voeux

COULON (79) : Les grands projets toujours repoussés

Publié le Mis à jour le

Selon le maire de Coulon (Deux-Sèvres) M. Michel Simon : « L’entrée dans une nouvelle année est un moment particulier où se dessinent et s’expriment des projets et des vœux. » Pour la municipalité coulonnaise, de grands projets 2018 sont toujours ceux de 2019.

Dimanche 13 janvier 2019, la cérémonie des vœux du maire de Coulon a déplacé un grand nombre de Coulonnais. La salle des fêtes locale était donc bien garnie, mais il y avait des sièges vides. Ce matin-là, nous avons noté les absences inhabituelles du député local Guillaume Chiche (LREM), des conseillers départementaux du canton Mme Dominique Pougnard et M. Rabah Laïchour, et de représentants des communes voisines de Sansais – La-Garette et de Magné. Le Conseiller régional Nouvelle-Aquitaine du territoire Pascal Duforestel était suppléé par sa collègue Nathalie Lanzy, alors que la Communauté d’Agglomération du Niortais (CAN) était représentée par M. Elmano Martins.

Au micro, M. Michel Simon, maire de Coulon, en compagnie d’une partie de son équipe municipale. Photo Nathalie Lanzy (vice-présidente Conseil régional Nouvelle-Aquitaine).

M. Simon : « Depuis quelques années nous évoluons dans un contexte économique difficile avec une diminution des aides publiques. Malgré cela, nous avons pu cette année encore mener à bien quelques réalisations. Au groupe scolaire, la poursuite du programme de remplacement du revêtement de sol dans une classe et l’installation d’un troisième tableau numérique interactif. Aux services techniques, l’aménagement d’une salle de réunion et de repos, ainsi que l’achat de divers matériels et véhicules permettant d’améliorer les conditions de travail des agents. A la mairie, la réfection du plancher de l’accueil du secrétariat et la modernisation des logiciels-métiers. Dans le domaine sportif, l’achat en partenariat avec le club de pétanque, d’une structure couverte installée au stade municipal faisant office de boulodrome. » A cet inventaire, on peut ajouter de nouvelles couleurs dans la salle des fêtes, « en attendant d’avoir une nouvelle salle. » Voilà le côté positif de l’année écoulée.

Pour évoquer le côté plus négatif du bilan 2018, le maire a d’abord parlé des résultats « mitigés » de la saison touristique, avant de traiter des sujets qui intéressent vraiment les habitants. « Coulon étant une commune très touristique, en cas de baisse de fréquentation, il y a un impact direct sur (ses) entreprises locales. Nous devons continuer à investir pour doper la fréquentation, » poursuit M. Simon. Il a listé des travaux faits ou à faire au village de vacances et au camping. « Sans oublier l’aire d’accueil des camping-cars qui a connu une fréquentation en légère baisse. »

« Comme vous avez pu le constater, les travaux importants évoqués lors des vœux 2018 n’ont malheureusement pas pu être réalisés pour diverses raisons, » avoue le maire de Coulon. « Ils seront bien entendu reprogrammés en 2019, avec, cette fois-ci, l’assurance de réalisation. » Question sécurité routière, souhaitant « revoir et reconsidérer » certains des aspects techniques, la Direction Départementale des Territoires (DDT) a émis un avis défavorable. La Dotation d’Équipement des Territoires Ruraux (DETR) attendue n’a donc pas été accordée. L’absence de cette subvention de 57 483,45 €, « oblige à reconsidérer le projet dans son intégralité. » Les préconisations et exigences émises par la DDT ont une incidence importante sur le budget de l’opération. On passerait de 185 000 €, initialement prévus, à 373 000 €, « ce qui n’est pas supportable pour la collectivité. » Durant 2019, la municipalité s’engage à réaliser la première tranche dans les secteurs où il y a urgence à intervenir. Ceci à hauteur des 185 000 € budgétisés pour ce programme de sécurité déjà aidé par le Conseil départemental des Deux-Sèvres (40 331,55 €, soutien pour l’investissement sur les routes départementales en agglomération), par une part appelée Amendes de Police (9 135,42 €), en piochant dans l’enveloppe disponible pour Coulon (31 612 €) à la Communauté d’Agglomération du Niortais et en fonds propres.

Côté enfance/jeunesse, l’extension du restaurant scolaire, lequel bénéficiera de nouvelles ouvertures et d’un système de climatisation dans les cuisines, accueillera de nouveaux vestiaires pour le personnel et une salle à manger pour les enseignants.

Une aire de jeux

Lors de sa réunion du 1er février 2018, le conseil municipal avait prévu la création d’une aire de jeux pour enfants sur l’aire de l’Autremont. Sur quatre fournisseurs postulants, la proposition de la société KASO de Lusignan (86) avait été retenue pour la somme de 30 300 € HT, à laquelle s’ajoutaient divers frais portant le coût total à 48 900 € HT. Le 12 juillet 2018, on apprenait que Madame l’Architecte des Bâtiments de France (ABF) refusait l’implantation estimant que « le lieu choisi doit rester un espace vierge de toute infrastructure, respectant la perspective vers la Sèvre. » Elle préconisait, entre autres, d’installer cette aire de jeux sur le même site, mais sur la placette située à proximité des sanitaires publics et des camping-cars, où des équipements déjà existants (murets-bancs) pourront être utilisés. De nouvelles propositions d’aménagement sont en cours d’études, d’ores et déjà acceptées par l’ABF.

Le projet de construction d’une résidence seniors à Coulon change d’adresse et de prestataire. Il quitte la rue de l’Autremont pour la rue Elise-Lucas sur le site de l’ancienne école de la Maison Familiale Rurale. Cette affaire étant complexe, nous y reviendrons dans une prochaine édition.

Une salle polyvalente à Coulon ?!

Rédigé par Gilles Petit, le Courrier de l’Ouest des Deux-Sèvres a rendu public, le 3 mars 2000, le grand projet de la Communauté de Communes de la Venise Verte, la construction d’une vraie salle polyvalente associée au tourisme. Documentation Gilles PETIT

Véritable serpent de mer, la nouvelle salle des fêtes est encore dans les cartons. M. Michel Simon a expliqué : « Après maintes réflexions et études, une décision ferme a été prise par les élus d’abandonner l’idée de créer un pôle touristique et culturel du Marais Poitevin qui devait regrouper la Maison du Marais Poitevin, l’Office de tourisme, des salles pour l’accueil de séminaires et du monde culturel, et de s’orienter vers une salle polyvalente sur le terrain face à l’aire de l’Autremont. Au premier trimestre 2019, nous allons lancer une consultation d’architectes afin que le projet puisse être validé techniquement et financièrement avant la fin de l’année. On va la faire avec nos moyens et nos moyens ne correspondront pas à l’accueil de séminaires. Il nous faudrait une 350 places, on va faire entre 250 et 350 places. » Autrement dit, l’éventuelle grande salle des fêtes de Coulon serait en fait une grande salle de réunion.

L’assainissement collectif pose problème

Lors de cette cérémonie des vœux du maire de Coulon, les auditeurs ont particulièrement écouté M. Elmano Martins, 5ème vice-président de la CAN, chargé de l’assainissement et des eaux pluviales, présenter l’étude diagnostique du système d’assainissement lancée sur le centre-bourg. Il s’agit de créer une autre station d’épuration. « Il nous faut pouvoir réaliser un équivalent-habitants de 3 500 habitants, » annonce M. Martins. Cet équipement sera surdimensionné car « nous sommes dans une zone de marais, avec des problèmes d’eaux parasites qu’il faut traiter. De plus, les services de l’État nous imposent un double traitement. Vous allez donc avoir une station d’épuration qui, en période de hautes eaux va fonctionner avec du lagunage et qui, en période de basses eaux, va fonctionner de manière traditionnelle. » Comme il faudra encore plus de surfaces de terrain, certains propriétaires terriens ont été contactés. L’actuelle station d’épuration continue à fonctionner, mais elle ne peut plus recevoir de nouveaux branchements. Ainsi, dès maintenant, toutes les nouvelles constructions, dont un lotissement communal «Le Bois Guichet» et l’extension du « Hameau Vert », devront, soit attendre la mise en service du nouvel équipement, soit installer un système individuel aux normes sanitaires qui ne serait que provisoire. Cette décision risque de retarder le développement de l’habitat local. On peut rappeler que feu la Communauté de Communes de la Venise Verte Magné-Coulon-Sansais (dissoute en 2000) avait envisagé de raccorder le village de Coulon à la station d’épuration de Magné. Laquelle est conçue pour doubler sa capacité en cas de besoin. L’implantation d’une puissante station de relevage au lieu-dit La Repentie de Magné devait faciliter le raccordement.

En bref

Par ailleurs, le maire a présenté le nouveau policier municipal Nicolas Fauchez qui a pris ses fonctions en mars 2018. Ce fonctionnaire succède à M. Benoit Boinot. Ce dernier a saisi le tribunal administratif de Poitiers contre M. Simon, après qu’une procédure de conciliation demandée par la commune avait échoué. Il conteste le rapport de son entretien professionnel 2016 et accuse le maire d’abus de pouvoir. L’instruction est en cours.

Pour terminer, nous avons une pensée pour M. Yves Pouzet, 3ème adjoint au maire de Coulon. Conseiller municipal, poste qu’il tient à conserver, M. Pouzet vient de démissionner de ses fonctions d’adjoint. Il motive sa décision par un désaccord sur les méthodes de travail du maire. Après mûres réflexions et une grande patience. Véritable pilier de la municipalité, cet ancien banquier gérait le budget communal, mais aussi l’économie locale (commerce et artisanat) et l’organisation des services généraux dont la gestion du personnel et des moyens matériels des services techniques.

Gilles PETIT

Publicités

MARAIS POITEVIN (Deux-Sèvres) : le village de Coulon, futur écomusée de Magné ?!?!

Publié le Mis à jour le

L’activité commerciale est « en pleine mutation » à Coulon, au point de « changer la physionomie de notre village », a déclaré  monsieur Michel Simon, maire d’une petite commune du Marais Poitevin des Deux-Sèvres qui perd son identité en flattant les touristes. L’édile maraîchin rassure sa population : « Le label Petites Cités de caractère met en valeur l’authenticité et la diversité de notre commune dotée d’un bâti architectural et patrimonial remarquable. Aujourd’hui, ce label appartient à tous les Coulonnais. Il faut que chacun se l’approprie pour le valoriser et faire que la commune en soit digne. » Bientôt, sans commerces, ni services de proximité, dotée d’un label qui ne nourrit pas une population, et dépendante des communes voisines, Coulon devient peu à peu une coquille vide huit mois de l’année et un écomusée en saison estivale. A terme, Coulon sera le parc d’attraction de la commune voisine de Magné.

L'église de la Sainte-Trinité de Coulon est un paisible édifice roman.
L’église de la Sainte-Trinité de Coulon voit de moins en moins d’habitants des écarts.

Vendredi 27 janvier 2017, lors de la traditionnelle soirée de vœux, monsieur Michel Simon a d’abord salué les nouveaux arrivants présents (dont la majorité sont retraités, ou presque, sans enfants scolarisés). Puis, fataliste, il a évoqué le désert commercial qui avance dans sa commune.

photo-gilles-petit-5450
Le garage Renault et la Poste, entre autres, vont déménager dans la commune voisine à Magné.

Dans son allocution, nous n’avons ressenti aucune compassion pour les Coulonnais : « Le départ prochain du cabinet notarial, de l’agence Les Mutuelles de Poitiers, et de la Poste [également les fermetures d’une boulangerie et du garage automobile, et on suppute aussi celle du cabinet médical ! NDLR], va changer la physionomie de notre village. Mais leur installation à Magné dans la zone commerciale et artisanale créée à proximité de Super U semble une évidence. Chacune de nos deux communes va développer des compétences propres. Magné, le commerce et l’artisanat, et Coulon, le tourisme. Le regroupement, voire la fusion des communes est dans l’air du temps. Il semble être une solution pragmatique et efficace pour faire face aux difficultés financières que nous rencontrons. Le partenariat qui commence à se tisser avec notre voisine la commune de Magné en est la preuve. Il ne s’agit ni d’un affaiblissement, ni d’une perte d’identité de la commune, mais simplement d’une mise à profit des particularités et des richesses de chacune pour un enrichissement mutuel. Aujourd’hui, il faut savoir dépasser l’esprit de clocher et travailler en concertation. Comme le dit l’adage : l’union fait la force ! Cela vaut aussi pour les collectivités. Travailler en commun renforcera nos actions et nous permettra de développer nos capacités et nos investissements. »

D’ores et déjà, les Coulonnais doivent s’approvisionner dans les communes voisines, Magné ou Benet (85), voire à Niort (79). Pourtant, le centre-bourg de Coulon possède encore une boulangerie, une maison de la presse et une supérette, ouvertes toute l’année, ainsi qu’un centre socioculturel et une médiathèque. Les habitants des écarts, lesquels se déplacent principalement en voiture, s’y aventurent peu, ou alors avec la « peur au ventre » (ces mots venant des intéressés ne sont pas trop forts !) en guettant le policier municipal prompt à verbaliser un éventuel stationnement illicite.

Afin d'offrir de mieux accueillir les touristes, la rue du Marais, principale voie d'entrée à Coulon a été dégagée de tout véhicule. Au détriment de la supérette COOP car seul le camion-magasin peut stationner occasionnellement.
Afin d’offrir un meilleur accueil aux touristes, la rue du Marais, principale voie d’entrée à Coulon a été dégagée de tout véhicule. Au détriment de la supérette COOP car seul son camion-magasin peut stationner occasionnellement.

Dans le discours du maire, on attendait qu’il parle de mesures sociales d’accompagnement. Par exemple, une suspension des zones bleues hors période estivale ; le rétablissement du stationnement à proximité de la supérette ; l’organisation d’un service de transport vers les commerces et services les plus proches (la zone d’activités commerciales de Magné est située à quatre kilomètres) à l’attention des personnes, souvent âgées, sans moyen de locomotion …

 

 

 

 

 

 

 

 

Côté finances, le discours de l’adjoint Yves Pouzet n’est guère optimiste :  » L’année 2017 s’inscrira dans la même politique de réduction de la dette publique poursuivie par le gouvernement sur la période 2014 – 2017. Elle se traduit globalement par une diminution de la dotation de fonctionnement des collectivités territoriales. Pour notre commune, la perte de cette recette pour 2016 par rapport à l’année de référence, début de cette politique, a été de moins 116 000 euros. Cette perte sera encore supérieure en 2017, puisqu’elle atteindra probablement 160 000 euros (. . .). Dans ce contexte, en 2016, nous avons révisé les taux d’imposition communaux sur la taxe d’habitation et sur le foncier bâti. Cette révision, dont on est conscient du sentiment désagréable qu’elle produit, sera la seule que nous opèrerons sur la mandature 2014-2020. Elle a permis d’accroître les recettes fiscales, ce qui représente en partie, et en partie seulement, notre capacité d’investissement.  »

A Coulon, l’investissement qui concerne directement les habitants représente des travaux de voirie, de sécurisation de sites et d’amélioration des conditions de vie au groupe scolaire.  » Pour la nouvelle salle des fêtes dont nous vous parlons depuis longtemps », poursuit le maire,  » une réflexion dans le cadre de l’intercommunalité a été engagée. Il s’agirait de créer, en partenariat avec le Parc Naturel Régional du Marais Poitevin (PNRMP), le département, la région et la CAN (Communauté d’Agglomération du Niortais), un complexe qui pourrait accueillir la Maison du Marais Poitevin, l’office de tourisme et une boutique des produits et savoir-faire régionaux, ainsi qu’une salle de séminaire et spectacle. La réflexion est aujourd’hui bien avancée avec les différents partenaires et une étude de faisabilité va être engagée dans les prochains mois. »

document-mairie-de-magne-50
En 1998, la Communauté de communes de la Venise Verte (CCVV) qui regroupait Coulon, Magné et Sansais-La Garette, avait amorcé une réflexion sur un projet de salle d’animation rurale. A l’issue d’une réunion de concertation, l’année précédente, avec les représentants d’une trentaine d’associations, les initiateurs du projet avaient acquis la conviction que la salle s’avérait indispensable et qu’elle devait accueillir aussi bien de simples réunions que d’importantes manifestations non sportives. L’emplacement choisi, à proximité du giratoire de La Repentie, étant important sur le plan touristique, il a été décidé d’accoler un office de tourisme à la future structure. Cette salle devait ouvrir en 2001.
Initialement prévue lors de sa constitution, l'extension du Centre Social et Culturel du Marais serait possible si le musée est déplacé.
Initialement prévue lors de sa constitution, l’extension du Centre Social et Culturel du Marais serait possible si le musée est déplacé.

Une information qui laisse penser à une sortie du centre-bourg du musée phare du PNRMP et du plus important des guichets d’accueil des touristes que compte le Marais mouillé. Une bonne nouvelle pour le Centre Social et Culturel du Marais, tout proche voisin, qui pourrait ainsi investir le bâtiment libéré.

 

 

En outre, l’adjoint à l’urbanisme Dominique Giret informe : « Coulon offre beaucoup de surfaces constructibles. On a cette chance-là. (. . .) Nous, on a la chance d’avoir une partie de la commune qui est en dehors du marais, dans des secteurs qui ne sont pas zones humides. Et le PLU [Plan Local d’Urbanisme] permet aujourd’hui de faire beaucoup de choses. Cela dit, le prix du mètre carré reste assez élevé à Coulon. La commune n’a pas la main sur les prix du marché. Aujourd’hui encore, c’est de l’ordre de 80 à 90 euros le m², ça peut aller au delà parfois. C’est un frein, ces prix là. Notamment pour les primo accédants et les jeunes qui voudraient s’installer sur la commune. »

Hormis l’extension d’un lotissement, les autres projets d’investissement ne sont pas destinés aux autochtones. En premier lieu, la construction de nouvelles billetteries aux embarcadères. Des cahutes en tôle rouge maladroitement dissimulées sous des perches en châtaignier posées horizontalement. Le second projet ne verra pas le jour avant la fin de la mandature. Le troisième représente une lourde épée de Damoclès sur la dette locale. Ces deux derniers seraient gérés par des prestataires privés.

En effet, la construction d’une résidence seniors « connaît quelques retards, vu les difficultés rencontrées avec les propriétaires des terrains, qui, pour l’instant, refusent des négociations amiables », explique le maire. « Nous espérons que la raison l’emportera et que nous éviterons une expropriation, toujours gênante pour tout le monde. » La procédure d’expropriation comprend une 1ère phase administrative préparatoire au cours de laquelle la personne publique (État, collectivités . . .) doit démontrer l’utilité publique de son projet, et une 2ème phase judiciaire servant, à défaut de cession amiable, à transférer la propriété à la personne publique et à indemniser l’exproprié. Cette procédure peut prendre des mois, voire des années. Sachant que l’utilité publique de ce projet n’est guère évidente car il est situé en plein bourg dans un espace réduit, et l’installation au bord d’un fleuve d’une telle résidence est déconseillée par la profession, semble-t-il.

photo-gilles-petit-2885
Ce bâtiment qui a hébergé la Maison Familiale Rurale du Marais, est un legs fait par testament à la municipalité coulonnaise par madame Elise Lucas. Elle avait écrit une condition : l’utiliser au bénéfice des enfants et de la jeunesse en général.

Quant à la reprise des locaux de l’ex Maison Familiale Rurale du Préplot (MFR), monsieur Simon a déclaré : « Monsieur Jacques Mozzi-Ravel, le directeur général de GPA [Groupement entre les Pupilles de l’Enseignement Public et l’Association pour Adultes et Jeunes Handicapés], m’a dit : le conseil d’administration a acté la reprise de l’ex MFR, sous deux conditions. » Alors que l’investissement représente trois millions d’euros, la première condition : « avoir les subventions promises et que les banques suivent le GPA, également » ; la deuxième : « avoir un bail à construire parce que la commune est propriétaire de la maison historique d’Élise Lucas et avoir une clause de sortie dans ce bail à construire. C’est à dire que si jamais avec le GPA, ça ne fonctionnait pas et qu’il serait amené à cesser cette activité, pouvoir avoir une valeur négociable ou que la mairie s’engage à racheter, à hauteur des travaux effectués dans ces locaux, à reprendre, à la proportion, le rachat. Donc, ils veulent ces deux conditions de sortie. Sinon, c’est acté. L’architecte est nommé, les demandes de subventions sont faites. Si ça avance comme ils le souhaitent, on aura un permis de déposé en 2017 et les travaux pourraient commencer dès 2018, pour une ouverture au printemps 2019. Ça, c’est une bonne nouvelle, car c’est un dossier que nous travaillons depuis des années [depuis juillet 2013] qui a été difficile, rendu corrigé. »                                                                                                                                                                   Un dossier à risque pour les contribuables coulonnais. Est-ce qu’une gestion municipale peut accepter de telles conditions spéculatives ?

Monsieur Michel Simon, maire de Coulon, a conclu la soirée de vœux : « Que vous puissiez garder votre optimisme malgré les difficultés de la vie quotidienne et rester confiants dans un avenir plus serein, que cette nouvelle année voit la réalisation de vos projets et de vos souhaits les plus chers. »           On peut toujours rêver.

Gilles PETIT