environnement

MARAIS POITEVIN : Coulon en confinement Covid-19, des photos inédites

Publié le Mis à jour le

Dans la Venise Verte, notamment à Coulon (Deux-Sèvres), la saison touristique débute habituellement aux fêtes de Pâques. Cette année, le confinement de la population française dû à la pandémie du Covid-19 a contraint les entreprises de batellerie à laisser leurs barques au garage. En effet, les bateliers n’étaient pas autorisés à reprendre leurs activités et, d’ailleurs, les potentiels touristes étaient invités à rester confinés en leur domicile.

Fait exceptionnel, à cette période de l’année, seules les barques des autochtones sont amarrées aux anneaux des rives de la Sèvre Niortaise. Elles aussi sont appelées à rester à quai.

Voici un florilège d’instantanés saisis un dimanche de Pâques le 12 avril 2020, entre 17 et 18 heures.

On regrette de ne pas pouvoir restituer les sons, les odeurs, l’atmosphère surnaturelle d’une situation surnaturelle et . . . ce silence sans cris de gens surexcités, sans les (trop forts) commentaires des guides bateliers qui poussent leurs lourdes barques pleines de touristes, sans véhicules automobiles qui vrombissent et/ou franchissent, au loin, ostensiblement les ponts et autres passages piétons surélevés. Même le vent s’est fait murmure cet après-midi là dans les arbres aux feuilles naissantes. Et ce soleil qui illumine Coulon uniquement pour les Coulonnais, pense-t-on. « Le bonheur », selon une habitante qui, d’ordinaire, voit passer sous sa fenêtre des dizaines, voire des centaines de bateaux par jour.

A Coulon, la Sèvre Niortaise, une autoroute de bateaux en pleine saison, sans barques, sans touristes, sans Maraîchins, et . . . sans commentaires (Photos Gilles PETIT) :

 

Quand un merle chante en période de confinement (Covid 19)

Publié le

Cette semaine-là, en pleine ville de Niort confinée pour essayer d’enrayer l’épidémie de Covid 19, un merle chante aux crépuscules du matin et du soir.

Photo Gilles PETIT

L’oiseau s’égosille à l’angle d’un toit du Centre hospitalier de Niort (Deux-Sèvres). Depuis deux jours, je le vois et je l’entends depuis ma chambre du 6ème étage, depuis le lit que je ne puis quitter. Je l’écoute. Je remarque un chant dominant tous les autres sons. Il est vrai que les bruits quotidiens sont, eux aussi, confinés. Quoique, dans l’enceinte d’un grand hôpital, dire que les trafics en tous genres sont réduits durant une telle période est un euphémisme. Au-dessous, les lumières des fenêtres s’allument ou s’éteignent, peu à peu, selon le moment de la journée. Combien de patients et de personnels soignants remarquent ce souffle de vie, ce puissant chant de liberté, qui planent au-dessus d’eux ?!

Ce soir-là, un mercredi, le merle a chanté encore plus fort. Il avait pourtant commencé son récital comme à l’accoutumé, bien posé sur sa place favorite. Mais à 19h30 précises, il s’est interrompu comme interloqué. Vraiment ! Une vive concurrence l’a interpellé. Je n’ai pas saisi tout de suite la raison de cette pause fortuite. Puis, l’oiseau se remit à chanter de plus belle. Fort et clair. Le jabot encore plus gonflé. Il essayait de couvrir le concert donné par les cloches des églises, chapelles, temple . . .  de la ville, et certainement de la France entière.

Les cloches sonnaient pour remercier et rendre hommage aux personnels soignants de tous les services de santé de l’ensemble de la France, mobilisés dans la lutte contre le coronavirus. Ceci pendant dix minutes, montre en main.

Ambiance surnaturelle pour une situation surnaturelle. Atmosphère lourde adoucie par le chant de ce merle qui chantait seul, toujours et encore contre les cloches. Contre, non ! En fait, il les accompagnait. Avec le recul, il me semble qu’il a exceptionnellement harmonisé ses gammes.

Ce merle symbolise la nature, la force de la nature plus forte que les seuls humains.

Lorsque les cloches se sont tues, le merle a poursuivi ses vocalises quelques courts instants. Peut-être épuisé, il aura eu la dernière note avant de se confondre dans la nuit noire.

Une belle leçon d’humilité que devrait retenir l’humanité.

Une histoire authentique vécue par Gilles PETIT

MAGNE (79) : La disparition d’un « doux rêveur » Claude Audis

Publié le

Un « doux rêveur » nous a quittés un dimanche avant l’aube, le 8 mars 2020, dans sa 75ème année. M. Claude Audis réalisait ses rêves et ceux des autres, quels que soient les cercles familial, professionnel ou associatif. Les mondes politique, sportif, artistique, caritatif . . . de Magné, du Niortais et des Deux-Sèvres rendent hommage à un homme entreprenant qui fuyait les. . . honneurs.

Pour le grand public, M. Claude Audis est inéluctablement associé au Festival International de Peinture de Magné. Une manifestation créée le 13 avril 1989 sous l’égide de l’association Magné Animation. Dans cette vidéo préparée spécialement par Capt’Action79 : https://youtu.be/hBIhzoHIA5c, ce co-fondateur conte la genèse d’un rêve fou né d’une rencontre. Ce film sonne également l’heure de sa « retraite associative » après 36 années de services.

« Claude n’est plus… Au revoir Claude. Difficile de ne plus voir ta silhouette. Ton village de Magné ne l’oubliera pas. Ce village que tu as fait tien. Ce village, à qui tu as façonné, en tant que président bâtisseur du Festival de peinture, un bel habit de lumière, reconnu en deça et même bien au-delà de nos frontières. » écrit André Réault pour l’association de jumelage franco-allemand Magné-Weitnau Photo Michel Castellani
M. Jean-Marie Zacchi, président d’honneur et du jury du Festival de peinture à son ami Claude Audis : « Les artistes se retrouvent, les artistes se découvrent, des amitiés naissent. » Photo Michel Castellani

A l’occasion du 8ème Festival de peinture Magné – Marais Poitevin, les 20 et 21 juillet 1996, le président Claude Audis déclarait : « Au moment où se profile sur l’horizon du prochain été la nouvelle cohorte des artistes qui vont entreprendre la route vers Magné, laissez-moi rêver de ce Festival. . . Je vois la toile peinte durant ces années avec le mauve de nos risques insensés, l’ocre de nos hésitations, le gris de nos erreurs de débutants et bordés du rouge de notre passion ! Je rêve d’une nouvelle fête orchestrée par l’équipe de Magné-Animation dont le dynamisme et le cœur à l’ouvrage feront encore merveille. Je rêve de tous ces artistes convergeant vers le Marais Poitevin, même d’au-delà de nos frontières. Débutants, peintres au talent confirmé, maîtres de leur art, tous viennent participer au même Festival. Je rêve de ces grands artistes, nos invités d’honneur qui présenteront leurs œuvres gracieusement devant un public toujours plus nombreux, passionné et ravi. Je rêve de tous nos partenaires : collectivités, entreprises, institutions, commerçants et artisans qui, par leur précieux soutien, témoignent d’un profond souci artistique. Et si ce rêve n’était autre que la prochaine édition du Festival de Peinture de Magné ! »

A l’occasion de la 30ème édition du Festival de Peinture de Magné, une grande partie des artistes professionnels, anciens invités d’honneur ont répondu à l’appel de Claude Audis (au centre). Photo Michel Castellani
Une photographie souvenir prise à l’issue du 3ème Festival de Peinture en 1991. Photo dr

Lors de ses obsèques, son fils aîné a ainsi résumé la personnalité de son père (extraits) : « Dans tous les [cercles] où tu t’es impliqué, tu étais aussi bien un boute-en-train qu’une personne sérieuse à qui on peut donner, à qui on peut demander des conseils ou des services. Tu as eu une vie sociale extraordinaire avec, pour principaux [cercles] de vie, le Yachting-club niortais, le Rotary-club Niort Sèvres, la Confrérie des Mangeux de Lumas, le comité d’honneur des Chamois Niortais, etc. (. . . ) Tu passais tes journées à travailler près de 12 heures pour trouver du travail à tes employés ou plutôt à tes compagnons, comme tu aimais à dire, tellement tu t’occupais d’eux et de leur trouver du travail. Tu étais un patron gentil mais très exigeant. Monsieur Audis, c’est comme cela que te nommaient toutes les personnes qui ne te connaissaient pas au point de ne pas utiliser ton prénom. Ta personnalité charismatique imposait le respect, même si tu étais un grand gentil. Monsieur Audis, c’est comme ça aussi que les Magnésiens t’ont connu quand tu es devenu conseiller municipal, puis adjoint à la culture six ans plus tard. Tu as consacré beaucoup de temps au monde associatif et au bénévolat car, durant ton passage à la municipalité, tu as été dirigeant au club de foot de Magné, un des premiers acteurs du comité de jumelage de Magné qui unit toujours Magné à Weitnau [une ville allemande] et le père fondateur avec M. Jean Thébault du Festival de peinture. Le Festival qui sera au centre de ta vie pendant 30 ans, qui a une reconnaissance internationale, à l’exemple d’une réussite extraordinaire. Tu as réussi avec une bande de sept à huit personnes à l’origine. Des illuminés comme on aurait dit à l’époque. Une expérience unique qui marque une vie et qui te vaut la reconnaissance que tu as aujourd’hui. »

Né le 25 juin 1945, M. Audis se plaisait à dire que son entreprise avait son âge car son père aurait fondé sa société à Niort l’année de sa naissance. Un établissement que le fils Claude a repris le 12 juin 1972, presque en cadeau d’anniversaire. La société individuelle qui portait son nom « Monsieur Claude Audis » a été active pendant 34 ans, puis elle est devenue l’entreprise Audis Menuiserie. Plus tard, Claude a cédé son affaire à son fils cadet, un établissement spécialisé dans les travaux de menuiserie : fabrication et pose de menuiserie bois, cloison mobile, cloison sèche, faux plafond, escalier, parquet. Depuis le 3 avril 2018, la Société par Actions Simplifiée (SAS) a conservé le nom mais elle n’est plus gérée par la famille Audis.

Deux enfants et quatre petits-enfants sont nés de l’union de Claude avec Nicole. Et leur fils aîné de conclure : « Bien sûr, tu étais accompagné par ton âme sœur, maman, qui t’as suivi dans toutes tes aventures avec qui tu étais marié depuis 52 ans. Cela faisait en tout 58 ans que vous étiez ensemble. Vous avez eu une vie trépidante avec vos voyages et ensuite avec la venue du ou des bateaux. Bateaux que tu avais appelés successivement Nicole, Nicole 1, Nicole 2 et ce jusqu’au dernier Nicole 6. Vous aviez raison d’en profiter, vous avez travaillé dur toute votre vie pour cela. … »

 

Gilles PETIT

ENVIRONNEMENT : L’analyse de la gestion de l’eau par M. Laurent Denise

Publié le Mis à jour le

Suite aux dernières crues relevées en Deux-Sèvres, M. Laurent DENISE, de Celles-sur-Belle (Deux-Sèvres) analyse la situation. Texte que nous publions intégralement.

« Dans les Deux Sèvres (département de la députée et présidente de #GénérationEcologie Delphine Batho. . . ), nous en sommes à la quatrième période d’inondations et on manquera d’eau l’été prochain. . . au niveau de Niort à la Tiffardière, depuis le 18 octobre 2019, la Sèvre a déjà évacué 500 millions de m3 d’eau douce vers la mer alors que le bassin reçoit annuellement 900 millions de m3. . . et ce n’est pas fini !
On va atteindre les 60% de rejet en mer alors qu’il ne faudrait jamais dépasser les 30%. Combien de morts ou de millions de dégâts faudra-t-il encore attendre pour avoir un début de réaction des élus locaux et des services de l’état ?

Illustration extraite du site : blogs.mediapart.fr/laurent-denise

Les inondations sont provoquées uniquement par les ruissellements sur des sols étanches ou saturés, c’est pourquoi il est urgent de capter tous les ruissellements (ce que demande le ministre de l’agriculture . . . ) pour prévenir les inondations , éviter les pollutions et garder de l’eau pour l’été. Sinon on continuera à alterner inondations et sécheresses ce qui est fatal pour la biodiversité des sols (donc aux insectes et donc aux oiseaux, etc. . .  ), la continuité écologique des cours d’eau et notre sécurité alimentaire !

Dans un écosystème forestier (notre référence en matière de climat) 70% des précipitations sont consacrées à l’entretien du cycle (évapotranspiration) par rétention dans les sols, ce qui laisse 30% de retour en mer. Quand les retours en mer d’un bassin versant dépassent les 30%, c’est que la végétation n’aura pas assez d’eau, ce qui va entraîner un manque de pluie, un assèchement du bassin et une destruction de la biodiversité. . .  surtout avec des villes qui pompent massivement dans les nappes et rejettent l’eau en rivière au lieu de la recycler dans les sols. . .

Illustration extraite du site http://www.mediaterre.org/france/actu,20200211092626.html

Toute la régulation thermique des basses couches de l’atmosphère se fait par l’évaporation, la température augmente fortement quand les continents arrêtent de « transpirer », c’est pourquoi il n’y a pas de canicule en mer et en forêt ! Il faut végétaliser massivement (villes et campagnes) au rythme des forêts de feuillus. Contrairement aux idées reçues, la pluie ne vient pas uniquement de la mer : 70% des précipitations proviennent de l’évapotranspiration (végétation) et seulement 30% de l’évaporation en mer. . . En climatologie, on part du principe que c’est la végétation qui apporte les pluies, donc l’irrigation n’est plus un problème mais la solution, à condition d’avoir fait des réserves durant l’hiver !

La température des continents se régule toute seule à condition que le taux d’évaporation augmente proportionnellement à la chaleur ! Comme au-dessus des océans et des forêts !

Les zones tempérées de la planète sont caractérisées par la présence d’eau ou de végétation, et c’est justement quand les continents arrêtent de « transpirer » que la désertification s’installe ! Avant de perdre ses arbres le Sahara était une forêt !

La répartition des pluies dans un écosystème forestier est la suivante : 10% d’évaporation, 60% d’évapotranspiration et 30% de ruissellements (interne et externe) ! Avec des surfaces minérales, cette répartition n’est pas respectée, la chaleur est stockée dans les sols et les canicules s’installent !

Les surfaces végétales sont les seules à évacuer la chaleur, entretenir le cycle de l’eau, baisser l’albédo des sols, stocker de l’énergie solaire sous forme de biomasse, protéger et nourrir la biodiversité.

Notre référence climatique, c’est la forêt de feuillus (sur tous les continents). Plus la densité végétale de notre environnement sera importante, mieux on vivra !

Ce sont bien les activités humaines qui ont déréglé le climat mais uniquement par la dé-végétalisation des surfaces l’été (villes et campagnes) et donc le non respect des saisons !

En France, nos forêts sont vertes l’été. Il faut que nos champs soient verts au même rythme. Les cultures d’hiver ne sont pas gênantes à condition qu’elles soient suivies d’un couvert végétal vivant, l’été !

A cause des rejets en rivières, les stations d’épuration perturbent gravement le cycle de rechargement des nappes phréatiques, et en plus elles ne dépolluent pas vraiment, elles diluent les polluants qui se retrouvent inexorablement dans les bassins ostréicoles. . . »

Pour info : http://www.lcp.fr/actualites/face-au-risque-de-pollution-rampante-lassemblee-vote-la-revision-des-normes-des-boues

M. Laurent DENISE
Celles-sur-Belle (79)

Email: denise-clach@live.fr

Site Web: https://www.mediaterre.org/france/actu,20200211092626.html

COULON (79) : les Cyclos de la Venise Verte proposent une sortie club découverte, le 15 mars 2020

Publié le Mis à jour le

Les Cyclos de la Venise Verte proposent. . . une « Sortie vélo route » dans le Marais Poitevin au départ de Coulon (Deux-Sèvres) le dimanche 15 mars 2020. Une opération séduction qui devrait intéresser plus d’un cycliste novice capable de parcourir 50 km à allure modérée.

Les CYCLOS DE LA VENISE VERTE faisant une pause face à la maison aux volets bleus de la famille Ravard, admirée depuis la rive coulonnaise, mais construite sur la commune de Sansais – La-Garette. Photo DR

Fondé en 1977 le « Club cyclotouriste » était une section de la « Maison pour Tous » de Coulon, une association pluridisciplinaire qui rassemblait alors toutes les structures sportives et culturelles locales. Côtoyant, entre autres, l’Office de tourisme et la bibliothèque, son siège se trouvait, bien évidemment, dans le bâtiment appelé, encore aujourd’hui, MPT, coincé entre le boulodrome et le stade de football, à deux pas du camping municipal.

Suite à la fondation d’un Centre Social et Culturel du Marais à Coulon, les activités de la MPT sont englobées dans cette nouvelle entité. Par conséquent, en date du 12 janvier 1990, les cyclistes-sociétaires créent leur propre club « Les Cyclos de la Venise Verte », siégeant au CSCM et affilié à la Fédération Française de cyclotourisme. Bien entendu un tel changement d’identité appelle de nouveaux statuts, un nouveau maillot et un nouveau bureau présidé par M. Serge Prière, succédant à M. Maurice Bouchand.

 

Photo DR

Dans l’édito de la revue « Grand Braquet », le magazine annuel du club coulonnais, en 1989, le regretté Maurice Bouchand définissait ainsi le cyclotourisme : « Le couple homme-bicyclette présente l’un des meilleurs rendements connus si l’on rapporte la vitesse de déplacement par kilo de poids à l’énergie dépensée. Seuls les oiseaux ont un rendement encore meilleur, mais l’homme sur son vélo se situe loin devant les automobiles, les avions et même l’homme à pied. L’adaptation de l’homme à la bicyclette (ou l’inverse) est donc remarquable et la pratique du cyclisme va de la promenade familiale dominicale à la compétition de haut niveau. Le cyclisme-loisir qui nous intéresse est l’un des sports les plus pratiqués parce qu’il ne présente aucune contrainte et qu’il est riche d’intérêts sur le plan physiologique. Il est évasion et contact avec la nature. Cependant, un ancien médecin du Tour de France a écrit « on pédale avec son cœur » et si une sollicitation douce et prolongée présente un intérêt certain pour un bon entretien des coronaires, l’effort brutal et ponctuel peut avoir des résultats inverses. Les contre-indications à la pratique du cyclisme-loisir sont fort rares. Il est plus juste de parler de conseils : choix du parcours, de l’allure, des braquets, de la distance, etc. Il est donc impératif d’adapter ces facteurs à ses propres possibilités physiques et de faire preuve d’une grande régularité dans la pratique de la bicyclette. Roulez régulièrement, ne tentez pas de battre des records si vous n’y êtes pas préparés et la saison sera pour chacun une nouvelle source de joies et de santé. »

Cyclotourisme, une aventure sur deux roues

« Partir dans l’inconnu, errer à des distances que jamais ne parcourraient le cavalier ni le piéton, pénétrer où les chemins de fer sont ignorés, ne prendre conseil que de ses propres forces, ne compter qu’avec sa fantaisie, voilà ce que permet la bicyclette ». En ces quelques lignes d’un article consacré à « l’esthétique du cyclisme », et généralement méconnu de ses biographes littéraires, M. Maurice Barrès a résumé le principe même, et les charmes, du cyclotourisme, cette aventure sur deux roues.

Avant et mieux que tant d’autres, à partir de 1884, date à laquelle paraît la première édition de son « Guide des environs de Paris », Monsieur de Baronchelli a su traduire les charmes de cette forme de tourisme, « sans difficulté, ni frais »« Quand l’âge sera venu, dit-il, le veloceman se reportera par la pensée sur ces belles routes qu’il aimait tant à parcourir. . . Il évoquera le tableau des jolies matinées du printemps, des crépuscules d’automne, précédant le départ ou l’arrivée à l’étape, des passages dans ces coquettes petites villes de province si animées les jours de marché et de fête, si paisibles les jours ordinaires; il repassera dans sa mémoire le temps. . . des rencontres imprévues, des bonnes amitiés de quelques heures et de ces mésaventures enfin qui attendent le voyageur de la grande route. En ces moments de joie sans mélange, de plaisir simple goûté dans la campagne, alors qu’il courait en liberté par monts et par vaux, il les regrettera, comme les meilleurs qu’il ait vécus ». Deux passages extraits de l’ouvrage « Le Vélo » de M. Jean Durry, publiés dans « Grand Braquet » de 1984.

Si vous roulez seul ou entre amis le dimanche matin, les Cyclos de la Venise Verte vous invitent à une sortie club-découverte d’environ 50 km dans le Marais Poitevin, le dimanche 15 mars 2020. Le rendez-vous est fixé à 9 heures devant la salle des fêtes de Coulon. Il est précisé que les participants doivent être équipés d’un casque et d’avoir, bien évidemment, un vélo en bon état.

Renseignements auprès de MM. Bertrand Pétorin (tél. : 06 78 80 84 03) ou Pascal Gontier (06 11 97 71 43).

 

Gilles PETIT

LA GARETTE : des arbres solidaires pour aider SOS Préma 79

Publié le

Un quart d’heure ! En un quart d’heure, des bénévoles de cinq structures ont planté une haie de 100 mètres sur le site du centre équestre La Maison du Cheval à La-Garette (commune de Sansais – La-Garette en Deux-Sèvres), samedi 1er février 2020. Une opération solidaire précédée par la plantation de « l’arbre de la fraternité et de la paix » : un chêne vert.

A l’occasion des 20 ans de La Maison du Cheval, l’association sportive Maraisthon, qui milite depuis dix ans pour une action sociale et solidaire, avait lancé, lors de son édition 2019, une opération « 5 € pour SOS Préma = 1 arbre planté dans le Marais Poitevin« . Cette moisson a permis de collecter 925 €, à ce jour. En collaboration avec la commune de Sansais – La-Garette, les associations SOS Préma, We are et Laponie Trophy 2020,  l’opération, également soutenue par Territoria Mutuelle, a réuni une trentaine de planteurs de toutes générations.

A La-Garette, les représentants des structures partenaires de l’opération ont symboliquement terminé la plantation d’un chêne vert sur le site de La Maison du Cheval. Photo Gilles PETIT

Avant de se mettre au travail, les participants se sont rassemblés devant « l’arbre de la fraternité et de la paix », un chêne vert déjà mis en place par Alain Bertrand, le paysagiste magnésien qui a préparé le terrain et fourni les plants d’arbustes. Le maire de la localité Rabah Laïchour informe que le chêne vert est « un arbre très résistant qui nous arrive du Sud. Selon les spécialistes, vu le réchauffement climatique, cette essence s’adapte facilement à notre climat. C’est sans doute l’arbre de demain dans notre région. »

Puisqu’il est question de climat, nous soulignerons que les nuages ont retenu la pluie le temps nécessaire à la plantation de cornouillers sanguins, charmes communs, érables champêtres, troènes bulgares et aubépines, soit une centaine de plants sur cent mètres linéaires, protégés par une bâche biodégradable et un filet anti-rongeurs. Une clôture viendra compléter ces protections contre l’éventuel appétit des chevaux.

Faisant suite à l’initiative du Maraisthon, Territoria Mutuelle a décidé de prendre à sa charge le coût de cette plantation. « C’est une action qui a du sens », a précisé son président M. Robert Chiche, « c’est une valeur réelle de pouvoir aussi associer le personnel à cette manifestation. C’est la première fois. La Mutuelle a voulu le faire avec ses salariés. »

Le maire de Sansais – La-Garette Rabah Laïchour et la sportive Sonia Thomas n’ont pas ménagé leurs efforts. Photo Gilles PETIT

Au nom du Maraisthon, son nouveau président M. Jean-Yves Saint-Céran a félicité Ludo, un adhérent handicapé de We are qui a gravi le Mont-Blanc en septembre 2019, car « il a relevé un défi où tout le monde est lié au-delà des différences dans l’esprit du sport. » Il a ensuite remercié M. Chiche, « je crois que quand les entreprises sont au service du bien commun et du respect des différences, nous souhaitions marquer la participation active de Territoria Mutuelle. » Par ailleurs, on notera que la commune de Sansais – La-Garette accueillera le prochain Maraisthon, le samedi 20 juin 2020, sur le site du Châtelet à La-Garette. Cette épreuve nature, 1er éco-marathon en France qui quittera donc Coulon, se déroulera sous une autre forme en une seule journée. « Et on espère bien pouvoir planter plein d’arbres et de haies », ajoute le président.

Des membres de l’association We are ont raconté leur récente ascension du Mont-Blanc. Et Sonia Thomas (à droite) a retracé sa performance au Laponie Trophy 2020 disputé en Finlande avec sa co-équipière Hélène Morisseau. Photo Gilles PETIT

Mme Céline Caquineau et M. Emmanuel Messager représentaient SOS Préma. Ce dernier a rappelé que « cette plantation va aider au réaménagement de la salle parents en néonatalogie du Centre hospitalier de Niort, actuellement en travaux. Tous les dons collectés amélioreront le quotidien des parents dont le bébé est hospitalisé. »

Cerise sur le gâteau, l’association SOS Préma a reçu un tweet de sa marraine Clarisse Agbégnénou, la vice-championne olympique de judo, championne du monde et d’Europe, meilleure athlète française 2018 et 2019, qui est née prématurément à sept mois. Elle a écrit : « Vous savez que vous pouvez toujours compter sur moi. Certes, je ne peux pas être là physiquement mais je vous envoie des cargos et des cargos de forces et d’ondes positives ! Mais surtout gardez bien à l’esprit qu’en chaque préma naît un champion ! »

Gilles PETIT

 

 

 

SANSAIS-LA GARETTE : « Bienvenue chez vous » aux vœux du maire Rabah Laïchour

Publié le

Lors de la cérémonie des vœux de la municipalité de Sansais-La Garette, le « Bienvenue chez vous », lancé par le maire Rabah Laïchour dans la trop petite salle du Châtelet à La-Garette, s’adressait « aux hommes et aux femmes qui composent la commune ». Une « richesse humaine qui ne se voit peut-être pas ».

M. Rabah Laïchour, maire de Sansais-La Garette (79) Photo Gilles Petit

Bien évidemment, le discours de M. Laïchour a débuté par un retour rapide sur 2019 : la végétalisation d’un premier carré du cimetière et l’aménagement d’un jardin du souvenir réalisés par l’équipe du paysagiste magnésien Alain Bertrand; et la mise en service du local santé situé à Sansais près de la mairie. Ce bâtiment accueille aujourd’hui trois kinésithérapeutes, deux infirmières et une orthophoniste. « Il reste encore un local juste à côté pour éventuellement un médecin qui souhaiterait s’installer », souffle le maire.

Le « serpent de mer » a bien sûr été évoqué. « La fameuse fibre dont tout le monde parle doit d’abord arriver à Sansais en provenance de Frontenay-Rohan-Rohan et c’est Magné et Coulon qui devraient nous fournir la fibre pour le village de La-Garette. Dans un mois et demi ou deux mois au plus tard les premières habitations pourraient se raccorder. » Il s’agit d’une opération lancée sur son territoire de compétence par la première Communauté d’agglomération de Niort (CAN1) qui comptait alors 29 communes adhérentes. Par ailleurs, M. Laïchour a souligné que sa commune a transféré la gestion de la piscine à la Communauté d’agglomération du Niortais (CAN2), laquelle a réalisé des travaux. On notera que la CAN2 a aussi les compétences gestion de l’eau potable et d’assainissement, d’où la récente construction de la station d’épuration et du réseau ad hoc à Sansais.

« Les vœux de Rabah étant réputés dans toute la région », selon le président de la CAN2 Jérôme Baloge qui affirme « comprendre pourquoi » en écoutant le maire exposer « la richesse humaine ». « Que serait la commune sans les hommes et les femmes qui la composent ? » a souligné M. Laïchour. « La richesse humaine qui ne se voit peut-être pas. Les hommes et les femmes qui vivent sur le territoire. C’est la première richesse et c’est une richesse qui est renouvelable. » Il a ainsi remercié toutes les associations, tous les bénévoles qui font « qu’il y ait de la vie, du lien social sur notre commune et ailleurs. »

Une histoire de sens

Le premier édile de la commune a cité l’atelier initiation à l’informatique. « Cette initiative a plusieurs sens », selon lui. « Le premier c’est que vous avez des enfants qui ont une dizaine d’années qui travaillent sur le même outil informatique que leurs parents, leurs grands-parents, voire leurs arrières grands-parents. A l’horizon 2022, il y aura le tout numérique, les papiers vont disparaître, vous ferez tout par Internet, votre déclaration d’impôt, votre carte d’identité, refaire votre passeport… Il y a des gens qui n’ont pas Internet, qui n’ont pas suivi de formation à l’informatique. Alors grâce au groupe La Poste, nous avons mis en place des cours d’initiation à l’informatique. Ce n’était que quelques heures mais il y a eu quatre groupes de six personnes. On voit qu’aujourd’hui plusieurs générations travaillent sur le même outil et parfois les enfants et les petits-enfants apprennent aux parents et aux grands-parents. »

« L’autre sens », développe le maire, « les gens qui décident au trentième étage d’une tour à Bercy, à Paris, dans les bureaux des ministères, ne connaissent pas notre réalité. Ils vont décider là-bas de ce que l’on va faire ici. Il va falloir qu’on nous donne peut-être aussi les moyens à nous, les collectivités, pour apporter des réponses aux besoins des populations. Les besoins augmentent alors que les moyens baissent. Et nous, on est pris entre les deux. Nous sommes la tranche de jambon dans le sandwich. Mais on résiste. La preuve, on met en place ce genre d’opération. »

Les finances

Côté finances, « aujourd’hui, la commune doit 300 000 euros aux banquiers. Et sur ces 300 000 euros, il y a 120 000 euros qui ont servi à faire les locaux de santé qui sont couverts par les loyers. Donc la commune est endettée à hauteur de 180 000 euros. La presse a récemment publié les taux de désendettement de plusieurs grosses communes de la CAN : 4 ans, 5 ans, 6 ans. . . Nous c’est un an, c’est à dire que si en 2020, les élus de Sansais disent « nous, on ne fait rien comme investissement », avec les économies faites, la municipalité rembourse la banque. Eh bien, à partir du 1er janvier 2021, la commune de Sansais ne devrait plus rien à la banque. »

Élections municipales

Quand aux prochaines élections municipales, le maire sortant analyse : « L’échéance approche. Des maires repartent, c’est leur droit, d’autres appuient sur la pédale de frein et ne repartent pas, d’autres réfléchissent. Chaque cas est unique. J’ai cherché en vain des articles de presse positifs qui encouragent les hommes et les femmes à se porter candidats, je n’en ai pas trouvé. Il faut être quinze, quinze marcheurs qui vont marcher pendant six ans. Même s’ils ont des ampoules aux pieds, ils ne vont pas enlever leurs chaussures. Marcher ensemble et aussi la main dans la main pour le bien de la collectivité. Il faut avoir, bien sûr, aussi un projet. Autant que je sache, la campagne électorale démarre le 2 mars, pas avant. Et nous sommes le 24 janvier. Pour résumer, moi maire de Sansais, je suis un peu comme ça, je réfléchis, je n’ai pas ouvert la porte et je ne l’ai pas fermée. Et je poursuis le travail en cours qui est prenant, très très prenant. C’est à dire qu’il faut faire deux choses à la fois. Je préfère finir le travail en cours et après on voit. On finit d’abord le match avant de penser au suivant. »

Moralité

Consacrée à l’abeille, cette composition-décoration a été réalisée par le jeune Enzo et sa maman. Photo Gilles Petit

En fin d’allocution, M. Laïchour est revenu sur la richesse sous forme de dialogue avec « un copain » : « Au fait, sur ta commune y’a combien d’habitants ? Peut-être un million, deux millions ! Mais t’es fou ! Non, je ne suis pas fou ! Si tu me parles des humains, nous sommes 900, mais il y a d’autres habitants sur ma commune, des chevaux à la Maison du cheval, des chevreuils dans le Marais, des vaches dans les prés… ce sont des habitants ! Et il y a surtout un habitant, un insecte dont on a besoin si on veut que la race humaine ne disparaisse pas, c’est l’abeille. » Une façon d’assurer la transition avec l’invité d’honneur de la soirée, l’abeille. Le maire a ainsi laissé la parole à M. Dominique Vignault de « L’abeille des Deux-Sèvres » qui a animé une courte conférence consacrée à la vie et l’œuvre des abeilles.

La cérémonie s’est achevée par la distribution d’une enveloppe contenant des graines à semer « pour faire travailler les abeilles ». « Une façon de faire sa part dans la société », selon le maire de Sansais-La Garette. A l’image de cette légende amérindienne citée par M. Pierre Rabhi du Mouvement « Colibris faire sa part », contée à l’assistance : https://player.vimeo.com/video/32564879

« Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! « Et le colibri lui répondit : « je le sais, mais je fais ma part. »

Gilles PETIT