Madeleine Ribreau

NECROLOGIE : La maire de Coulon (79) « remercie » cinq personnes.

Publié le Mis à jour le

En prélude à la réunion du Conseil municipal de Coulon (79), jeudi 19 novembre 2020, la maire Anne-Sophie Guichet a « remercié » cinq personnalités coulonnaises tout récemment décédées.

« Je voulais ce soir rendre un hommage à cinq Coulonnais qui nous ont malheureusement quittés en très peu de temps ces derniers jours. C’est bien triste.

Je pense aujourd’hui à Pierre Mautret dit « Pierrot », à Madeleine Ribreau, à Louis Deborde, à Renée Barreau dite « Nénette » et à Jeannine Faucher. Ces cinq personnes ont marqué la vie coulonnaise, soit par leur activité professionnelle, soit par leur implication au quotidien dans la commune.

Pierre Mautret a été conseiller municipal de nombreuses années. « Pierrot » pour les intimes était aussi impliqué au niveau social [dont la présidence du Centre Social et Culturel du Marais], à l’écoute, plein de bienveillance, disponible pour tout le monde.

Madeleine Ribreau est le café « Le Nénuphar ». Avec son beau sourire, elle aimait se vanter d’être celle qui vendait le plus de boissons alcoolisés sur le secteur.

Je pense aussi à Louis Deborde, un ancien boulanger de la commune, la boulangerie sur les quais Louis-Tardy qui est à l’origine avec son épouse du gâteau Le Coulonnais. C’est lui qui a trouvé la recette. Je repense à lui comme un bon vivant qui aimait chanter partout.

Et deux personnes, que je n’ai pas connues, mais que beaucoup d’enfants qui ont fréquenté l’école ont connues, Renée Barreau dit « Nénette » et Jeannine Faucher qui ont été employées municipales et qui étaient toutes les deux cantinières.

C’est une période bien triste et le contexte fait que malheureusement, on n’a pas la possibilité de dire au revoir à ces personnes, ni aller se recueillir auprès d’elles. Elles sont parties à pas feutrés. Donc aujourd’hui, je tenais à les remercier pour tous les Coulonnais. »

COULON : Nécrologie Madeleine RIBREAU

Publié le Mis à jour le

Née Jaulin, Madeleine Ribreau vient de décéder à l’âge de 93 ans. Elle a ainsi rejoint son époux disparu en avril 2004. Durant trente ans, le couple avait accueilli les Maraîchins, dont probablement tous les Coulonnais, dans leur bar à l’enseigne Le Nénuphar, situé place de l’Eglise à Coulon (Deux-Sèvres).

Paul et Madeleine RIBREAU en juin 1994 Photo Gilles PETIT

Dans un article dédié à leur établissement, L’atelier Histoire et Patrimoine, un collectif membre du Centre Social et Culturel du Marais de Coulon, retrace la genèse de leur établissement, notamment cet extrait : En 1910, M. Albert Soulisse achète un bar Le Terminus, idéalement situé sur la place de l’Eglise à Coulon. Vers 1940, M. Ribreau, père, achète l’immeuble. Vers la fin de la guerre, il devint un café tenu par les parents Ribreau, puis par leur fils Paul et leur belle-fille Madeleine. Enfin, le 25 décembre 1960, Madeleine crée son entreprise individuelle, sous le nom Le Nénuphar, spécialisée dans le secteur d’activité des débits de boissons (sans spectacle). Ce bar apparaît dans L’inspecteur Cadavre, un téléfilm français de Michel Drach, avec Jean Richard dans le rôle du Commissaire Maigret, tourné en grande partie à Coulon et diffusé en 1968.

Le Nénuphar ayant fermé le 31 décembre 1990, le bâtiment est devenu le domicile privé de Paul et Madeleine Ribreau.

Gilles PETIT

Un mot de MARINETTE BOISSELIER :

Que de souvenirs effectivement au nénuphar !
Madeleine savait être accueillante pour ses clients ,c’était le lieu de rencontres apprécié par tous ,sportifs,commerciaux,et habitants du village
moi à l’époque je travaillais à l’agence du crédit agricole de Coulon et le samedi à la fermeture d e l’agence à 13h nous nous retrouvions avec les collègues de Magné ,Niort saint Florent,Niort Halles pour finir la semaine ensemble et Madeleine servait les pastis (souvent nombreux) moi je les comptais
Le jeudi aussi nous avions une tradition avec Madeleine ,nous mangions le gâteau dans sa cuisine personnelle après le repas de midi avant de retourner travailler ,un moment très apprécié que je n’oublierais jamais ,nous étions « en famille »

La vie passe si vite,en cette période difficile que nous traversons profitons de petits moments de plaisir comme ceux là et soyons solidaires
repose en paix Madeleine,je ne t’oublierai pas