements qui se déroulent principalement dans les années 1920, entre la fin de la première guerre mondiale jusqu’à la seconde, en débordant un peu sur les années 1960. « A cette époque la société rurale bifurque totalement, » explique Jean-Claude Coursaud. « Dans le cas précis du Marais Poitevin, nous avons d’un côté le monde rural qui évolue. Il y a une dégringolade de l’agriculture, mais, sur un plan industriel, les scieries vont prendre un essor considérable en passant de la planche au contreplaqué. Puis il y a tout ce monde artisanal qu’on a connu, avant qu’arrive brutalement un nouveau monde à partir des années 1975/1980. »

L’auteur a voulu dépeindre tout ce petit monde de la campagne maraîchine face à la bifurcation qu’est l’arrivée de nouveaux métiers, d’un nouveau concept. C’est à dire l’évolution du manuel au pseudo intellectuel , à savoir, l’intronisation du monde tertiaire.

L’écrivain maraîchin Jean-Claude Coursaud

Jean-Claude Coursaud : « Ce qui est important aussi, c’est la façon dont s’expriment les gens. Car ce livre, je l’ai conçu d’une façon un peu particulière. Je ne me suis inspiré de quiconque sur le plan littéraire, sinon être en prolongement d’un écrivain coulonnais exceptionnellement brillant, par le biais d’un de ses ouvrages dont le mot pigouille est important. Ce sont les fameux « Contes de la Pigouille » de Louis Perceau. Louis Perceau est un personnage assez fantastique, sa vie a été fantastique, mais dans la première partie de son enfance, il a dépeint avec un réalisme certain le monde du Marais, le monde maraîchin tel qu’il était. La petite personne que je suis a continué son œuvre pour parler de la seconde partie de ce monde de la pigouille, de ce monde du marais. C’est donc un livre qui est totalement complémentaire de l’œuvre de Louis Perceau. Sauf que Louis Perceau est devenu un écrivain pamphlétaire, ami entre autres de Guillaume Apollinaire. Ce n’est pas anodin. Je crois que nos deux noms pourraient être associés dans cette vie rurale et dans cette vie maraîchine de la fin du 19ème au début du 20ème siècle. Je le précise dans ma préface : ça n’existe plus. »

Le livre se décompose en histoires qui touchent les Coulonnais, des personnages comme Mmes Fichet et Marie Pisse-trois-gouttes, des lieux comme la rue de l’Église. Ce sont des histoires très éclectiques qui se terminent vers l’estuaire au fil de la Sèvre Niortaise en bateau dans les années 1920 par des gens de Coulon, du Vanneau, de Damvix qui vont, par exemple, au marché de Marans, alors le grand rassemblement des « cabanas » du Marais Poitevin. Des gens du « marais d’en haut » mais aussi des « gens des grandes cabanes ». Les grandes cabanes, ce sont les grandes exploitations de Charente-Maritime ou de Vendée.

Les 36 nouvelles que compte le recueil sont écrites en français, mais des dialogues sont franco-patoisés, c’est à dire qu’ils peuvent être compris par n’importe qui, et en cas de mot douteux, il y a un rappel en bas de page. 36 histoires dont, de temps en temps, des « Brèves d’écuries », « Racontages «  et « Petites médisances ». Ce sont des fragments d’histoires drôles authentiques. « Ancien agriculteur, j’ai connu et j’ai vécu ces situations, » assure l’auteur. « Je suis le seul, de Niort à Marans, à pouvoir parler de ce genre de choses sur le plan de l’écriture. »

Co-auteur, Isabelle Savariau est une jeune retraitée maraîchine qui a apporté un regard extérieur aux récits. Également quelques textes reflètent des histoires de sa famille.

Enfin, hormis la couverture, l’ouvrage ne comporte pas de photos. Ainsi le lecteur se fera sa propre vision des situations évoquées. Pour ce faire, il vaut mieux connaître le site. Les autochtones vont savourer les 180 pages, les autres (touristes ou étrangers au pays) curieux de découvrir le Marais Poitevin pourront, au fil des histoires, suivre une sorte de jeu de piste pour essayer de retrouver les lieux cités.

« Battements de cœur et coups de pigouille en Sèvre niortaise » s’adresse aux personnes qui veulent connaître le vrai Marais. Une vie au rythme du bateau de 22 pieds mené à la pigouille.

Auto-édité, le recueil est vendu 20 € TTC, notamment dans les librairies niortaises et au Centre culturel Leclerc de Niort ; à Coulon à la Maison de la presse et à la Maison du Marais Poitevin ; mais aussi, dans les communes voisines : Magné, Le Vanneau, Saint-Georges-de-Rex. . .

Ou  chez l’auteur M. Jean-Claude Coursaud, lieu-dit Les Cabanes de Balanger, 562 route des Bords de Sèvre 79510 Coulon Tél. 05 49 35 92 55

 

Gilles PETIT

(Photos de barques extraites du défilé des métiers d’antan sur l’eau à Coulon (79) lors de la Fête du Miget 2018 organisée en juillet par le Comité d’Animation Coulonnais)

Disponible chez les mêmes auteurs, Jean-Claude Coursaud et Isabelle Savariau : « Un coin de Prairie pour 10 dollars, Une odyssée maraîchine ».

Ce roman auto-édité retrace l’étonnant parcours de « l’oncle Gelot » chez des pionniers de l’Ouest canadien, à savoir Théodore Gelot et son compagnon d’aventure Eugène Ménard, partis du Marais pour les territoires glacés d’Amérique du Nord.

MARAIS POITEVIN : une journée balades et sport pour les migrants du CAO de Frontenay-Rohan-Rohan (79)

Publié le Mis à jour le

« Un étranger est un ami qu’on n’a pas encore rencontré » (Proverbe irlandais), tel est le credo de l’ASAF (Accueil Solidarité Accompagnement Frontenay-Rohan-Rohan). Cette association a organisé une journée des migrants, samedi 3 novembre 2018 à La-Garette. Des balades en barque et en calèche dans la Venise Verte, suivies, en spectateurs, d’un match de football de Ligue 2 à Niort.

 « L’histoire du Marais se rappellera que ce 3 novembre 2018, à La-Garette, il n’y avait ni Français, ni Soudanais, ni Afghans, ni Maliens, ni Somaliens, ni Érythréens, ni Guinéens, ni Pakistanais, mais seulement des hommes et des femmes qui sont solidaires et unis », a déclaré M. Rabah Laïchour, maire de la commune de Sansais-La Garette (Deux-Sèvres), devant un parterre composé de 39 jeunes migrants, sur les 50 actuellement hébergés au Centre d’Accueil et d’Orientation (CAO) de Frontenay-Rohan-Rohan, et de nombreux sympathisants et adhérents à l’ASAF.

« Faire découvrir notre territoire, nos modes de vie, nos paysages, nos faune et flore, nos villages, nos coutumes, nos traditions, était le but de cette sortie appréciée de tous », au départ de la Maison du Cheval et de l’embarcadère Les frênes à La Garette.

Estimant que « la solidarité est d’abord une valeur », l’Asaf est créée le 11 décembre 2017, en soutien à la famille Bulica. Originaire d’Albanie et installé à Frontenay-Rohan-Rohan depuis décembre 2016, le couple Petrit et Kujtime Bulica, avec trois enfants, dont un bébé né en France (les aînés, de 8 et 10 ans, sont scolarisés) fait l’objet d’une procédure d’expulsion du territoire. En juillet dernier, les bénévoles frontenaisiens apprennent que, déboutés de leur demande de droit d’asile, la famille se retrouve assignée à résidence. Spontanément, les bénévoles se sont alors occupés de leur trouver un logement, tout en lançant une pétition (2500 signatures recueillies en 10 jours) et en organisant diverses manifestations de soutien dont des marches de la fraternité, l’occupation de la salle des fêtes locale, . . . Aujourd’hui, « la situation est apaisée, la menace d’expulsion est moins alarmante. »

En présence des élus Mme Dominique Pougnard, conseillère départementale du canton, MM. Jacques Moronval, maire de Bessines (une commune voisine) et Olivier Poireau, représentant la municipalité de Frontenay-Rohan-Rohan, M. Laïchour a dressé ce constat que nous publions dans son intégralité : « Tout le monde parle de migrants, de l’Afrique à l’Asie, en passant par le Proche-Orient, de l’Amérique du Sud et Centrale aux Amériques du Nord, du Sud vers le Nord, de l’Est vers l’Ouest. Mais derrière ce mot, se cachent des hommes, des femmes, des enfants, qui fuient les guerres, la famine, la maladie, les régimes autoritaires, à la recherche d’une vie meilleure au risque de mourir en mer. Les pays du Nord dit industrialisés, civilisés, modernes, qui ont connu les guerres, la famine, les maladies, les migrations, se rejettent la responsabilité, érigent des clôtures de barbelés, parfois des murs en béton, pour éviter l’arrivée de ces populations. Dans maintes constitutions, à commencer par la Déclaration universelle des droits de l’homme, dans toutes les religions, il est dit et écrit que nous naissons tous égaux et que nous devons partager et être solidaires avec nos semblables. Ces hommes, ces femmes, ces enfants, comme nous, ont passé neuf mois dans le ventre de leur maman, rien ne nous différencie d’eux. Et si nous regardions tous ensemble la face positive de cette tragédie. Cette face positive, c’est cette jeunesse, ces sourires, cette solidarité qui est née entre eux, malgré leurs différences culturelles, linguistiques, ethniques, géographiques. Leur point commun, c’est qu’ils sont tous migrants et ont parcouru des milliers de kilomètres pour arriver dans cette terre de Frontenay-Rohan-Rohan où l’association AUDACIA* les accompagne, grâce au soutien de bénévoles. »

*AUDACIA est une association qui siège à Poitiers (86). Au sein de son pôle d’activités migrants, elle met ses compétences dans les domaines social, administratif, juridique et de la santé au service des demandeurs d’asile et des personnes en demande de titre de séjour dans le but de leur assurer une insertion sociale et une intégration dans la cité. L’accès à l’hébergement est un préalable nécessaire à l’autonomie. La prise en charge vise à assurer l’accès aux droits fondamentaux des personnes accueillies : droits relatifs au séjour, aux soins, à l’éducation, à la culture et à l’emploi.

Gilles PETIT

Quatre barques et une calèche bien chargée ont transporté une soixantaine de personnes en balade découverte dans la Venise Verte. Avant le pique-nique à la Maison du cheval, puis direction le stade René-Gaillard à Niort pour assister au match de football en Ligue 2 Niort-Le Havre.