Coulon

Handball féminin national : le clip 2018/2019 du HBCC

Publié le

L’équipe féminine professionnelle du Handball-Club de Celles-sur-Belle (HBCC), petite ville du sud des Deux-Sèvres (France), évolue en Division 2 Nationale.

Sur fond de l’hymne officiel de l’équipe, voici le clip vidéo D2F 2018/2019 des Belles de Celles-sur-Belle qui regroupe l’effectif complet piloté par le nouvel entraîneur Pablo Morel :

https://youtu.be/P2F0sot7Wxg

Musique et parole originales : Alexis Hervé.

Une réalisation Capt’Action79 avec le concours du staff et du service communication du HBCC.

Publicités

« Zone de rencontre » à Coulon (Deux-Sèvres) : un PAVE dans le Marais

Publié le Mis à jour le

Le bourg de Coulon est entièrement transformé en « Zone de rencontre ». Sachant qu’un village est, par définition, un lieu de rencontre, « Bé ! qu’est o qu’o l’est ? » se demandent des Coulonnais qui ont remarqué la présence de nouveaux panneaux carrés de couleur bleue. Pour une fois, il ne s’agit pas d’interdire, mais d’autoriser. Les élus municipaux lancent ainsi un PAVE dans le Marais.

C’est un euphémisme de dire que le village de Coulon est une zone de rencontre. En particulier en pleine saison estivale.

Ils se nomment B52 (entrée) et B53 (sortie) ; ils sont postés à l’amorce de chaque voie d’entrée vers le centre de Coulon ; ils ont une forme qui tranche parmi les ronds rouges ; ils sont rigolos avec leurs pictogrammes disposés en perspective photographique ; le bleu leur sied bien dans la verdure maraîchine ; ils n’interdisent rien, mais délivrent deux stupéfiantes autorisations ; valant au minimum 136,44 € TTC pièce (tarif fabricant), leur pose a coûté dans les 200 € l’unité avec les poteaux et leurs accessoires, sans compter la main d’œuvre et le temps d’installation par les employés communaux ; ils sont nés, dès 1988, d’un concept créé aux Pays-Bas, puis étendu à la Belgique, la Suisse, la France (2008) et l’Autriche (2013) ; ils font partie du « code de la rue » lancé en 2006 par le ministre français des transports ; en 2007, le Grenelle Environnement en a recommandé une généralisation en France ; ce sont les panneaux routiers « Zone de circulation apaisée » qui « affectent une zone à la circulation de tous les usagers » sous le nom de « Zone de rencontre ».



Voici la définition d’une « Zone de rencontre », telle que définie par le Décret 2008-754 du 30/07/2008, et les articles du Code de la Route R.110-2 et R.431-9, ce dernier modifié par le décret n°2015-808 du 2 juillet 2015 – article 13 :

« Une « zone de rencontre », en droit, est une zone particulière de circulation en agglomération. Cette notion a été introduite dans le code de la route en juillet 2008. Elle complète deux autres dispositifs juridiques existants, « l’aire piétonne » et la « zone 30 ». Cependant, aucun de ces deux outils ne comportait une totale mixité entre tous les usagers sur une partie de la voirie urbaine : piétons, cyclistes, usagers motorisés, transports en commun… Avec les « zones de rencontres », au contraire, on cherche à faire cohabiter de manière apaisée dans un même espace les piétons et les véhicules.

« Au sein de ces zones :
♦ les piétons peuvent circuler sur la chaussée sans y stationner ;
les piétons ont la priorité sur les véhicules, à l’exception du tramway ;
tous les véhicules peuvent y circuler (voiture, vélo, bus…), mais ceux motorisés ne peuvent pas excéder une vitesse de 20 km/h.
La « zone de rencontre » correspond ainsi à des espaces publics où l’on souhaite favoriser les activités urbaines et la mixité des usages sans pour autant s’affranchir du trafic motorisé : rues résidentielles, quartiers historiques, places, sorties d’écoles, rues commerçantes, etc. Plus ou moins étendue, ses dimensions doivent rester toutefois compatibles avec une vitesse limite très basse pour les véhicules et une attention soutenue des conducteurs du fait de la priorité piétonne.
Une « zone de rencontre » est créée par un arrêté local de l’autorité détentrice du pouvoir de police de la circulation (généralement le maire en agglomération). Un second arrêté rend applicables les règles particulières de circulation sur la base de l’aménagement cohérent des zones et la mise en place de la signalisation correspondante.
Les entrées et sorties de cette zone doivent être annoncées par une signalisation. »
Dans cette rue d’entrée principale de Coulon, on imagine mal un piéton marchant sur la chaussée en toute sécurité.

A Coulon, les piétons peuvent donc désormais s’affranchir des trottoirs et marcher où ils veulent. L’autre stupéfiante autorisation, c’est la généralisation des doubles-sens cyclables. Les panneaux B52 et B53 ne portent aucune mention qui informe les usagers qu’ils peuvent rencontrer un cycliste à contre sens d’une voie à sens unique. Les Coulonnais vivent ce risque depuis des années, en toutes saisons. Et ça ne va pas s’arranger avec l’aménagement récent d’une piste cyclable recouvrant le chemin de halage sur la rive droite de la Sèvre Niortaise, et avec la diffusion de l’information du double-sens cyclable.

Selon l’étude réalisée par les avocats au Barreau de Nantes, Jérôme Maudet et Louis-Marie Le Rouzic :

« Au-delà de ce nouveau positionnement des conducteurs de cycle sur la chaussée, le code de la route a été modifié pour généraliser le « double sens cycliste », c’est-à-dire une voie où la circulation est possible dans les deux sens mais dont une voie est impérativement et exclusivement réservée aux cyclistes.

Sur la rive droite de la Sèvre Niortaise, cette section privée du halage ne devrait pas être réglementée, sauf autorisation des propriétaires. Par ailleurs, les panneaux ne sont pas placés sur le côté droit de cette voie.

L’introduction de ce double sens par le décret n°2008-754 du 30 juillet 2008 portant diverses dispositions de sécurité routière répondait à une exigence des cyclistes selon laquelle leur situation n’était pas suffisamment prise en compte et les obligeait à des comportements contraires à la réglementation.

Selon le Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, « les cyclistes font rarement les détours engendrés par la présence de voirie à sens unique, soit parce que l’itinéraire proposé est plus long, soit parce qu’il est ressenti comme plus dangereux ». Il s’agit donc de « prévenir ces comportements, non par la répression mais par une signalisation, et là où c’est nécessaire, par un aménagement adapté ».

(…) « Les conducteurs de cycles peuvent circuler sur les aires piétonnes [dont les zones de rencontre] dans les deux sens, sauf dispositions différentes prises par l’autorité investie du pouvoir de police, à la condition de conserver l’allure du pas et de ne pas occasionner de gêne aux piétons ».

Une zone de rencontre à Coulon : un PAVE opportun

La Loi du 11 février 2005 « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » place les collectivités au cœur de la prise en compte de tous les handicaps, de la continuité de la chaîne de déplacements et de la concertation sur le territoire communal. Une étude devait être menée au titre de la politique publique prioritaire de l’accessibilité « de tous à tout ». La loi préconise la réalisation de diagnostic et de Plans de mise en Accessibilité de la Voirie et des Espaces publics (PAVE).

Le 16 mai 2013, le conseil municipal de Coulon avait accepté d’adhérer au groupement de commande constitué par les communes d’Amuré, Arçais, Le Vanneau-Irleau, Saint-Georges-de-Rex, Saint-Hilaire-la-Palud et Vallans, pour le recrutement d’un bureau d’études chargé de la réalisation du PAVE sur chacune des communes concernées. Une consultation a donc eu lieu et la commission d’appel d’offre, présidée par monsieur Robert Gousseau, maire du Vanneau-Irleau, avait retenu la proposition du cabinet AGORACITE, basé à Lormont en Gironde, pour un coût de 35 785,00 € HT dont 6 250,00 € HT pour la seule commune de Coulon.

Suite au diagnostic d’AGORACITE, établi au printemps 2014, un périmètre a été défini, recensant les voies à intégrer dans ce PAVE. Il s’agit essentiellement des rues du centre-bourg de Coulon avec des extensions sur certains secteurs urbanisés de la commune : à savoir la route des Bords de Sèvre (de Préplot au Marais Gonds), La Sotterie, route de Benet par Glandes, Le Mazureau, Le Grand Coin, le Village de Lessert, la Gare, Roche Neuve et Roche Avane. Mais il restait à déterminer les priorités d’actions et à définir un calendrier de réalisation des travaux de mise en conformité.

En octobre 2014, le cabinet d’études a fixé trois priorités d’action :

– le centre-bourg et la place Gilbert-Tessont (hors RD1 et RD123) où serait créée une zone de rencontre avec une limitation de vitesse à 20 km/h. Les cyclistes et les piétons seraient  prioritaires. [Les élus ignoraient alors l’existence du double-sens cycliste.] Cette solution, jugée la moins onéreuse et la mieux adaptée à la configuration du cœur de bourg, avec ses venelles et ses rues étroites, éviterait des travaux importants de mises aux normes (largeur de trottoirs . . .). Le coût était estimé à près de 200 000 € ;

– la Route Départementale n°1 (de La Repentie à l’entrée du stade municipal) et la RD123 (des feux tricolores à Préplot) supporteraient des travaux importants de réfection des trottoirs, de création de passages piétons ainsi que la redéfinition des conditions de stationnement. L’estimation prévisionnelle était d’environ 300 000 € ;

– les écarts où tout reste à faire puisque rien ne répond aux normes en vigueur. Une somme de près de 1 million d’euros est à prévoir mais à longue échéance (15 à 20 ans).

Quelques  B52 et B53 avaient déjà été posés par-ci par-là voici quelque temps sans que personne ne les remarque. La zone de rencontre coulonnaise est effective depuis le 1er mai 2018. Les panneaux ont fleuri sans aucun aménagement particulier dans le centre-bourg. Pourtant, quoique non obligatoire à l’échelle du village maraîchin, il est recommandé, entre autres, de « prévoir des aménagements provisoires à adapter aux réalités locales avant de réaliser des aménagements définitifs », et pour les double-sens cyclables « privilégier au sol les pictogrammes plutôt qu’une voie dédiée donnant la fausse impression d’une priorité des cyclistes sur les piétons » et y mettre en place une signalisation spécifique pour chaque tronçon de rue.

De plus, la loi de 2005 sur le handicap préconise « le respect des cheminements sécurisés pour les personnes handicapées » (décret n°2008-754 du 30 juillet 2008 portant diverses dispositions de sécurité routière). Des aménagements doivent être réalisés pour permettre les déplacements des personnes à mobilité réduite, comme par exemple les personnes malvoyantes afin que tous les piétons puissent profiter des avantages d’une zone de rencontre.

Le stationnement ne doit pas être organisé en files latérales dont l’effet est de séparer trottoirs et chaussée et de mettre en confiance les conducteurs rapides.

Ce « stop » devra disparaître car placé en zone de rencontre. On notera une originalité : un ralentisseur de vitesse côtoyant la bande blanche du stop.

Dans une zone de rencontre, il n’y a plus de passage piéton, ni de feu de signalisation ; le « stop » privilégie la priorité à droite, le mini giratoire ou le giratoire compact, combinés, éventuellement, avec des rampants pour éviter les reprises de vitesse. Par ailleurs, il convient de mettre en place une signalisation minimale (par exemple : pas ou peu de panneaux type « zone bleue », ainsi que de réglementation de stationnement, et de matérialisation de cases de stationnement . . .). Le stationnement est autorisé uniquement sur les emplacements aménagés et tout stationnement autorisé doit être identifié.

Dans cet espace, il n’est pas possible ou souhaité d’interdire la circulation des véhicules. La présence potentielle des véhicules motorisés demeure car il n’y a pas de sélection quant à leur accès dans une zone de rencontre.
Dans ces deux venelles, les piétons ont une grande liberté, …
… pas de voiture possible et des vélos qui ne peuvent pas rouler vite.

La vitesse des véhicules est limitée à 20 km/h. C’est une vitesse qui permet la convivialité, la civilité et la courtoisie. Le conducteur du véhicule a ainsi un champ de vision élargi qui lui permet d’entrer en contact avec les autres usagers. Cette vitesse est celle à partir de laquelle le contrôle radar est possible avec les techniques disponibles aujourd’hui. Elle correspond aussi à la première graduation sur le compteur d’une automobile récente. Cette vitesse faible permet un arrêt du véhicule sur une courte distance évitant un certain nombre d’accidents. En cas de choc, elle entraîne des conséquences moindres pour les victimes.

Par ailleurs, un bilan d’expérience expose, notamment, qu’il pourrait être tentant de profiter de l’espace public dégagé de la circulation motorisée pour multiplier les autorisations d’occupation de cet espace notamment pour les commerces (terrasses de café, étalages, panneaux publicitaires, . . .).

A ce jour , aucune évaluation ne permet de dire si ces nouvelles zones ont eu un effet positif sur la sécurité des usagers. (La sécurité routière de A à Z)

Gilles PETIT

MARAIS POITEVIN : un nouveau policier municipal à Coulon (2)

Publié le Mis à jour le

Le policier municipal nouveau est arrivé à Coulon (Deux-Sèvres). La nouveauté vient du fait que Nicolas Fauchez est titulaire du grade de chef de service de Police municipale principal de 1re classe. Arborant trois barrettes blanches, ce nouveau « cadre d’emploi agent de Police municipale » est un professionnel d’expérience qui devrait faire oublier son prédécesseur.

M. Nicolas Fauchez, chef de service de Police municipale de 1ère classe, catégorie B, en poste à Coulon.

Le jeudi 15 mars 2018, en prélude à la réunion du Conseil municipal, le maire de Coulon, Michel Simon, a présenté aux élus, Nicolas Fauchez. En quelques mots, ce dernier a dressé un curriculum vitae digne d’un employé municipal de luxe à l’échelle d’une si petite commune aux moyens modestes.

 « Je m’appelle Nicolas Fauchez, j’ai 42 ans, je suis marié et nous avons deux enfants âgés de 4 et 8 ans ». Son cursus universitaire est riche d’une licence en droit social, d’une maîtrise en droit privé spécialisé en droit pénal des affaires, et d’études en Institut de police judiciaire. Le tout dispensé à La Rochelle (Charente-Maritime).

Puis vient son parcours professionnel : « J’ai débuté comme policier municipal sur l’Île-de-Ré ». Il a ensuite rejoint les rangs de la Police nationale à la police de l’air et des frontières en l’aéroport international de Paris – Roissy – Charles-de-Gaulle durant trois ans environ. Ensuite, il a « retrouvé un poste de policier municipal sur l’Île-de-Ré dans la même commune qu’auparavant ». Avant d’effectuer un tournant, en 2002, en réussissant le concours de chef de service (catégorie B). Il a été recruté, en 2003, par une ville de la banlieue sud d’Orléans (Loiret) jusqu’à son arrivée à Coulon le 1er mars 2018. Il a « dirigé une brigade comptant jusqu’à quatre personnels ». Pendant ces quinze ans, il a « informatisé tout le service, mis en place un système de radio-communication numérique, la vidéoprotection, l’armement, des actions en sécurité routière et du contrôle radar sur la voie publique ». Après une période d’adaptation, M. Fauchez risque de s’ennuyer à Coulon.

Suite à un changement professionnel de sa femme, le ménage a décidé de revenir dans la région.

 A l’issue d’une laborieuse première expérience de Police municipale, l’agent en poste à Coulon avait démissionné en juin 2017. Le maire avait alors engagé son conseil dans le recrutement d’un nouveau policier visant les grades de «gardien brigadier», de «brigadier-chef principal» et de «brigadier». Or, suite aux entretiens de sélection menés avec les services du Centre départemental 79 de gestion du personnel territorial, qui a reçu deux personnes, le choix du recrutement s’est porté sur un candidat titulaire d’un grade du cadre d’emploi des « Chefs de service de Police municipale ». Les élus devaient donc modifier le libellé de ce poste, à savoir : Chef de service de Police municipale principal de 1ère classe, catégorie B, à temps complet.

S’agissant d’un recrutement par voie de mutation, et compte tenu d’un délai de préavis de trois mois, la nomination de ce nouvel agent n’a pu être effective qu’à compter du 1er mars 2018.

Un luxe que le budget municipal de Coulon n’avait pas prévu.

Selon la Gazette, le journal des communes, départements et régions de France, la rémunération des agents de Police municipale a été revalorisé au 1er janvier 2017 (décret n°2017-398 du 24 mars 2017). Ainsi, le « traitement indiciaire brut mensuel (montants indicatifs) des grades brigadiers chef principal et chef de service de Police municipale est porté, au 1er février 2017, de 1 537 euros environ en début de carrière à 2 310 euros environ en fin de carrière (échelon spécial, chef de service). » De plus, de nouvelles « bonifications indiciaires » peuvent être perçues, ainsi qu’une participation récente au « régime indemnitaire ».

 Les finances de la commune doivent aussi supporter l’achat et l’équipement d’un véhicule de fonction. Un investissement initialement prévu pour le policier précédent. Le Parc Naturel Régional du Marais Poitevin proposait à la vente une Renault Clio diesel. Malgré un compteur  affichant plus de 180 000 km, Coulon a investi 1 000 €. « Le budget d’entretien des véhicules et du matériel roulant est serré », a notamment fait remarquer l’adjoint Yves Pouzet. Il pensait peut-être à l’âge de la Clio, aux nouvelles règles du contrôle technique, ainsi qu’aux frais de carburant et d’assurance.

En plus, il a fallu équiper cette voiture du matériel réglementaire, à savoir, une rampe lumineuse, des avertisseurs sonores et la sérigraphie « Police municipale ». Le coût de cet équipement est de 4 710 euros. Il convient d’ajouter la main d’œuvre pour l’installation.

En prime, la municipalité doit participer à l’armement du policier, à hauteur de 2 500 euros, afin que ce dernier conserve son habilitation de port d’arme, durant son passage à Coulon. Enfin, qui dit arme dit protection, pour 300 euros, les Coulonnais devront aider à l’achat d’un gilet pare-balles (valeur 550 euros).

 Au cours de cette réunion du Conseil municipal, le maire a souligné qu’il avait fait le tour des commerçants en compagnie du chef Fauchez, « il y a plein de choses qui ne sont pas aux normes à Coulon. Nicolas connait ça par cœur, il doit voir » pour y remédier. Au sujet des controversées zones bleues, M. Simon a informé que l’agent n’est pas du « style à mettre des PV à tout va ». Pour le moment, « il met des papiers sur les véhicules. » Il souhaite « se faire respecter et respecter tout le monde. Il est dans la bonne démarche ». Mais, le maire a ajouté que cette zone bleue est « faite pour les commerçants. » Un détail que la population ne va guère apprécier, surtout les nombreux Coulonnais qui résident dans les écarts. Enfin, le clou final de M. Simon: « Avant, les PV étaient à 17 euros, maintenant c’est 35 euros, l’État a légiféré. » Autour de l’église, le stationnement est limité à « une heure et demie avec une tolérance, dont, par exemple, à midi, pour les convives d’un restaurant, mais ça peut ne pas suffire pour des clients d’un coiffeur. »

En tout état de cause, le chef de service de Police municipale Nicolas Fauchez devra (re)nouer des liens de confiance avec les Coulonnais, et réguler les impulsions de leur maire.

Gilles PETIT

MARAIS POITEVIN : les vœux pieux du maire de Coulon

Publié le Mis à jour le

Quand il parle de vœux, le maire de Coulon sait de quoi il parle : « les dossiers phares de notre mandature peinent à se concrétiser ». La municipalité a, bien sûr, enregistré quelques réalisations en 2017, notamment, à l’attention des enfants. Mais, dans l’ensemble, les projets restent au stade de vœux.

Ouverte à tout le monde, samedi 13 janvier 2018, la cérémonie des « vœux du maire » de Coulon, Michel Simon, entendait « faire la synthèse de l’année écoulée et évoquer l’avenir ».

« Force est de constater que malgré le temps qui passe et les difficultés budgétaires que nous rencontrons depuis maintenant deux ans, en raison de la baisse considérable des dotations de l’État, et les engagements de certains partenaires, nous avons réussi à mener à terme un certain nombre de projets », a déclaré d’entrée M. Simon. Il a d’abord cité les nouvelles billetteries pour les embarcadères professionnels qui « ont fait parler et suscité bien des réactions de par leur conception à la fois futuriste et cependant rappelant toutefois les éléments traditionnels spécifiques de notre marais. » Nous aimerions qu’il nous explique où il a puisé ces « éléments traditionnels ». Le maire a ajouté : « l’effet de surprise passé et après une saison d’utilisation, je crois pouvoir dire qu’elles ont fini par être acceptées tant par la population que par les touristes, et les professionnels, lesquels reconnaissent bénéficier d’un outil de travail très agréable. Aujourd’hui, elles font référence et sont présentées comme un exemple d’intégration moderne et originale dans un environnement spécifique et contraignant comme peut l’être le site classé du Marais Poitevin. » A ce sujet, les Coulonnais qui font fi de la méthode Coué sont résignés à attendre une prochaine équipe municipale qui serait plus respectueuse des traditions, de l’environnement maraîchin et de l’humain.

Les « dossiers phares » de la commune sont : la reprise de l’immeuble Elise-Lucas, la création d’une maison de retraite, l’extension d’un lotissement et la réalisation d’une salle des fêtes.

L’immeuble Elise-Lucas, précédemment occupé par la Maison Familiale Rurale du Marais, devait accueillir un centre d’hébergement géré par l’organisme GPA 79-16. Même s’il est « toujours d’actualité, le montage du dossier prend du temps, pour eux aussi la pêche aux subventions est difficile, mais les nouvelles sont bonnes », assure le maire.

La maison de retraite, appelée résidence de service seniors, est « un dossier compliqué et long ». « Devant le refus des propriétaires de vendre les terrains nécessaires à cette réalisation, nous avons dû engager une procédure de déclaration d’utilité publique. Nous en sommes profondément désolés », s’excuse M. Simon.

Autre déconvenue, « l’extension du lotissement communal Le Fief du Payré se heurte au problème de la station d’épuration qui est considérée par les services de l’État comme obsolète et saturée », a informé le maire qui a précisé « La CAN [Communauté d’Agglomération du Niortais], gestionnaire de  la compétence assainissement, étudie une solution alternative pour la création d’un système d’épuration par lagunage. » Pour ce faire, il faut du terrain aux alentours.

M. Simon a terminé par ce qu’il appelle « l’arlésienne coulonnaise », à savoir une nouvelle salle des fêtes. « En 2017, ce projet a pris des proportions d’envergure avec l’idée de la création d’un pôle touristique et culturel du Marais Poitevin qui pourrait regrouper la Maison du Marais Poitevin, l’Office de tourisme, une boutique, une salle pour l’accueil de séminaires et événements culturels. » Portée par le Parc Naturel Régional du Marais Poitevin, qui a un besoin urgent de salles fonctionnelles dans la pointe orientale du Marais mouillé, cette réalisation est le seul projet coulonnais qui peut voir le jour rapidement.

Ces « dossiers phares » représentent de lourds investissements pour la municipalité, bien qu’ils soient tous portés par des structures extérieures. Pour l’immeuble Elise-Lucas, la commune doit acheter des terrains cédés ensuite, avec l’immeuble, quasi gracieusement à GPA 79-16. Pour la résidence de service seniors, ce dossier s’enlise dans des procédures dont l’issue pourrait être une forte ardoise pour les finances municipales sous forme de remboursement des sommes engagées par le porteur du projet. Ici on ne voit pas bien l’intérêt pour la municipalité de s’accrocher à cette maison de retraite, synonyme de havre de paix, dans ce secteur extrêmement perturbé par la forte agitation touristique et festive. Il faut souligner que la parcelle convoitée touche la Sèvre Niortaise. De ce fait, à force de tracasser le propriétaire, celui-ci pourrait fermer le chemin qu’empruntent (illégalement sans le savoir) des milliers de piétons et cyclistes. Dans le respect de la règle ancestrale qui assure le libre passage aux seuls « gens du marais », à savoir les agents d’entretien du lit et des berges du fleuve, les pêcheurs et les. . . haleurs. Quant au lotissement Le Fief du Payré, on ne devrait pas construire dans ce secteur humide.

M. Michel Simon a éludé des sujets sensibles comme la santé des budgets communaux, le problème d’affaissement et de semi-fermeture du pont d’Irleau et le changement de préposé au poste de police municipale. En outre, il a félicité les agents des services techniques qui ont « vécu une année très difficile en raison de l’absence prolongée de plusieurs agents », en leur souhaitant de « retrouver rapidement une équipe au complet pour un travail plus serein et plus concordant ». Cette équipe doit impérativement s’étoffer. C’est possible. Par exemple, supprimer le poste de police municipale au profit du recrutement, d’au moins, deux agents à des postes techniques dits-productifs. Les élus en seraient certainement remerciés.

Par ailleurs, M. Simon a reproché aux habitants de ne pas aider à l’entretien des rues. Il a tenu à « rappeler à chacun d’entre nous que l’entretien des trottoirs incombe aux riverains ». Ce qui est inexact. En vérité, il incombe aux riverains de garantir, si possible, la sécurité des usagers des trottoirs et rives de chaussée au droit de leur adresse : enlever des amoncellements de feuilles mortes ; dégager la glace et la neige ; tailler les haies . . .

Enfin, le maire de Coulon a noté « la modification de la physionomie commerciale de [son] village avec la fermeture du garage Renault et du transfert vers la Zone d’activité commerciale de Magné d’un certain nombre de services : La Poste , l’office notarial et le cabinet d’assurance. » « Contrairement à ce que certains peuvent penser le commerce et l’artisanat à Coulon est toujours dynamique et la commune toujours aussi attractive », estime-t-il.

M. Michel Simon, maire de Coulon, en a tiré cet enseignement : « Il ne s’agit pas d’une perte d’identité de la commune, mais simplement d’une mise à profit d’une particularité et des richesses de chaque collectivité. » Monsieur le psychologue et pharmacien français Émile Coué de la Châtaigneraie (1857 – 1926) n’avait sûrement pas pensé à cette méthode : l’autosuggestion coulonnaise ?!?!

Gilles PETIT

Quinze ans déjà : le 8 mai 2003 on repêchait « L’enfant de la Conche » à Coulon (79 France)

Publié le Mis à jour le

Le 16 juillet 2003, Alice Géraud, journaliste à Libération, écrivait : « Elle n’a pas de nom. Pas d’âge. Pas de visage. Les gendarmes disent «la fille», parfois «la femme». Le curé du village, lui, préfère parler de «la maman». Ils ne savent rien d’elle. Si ce n’est qu’elle a dû accoucher d’un garçon fin avril, début mai. Le corps du nouveau-né a été retrouvé le 8 mai dans l’eau d’un canal du Marais poitevin ».

Le 8 mai 2003 était une journée quasi estivale dans le Marais Poitevin. Particulièrement à Coulon (Deux-Sèvres France), « capitale » de la Venise Verte. Ce jour-là, cette seconde zone humide de France offrait d’agréables balades aux nombreux promeneurs.  Notamment le long du canal de la Rive droite de la Sèvre Niortaise, communément appelé la Rigole du Grand-Coin. C’est dans cette cathédrale de verdure, qu’en milieu d’après-midi, un homme remarque un objet flottant accroché aux herbes. Avec l’aide de ses amis, ils  repêchent une besace noire de marque Centrix, lestée d’un poids. A l’intérieur, un banal sac poubelle dans lequel ils découvrent le corps d’un nouveau-né.

Une cellule « Grand Coin »

Une cellule, intitulée « Grand Coin », composée de six gendarmes de la brigade de recherche départementale de Niort est alors constituée. Les militaires sont entièrement mobilisés pour identifier le bébé et retrouver sa maman. Sous le contrôle du juge d’instruction de Niort, ils ont procédé à des centaines de vérifications. Ils ont contrôlé tous les campings, gîtes et hôtels de la région, vérifié toutes les rumeurs qui circulaient sur cette affaire. Des plongeurs ont minutieusement inspecté le cours d’eau à la recherche du moindre indice. Coulon étant située en limite de trois départements, l’enquête s’est poursuivie en Vendée et Charente-Maritime. Les enquêteurs ont même fait appel à l’hypnose pour aider un témoin à éclaircir ses souvenirs. Ce dernier aurait assisté à une animation inhabituelle près de la rigole où le promeneur a repêché la besace.

Cette besace à bandoulière a fait l’objet de toutes les attentions de la part des enquêteurs. Ceux-ci étaient même prêts à interroger tous les propriétaires de ce sac très particulier (il s’agit d’un objet publicitaire largement distribué en entreprises sur lequel figure le logo de celles-ci, une marque soigneusement découpée) resté immergé au fond de l’eau «au moins neuf à dix jours». «Il était très abîmé», explique-t-on. On imagine l’état du nouveau-né qui ne portait pas de trace de violences . « Juste un corps de nourrisson. De sexe masculin, de type européen. Sans vêtement ni signe distinctif. Et sans passé, forcément ! » précisait Alice Géraud.

Quinze ans plus tard, on ignore toujours si l’enfant est mort-né ou s’il a vécu. L’autopsie n’a donné aucune certitude. Du côté de la maman, les enquêteurs ont cherché une femme ayant pu être enceinte ce printemps-là. Ils ont comparé les grossesses déclarées et les naissances enregistrées dans les trois départements. Mais elle a pu cacher sa maternité et/ou accoucher seule. Ils ont aussi recoupé l’affaire avec les précédents dossiers d’infanticides et d’abandon d’enfant sur leur juridiction.

La municipalité se substitue à la famille.

Durant l’enquête, le curé du village, le père Michel Châtaigner, a écrit au maire pour demander que le corps du bébé soit «dignement inhumé» en souhaitant : «Il faudrait respecter la religion de la maman. Enfin, si on la retrouve.» Les enquêteurs n’ont pas retrouvé cette personne.

Finalement, comme le prévoit la législation, selon le délai d’instruction et s’il n’y a pas d’identification, le corps doit revenir à la commune du lieu de la découverte. S’adressant au Conseil municipal de Coulon, dès le 13 mai 2003, le maire de l’époque Michel Grasset annonçait : « la commune devra assumer si nécessaire. Dans cette hypothèse, la municipalité devra offrir une sépulture à la petite victime. La crémation est proscrite dans l’éventualité où la famille réclamerait ultérieurement son corps.« 

Début octobre 2003, le petit corps a effectivement été rendu à la commune de Coulon. Il a été inhumé le mercredi 15 octobre à 10h30 dans le cimetière communal à l’issue d’une cérémonie solennelle en présence de la municipalité, du curé, d’un pasteur, de représentants de la Gendarmerie et de l’Etat, accompagnés de quelques Coulonnais. Les dépenses (mise en bière, transport de corps, plaque, gerbe de fleurs…) ont été prises en charge par la collectivité locale.

Depuis ce jour, la petite tombe de « L’enfant de la Conche » est régulièrement entretenue par des anonymes.

Gilles PETIT

40 ans d’Architecture en Marais Poitevin : un concours et un appel à projets auprès des habitants

Publié le Mis à jour le

Réunis à l’Abbaye Saint-Pierre de Maillezais (Vendée), vendredi 24 mars 2017, les représentants du Parc Naturel Régional du Marais Poitevin et des CAUE (Conseils d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement) de Charente-Maritime, des Deux-Sèvres et de Vendée, ont signé une convention de partenariat, laquelle est censée « encourager une architecture et un paysage de qualité ».

Les propriétaires de cette ancienne ferme de Coulon envisagent de participer à l’appel à projets architectural.

A l’occasion des 40 ans de la Loi sur l’Architecture (lancée le 3 janvier 1977), le Parc Naturel Régional du Marais Poitevin (PNR) souhaite s’associer aux CAUE dans le but de préserver les spécificités du Marais Poitevin, à savoir, « une architecture et un paysage ». Le tout en accompagnant les projets des communes, mais aussi, des habitants, lesquels « font peu à peu évoluer les paysages ».

Le texte de cette convention explique qu’en cette année 2017, uniquement, « ce partenariat sera l’occasion d’actions conjointes qui se traduiront en trois projets : 1- Le lancement d’un concours sur le thème des maisons et habitats contribuant aux paysages de qualité du Marais Poitevin ; 2- L’ouverture d’un appel à projets auprès des habitants, leur permettant d’être accompagnés et guidés vers une architecture de qualité ; 3- L’élaboration d’une charte architecturale et paysagère proposant actions et bonnes pratiques pour le paysage de demain. »

La Loi sur l’Architecture, qu’est-ce à quo ?

Un exemple d’aménagement public : à Coulon, la façade du siège du Parc Naturel Régional du Marais Poitevin unit pierre et bois.

Dans sa lettre d’information, datée du 5 janvier 2017, la Fédération Nationale des CAUE retrace l’historique : « En 1907, au Danemark, des architectes, pour corriger la mauvaise qualité des constructions nées d’un exode rural massif vers les centres urbains, se sont regroupés pour organiser une assistance architecturale gratuite et ouverte à tous. En France, c’est dans les années 1960 et 1970 que les débats de société ont commencé à se focaliser sur la banalisation des constructions et du cadre de vie. L’époque des grands ensembles puis de zones pavillonnaires laissait craindre déjà une France « moche ». Il y a quarante ans, le 3 janvier 1977, la Loi sur l’architecture était adoptée. Issue de longs et passionnants débats parlementaires, et portée par des figures comme MM. Michel d’Ornano et Miche Guy, ainsi que Mme Françoise Giroud, cette loi apporte alors des changements majeurs en faveur de la qualité architecturale. Elle encourage le recours à des professionnels et donne une plus grande portée à la responsabilité de l’acte de construire. Elle crée aussi et surtout, une structure unique en son genre : le CAUE qui, à l’échelon du département, assure une mission de service public au bénéfice des candidats à la construction, aux élus et techniciens des collectivités territoriales, aux services de l’État ou aux acteurs de la culture et de l’éducation. »

Les règles des trois :

Le concours des belles maisons, répondant aux critères cités plus haut, sera ouvert, du mai à août 2017, à tous les propriétaires du Marais Poitevin. Un jury, composé d’habitants, d’élus et d’experts, se tiendra (en séance publique) le samedi 16 septembre 2017, à l’occasion des Journées du Patrimoine. Les lauréats bénéficieront d’un séjour de deux jours dans d’autres parcs naturels régionaux ;

Une bâtisse coulonnaise à réhabiliter.

S’adressant également aux habitants du Marais Poitevin, l’appel à projets (construction neuve, extension, réhabilitation) permettra aux dix foyers retenus (répartis sur les trois départements) de bénéficier d’une étude d’architecte, prise en charge financièrement par le Parc (à hauteur de 2 000 euros en moyenne par projet) . « Les esquisses produites seront valorisées par le PNR et les CAUE et, si possible, concrétisées par des travaux », précise-t-on. Les candidatures seront reçues de juin à septembre 2017 ;

Les enseignements collectés à l’issue de ces deux initiatives feront l’objet d’un « guide de bonnes pratiques pour les paysages et l’architecture d’aujourd’hui et de demain ». Les organisateurs espèrent que « les exemples d’architecture collectés constitueront un éventail de références qualitatives ». Le guide pourrait « mettre à jour et renouveler les outils de préconisations de bonnes pratiques en matière d’intervention sur le cadre de vie à travers l’architecture, l’urbanisme et le paysage ».

En fait, pour le Parc Naturel Régional du Marais Poitevin et les CAUE 17, 79 et 85, « ces préconisations viseront à proposer des actions à la fois cohérentes en termes de qualité sur l’ensemble du territoire, tout en tenant compte de la diversité des paysages sur un aussi grand territoire qu’est celui du Marais Poitevin (91 communes, 2 régions et 3 départements) ».

On l’aura compris, l’enjeu consiste à « favoriser des projets (maisons de particuliers ou constructions publiques) qui s’intègrent au paysage, en puisant dans les savoir-faire anciens, en réinventant, créant, s’inspirant des éléments du bâti traditionnel ».

Malheureusement, les conseilleurs n’étant pas les décideurs, on constate des « écarts de conduite », à l’instar de la récente installation des nouvelles billetteries des embarcadères de Coulon.

Gilles PETIT

Contact : Parc Naturel Régional du Marais Poitevin, 2 rue de l’Église 79510 Coulon. Tél. : 05 49 35 15 20 ; Courriel : correspondance@parc-marais-poitevin.fr ; site: http://pnr.parc-marais-poitevin.fr

COULON (79) : indésirables sur la Maison du Marais Poitevin, les pigeons ont retrouvé leurs boulins

Publié le Mis à jour le

A Coulon, les pigeons de la place de l’Écu avaient été chassés de leurs boulins ancestraux. En cause, une sur-production de « colombine », à savoir la fiente des pigeons. Le maire de cette petite commune maraîchine voulait les faire partir en obstruant les boulins. Dès le lendemain du tournage d’un reportage TV sur le sujet, les pigeons ont retrouvé leur habitat.

Le pigeonnier dont on parle est construit dans un mur orné d’une remarquable fenêtre à meneaux sur laquelle figure un Écu. Ce mur est situé sur la face nord de la bâtisse qui héberge la Maison du Marais Poitevin, l’écomusée-phare du Parc Naturel Régional du Marais Poitevin.

Appartenant à la municipalité coulonnaise, « cette maison est citée dans de nombreux documents tels que dans l’aveu du 11 octobre 1709, rendu au seigneur de Benet par Dame Suzanne de Saint-Gellais De Lusignan, veuve de Messire Claude De Bellevielle, chevalier seigneur de Coullon », nous informent les locaux MM. Jacques Altmeyer-Carrio et Jean-Louis Gibaud dans leur ouvrage « Histoire de Coulon de A à Z » (chez Geste Editions).

Selon M. Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc dit Viollet-le-Duc, l’un des architectes français les plus célèbres du XIXe siècle, un pigeonnier est un «bâtiment destiné à contenir des troupes de pigeons et à leur permettre de pondre et de couver leurs œufs à l’abri des intempéries». Appelés boulins, ces abris sont des espaces aménagés dans lesquels niche un couple de pigeons. Le colombier ou pigeonnier est un patrimoine symbolique qui conférait à la demeure un prestige indéniable.

Dès l’Antiquité, les historiens mentionnent l’élevage des pigeons en volière sur le pourtour de la Méditerranée et au Moyen Orient. Le plus ancien remonterait au XVIème siècle avant notre ère. A cette époque, l’élevage des pigeons avait pour objectif premier, la production d’engrais. C’est lors des Conquêtes de l’Empire Romain et, plus tard, des Croisades que l’art d’élever des pigeons et de construire des pigeonniers s’est répandu en Europe. En France, on ne connait pas d’exemples de colombiers antérieurs au Moyen-âge. Le développement de l’élevage du pigeon est né de la nécessité de trouver des compléments à une alimentation composée surtout de céréales. Au moyen-âge, la viande était un luxe. La deuxième fonction du colombier était la production de colombine, très recherchée comme engrais pour les cultures exigeantes telles que la vigne, les jardins potagers ou les vergers. C’était une source de revenus qui figurait même sur les contrats de mariage (en Quercy).

Jusqu’à la moitié du XIXème siècle, le pigeon, en tant que denrée alimentaire et pourvoyeur d’engrais, tenait encore une place importante (Source : pigeonniers-de-france.chez-alice.fr).

Depuis février dernier, les boulins étaient obstrués par des pierres, placées par des employés communaux. Photo Gilles PETIT

Pendant de longues années, les nombreux touristes qui traversaient la petite place de l’Écu à Coulon photographiaient cette façade avec sa fenêtre à meneaux, son Écu et ses 81 boulins alors non occupés. Les pigeons sont arrivés petit à petit. Aujourd’hui, ils sont une dizaine installés dans cet illustre immeuble. Et laissent forcément les traces que l’on imagine.

« Cela fait des mois que les déjections de ces animaux s’accumulent tant sur les toitures environnantes qu’au sol, sous leur lieu d’habitat », avait expliqué, au maire Michel Simon, un voisin, dans un courrier adressé le 1er janvier dernier. Cet habitant avait notamment écrit avoir « contacté la Direction des Services Sanitaires de Niort pour savoir ce qu’il en était de ces volatiles sauvages. Il [lui] a été répondu qu’effectivement la présence des pigeons générait des risques et qu’il incombait au maire de prendre les mesures nécessaires ».

Datée du 7 janvier 2017, la réponse de M. Simon était ferme : « Je suis tout à fait conscient de ces désagréments et surtout des risques que cette colonisation peut engendrer et je demande de suite aux agents des services municipaux : 1- de procéder rapidement au nettoyage de tous les lieux et équipements souillés (trottoirs, lampadaires, toitures. . .  ; 2- de capturer un maximum d’oiseaux nichant à cet endroit ; 3- de prévoir un système de fermeture du pigeonnier afin de supprimer ce lieu de nidification ».

« A ce jour, déclare le voisin, le nettoyage n’a été effectué qu’une fois (la semaine de réception du courrier par le maire), et de façon incomplète (seul le sol en a bénéficié). Nous sommes donc revenus à la case départ. Deux pigeons ont été attrapés par les employés municipaux. Tous les autres continuent à nicher sous la toiture ou à se poser sur la fenêtre à meneaux, continuant donc à dégrader et souiller l’endroit ».

Ce riverain affirme : « Dans mon courrier, je n’ai pas parlé des dégradations que leur présence engendrait au niveau de la fenêtre et des boulins (morceaux de pierre jonchant le sol, rongés par les fientes et les coups de bec) parce que ce n’était pas un «levier » suffisant pour faire réagir le maire. J’ai donc découvert avec effarement que les employés avaient bouché l’accès aux trous avec des pierres (certaines rentrées en force à l’aide d’une petite masse) au lieu de mettre du grillage à l’intérieur, invisible et protecteur de l’ouvrage, comme cela se fait partout ailleurs ».

« Que dire ? » s’interroge-t-il, « Au lieu de protéger l’endroit comme [il] pensai[t] qu’il le ferait, [le maire] a accentué sa détérioration ».

Même avec des pierres enfoncées dans les boulins, les pigeons ne sont pas partis. Ils dormaient posés sur les fils électriques qui courent sous l’avant-toit.

Une équipe de la chaîne de télévision France 3 Poitou-Charentes s’est intéressée au sujet. Elle s’est rendue sur place, mercredi 15 mars 2017. Tous les protagonistes ont été interviewés, hormis les pigeons qui s’étaient absentés pour la journée. Dans son interview, M. Michel Simon, maire de Coulon, a expliqué avoir choisi cette solution radicale, mais provisoire. Selon lui : « Mettre du grillage nécessitait de percer des trous avec le risque de vraiment dégrader la façade ! » C’est exact. Cependant, tout bricoleur sait que le grillage peut être façonné à souhait, sans outil spécifique, et placé dans un espace par effet de clipsage. Surtout s’il est assez fin pour être dissimulé. Ceci 81 fois sur mesure.

Devant la caméra, le maire a aussi informé que les pierres seraient enlevées à la fin du mois de mars. En fait, des agents municipaux sont intervenus dès le lendemain, jeudi 16 mars 2017, pour libérer l’entrée des boulins.

Retour à la case départ. Voilà ce que l’on appelle, l’influence (involontaire) des médias.

 Gilles PETIT


À Fontenay, les volatiles vont se faire pigeonner

Afin de réguler la population de pigeons, la ville de Fontenay-le-Comte (Vendée) a fait fabriquer un pigeonnier qui abritera les volatiles et permettra de contrôler les naissances. Fientes dans les rues, dans les gouttières, cadavres. . . La population importante de pigeons dans les centres villes cause des dégâts et des désagréments. Afin de stopper l’augmentation des pigeons, la ville de Fontenay-le-Comte a décidé de se doter d’un pigeonnier. . . contraceptif.

Ce dispositif a pour objectif de réguler la population, en attirant les couples : 72 nichoirs les attendent, et en stérilisant les œufs, mais pas tous. Car comme tous les animaux qui forment des colonies, ils ont un très fort instinct de survie : ainsi, « nous ne détruirons pas tous les œufs, nous en laisserons un pour chaque couple afin qu’ils reviennent au pigeonnier », explique M. Stéphane Bouillaud, conseiller à l’environnement de la ville.

À Sablé-sur-Sarthe (Sarthe), un employé communal est chargé de secouer les œufs, geste qui tue l’embryon, mais n’empêche pas la pigeonne de couver. (Michèle BESSON Ouest-France)