CAN

MARAIS POITEVIN : le « nouveau » policier municipal de Coulon (79) est déjà reparti.

Publié le Mis à jour le

Arrivé à Coulon (Deux-Sèvres) le 1er mars 2018, le policier municipal « nouveau » est reparti le 1er septembre 2020. Les élus locaux attendent un troisième.

A Coulon, les policiers se suivent mais ne se ressemblent pas. En mars 2018, nous écrivions : « Après une période d’adaptation, M. Fauchez risque de s’ennuyer à Coulon. ». Il ne sera resté que vingt-neuf mois durant lesquels la population n’a toujours pas compris l’intérêt d’un tel poste dans leur petite commune.

Pour rappel, à l’issue d’une laborieuse première expérience de Police municipale, le premier agent en poste à Coulon avait démissionné en juin 2017.

 A l’issue de la réunion du Conseil municipal du 9 juillet 2020, pour la première fois dans l’histoire de la localité, des Coulonnais ont participé au «quart d’heure citoyen» sous forme de questions – réponses. A cette occasion, M. Patrice Huleux a posé aux élus LA question qui brûlait les lèvres de presque tous les autochtones : « avoir des précisions sur la fonction du policier municipal, sa rémunération, ses horaires, son emploi du temps, ses attributions, le coût de fonctionnement du service et l’utilité de ce poste sur la commune. »

Quid des compétences d’un policier municipal ?

L’adjoint au maire, délégué à la sécurité, M. Fabrice Berjonneau, a répondu : « la réglementation interdit de divulguer les données à caractère privé concernant les agents de la collectivité, dont leur rémunération. » Nous n’avons pas connaissance d’une telle réglementation, si ce n’est l’usage. En revanche, il n’y a pas de confidentialité dans les finances publiques, car tout est. . . public. Il devait donc donner le montant de la ligne du budget consacré au poste de police municipale. Désormais, avec ce second départ, le Conseil devra clairement rendre des comptes aux habitants lors de la prochaine session budgétaire.

Dans notre article publié en 2018, nous signalions : Selon la Gazette, le journal des communes, départements et régions de France, la rémunération des agents de Police municipale a été revalorisée au 1er janvier 2017 (décret n°2017-398 du 24 mars 2017). Ainsi, le « traitement indiciaire brut mensuel (montants indicatifs) des grades brigadiers chef principal et chef de service de Police municipale est porté, au 1er février 2017, de 1 537 euros environ en début de carrière à 2 310 euros environ en fin de carrière (échelon spécial, chef de service). » De plus, de nouvelles « bonifications indiciaires » peuvent être perçues, ainsi qu’une participation récente au « régime indemnitaire ».

Pour qu’il assure ses fonctions, il a fallu acheter (1 000 €, plus de 180 000 km) et équiper une voiture diesel du matériel réglementaire, à savoir, une rampe lumineuse, des avertisseurs sonores et la sérigraphie « Police municipale ». Le coût de cet équipement était de 4 710 euros. Il convenait d’ajouter la main d’œuvre pour l’installation et la participation à l’armement du policier, à hauteur de 2 500 euros, afin que ce dernier conserve son habilitation de port d’arme, durant son passage à Coulon. Enfin, qui dit arme dit protection, pour 300 euros, les Coulonnais ont aidé à l’achat d’un gilet pare-balles (valeur 550 euros).

L’adjoint au maire a dressé une longue et insipide liste de tâches revenant au policier en poste : « En ce qui concerne ses horaires de travail et son emploi du temps, il occupe un poste à temps complet avec des horaires de travail différenciés hiver/été. La communication de son emploi du temps précis et de ses horaires de travail n’est pas souhaitable pour maintenir «un effet de surprise» quant à sa présence sur la commune. Ses attributions sont très larges. Elles comprennent des missions judiciaires et sécuritaires dont le maintien de l’ordre, la surveillance du territoire, la circulation et le stationnement, l’application des arrêtés du maire, la surveillance des manifestations, la police de l’urbanisme (contrôle des déclarations, autorisations, travaux, affichages . . .), la police de l’environnement (règlements relatifs au classement «site classé du Marais Poitevin», Natura 2000, Parc Naturel Régional), les chiens dangereux, les enquêtes de proximité . . . Il intervient également pour les opérations funéraires, il gère et surveille les occupations du domaine public y compris les autorisations fluviales, il intervient pour la surveillance et la gestion de l’aire de camping-cars. Il est responsable administrativement du Plan Communal de Sauvegarde, des dossiers accessibilité et de la sécurité des établissements recevant du public . . . Enfin, quant à son utilité, non seulement ce poste est indispensable dans une commune telle que Coulon mais l’extension du service serait souhaitable peut-être en partenariat avec les communes voisines. »

Ce monsieur devait être très occupé alors que les Coulonnais le croisaient peu sur le terrain, semble-t-il.

En bref, des tâches que les élus municipaux, les employés communaux et/ou les militaires de la Gendarmerie sont censés effectuer. Ce qui fonctionne dans la plupart des communes du même calibre.

Serait-ce là le premier « accroc » du tout nouveau Conseil municipal de Coulon ? Seul un référendum local pourrait confirmer ou infirmer ce sentiment d’inutilité d’un tel poste. On notera que la suppression de ce poste permettrait, financièrement, d’embaucher deux personnes aux services techniques. Des « emplois productifs » dit-on !

Recrutement d’un troisième policier !

Toujours est-il que lors de sa réunion du 17 septembre dernier, les participants ont choisi de lancer une procédure de recrutement, libellée en ces termes : « Le Conseil municipal jugeant ce poste indispensable pour la commune autorise donc madame le maire à engager ces procédures de recrutement. Madame le maire rappelle que le policier municipal qui était en poste depuis le 1er mars 2018 a quitté la commune et a été nommé par mutation le 1er septembre 2020 dans une commune de Charente-Maritime. Il s’agit donc maintenant de lancer une procédure pour le recrutement d’un nouvel agent. S’il doit prendre ses fonctions au printemps, il faut d’ores et déjà procéder aux formalités de publicité de vacance de poste pour ensuite organiser des entretiens suite à la réception des candidatures, sachant que le candidat retenu aura un préavis de trois mois auprès de sa collectivité de départ. Le service «recrutement» du Centre Départemental de Gestion des Deux-Sèvres sera sollicité pour accompagner la collectivité dans toutes ces démarches. »

Attendre et voir !

Gilles PETIT

MARAIS POITEVIN – COULON – MAGNE : 50 ans, l’âge d’Or de « La Grange de Camille »

Publié le Mis à jour le

« 50 ans, l’âge d’Or. L’âge dort mais nous allons le réveiller pour évoquer ces années 1970 où, après une petite décennie passée sur Paris dans le milieu théâtral, Cosette et André reviennent à Coulon et décident que la nouvelle scène de leur vie aura maintenant pour décor leur pays natal. » Le maître dans l’art du papier, Daniel Mar, avec Cosette Pignoux retracent la genèse du centre culturel « Coulon, rive gauche », une vraie grange maraîchine appelée « La Grange de Camille ».

La Grange de Camille est située sur la commune de Magné (79) face au village de Coulon. Photo Gilles PETIT

« En 1968, on écrivait « sous les pavés la plage », et en 1980 « sur les pavés l’art ». C’est ainsi que Bijou ne faisant plus entendre le bruit de ses sabots ferrés sur les pavés, étant déjà parti depuis quelque temps rejoindre ses compagnons de chevauchée dans la prairie du grand large, et Camille ayant refermé cette porte d’écurie comme on referme un livre quand l’histoire se termine. Camille le voisin d’enfance, le voisin du jardin d’à côté. C’est ainsi que commence l’histoire de la Grange à Camille, » se souvient Mme Cosette Pignoux, metteur en scène de théâtre.

 

L’écurie de Camille Paris

Monsieur Camille PARIS

Nous sommes en 1969, le fermier maraîchin Camille Paris vient de vendre ses trois dernières vaches et son cheval Bijou, l’écurie et la grange restent désormais vides. Résidant juste en face, sur l’autre rive de la Sèvre Niortaise, M. André Pignoux voyait cette grange vacante. « Il demande à Camille s’il ne pouvait pas lui louer ce lieu un peu improbable. Tellement symbolique de l’âme du pays. Là, ses photos seraient exposées en parfaite symbiose avec ce qu’elles représentent, » commente Daniel Mar.

 

L’année suivante, la famille Pignoux a l’idée d’en faire un lieu d’exposition et l’ensemble est alors réhabilité. S’y succèdent des potiers, tisserands, ébénistes. . . Puis de nombreux artisans et artistes. Citons des peintres de prestige : Chenilleau, Bugeant, Hélène Besnard-Giraudias et des intellectuels. « On a connu le potier de Jean Cocteau qui a bien voulu exposer là une trentaine de ses pièces », se souvenait le regretté André Pignoux. « Dans les années 1970, la grange faisait office de lieu culturel à Coulon« .

 

 

L’homme de théâtre et complice des artistes de toutes factures André Pignoux (juillet 2017) est décédé en mars 2018. « Sa mémoire demeure, » assure Cosette Pignoux.    Image Gilles Petit

Ouverte en 1970, sous le nom de « la Grange à Camille », l’ancienne ferme de Monsieur Paris, vit les premières expositions, sur 120 m², des photographies de M. André Pignoux et la fondation, en 1974, d’un groupement d’artisans régionaux. « Il y avait encore du foin à l’étage et les vaches juste parties », aimait rappeler le photographe local. Très fréquentée, « la Grange à Camille » ne devait pas rouvrir ses portes, après la pause hivernale. Mais André et Cosette Pignoux n’ont pu se résigner à laisser les volets clos. Parlant alors au nom des artistes de la première édition, le regretté sculpteur Laurent Page expliquait : « Avec cette rénovation de la grange, nous faisons le pari de continuer à faire vivre cet endroit avec les fruits de nos travaux ».

 

Quand la « Grange » change de nom !

Rebaptisée « la Grange de Camille », l’ancienne propriété de M. Camille Paris, conserve l’architecture caractéristique de ces vieilles maisons du bord de fleuve, à savoir un corps d’habitation et une écurie en l’état, les auges, les râteliers, même le sol a été conservé intact avec ses pierres inégales et le « courant au purin » intégralement préservé. Construite comme la plupart des maisons maraîchines, à la fin du XIXe siècle, elle dispose d’un rez-de-chaussée (l’ancienne écurie) et d’un étage (ancien fenil).

Certains artistes exposent leurs œuvres dans « la Grange de Camille » depuis une vingtaine d’années, c’est le cas de Daniel Mar (photographie puis art du papier). L’artiste retrace la genèse d’une aventure « gagnante » : « Lorsqu’André a retrouvé son pays natal, il a tout de suite pris conscience des mutations qui étaient en train de se produire dans ce milieu rural. Une époque charnière où les tronçonneuses remplacent les scies, les tracteurs se substituent aux chevaux. . . Alors lui qui, sur Paris, a aussi appris la photo, se met à saisir en noir-et-blanc les ultimes images du transport du bétail dans les bateaux, des lavandières sur les bords de Sèvre, tous les gestes ancestraux de ce monde rural qui bientôt vont disparaître. Et dans cette grange, toutes ces images vont trouver là un parfait écho. Et puis très vite, André et Cosette pensent qu’ils pourraient peut-être aussi accueillir en ce lieu d’autres artistes, artisans d’art susceptibles de présenter ici leurs œuvres. Alors, les années suivantes, vont se croiser ici potiers, ébénistes, tisserands. Et d’emblée c’est le succès car à l’époque nulle part ailleurs dans la région il n’y a d’équivalent. On y trouve du mobilier, des abat-jours, des foulards, des peaux de bête, et bien sûr des œuvres peintes ou sculptées par des artistes locaux. On y accourt de partout de la région et plus encore du proche pays niortais où tout le monde a, au moins, entendu parler de la Grange à Camille.

 

« la Grange a 50 ans ! »

La soirée d’anniversaire « la Grange a 50 ans ! » était ponctuée des musiques et poèmes interprétés par Anne Testard. Photo Gilles PETIT

« Dès qu’il y a un cadeau à faire pour un parent : la Grange à Camille; un collègue qui part à la retraite : la Grange à Camille; le voisin qui va pendre sa crémaillère : la Grange à Camille. Les années passent, les temps changent. Nous sommes dans les années 1990, la Grange elle aussi se doit d’évoluer, mais Cosette et André craignent vivement que les organismes officiels les obligent à des changements radicaux comme, par exemple, la démolition du sol et son pavage qui participeraient à anéantir l’âme du lieu. Mais la bonne fée du Marais veille et la Grange ne connaîtra pas les transformations. Souhaitant alors se positionner en dehors de tout mercantilisme, en 1999, le couple va finalement décider de ne réserver la Grange qu’aux artistes. Elle va alors devenir un incontournable lieu culturel, un espace un peu hors du temps et de l’agitation galopante, une escale précieuse où il fait bon se poser. Et ils vont être nombreux à s’y succéder les artistes. Des dizaines et des dizaines, reconnus, connus ou inconnus, mais tous animés par une même flamme créative, reflet de leur âme. A ce jour, ont exposé ici, en ce lieu magique environ 280 artistes. Je fais partie de ceux-là. Je voudrais dire au nom du plus grand nombre combien nous sommes attachés à cet endroit qui se perçoit au travers de nos cinq sens. »

« Coulon Rive gauche » offre du rêve

« On avait besoin d’un lieu pour mettre nos rêves, » reprend Cosette Pignoux. « Nous cherchions justement un lieu habité par une histoire. Oui, Camille les murs de ta grange parlent, les murs racontent ! Camille, toi qui fais maintenant des promenades en bateau avec les touristes, tu sais, ils seraient heureux ces gens-là de voir une expo ! L’amitié de voisinage allait jouer en notre faveur. Et voilà, mes ailes repoussent, mes rêves s’envolent, on parle, on rencontre, on partage, on crée, on imagine. Ah oui, l’imagination est au pouvoir. Rêves réalisés, on est dans le concret dans ce lieu avec des photos d’André accrochées sur un mur de foin. Qui pourrait faire ça, qui pourrait imaginer faire une chose pareille ? C’était très beau, les photos de labour, sur un mur de foin. C’était extraordinaire! »

« Coulon rive gauche » (aquarelle, huile, dessin, sculpture, estampe, photo, art du papier) héberge, cette année, Jean Artibricolo, Danièle Baudry, Françoise Bousseau-Janon, Fredy Gautier, Christiane Gilbert, Phil Lejeune, Daniel Mar, Fabrice Morin, Sandrine Pignoux, Louise Maby, Sébastien Momot, Jean-Michel Tronche et les photographies d’André Pignoux. Photo Gilles PETIT
Une création Daniel Mar

Daniel Mar : « Sereine au bord du fleuve, la Grange est aujourd’hui d’une nature forte qui a vu passer bien des natures mortes mais qui pourtant reste toujours bien vivante. Tu vois André, tu vois Cosette, vous pouvez être fiers de ce jour et de ce que vous avez créé qui, cinquante ans plus tard, continue à se perpétuer. » L’artiste apporte « une petite preuve supplémentaire à ce constat. » En s’amusant avec les lettres du mot grange, Daniel Mar a mélangé les lettres. « Pour le mot grange, il n’y a qu’un anagramme possible : gagner! »

« C’est ainsi que vit la Grange, une porte ouverte aux rencontres, aux moments chaleureux des instants partagés, les yeux engrangent les souvenirs, les paroles s’échangent, s’enrichissent. La Grange, c’est le pas lourd des sabots de Bijou sur le pavé. La Grange, c’est Camille. La Grange, c’est l’amour, pour l’échange de deux passionnés. La Grange, telle est sa vocation, la beauté du tableau, la lumière des photos, le geste assuré du sculpteur passionné, les odeurs de lavande échappées du tableau, les pas du visiteur caressant les pavés. La Grange, c’est le lieu magique des magiciens. La Grange, c’est le reflet d’une vie transparente du vécu comme un poème qui s’éternise dans le temps, » conclut Cosette Pignoux.

L’exposition « Coulon rive gauche » est ouverte jusqu’à fin septembre dans « la Grange de Camille » en bordure de Sèvre Niortaise, face au bourg de Coulon (Marais Poitevin – Deux-Sèvres). Visite libre.

Gilles PETIT

Les œuvres présentées dans ce reportage sont la propriété de leur auteur.

Revoir notre reportage vidéo réalisé à l’occasion de l’édition 2013 : https://youtu.be/4AortAw5HWI

COULON (79) : Anne-Sophie Guichet : « maire de Coulon, c’est pas possible, pas moi et puis voilà »

Publié le Mis à jour le

A Coulon, une commune deux-sévrienne située dans le Marais Poitevin, la population s’est choisi une nouvelle équipe municipale dirigée par Mme Anne-Sophie Guichet. La tête de la liste, sans étiquette, « Ensemble, construisons l’avenir », seule en lice élue dès le premier tour des dernières élections, « recherche un système de plateforme participative, quelque chose qui pourrait créer du lien permanent avec la population, laquelle pourrait interagir, poser des questions . . . »

Mme Anne-Sophie Guichet, maire de Coulon 79) Photo Gilles PETIT

Selon Mme Anne-Sophie Guichet, première adjointe au maire de la municipalité précédente : « Coulon est une magnifique commune du Marais Poitevin. Coulon est une commune touristique qui est un peu un dortoir du pays niortais. Sa population [2318 habitants au 1er janvier 2020 NDLR] évolue avec beaucoup de jeunes qui viennent s’installer. C’est intéressant puisque ça nous permet de faire vivre nos écoles, ce qui est hyper important, comme faire vivre un peu nos commerces. » « La population a bien rajeuni, » constate la maire, « c’est le résultat de la politique du développement de lotissements, et d’autres opérations » menées par les municipalités précédentes.

En effet, le dernier recensement effectué par l‘Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) démontre qu’après une période de stagnation entre les années 1920 et 1970, la commune a amorcé une progression constante, ce qui lui vaut sans aucun doute aujourd’hui d’être classée non plus « commune rurale », mais plutôt « commune péri-urbaine ». Coulon a gagné plus de 300 habitants depuis 1999 et plus de 850 habitants depuis 1968.

 

Pourquoi avoir brigué le poste de maire à Coulon ?

Anne-Sophie Guichet : « La nouvelle maire est arrivée là parce qu’à un moment donné elle a été sollicitée par des personnes qui ont souhaité, voilà quelques années, qu’elle intègre l’équipe municipale. J’ai commencé à être impliquée dans la vie de la commune quand mes enfants sont allés à l’école. Avant, ce qui se passait sur Coulon, je le vivais, mais je n’étais pas forcément impliquée dans la commune. Puis il y a eu l’association des parents d’élèves, je me suis impliquée, je me suis prise au jeu et tout ça a fait que je me suis rendu compte que je vivais dans une belle commune. Que cette commune avait besoin de personnes pour vivre sa dynamique. Et puis, ça s’est fait naturellement. Je pense que j’ai des prédispositions. J’ai dans ma famille des parents qui ont toujours été impliqués dans des associations, qui ont toujours été bénévoles. C’est un état d’esprit. De plus, mon papa est aussi dans un conseil municipal. J’ai été élevée dans cette dynamique et j’en suis ravie. Je pense que mes enfants vont avoir aussi cet héritage. C’est hyper important et c’est riche. Si quelques années en arrière on m’avait dit « tu seras maire de Coulon », j’aurais dit non c’est pas possible, pas moi et puis voilà. Cette envie et ce besoin de faire avancer les choses toujours dans l’intérêt général. Je me suis piquée au jeu, si l’on peut dire. C’est ce qui m’a motivée et fait que j’ai accepté de prendre cette responsabilité, en me disant que finalement j’ai tout aussi ma place que n’importe quelle autre personne. »

Anne-Sophie Guichet poursuit : « Il ne faut pas s’attendre à avoir des félicitations sinon on va finir par être malheureux. J’en suis consciente. J’ai fait un abandon partiel de la vie familiale, mais aussi de la vie professionnelle, puisque je suis jeune (47 ans), je ne suis pas encore à la retraite et j’ai une activité professionnelle mise entre parenthèses, pas complètement. Mais je le fais parce que j’y trouve aussi un intérêt collectif. Je me dis : mince, Coulon est une belle commune, il y a plein de belles choses à faire. Je suis entourée d’une bonne équipe. Je ne serais pas partie sans une bonne équipe. J’ai mis du temps à franchir le pas, maintenant qu’il est franchi je ne regrette pas. Je sais qu’on a une lourde charge et qu’on a beaucoup de travail. J’en suis convaincue. Et qu’on a pris du retard notamment avec la pandémie. On ne va pas faire un mandat de six ans, on va faire un mandat de cinq ans et demi parce que là, on n’a pris des fonctions qu’au mois de mai. Les choses se font de moins en moins facilement, par des contraintes de budgets, des contraintes administratives. L’enjeu pour notre équipe est d’apporter du sens en permanence à ce que l’on fait ou que l’on ne fait pas. Et quand on ne le fait pas, expliquer pourquoi c’est retardé. C’est hyper important et ça passera par la communication. On doit encore discuter, échanger, voir comment on va mettre en place. J’en suis convaincu, si on explique les choses, si l’on dit pourquoi on a fait comme ça et pas autrement. Faut être transparent, c’est la transparence qui permettra aux gens de comprendre. »

 

L’équipe municipale, quésaco

Les nouveaux conseillers municipaux coulonnais (photo DR extraite de la profession de foi de la liste candidate)

Anne-Sophie Guichet : « L’équipe est formée de personnes résidant un peu partout sur le territoire pour qu’il y ait une représentation logique ; qu’on ait tous les âges ; de plusieurs catégories socio-professionnelles ; d’activités différentes ; aussi des personnes issues d’associations qui ont un souci d’intérêt collectif, de bien vivre ensemble, de partage. Les compétences ont aussi joué un rôle, » notamment en matière de sécurité, communication interne, externe, tourisme, . . . « Il faudra être vigilant, c’est pourquoi [la maire] a souhaité un poste d’adjoint en moins pour avoir plus de conseillers délégués de manière à impliquer davantage de personnes. » Le conseil municipal compte aujourd’hui quatre adjoints (1er, M.Dominique Giret ; 2ème, Mme Marie Le Chapelain ; 3ème, M. Fabrice Berjonneau ; 4ème, Mme Isabelle Héhunstre) et cinq délégués (Madame Angélique Dumoulin et Messieurs François Sabourin, Julien Guibert, Patrick Cartier et Pascal Morin).

 

Les relations publiques ?!

En terme de fonctionnement, Mme Guichet souhaite avoir « très souvent des moments de partage et d’échange. Que ce ne soit pas uniquement les adjoints qui se réunissent, que tout le monde ait le même niveau d’informations. C’est important. Il y aura des réunions publiques sur des sujets spécifiques (grands projets. . .). Pour moi, c’est une obligation de communiquer, de donner du sens et d’expliquer. On recherche un système de plateforme participative, quelque chose qui pourrait créer du lien permanent avec la population et qu’on puisse interagir, poser des questions, pour faire des sortes de sondages. . . Il faut qu’on avance tranquillement, il ne faut pas se précipiter, il ne faut pas se tromper. Nous avons plein d’idées. On voudrait faire des points de temps en temps en différents endroits de la commune. Nous avons institué le quart d’heure citoyen [en fin de réunions du conseil municipal] : on essaie, on met en place, si ça fonctionne tant mieux, si ça ne fonctionne pas, on voit si on peut améliorer ou changer quelque chose. Des questions d’intérêt collectif uniquement. » « Je me réserverais le droit de ne pas répondre en proposant une prise de rendez-vous pour les questions personnelles », précise la maire qui « envisage d’être présente en mairie tous les mercredis sans rendez-vous et de le faire savoir aux Coulonnais ». Cependant, il faut laisser au conseil municipal jusqu’à la fin de l’année pour prendre ses marques.

 

Des projets ?!

M. Pierre Rousseau, ancien maire de Coulon Photo Gilles PETIT

L’ombre de M. Pierre Rousseau, l’ancien maire de Coulon de 1989 à 1998 qui a remodelé en profondeur le bourg de Coulon, a plané lors de l’évocation des grands projets de cette nouvelle mandature. En effet, tous ces projets remontent à l’ère Pierre-Rousseau. Par exemple, la construction d’une salle polyvalente qui revient périodiquement, pourrait voir le jour sur la commune dans le secteur de l’Autremont. « Un autre projet qui me tient à cœur, » annonce Mme Guichet. C’est la résidence seniors envisagée dans l’ancienne Maison Familiale Rurale, rue Elise-Lucas. « Pour [la maire], ce serait un beau projet pour la commune qui permettrait à nos aînés qui le veulent de rester à Coulon, voire de bénéficier d’une structure adaptée. »

Le Centre Social et Culturel du Marais, à gauche, le musée du Parc Naturel Régional du Marais Poitevin, à droite. Photo Gilles Petit

Enfin, M. Pierre Rousseau répétait à qui voulait l’entendre : « une commune s’enrichit quand elle possède et crée un patrimoine immobilier ». Outre la maison Elise-Lucas, citée plus haut, le groupe école-salle des fêtes, l’église et le bâtiment de la mairie actuelle, les Coulonnais possèdent la maison de la Coutume et sa voisine l’ancienne auberge. Le premier bâtiment est loué au Parc Naturel Régional du Marais Poitevin pour l’aménagement de son musée « Maison du Marais Poitevin ». Le second héberge le Centre Social et Culturel du Marais (CSCM), une structure intercommunale Coulon-Magné. Ces deux bâtiments font l’objet d’une offre d’achat par le Conseil départemental des Deux-Sèvres. Sur proposition de son maire, le Conseil municipal précédent s’est dit favorable à cette initiative. Les nouveaux élus n’y sont pas opposés. Mme Anne-Sophie Guichet explique : « Avec l’agent d’assurance, nous avons fait le tour des bâtiments communaux. » L’agent estime que Coulon est la commune qui possède le plus de patrimoine lequel n’est pas toujours en très bon état. « Le souci est là, » estime la maire. « Plus il y a de patrimoine, plus ça demande d’entretien et donc d’argent. Et aujourd’hui, les finances de la commune ont tant de choses à faire. Le bâtiment du Centre social n’est plus aux normes et on sera incapable de supporter la charge de travaux. On a beaucoup réfléchi à la question. Ce qui a fait pencher la balance, c’est que ces bâtiments vont rester publics, ouverts à tous sur la commune. Effectivement, on perd la propriété, mais on ne vend pas à un privé qui va tout fermer. Cet argent va permettre de développer autre chose pour les Coulonnais. Il y aura repositionnement du CSCM. Ce centre social est une richesse sur la commune. Il faut voir tout ce que ça nous rapportera. Nous expliquerons aux Coulonnais. La nouvelle équipe n’a rien décidé, il faut qu’on travaille, qu’on fasse des groupes de travail. Qu’on associe la population. Faire une commission. L’ancienne équipe avait des idées pas forcément mauvaises, la nouvelle équipe a des idées qui ne sont pas forcément les mêmes alors il faut qu’on arrive à mixer tout ça et sortir les meilleures. »

 

En tous cas, rappelons que, dans l’immédiat, les élus comptent développer la communication. Ils vont refondre le site internet local et relancer l’édition d’un bulletin municipal, un magazine distribué en plus de l’agenda annuel, ce-dernier étant, semble-t-il, apprécié car « les gens l’attendent avec beaucoup d’impatience ».

Gilles Petit

PRIN DEYRANCON (79) : l’unité de méthanisation récupère, transforme et valorise.

Publié le Mis à jour le

La SAS Déméter Energies a construit une unité de méthanisation sur la commune de Prin-Deyrançon (Deux-Sèvres) au « profit » du village voisin Mauzé-sur-Le-Mignon. Un modèle de transition énergétique qui permet notamment de traiter les effluents d’exploitations agricoles des environs. Un lourd investissement pour un projet innovant.

L’unité de méthanisation a été construite assez loin de Mauzé-sur-Le-Mignon. Dans quelque temps, elle devrait se fondre dans le paysage selon les préconisations du Parc Naturel Régional du Marais Poitevin (document ©WWW.1NFINITY.COM)

Selon la mythologie grecque, Déméter (un nom qui signifierait « la Mère de la Terre ») est la déesse de l’agriculture et des moissons. Demeter est aussi une marque de certification internationale de produits issus de l’agriculture biodynamique, une science agricole inventée dans les années 1920 par l’occultiste autrichien Rudolf Steiner (Source Wikipédia).

Six chiffres donnent une idée du défi que s’est lancé la SAS Déméter Energies, à l’initiative de David Paillat (agriculteurs, éleveurs laitiers à Mauzé-sur-Le-Mignon) et son épouse Vanessa : 12 exploitations agricoles locales adhérentes, 21 000 tonnes de déchets organiques valorisés, 499 KWE de puissance installée en cogénérateur; 180 KWC de solaire en auto consommation; 6 millions d’investissement sur le territoire de l’agglomération niortaise; 5 000 MWH de chaleur valorisée.

La méthanisation est un processus biologique naturel permettant la valorisation de matières organiques (lisier et déchets végétaux) en gaz (méthane CH4). La dégradation de la matière organique par les bactéries en milieu anaérobie chauffée à 44 degrés produit du biogaz. Le méthane contenu dans le biogaz est récupéré pour alimenter un moteur dit de « cogénération » (La cogénération est une double production d’énergie : électricité et chaleur). Ce processus permet l’élimination des polluants, la production d’électricité, de chaleur (eau du circuit de refroidissement du moteur de cogénération) et d’engrais écologique.

Placés ici pour la décoration, ces tracteurs donnent une idée de la taille plutôt modeste des dômes des deux digesteurs. Image Capt’Action79

Déméter Energies a été créée en 2015 par les associés du Groupement Agricole d’Exploitation en Commun (GAEC) Biraud-Paillat. Cette SAS regroupe aujourd’hui au sein de son capital les agriculteurs éleveurs locaux partenaires (bovins lait, bovins viande et caprins) et de grands acteurs régionaux du secteur agricole et des énergies renouvelables (coopératives et syndicat d’énergie).

Entourant ici Madame le préfet des Deux-Sèvres Isabelle David, les agriculteurs partenaires ont guidé par groupe les nombreux invités à l’inauguration, samedi 23 mars 2019. Image Capt’Action79

« Au delà d’une profonde volonté de contribuer à la transition énergétique sur le territoire, cette initiative est née pour faire face au nouveau paysage agricole français qui impose aux agriculteurs de reconsidérer leurs méthodes de producteurs et surtout de les diversifier pour continuer à faire vivre le secteur », précisent les concepteurs de cette unité de méthanisation.

Alimenté par le Biogaz émanant des digesteurs, le cogénérateur produit de l’électricité, distribue une eau de chauffage qui sera bientôt dirigée vers la piscine, le collège, les écoles et la mairie du proche village de Mauzé-sur-Le-Mignon. L’alimentation en électricité interne à l’unité de méthanisation est fournie par les capteurs solaires qui couvrent le bâtiment de stockage des intrants. Image Capt’Action79

Image Capt’Action79

Gilles PETIT

COULON (79) : Les grands projets toujours repoussés

Publié le Mis à jour le

Selon le maire de Coulon (Deux-Sèvres) M. Michel Simon : « L’entrée dans une nouvelle année est un moment particulier où se dessinent et s’expriment des projets et des vœux. » Pour la municipalité coulonnaise, de grands projets 2018 sont toujours ceux de 2019.

Dimanche 13 janvier 2019, la cérémonie des vœux du maire de Coulon a déplacé un grand nombre de Coulonnais. La salle des fêtes locale était donc bien garnie, mais il y avait des sièges vides. Ce matin-là, nous avons noté les absences inhabituelles du député local Guillaume Chiche (LREM), des conseillers départementaux du canton Mme Dominique Pougnard et M. Rabah Laïchour, et de représentants des communes voisines de Sansais – La-Garette et de Magné. Le Conseiller régional Nouvelle-Aquitaine du territoire Pascal Duforestel était suppléé par sa collègue Nathalie Lanzy, alors que la Communauté d’Agglomération du Niortais (CAN) était représentée par M. Elmano Martins.

Au micro, M. Michel Simon, maire de Coulon, en compagnie d’une partie de son équipe municipale. Photo Nathalie Lanzy (vice-présidente Conseil régional Nouvelle-Aquitaine).

M. Simon : « Depuis quelques années nous évoluons dans un contexte économique difficile avec une diminution des aides publiques. Malgré cela, nous avons pu cette année encore mener à bien quelques réalisations. Au groupe scolaire, la poursuite du programme de remplacement du revêtement de sol dans une classe et l’installation d’un troisième tableau numérique interactif. Aux services techniques, l’aménagement d’une salle de réunion et de repos, ainsi que l’achat de divers matériels et véhicules permettant d’améliorer les conditions de travail des agents. A la mairie, la réfection du plancher de l’accueil du secrétariat et la modernisation des logiciels-métiers. Dans le domaine sportif, l’achat en partenariat avec le club de pétanque, d’une structure couverte installée au stade municipal faisant office de boulodrome. » A cet inventaire, on peut ajouter de nouvelles couleurs dans la salle des fêtes, « en attendant d’avoir une nouvelle salle. » Voilà le côté positif de l’année écoulée.

Pour évoquer le côté plus négatif du bilan 2018, le maire a d’abord parlé des résultats « mitigés » de la saison touristique, avant de traiter des sujets qui intéressent vraiment les habitants. « Coulon étant une commune très touristique, en cas de baisse de fréquentation, il y a un impact direct sur (ses) entreprises locales. Nous devons continuer à investir pour doper la fréquentation, » poursuit M. Simon. Il a listé des travaux faits ou à faire au village de vacances et au camping. « Sans oublier l’aire d’accueil des camping-cars qui a connu une fréquentation en légère baisse. »

« Comme vous avez pu le constater, les travaux importants évoqués lors des vœux 2018 n’ont malheureusement pas pu être réalisés pour diverses raisons, » avoue le maire de Coulon. « Ils seront bien entendu reprogrammés en 2019, avec, cette fois-ci, l’assurance de réalisation. » Question sécurité routière, souhaitant « revoir et reconsidérer » certains des aspects techniques, la Direction Départementale des Territoires (DDT) a émis un avis défavorable. La Dotation d’Équipement des Territoires Ruraux (DETR) attendue n’a donc pas été accordée. L’absence de cette subvention de 57 483,45 €, « oblige à reconsidérer le projet dans son intégralité. » Les préconisations et exigences émises par la DDT ont une incidence importante sur le budget de l’opération. On passerait de 185 000 €, initialement prévus, à 373 000 €, « ce qui n’est pas supportable pour la collectivité. » Durant 2019, la municipalité s’engage à réaliser la première tranche dans les secteurs où il y a urgence à intervenir. Ceci à hauteur des 185 000 € budgétisés pour ce programme de sécurité déjà aidé par le Conseil départemental des Deux-Sèvres (40 331,55 €, soutien pour l’investissement sur les routes départementales en agglomération), par une part appelée Amendes de Police (9 135,42 €), en piochant dans l’enveloppe disponible pour Coulon (31 612 €) à la Communauté d’Agglomération du Niortais et en fonds propres.

Côté enfance/jeunesse, l’extension du restaurant scolaire, lequel bénéficiera de nouvelles ouvertures et d’un système de climatisation dans les cuisines, accueillera de nouveaux vestiaires pour le personnel et une salle à manger pour les enseignants.

Une aire de jeux

Lors de sa réunion du 1er février 2018, le conseil municipal avait prévu la création d’une aire de jeux pour enfants sur l’aire de l’Autremont. Sur quatre fournisseurs postulants, la proposition de la société KASO de Lusignan (86) avait été retenue pour la somme de 30 300 € HT, à laquelle s’ajoutaient divers frais portant le coût total à 48 900 € HT. Le 12 juillet 2018, on apprenait que Madame l’Architecte des Bâtiments de France (ABF) refusait l’implantation estimant que « le lieu choisi doit rester un espace vierge de toute infrastructure, respectant la perspective vers la Sèvre. » Elle préconisait, entre autres, d’installer cette aire de jeux sur le même site, mais sur la placette située à proximité des sanitaires publics et des camping-cars, où des équipements déjà existants (murets-bancs) pourront être utilisés. De nouvelles propositions d’aménagement sont en cours d’études, d’ores et déjà acceptées par l’ABF.

Le projet de construction d’une résidence seniors à Coulon change d’adresse et de prestataire. Il quitte la rue de l’Autremont pour la rue Elise-Lucas sur le site de l’ancienne école de la Maison Familiale Rurale. Cette affaire étant complexe, nous y reviendrons dans une prochaine édition.

Une salle polyvalente à Coulon ?!

Rédigé par Gilles Petit, le Courrier de l’Ouest des Deux-Sèvres a rendu public, le 3 mars 2000, le grand projet de la Communauté de Communes de la Venise Verte, la construction d’une vraie salle polyvalente associée au tourisme. Documentation Gilles PETIT

Véritable serpent de mer, la nouvelle salle des fêtes est encore dans les cartons. M. Michel Simon a expliqué : « Après maintes réflexions et études, une décision ferme a été prise par les élus d’abandonner l’idée de créer un pôle touristique et culturel du Marais Poitevin qui devait regrouper la Maison du Marais Poitevin, l’Office de tourisme, des salles pour l’accueil de séminaires et du monde culturel, et de s’orienter vers une salle polyvalente sur le terrain face à l’aire de l’Autremont. Au premier trimestre 2019, nous allons lancer une consultation d’architectes afin que le projet puisse être validé techniquement et financièrement avant la fin de l’année. On va la faire avec nos moyens et nos moyens ne correspondront pas à l’accueil de séminaires. Il nous faudrait une 350 places, on va faire entre 250 et 350 places. » Autrement dit, l’éventuelle grande salle des fêtes de Coulon serait en fait une grande salle de réunion.

L’assainissement collectif pose problème

Lors de cette cérémonie des vœux du maire de Coulon, les auditeurs ont particulièrement écouté M. Elmano Martins, 5ème vice-président de la CAN, chargé de l’assainissement et des eaux pluviales, présenter l’étude diagnostique du système d’assainissement lancée sur le centre-bourg. Il s’agit de créer une autre station d’épuration. « Il nous faut pouvoir réaliser un équivalent-habitants de 3 500 habitants, » annonce M. Martins. Cet équipement sera surdimensionné car « nous sommes dans une zone de marais, avec des problèmes d’eaux parasites qu’il faut traiter. De plus, les services de l’État nous imposent un double traitement. Vous allez donc avoir une station d’épuration qui, en période de hautes eaux va fonctionner avec du lagunage et qui, en période de basses eaux, va fonctionner de manière traditionnelle. » Comme il faudra encore plus de surfaces de terrain, certains propriétaires terriens ont été contactés. L’actuelle station d’épuration continue à fonctionner, mais elle ne peut plus recevoir de nouveaux branchements. Ainsi, dès maintenant, toutes les nouvelles constructions, dont un lotissement communal «Le Bois Guichet» et l’extension du « Hameau Vert », devront, soit attendre la mise en service du nouvel équipement, soit installer un système individuel aux normes sanitaires qui ne serait que provisoire. Cette décision risque de retarder le développement de l’habitat local. On peut rappeler que feu la Communauté de Communes de la Venise Verte Magné-Coulon-Sansais (dissoute en 2000) avait envisagé de raccorder le village de Coulon à la station d’épuration de Magné. Laquelle est conçue pour doubler sa capacité en cas de besoin. L’implantation d’une puissante station de relevage au lieu-dit La Repentie de Magné devait faciliter le raccordement.

En bref

Par ailleurs, le maire a présenté le nouveau policier municipal Nicolas Fauchez qui a pris ses fonctions en mars 2018. Ce fonctionnaire succède à M. Benoit Boinot. Ce dernier a saisi le tribunal administratif de Poitiers contre M. Simon, après qu’une procédure de conciliation demandée par la commune avait échoué. Il conteste le rapport de son entretien professionnel 2016 et accuse le maire d’abus de pouvoir. L’instruction est en cours.

Pour terminer, nous avons une pensée pour M. Yves Pouzet, 3ème adjoint au maire de Coulon. Conseiller municipal, poste qu’il tient à conserver, M. Pouzet vient de démissionner de ses fonctions d’adjoint. Il motive sa décision par un désaccord sur les méthodes de travail du maire. Après mûres réflexions et une grande patience. Véritable pilier de la municipalité, cet ancien banquier gérait le budget communal, mais aussi l’économie locale (commerce et artisanat) et l’organisation des services généraux dont la gestion du personnel et des moyens matériels des services techniques.

Gilles PETIT

MARAIS POITEVIN : Entre tourisme et entretien, le Syndicat des Marais Mouillés 79 parle de « hold-up ».

Publié le Mis à jour le

Qui du tourisme ou du Marais était le premier ? Le tourisme doit son développement au Marais, le Marais ne doit rien au tourisme. Si les bateaux des touristes circulent dans la Venise Verte, c’est grâce au Syndicat des Marais Mouillés des Deux-Sèvres qui entretient les conches. Sans aucune participation financière des professionnels du tourisme locaux.

« Je veux préciser, n’en déplaise à certains, que toutes ces réalisations : élagage, curage, enlèvement des embâcles et bouchons de vase, profitent presque exclusivement au tourisme et à la batellerie. » En peu de mots, le président du Syndicat des Marais Mouillés des Deux-Sèvres (SMM79), Bernard Riffault a dénoncé « un hold-up sur le Marais », lors de la dernière assemblée générale de cette structure.

Les trois Syndicats des Marais Mouillés de l’ensemble du Marais Poitevin jouent un rôle essentiel dans l’écosystème des zones humides. Photo document Gilles PETIT

Le Syndicat des Marais Mouillés des Deux-Sèvres

Le Syndicat des Marais Mouillés des Deux-Sèvres est un établissement public fonctionnant, depuis juillet 1987, sous le statut d’Association Syndicale Autorisée (ASA). Créé le 24 août 1833 par ordonnance du roi Louis-Philippe autorisant la création de trois syndicats départementaux (Deux-Sèvres, Vendée et Charente-Maritime), le syndicat a pour vocation l’entretien des ouvrages hydrauliques d’intérêt collectif (canaux, écluses). Le SMM79 gère le domaine fluvial du réseau secondaire des Deux-Sèvres, c’est à dire les voies d’eau lui appartenant, celles des communes, des fossés importants de particuliers non inclus dans le réseau principal et quelques fossés de séparation et de communication déclarés d’intérêt collectif. Ses adhérents sont tous propriétaires de parcelles de marais, lesquels paient obligatoirement chaque année une taxe destinée à l’entretien et la gestion du Marais. Ces propriétaires sont représentés au conseil d’administration de l’ASA par deux syndics par secteur (*). Par ailleurs, le 4 décembre 1930, un décret a encouragé le regroupement des trois syndicats avec celui de la Jeune Autize au sein de l’Union des Syndicats des Marais Mouillés du Marais Poitevin, ceci afin d’harmoniser les programmes d’intérêt collectif.

Dans ses propos, M. Riffault évoque particulièrement l’entretien des conches dans cette zone de la Venise Verte. Des voies d’eau parcourues par des milliers de touristes à bord de centaines de bateaux au départ de Coulon, La-Repentie de Magné ou La-Garette.

Devant de nombreux propriétaires, M. Riffault a ainsi terminé ses longs rapports moral et d’activité : « Maintenant je souhaite aborder un dossier simple pour beaucoup d’entre nous mais très compliqué par la volonté de certains qui ne connaissent pas le Marais, qui ne comprennent rien au fonctionnement du Marais, qui malheureusement attendent encore que ce soit l’autre qui leur permettra de réaliser leur chiffre d’affaires. Ceux-là, dans leur comportement le plus égoïste, pensent encore et toujours que les propriétaires de marais doivent assurer seuls l’entretien de celui-ci, mais que ce dit marais doit bénéficier au plus grand nombre. Je vais répéter ce que j’ai déjà dit de nombreuses fois. Si le marais bénéficie de l’apport d’une nouvelle économie, c’est tant mieux. Mais il ne faut pas oublier que ce fonds de commerce, si cher à tous, nécessite beaucoup d’entretien comme toutes les zones humides. Cet entretien ne peut pas être laissé entièrement à la charge des propriétaires. »

Le syndicat a effectué un sondage-enquête auprès de ses adhérents/propriétaires. « Environ un millier ont répondu par écrit signé de leur main », assure le président. Il en ressort que « la batellerie, grosse utilisatrice des conches, ainsi que le tourisme en général doivent participer à l’entretien de cette zone humide dont tout le monde parle sans faire aucun effort dans cette direction. » Ont suivi des délibérations prises par le conseil syndical, lesquelles ont été « approuvées par l’autorité de tutelle, sans modification, sans remises en cause quelles qu’elles soient. » A savoir, mettre en place auprès des communes membres de l’association syndicale (le syndicat ne peut pas taxer une entreprise, la loi le lui interdit) des taxes votées et prévues dans les délibérations et d’établir les titres de recettes s’y rapportant.

Les conches du Marais Mouillé doivent être régulièrement entretenues. L’image n’en sera que plus belle. Photo Gilles PETIT

M. Riffault souligne : « Si nous avons fait passer la taxe par le biais des communes c’est que les communes sont aussi des propriétaires donc des membres du syndicat et ces communes représentent quand même l’activité économique de leur territoire. Quand les gens viennent dans le Marais ça ne profite pas qu’aux bateliers, ça profite également à l’hôtellerie, aux boulangers, aux marchands de cartes postales, et ainsi de suite. Nous avons adressé cette demande aux communes du fait de leur positionnement. »

« Dans un souci de courtoisie, le 23 janvier 2018, nous avons écrit aux maires des communes concernées Coulon, Magné, Sansais – La-Garette, Le Vanneau – Irleau, Arçais, et Saint-Hilaire-la-Palud, que nous allions émettre les titres se rapportant aux décisions prises et qu’ils allaient les recevoir prochainement.  Notre lettre n’a jamais reçu de réponse de qui que ce soit, nous n’avons jamais reçu un coup de téléphone, jamais reçu de courriers. Les maires ont reçu la lettre mais ils n’ont rien dit. Forts de cette situation, nous avions déduit que nous pouvions adresser nos titres. » Avec l’approbation de Madame le préfet des Deux-Sèvres, les titres ont été émis par la Trésorerie.

« Même la maison bleue qu’on dit toujours à Coulon, est sur la commune de Sansais – La-Garette » a rappelé M. Riffault Photo Gilles PETIT

« S’en suivit une rébellion », déplore M. Riffault, « sauf de la commune du Vanneau- Irleau qui a honoré aussitôt la taxe demandée. Cette rébellion conduite par le maire de Coulon, commune qui a la plus forte concentration batelière et qui se dit la capitale du Marais, avec pour seul territoire à montrer aux touristes qui viennent dans le Marais, la Sèvre Niortaise [fleuve du domaine public, NDLR]. Lorsqu’un bateau quitte le port de Coulon, après avoir traversé la Sèvre Niortaise, il se trouve sur les communes de Magné et de Sansais – La-Garette, ainsi que sur le territoire principal entretenu par le Syndicat. Un autre détail, Coulon bénéficie de beaucoup d’avantages, même la maison bleue qu’on dit toujours à Coulon, est sur la commune de Sansais – La-Garette. Enfin, les communes énoncées font régler aux entreprises batelières des taxes sans assurer, ni participer à de quelconques travaux dans le Marais. Pour l’occupation du domaine public fluvial, notamment dans les ports, elles reversent une quotte part à l’Institution Interdépartementale du Bassin de la Sèvre Niortaise, par contre pas un centime au Syndicat. »

Une contribution des communes

La Venise Verte en hiver Photo Gilles PETIT
La Venise Verte en été Photo Gilles PETIT

Le SMM79 demande aux communes de verser, à l’année, 60 € par bateau et 40 € par canoë destinés aux promenades touristiques payantes. Il est donc réclamé, compte tenu du nombre d’embarcations : Arçais, 3 960 € ; Sansais, 3 240 € ; Saint-Hilaire-La-Palud, 2 580 € ; Le Vanneau-Irleau, 300 € ; Magné, 3 900 € ; et Coulon, 8 800 €. Le Marais Mouillé des Deux-Sèvres compte douze embarcadères ou loueurs de canoës.

 

Cependant, on notera que des communes participent aux travaux prévus par le Syndicat sur leur territoire, dans le cadre d’un Contrat Territorial Milieux Aquatiques (CTMA). C’est notamment le cas de Saint-Hilaire-la-Palud qui, sur son budget 2017, a prélevé 10 000 € afin d’aider aux travaux d’élagage, de désencombrement et de curage de biefs et conches sur son territoire, pour un coût global de 62 160 € TTC, le reste étant pris en charge à hauteur de 22 000 € par l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne, 9 500 € par le Conseil départemental des Deux-Sèvres et 20 660 € par le Syndicat des Marais Mouillés des Deux-Sèvres.

L’Institution Interdépartementale du Bassin de la Sèvre Niortaise

Traversant ici Magné, le fleuve appartenant au domaine public est géré par l’Institut Interdépartemental du Bassin de la Sèvre Niortaise. Photo Gilles PETIT

L’Institution Interdépartementale du Bassin de la Sèvre Niortaise (IIBSN) est un organisme missionné par l’État, propriétaire des voies d’eau principales du réseau national. Depuis le 1er janvier 2015, l’IIBSN gère le domaine public fluvial de l’ensemble du Marais Poitevin. Depuis de nombreuses années, des communes étaient signataires avec l’État d’une convention qui les autorisaient à utiliser le domaine public de l’État, leur permettant d’accorder des autorisations d’exploitation aux entreprises de batellerie installées dans leur port. L’IIBSN a donc repris ce principe de convention, d’une durée de six ans, qui stipule que la signature est assortie du versement à l’État d’une redevance annuelle calculée en fonction de la longueur de berges, et du nombre de barques et de canoës à usage commercial.

Dans la Venise Verte, à notre connaissance, trois municipalités ont conclu un tel accord. Sansais – La-Garette pour son port communal donnant sur « Le Sevreau » ; Arçais, pour son port situé sur le Bief de La Garenne ; et Coulon pour 535 mètres de berge de la Sèvre Niortaise.

A Coulon, les berges de la rive droite de la Sèvre Niortaise sont du domaine public. Concédées à la municipalité, elles rassemblent la plus grosse flotte touristique de la Venise Verte. Photo Gilles PETIT

Prenons l’exemple de Coulon. La convention avec l’IIBSN court jusqu’au 31 décembre 2020. Sur la rive droite du fleuve, le linéaire concédé est de 535 mètres pour trois sections : 447 mètres du pont de la route départementale n°1, à la rue du Port-aux-Moules ; 35 mètres de la rue du Port-aux-Moules à l’embarcadère « La Trigale » ; et, plus en aval, 53 mètres longeant la rue Elise-Lucas, face à l’immeuble du même nom. Le nombre d’embarcations professionnelles enregistrées est de 136 bateaux et 8 canoës. La redevance annuelle est de 0,70 € par mètre linéaire, plus 119,00 € par barque et 85,00 € par canoë. Cette redevance est revalorisée chaque année en fonction de l’indice INSEE. Pour 2019, le conseil municipal coulonnais du 20 décembre 2018 a fixé ses propres redevances à percevoir par la batellerie locale : 215,00 € par barque et 103,00 € par canoë. A ces tarifs s’ajoute les nouvelles billetteries à chaque embarcadère professionnel. Ces cabanons, imposés par la municipalité, font l’objet de conventions datées du 1er mars 2017 pour une durée de trois ans, soit jusqu’au 29 février 2020, renouvelables par tacite reconduction par période de trois ans. En contrepartie , les entreprises s’engagent à verser à la commune une redevance dont le tarif est fixé à 15,00 € par m² et par mois, soit pour l’embarcadère « La Pigouille », 1 099,80 € par an ; « La Roselière », 469,80 € par an ; Prada », 1 452,60 € par an ; et « La Trigale », 480,60 € par an. Un simple calcul chiffre le montant des taxes et concessions encaissées par cette commune.

La taxe de séjour

« Il y a aussi la participation des organismes de tourisme par le biais de la taxe de séjour », poursuit M. Bernard Riffault. « Là on m’a dit c’est ‘niet’. Je demande un rendez-vous au président de la Communauté d’Agglomération du Niortais [CAN] puisque toutes les discussions que j’ai pu avoir avec le président de l’Office de tourisme de la CAN [M. Michel Simon, également maire de Coulon et vice-président de la CAN en charge du tourisme NDLR] ont toujours été stériles. Des conches très envasées où circulent tous les bateaux, avec ou sans guide, ont été curées, même hors programme CTMA, aux frais exclusifs du Syndicat pour aider au développement touristique. Le syndicat est ouvert à toute rencontre, à toute discussion, à toute proposition, à condition que ce soit dans l’intérêt du Marais, dans l’intérêt général et ce en dehors de toute langue de bois et tout intérêt particulier. »

490 000 touristes sont accueillis chaque année sur le secteur Grand Site de France ou « Marais mouillés », selon des données datant de 2013, hors clientèle d’affaires. La taxe de séjour a collecté près de 290 000 € en 2017. En Deux-Sèvres, selon une récente évaluation (fin 2016) de l’Agence Départementale du Tourisme des Deux-Sèvres, le chiffre d’affaires lié à l’activité touristique a été estimé à 205 340 980 € HT pour l’ensemble du département. Pour la CAN, il est estimé à 75 158 280 € HT soit 35% du chiffre d’affaires départemental. Ayant la compétence tourisme, la CAN percevait la taxe de séjour depuis le 1er janvier 2010 auprès des hébergeurs touristiques, intégralement reversée à l’Office de tourisme communautaire. Depuis le 1er octobre 2018, la CAN a confié la gestion administrative, l’application et la perception de cette taxe à l’Office de tourisme communautaire Niort Marais Poitevin-Vallée de la Sèvre.

Selon l’édition datée de mai 2018 du Guide pratique sur les taxes de séjour, la taxe est affectée aux dépenses destinées à favoriser la fréquentation touristique de la commune, ou du groupement, ou aux dépenses relatives à des actions de protection et de gestion des espaces naturels à des fins touristiques. La taxe de séjour est une recette imputée en section de fonctionnement du budget de la collectivité ou du groupement. Les dépenses imputées sur le produit collecté doivent permettre à la collectivité ou au groupement d’être en capacité de justifier qu’elles sont de nature à favoriser la fréquentation touristique (par exemple, des dépenses couvrant des travaux d’amélioration qualitative de l’espace public, des dépenses liées à la politique de communication, à la politique culturelle, sportive de la commune ou du groupement etc.). Ce sont des dépenses qui agissent sur l’attractivité du territoire concerné ou la politique de préservation environnementale.

Sans entretien, les fossés et les conches des zones humides se comblent rapidement. Photo Gilles PETIT

« S’ils souhaitent que l’économie touristique maintienne encore une petite activité, que ce territoire puisse se développer et garantir une vie à nos enfants, il est nécessaire que l’ensemble des collectivités concernées participent à l’entretien d’un réseau hydraulique de plus en plus fréquenté », conclut M. Bernard Riffault.

(*) Composition des syndics du Syndicat des Marais mouillés 79. Amuré – Saint Georges-de-Rex : Jacques Gelot et Bernard Regnier ; Arçais : Philippe Leyssenne et Sébastien Rambaud ; Bessines – Frontenay-Rohan-Rohan : Alain Robin et M. Gelin ; Prin-Deyrançon – Le-Bourdet : Christophe Morin et Cyril Bourreau ; Coulon – Magné – Niort : Manuel Mercier et Olivier Brunet ; Saint-Hilaire-la-Palud inférieur et supérieur : Serge Audebrand et Joël Longeau, Jannick Durand et Laurent Morin ; Sansais – La-Garette : Bernard Riffault et Nicolas Bouricaud ; Le-Vanneau – Irleau : Jean-Marc Renou et Jean-Dominique Roux.

Gilles PETIT

MARAIS POITEVIN : Clôture du 30ème Festival de peinture de Magné

Publié le Mis à jour le

A l’espace culturel du Four Pontet, le 30ème Festival International de Peinture de Magné (79) s’est achevé, les 20 et 21 octobre 2018, par l’exposition des œuvres primées, suivie de la remise des tableaux aux partenaires présents. A cette occasion, M. Claude Audis, le président emblématique de Magné Animation, l’association organisatrice, a passé la barre du navire à une nouvelle équipe qui sera dirigée par son vice-président M. André Prunier.

A l’occasion de la 30ème édition du Festival International de peinture beaucoup d’invités d’honneur des éditions passées sont revenus à Magné saluer les organisateurs.

Le président Claude Audis : « Pour fêter cette 30ème édition, nous avions demandé à tous les invités d’honneur, depuis le départ, ainsi qu’aux artistes ayant participé au concours et ayant reçu le Grand Prix du Festival, d’être à nos côtés. 26 artistes invités d’honneur en peinture et sculpture, étaient présents et 13 grands prix du public étaient parmi nous. Pour marquer cet événement, nous avons eu le plaisir, le samedi soir, de retracer le Festival de peinture grâce à un spectacle pyrotechnique, tiré par l’entreprise Mille Feux. Un spectacle magnifique suivi par plusieurs milliers de personnes. »

L’édition 2018, a enregistré 257 peintres, représentant cinquante départements dont l’île de la Réunion et plusieurs pays étaient représentés dont l’Angleterre, le Canada. . .  Quant au public, il a été estimé à plus de 10 000 personnes.

 

Le film événement du 30ème Festival est à découvrir sur YouTube à l’adresse https://youtu.be/Q7hF6Y0TSl4. Pour rappel, voici le lien du film du palmarès et de la remise des prix : https://youtu.be/9GqYMywFmLQ.

A l’issue du 30ème Festival de peinture, le président Claude Audis (à gauche) passe la main à son vice-président André prunier (à droite).

Par ailleurs, M. Audis a tenu à remercier tous ceux qui l’ont aidé et « supporté » depuis vingt-neuf ans : « une équipe fidèle qui a fait d’une boutade de maire, une manifestation connue et reconnue dans l’hexagone et au-delà. De l’équipe ayant vécu l’aventure depuis le départ, seuls deux acolytes ont subsisté, c’est mon ami Louis Richard dit Loulou et mon ami Gérard Albert dit Gégé. Le premier s’occupe de la bouffe, le second des comptes. J’ai le plaisir de remercier en public toute l’équipe de Magné Animation, y compris les bénévoles, tous les parrains, collectivités et privés qui ont cru en notre équipe et nous ont aidé financièrement. Mais aussi, tous les artistes invités d’honneur et les artistes participants. Un merci particulier à un homme qui travaille toute l’année dans l’ombre et qui donne des conseils importants, je veux nommer mon inséparable ami Jean-Marie Zacchi. Jean-Marie a reçu récemment le grade de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres, l’une des principales distinctions de la République Française. Je vous signale qu’une nouvelle équipe se met en place avec, à sa tête, mon vice-président André Prunier. »

Avant d’animer la remise aux partenaires des tableaux primés à l’issue du 30ème Festival, M. Prunier a simplement déclaré : « Dans quelques semaines, la nouvelle équipe réfléchira au Festival 2019. Il est déjà en partie sur les rails, notamment pour les invités d’honneur qu’il faut retenir pratiquement un an à l’avance. »

Présidente départementale de la Ligue contre le cancer, Mme Martine Pelonnier (à droite) a remis le tableau aux heureux gagnants.

La cérémonie a débuté par un point sur l’action que Magné Animation a mené depuis quatre ans en faveur de la Ligue contre le cancer. Sur quatre années, près de 10 000 € ont été collectés. « Cette somme va bien vers la recherche et vers l’aide aux malades et ça ça nous tenait à cœur aussi, a expliqué M. Prunier qui précise cette année, le chèque n’est que de 1 275 €, mais c’est une participation. Pour collecter ces fonds, il y avait un système de tombola dont le prix était un tableau. » Une très belle huile réalisée par M. André Rouvreau offerte à La Ligue. M. et Mme Biron sont les heureux gagnants.

Emma Burgaud a reçu un important lot de cadeaux.

Pour la seconde année consécutive, il était proposé « Le jeu de la couleur mystère ». A savoir, sur un dessin, chercher à positionner la couleur rouge à l’endroit que les organisateurs avaient préalablement placé sur une image-témoin. « Cette année, nous n’avons pas eu beaucoup de dessins vraiment terminés. Nous n’avons qu’une seule gagnante Melle Emma Burgaud. Le point à trouver était la barrière du pont-levis traitée en rouge. »

 

 

Mesdames Catherine Dambrine et Dominique Bauruel (de gauche à droite) ont dressé un rapide bilan des actions menées auprès des jeunes durant le Festival.

Dans le prolongement de ce jeu, un atelier jeunes était animé par Mme Dominique Bauruel, une artiste locale qui participe au Festival tous les ans et par M. Pierre Rebichon, aidés par l’adjointe au maire de Magné Catherine Dambrine en charge des actions liées à l’enfance. Pierre Rebichon avait aussi lancé l’idée de réaliser une vaste fresque (2 mètres de haut sur 3 mètres de large) à coloriser pendant les deux jours du festival par tout le monde, petits et grands. Cette initiative a bien plu aux festivaliers. Cette fresque sera offerte aux écoles de Magné.

La fresque à l’ouverture du Festival, le samedi matin.
La fresque à la fermeture du Festival, le dimanche en fin d’après-midi.

Lors de cette soirée de clôture du 30ème Festival de peinture de Magné, les partenaires présents ont pris possession des œuvres qu’ils ont parrainées.

Prix Restaurant La Belle Étoile
Commune de Magné : Grand Prix du Festival

Le dernier mot revient au maire de Magné M. Gérard Laborderie : « Je voudrais saluer cette belle longévité. Lorsqu’une manifestation dure trente ans, ce n’est pas le fruit du hasard. C’est parce qu’il y a toute une équipe autour de Claude Audis qui a œuvré pour faire de ce festival ce qu’il est aujourd’hui, c’est à dire un festival de réputation nationale, mais aussi internationale. C’est un festival qui contribue aussi à la notoriété de la commune. La réussite a été exceptionnelle avec une densité de peintres de pointure nationale voire internationale au mètre-carré qu’on ne doit pas trouver partout. »

Gilles PETIT

(crédit photos : Michel Castellani, Gilles Petit)

 

MAGNE (79) : Histoire(s) d’un four à pain restauré

Publié le Mis à jour le

« Il fonctionne notre four à pain tout juste rénové et déjà en service, » semble s’étonner le maire de Magné Gérard Laborderie. « C’est pas une rénovation de façade pour faire beau. Il est vraiment opérationnel. Ce four appartient au petit patrimoine communal. » Voici la grande histoire d’un petit patrimoine magnésien inauguré le dimanche 16 septembre 2018 dans le cadre des Journées du patrimoine.

Roger Bodet

« C’était en friche, il y avait des lierres partout. Il a fallu débroussailler, trier et retailler certaines pierres. L’arrière du four était complètement écroulé, il restait juste la partie cheminée. J’ai refait l’intérieur du four. Il n’y avait plus de portes, j’ai refait la porte ; il n’y avait plus de toit, j’ai refait une pente. En fait, j’ai tout refait ! » résume ainsi M. Roger Bodet au sujet de la restauration du four à pain de la rue du Port Musqué à Magné (Deux-Sèvres).

Jean-Louis Brouard

Ce four a une histoire liée aux familles Riffault puis Brouard. Jean-Louis Brouard, l’un des quatre enfants, nés de l’union de Louis Brouard avec Lucienne Riffault, retrace la genèse du four : « Si vous me demandez la date de construction du four, je serais très embêté. Par contre, je peux vous dire précisément la date à laquelle il n’existait pas. C’est 1833, parce que sur le cadastre napoléonien de 1833, il n’était pas là. Donc on peut supposer qu’il était du courant du XIXè siècle. Il a fonctionné jusqu’à la deuxième guerre mondiale. Après, les fermes se sont équipées en cuisinières à bois, avec des fours. Puis, on a vu des boulangeries apparaître dans les villages. Les fours de ferme comme celui-ci ont été petit à petit laissés à l’abandon.  Nous sommes ici dans le quartier des Riffault. Riffault était un patronyme très fréquent dans le Marais. Par exemple dans ce quartier, on avait Alexandre Riffault avec Denise. La maison attenante au four, c’était chez Roger Riffault. En face de cette dernière, la maison des frères Riffault André et Léon, célibataires tous les deux. » Le four à pain est rattaché à la maison située juste de l’autre côté de l’étroite rue du Port Musqué. Une grande demeure appartenant alors à Edmond et Angélina Riffault, lesquels ont eu une fille Lucienne, et donc quatre petits-enfants. « Jacqueline, l’aînée, est la dernière propriétaire du four avant de le céder à la commune ! »

Trois des quatre enfants Brouard étaient présents à l’inauguration : Martine, Jean-Louis et Jacqueline (de g. à d.)

Son « petit » frère se souvient : « C’était un four assez astucieux à l’époque. En fait, il était composé différemment. On avait à l’arrière un toit à cochon. Au-dessus du four, c’était l’aire de jeux des enfants. On y était au chaud, on était bien, à l’abri. On a passé des heures et des heures au-dessus du four. Le four était fermé devant, c’était la salle d’eau. Notre grand-mère faisait chauffer l’eau dans un chaudron sur la cheminée, puis la versait dans une grande baille et on prenait nos bains. Je pense que nous avons à l’ouest de Niort, le four multifonctions le plus ancien. »

M. Gérard Laborderie a ouvert une autre page d’histoire, municipale celle-là : « A partir de 2008, la municipalité, conduite par M. René Potiron qui voyant que ce four commençait à tomber en ruine sérieusement, a décidé de l’acquérir. Les choses en sont restées là. En 2014, on avait mis dans notre programme la rénovation du four. Il s’est trouvé qu’un Magnésien, M. Louis Dazelle a fait don à la commune d’un terrain qu’il possédait à l’arrière du four. En compensation, il demandait à la commune la rénovation du four à pain. Le conseil municipal est parti sur cet engagement. Il fallait rénover ce four et il fallait trouver quelqu’un capable de le faire ! »

Gérard Laborderie, maire de Magné : « C’est un engagement qui va bien au delà de ce que l’on pourrait attendre d’un conseiller municipal. Roger Bodet mérite la médaille d’honneur communale. »

Stupéfaction, dans l’équipe municipale, un certain Roger Bodet, retraité de l’administration, a déclaré : « Moi le four, je le rénove ! » Le conseiller est passionné par la pierre, s’intéresse aux fours à pain et . . . possède des compétences en compagnonnage platrier-carreleur . M. Laborderie insiste : « Roger a fait ce travail entièrement bénévolement. La commune n’a payé que les matériaux avec l’argent de la revente du terrain que nous avait donné M. Dazelle, dont la commune n’avait pas l’utilité. Il s’est trouvé qu’il intéressait les trois riverains qui habitaient autour. »

 

 

 

 

 

« Tout seul, ce n’était guère évident, » poursuit le maire de Magné. « On a créé une association pour porter le projet. Elle s’appelle : Les amis du four à pain et la sauvegarde du petit patrimoine. Présidée par Roger, la structure s’est donnée pour mission : la rénovation du petit patrimoine local. »

Roger Bodet a officiellement inauguré le nouveau Four à pain de la rue du Port Musqué à Magné, en présence du député Guillaume Chiche (à gauche), du maire avec une partie de son conseil municipal, des enfants Brouard et d’Elisabeth Maillard, vice -présidente chargée de la culture à la Communauté d’agglomération du Niortais.

Placé tout près des barbecues préparant le grand repas commun d’inauguration (près de 200 convives inscrits), le député des Deux-Sèvres Guillaume Chiche a ainsi débuté son allocution : « On a l’habitude de dire que les politiques ont parfois tendance à enfumer les gens avec des grands discours, là je peux vous dire que j’ai mon compte. » Il a quand même pu ajouter : « Le petit patrimoine, en réalité il est immense, parce que ce patrimoine commun, c’est celui de ceux qui n’en ont pas, ceux qui n’ont rien, qui habitent dans une commune. Ils peuvent se reposer uniquement sur ce petit patrimoine parce qu’il est partagé. Et donc, son entretien, sa sauvegarde, son développement demandent l’engagement de particuliers, d’artisans, d’élus. . .  Il vous réunit autour de valeurs, autour d’un outil. La symbolique est très très forte autour d’un four à pain parce que quoi de plus noble que le pain, la valeur du partage, la valeur du travail et la valeur de la patience. »

La conseillère départementale du secteur Dominique Pougnard pense que « C’est l’essence même de la vie d’un village de pouvoir réhabiliter ce patrimoine là. Pour moi, c’est un patrimoine double : bâti et culinaire. Un patrimoine gastronomique qui ravive la mémoire du pain, et restitue la mémoire du savoir-faire. »

 

A l’arrière, dans un espace réduit, il a réussi à construire un plan de travail, aménager une chambre de « pousse » où on fait lever la pâte, avec des rayonnages…

Maintenant, sous l’égide de l’association, M. Roger Bodet anime des activités autour du pain. Il accueille ainsi des apprentis, des stagiaires. . . « Son prétexte au début, c’était qu’il fallait chauffer le four pour qu’il puisse monter en température progressivement, » soupçonne le maire. « Je pense que ça fait longtemps qu’il est monté en température et qu’il est sec. »

Gilles PETIT

 

 

 

BESSINES (79) : Une fête annuelle dédiée à l’angélique, « l’herbe des anges » du Marais Poitevin

Publié le Mis à jour le

Ombellifère de la famille des « Apiacées », l’angélique est connue depuis le Moyen Âge. Faisant partie du patrimoine local, l’angelica archangelica, l’herbe des anges, vaut bien une fête. Le comité des fêtes de Bessines et l’association Niort-Marais poitevin pour la promotion de l’angélique l’honorent chaque troisième dimanche de mai depuis 18 ans à . . . Bessines (Deux-Sèvres).

Aujourd’hui, l’herbe du Saint-Esprit est surtout connue des gourmands pour ses tiges confites qui, découpées en dés, ornent brioches et galettes. Quand elle ne livre pas son parfum dans la fameuse liqueur d’Angélique.

Selon l’association pour la promotion de l’angélique : « Plante emblématique de Niort et de sa région, l’angélique a été longtemps oubliée. Aujourd’hui, elle renaît avec le développement du tourisme autour de la « Venise verte », haut lieu du Parc Naturel Régional du Marais Poitevin, et la mobilisation des professionnels de la filière « Angélique Niort Marais Poitevin ». »

« L’angélique était connue pour ses vertus médicinales, rappelle l’association. La légende veut qu’on la portait dans un gousset suspendu au cou lors de l’épidémie de peste de Niort vers 1610. Cette plante mythique devint un remède, sa réputation de panacée lui prêtait de nombreuses autres vertus : tonique stomachique, expectorante, dépurative. »

 

« Le comité des fêtes de Bessines existe depuis 20 ans, informe son président Christophe Sauzeau. Les deux premières années, notre manifestation s’appelait juste « Un dimanche au bord de l’eau ». Depuis, nous avons choisi de promouvoir l’angélique. Aujourd’hui, c’est donc la 18ème édition de la Fête de l’angélique. »

De la plantation à la transformation, on vous dit tout sur l’angélique à la fête de Bessines.

« Une cinquantaine d’exposants nous ont rejoints dont une bonne dizaine travaillant des produits à base d’angélique. Tout au long de la journée le public est invité à rejoindre (gratuitement) un champ d’angélique à bord de voitures anciennes pour une visite commentée des différentes étapes de croissance de la belle plante. » Les étapes de sa transformation étaient détaillées sur l’imposant stand de l’association pour la promotion de l’angélique.

« Toutes les parties de la plante sont utilisées, à savoir, les racines, les graines, les tiges et les feuilles, et transformées en bâton confit, chocolat, liqueur, confiture, sirop, compote, huile essentielle, thé, tisane, feuilles fraîches, ou encore graines moulues », expliquent les bénévoles de l’association.

 

« Nous maintenons cette fête tant que l’on peut et que l’on a des bénévoles qui consacrent deux jours de montage des stands et une journée de démontage complet du site. Nous nous appuyons sur des anciens, retraités, qui travaillent la semaine pour nous monter ces beaux stands », remercie Christophe Sauzeau.

Cette manifestation ne serait pas complète sans un repas champêtre servi sur place. « Aujourd’hui, nous avons fait deux cents couverts, se félicite le président. C’est l’atelier culinaire de Bessines qui a composé et préparé le menu, à savoir, du pâté à l’angélique, du sauté de volaille avec des petits légumes et une tarte aux pommes de gâtine avec une boule de glace à l’angélique. »

Gilles PETIT

Comme tous les ans, le comité des fêtes a organisé un concours de composition florale, confectionnée à base de plant(s) d’angélique, ouvert aux professionnels et aux particuliers. Voici les dix œuvres proposées au jugement du public :

La fête était ponctuée d’un spectacle de musique et danses folkloriques offert par l’association PRIMAVERAS de Niort pour la promotion des coutumes et chants traditionnels portugais.

COULON (79) : « La Grange du Champ des Dames », un monument historique détruit ?!

Publié le Mis à jour le

En mars 2003, le conseil municipal de Coulon voulait « sauver de la ruine au regard de son importance et de ses caractéristiques, ce patrimoine bâti d’intérêt général » ; En février 2017, les élus déclarent qu’il est « dans un tel état de délabrement et d’effondrement qu’il devient inconcevable, pour des raisons d’hygiène et de sécurité mais également de respect de l’environnement, de le conserver en l’état ». Ballottée d’un projet à un autre depuis les années 1990, « La Grange du Champ des Dames » de Coulon était un monument historique menacé.

Construite sur la voie romaine qui reliait la Saintonge à l’Anjou, « La Grange du Champ des Dames » était l’une des plus anciennes métairies de Coulon rattachée au prieuré du même nom situé à côté de l’église, au centre du village de Coulon.

Aujourd’hui, des fouilles archéologiques seraient indispensables en amont de tous éventuels projets, lesquels seraient gelés. En effet, selon histoirecoulon.centerblog.net/14, « trois tombeaux gallo-romains furent trouvés en 1883 dans un terrain situé à droite de la Route de la Gare [appelée aujourd’hui la Route du Gué romain] qui conduit au gué contigu à l’ancienne entrée qui mène au Gué Romain de la Grange et du pré appelé « Le Pré Feuillant » ou « Pré Fillon » du nom des Feuillants, religieux propriétaires jusqu’à la Révolution du Prieuré de la Grange et Pré-Fillon à cause de Jacob FILLON, fermier général du prieuré de la Grange au 17ème début 18ème siècle. »

Dans le projet d’autoroute A83, le contournement de Niort envisageait plusieurs tracés. Le n°3 passait devant la Grange du Champ des Dames et sur le Gué romain au franchissement de la Sèvre Niortaise entre les communes de Coulon et Magné. (document NR79 des 10 et 11/09/1994)

De plus, des sondages géologiques, effectués en 1990 en raison d’un éventuel passage de l’autoroute A83, ont révélé la présence d’une vie préhistorique à Magné et à Coulon datant de la fin de l’âge de bronze ou du début de l’âge de fer. Des recherches archéologiques ont alors été entreprises sur l’axe du tracé autoroutier, de part et d’autre de la route départementale n°9 reliant Magné à Coulon. Les études ont abouti à la découverte, sous une couche de limons d’une épaisseur moyenne de un mètre, d’objets en pierre et fer, de poteries, de fossés et trous, de traces de combustion. Ces dernières seraient des foyers « ouverts », témoignant de la présence d’un habitat protohistorique, entouré d’une palissade de poteaux et piquets enfoncés dans des trous et calés avec des pierres calcaires. Les fossés servant au drainage ou de tranchées de fondation. Proche du site archéologique de Coulon et connaissant l’importance vitale de l’eau pour les sociétés humaines, l’île de Magné, située comme Coulon au fond du Golfe des Pictons, a pu être un lieu intéressant d’activité humaine. Selon la responsable des fouilles : « Les éléments rencontrés sont suffisamment intéressants et importants pour attester que la partie du site touché représente un fait majeur pour la compréhension et l’implantation protohistorique dans le Marais Poitevin. Des fouilles plus approfondies pourraient nous le révéler. . . » Sachant que la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) a classé Coulon « Grand site archéologique » pour sa « profondeur historique énorme » et repéré 35 sites archéologiques sur la commune, tout porte à penser que La Grange pouvait être posée sur des fondations construites vers 3000 ans à 1000 ans avant Jésus-Christ.

Dans leur transcription de l’histoire de Coulon (publiée le 10 avril 2015), les chercheurs locaux Jacky Carrio-Altmeyer et Jean-Louis Gibaud informent : « Coulon fut donnée à l’Abbaye de Charroux par Louis Le Débonnaire vers 830. Cette donation comprenait une grande partie des terres qui aujourd’hui composent la Métairie de la Grange. (. . .) Un arrêt de 1624 adjuge la Grange aux Feuillants de Poitiers. A cette date l’exploitant était Pierre Augier. Jean Constant, curé de Coulon, s’opposa à cet arrêt. L’affaire se termina par une transaction le 11 septembre 1629. Les Feuillants percevaient les fruits de la Grange et Constant une pension. »

Considérée comme bien ecclésiastique, à la Révolution, la Métairie de La Grange fut vendue comme bien national le 5 mars 1791 pour 75 100 livres (une somme énorme, est-il précisé !). Elle était composée de deux logements, un de maître et l’autre de métayer, dans un vaste bâtiment cerné de terres appelées, encore aujourd’hui au nord, « Le Champ des Dames », de prés dans le marais et de sols plantés en bois.

La Grange a connu de nombreux propriétaires. Avant le récent rachat par la commune de Coulon, le dernier était un couple de britanniques qui souhaitait transformer la bâtisse en restaurant, reprenant ainsi l’idée émise par le Conseil général des Deux-Sèvres d’aménager le site de La Grange en aire de service placée sur l’éventuelle autoroute A83. Un projet qui fut d’abord stoppé par l’enquête publique du 28 septembre 1992 au 30 octobre 1992, laquelle a instauré un sursis à statuer qui a bloqué les opérations sur les bâtis. Le tracé de l’autoroute longeant la voie romaine dans le Marais Poitevin a été abandonné en 1995.

Le début de la fin de La Grange du Champ des Dames commence en 2003. Les Anglais lancent leur projet : un complexe de restauration et d’hébergement en gîtes. Le Conseil municipal de Coulon est alors favorable et décide : « Le dernier Plan d’occupation des sols (POS) de la commune  remonte au 30 juin 1998. Une révision du Plan Local d’Urbanisme [nouveau nom du POS] est nécessaire et urgente. En l’état, le document d’urbanisme ne permet pas d’envisager la sauvegarde du site » car il est classé à usage agricole et il convient de le classer en logement locatif à usage touristique dans le cadre de la préservation du patrimoine. L’appellation NCt (agricole avec connotation touristique) pour les initiés. Le projet de PLU a été approuvé par les élus le 4 novembre 2003.

Comme la réhabilitation de La Grange était en bonne voie, les propriétaires ont réalisé des premiers travaux de préservation du bâti, à savoir déconstruire les parties affaiblies de l’édifice, le toit et des hauts de murs instables. En conservant les deux façades. Aujourd’hui, en 2017, le bâtiment était resté dans cet état. Des murs s’étaient en partie écroulés et la végétation, avec sa faune indésirable, avait pris possession des lieux.

Pourquoi ? Car entre-temps, le projet de PLU a été arrêté le 30 novembre 2004 et repris fin 2006, en raison notamment de divergences au conseil municipal (le maire était M. Michel Grasset) en mars 2006, et l’organisation de nouvelles élections municipales partielles. Parallèlement, diverses mesures environnementales (Plan oiseaux, Natura 2000 . . .) ont retardé l’achèvement d’un PLU.

La propriétaire qui a perdu patience, a accepté une proposition de la municipalité, à savoir, vendre sa propriété à la commune (achat de trois parcelles d’une superficie totale de 4.569 m2 pour la somme de 2.500 €), selon l’estimation du service « France Domaine ». Coulon prendrait alors en charge les travaux de démolition et de remise en état du terrain. Le terrain assaini pourrait être revendu à des exploitants agricoles ou à des riverains. L’intérêt, dit-on, pour la commune d’acquérir cet immeuble est de « pouvoir récupérer un volume important de pierres de taille et moellons qui pourront ensuite servir pour différents travaux : réfection des murs du cimetière, création de murets, constructions diverses. . . »

Les avis étant partagés, notamment sur « les coûts cachés », les élus municipaux s’étaient donné un délai de réflexion supplémentaire, le temps de faire évaluer les frais de démolition, de tri et de stockage d’une « montagne » de pierres et d’estimer les possibilités de revente. Mais, à la surprise générale, l’entreprise Bonnet (constructeur d’ouvrages d’art, . . .) de Coulonges-sur-l’Autize (79), s’est déclaré intéressée par la récupération des pierres de taille. Elle a proposé de réaliser à ses frais le défrichage du site, la démolition du bâtiment, l’évacuation des moellons et la livraison de moellons triés sur le dépôt de la commune. En juin dernier, le maire de Coulon imaginait déjà, pour le début d’automne, un bâtiment rasé et un terrain parfaitement dégagé de tout danger.

« Ce patrimoine bâti d’intérêt général » a désormais disparu.

Gilles PETIT