Mois: septembre 2022

FONTENAY-LE COMTE : Le programme 2022/2023 de l’Espace Culturel et de Congrès René-Cassin – La-Gare

Publié le Mis à jour le

L’Espace Culturel et de Congrès René-Cassin – La-Gare à Fontenay-le-Comte (Vendée – France) vient d’annoncer la programmation de sa saison 2022/2023. Quatorze dates tous publics sont prévues, ainsi que neuf spectacles destinés aux scolaires. Une offre de spectacles pluridisciplinaires à ne pas manquer.

L’Espace Culturel et de Congrès René Cassin – La Gare de Fontenay-le-Comte (ECC) est constitué de deux équipements : 1- La grande halle, construite sur le site de l’ancienne gare ferroviaire de la ville dont on a conservé l’architecture d’origine, accolée à un espace modulable pouvant accueillir 518 à 4 500 personnes ; 2 – Le Théâtre municipal, petit théâtre à l’italienne intimiste de 257 places, datant du XIXe siècle, récemment restauré au cœur du centre historique fontenaisien. Ces outils s’ouvrent à tous les modes d’expression que sont les concerts, opéra, théâtre, danse ou cirque, mais aussi à l’accueil de salons, colloques, repas dansants, . . .

L’Espace Culturel et de Congrès René-Cassin – La Gare est installé dans l’ancienne gare ferroviaire de Fontenay-le-Comte Photo Gilles Petit

L’équipe de l’Espace culturel et de congrès est constituée de onze personnes. A savoir, une petite équipe technique formée d’un régisseur général, directeur technique, d’un régisseur au son, d’un régisseur à la lumière et de deux techniciens polyvalents. Une agente chargée de l’entretien général des bâtiments gère aussi les loges des artistes, et devient costumière en représentations. Photo ci-contre : Les techniciens-régisseurs lors de la présentation de la prochaine saison. Photo Gilles Petit

Une équipe administrative fait tourner l’ECC et organise la billetterie et la communication ; enfin une personne s’occupe, à la fois, de l’administration générale et des locations de salles, de l’accueil des associations et des partenaires privés souhaitant louer une salle. Responsable de l’ECC et responsable du service culture, Mme Célia Marais dirige l’équipe permanente du site. Elle coordonne également l’action publique à la Médiathèque Jim-Dandurand ainsi qu’au musée de Fontenay-le-Comte. Mme Marais « met en œuvre la politique décidée par les élus au niveau des secteurs, tout en préparant la programmation culturelle proposée à l’Espace. » Elle va donc voir des spectacles, en discute en équipe, échange avec l’adjointe à la culture, débat sur des choix, puis tisse un fil conducteur de la pré-programmation en fonction des coups de cœur, en fonction de l’actualité du spectacle vivant, en fonction de l’actualité dans le monde, en fonction des problématiques éventuelles. En fait, « l’actualité de ce que l’on a envie de raconter aux gens et donner l’émotion que l’on a envie de véhiculer. Un programme qui se cale entre les mois de mars et de juin pour l’année suivante. »

La programmatrice de l’ECC complète : « nous proposons des spectacles, des moments d’échanges avec les compagnies à l’issue des représentations, des ateliers et des interventions pédagogiques en lien avec les spectacles et leur thématique, ainsi que des visites du Théâtre. »

Lancement de la saison 2022-2023

Samedi 24 septembre 2022, Mme Sylvie Saint-Cyr, adjointe à la culture de la municipalité de Fontenay-le-Comte, a officiellement lancé la saison culturelle : « l’art et la culture constituent un axe fort de notre politique municipale décliné à travers des projets. Des rénovations du musée d’art et d’histoire avec l’intégration d’un Mémorial de la Résistance et de Déportation en Vendée ; la modernisation de notre médiathèque intégrée dans un réseau dynamique de lecture publique que nous créons à l’échelle de notre communauté de communes ; la poursuite d’une offre de spectacles pluridisciplinaires ouverts à tous dans l’écrin de l’espace culturel René Cassin – La Gare et du Théâtre municipal, ce dernier étant maintenant ouvert à l’année. La saison culturelle que nous élaborons autour de différents piliers avec la volonté de construire une politique culturelle et artistique ambitieuse pour tous les Fontenaisiens et aussi cohérentes et rayonnantes à l’échelle de notre territoire et aux niveaux régional et interrégional. Une programmation pluridisciplinaire, vingt-cinq spectacles cette année avec toujours le cirque et la danse comme axe fort ; le maintien d’une programmation scolaire importante avec neuf spectacles pour vingt-deux représentations. Nous accueillons chaque année quatre niveaux scolaires ; un travail en collaboration avec les pôles excellence régionaux, cette année la scène nationale de La Roche-sur-Yon après avoir accueilli l’année dernière le centre national de danse contemporaine de Nantes, pour une première régionale ; une politique d’accueil de compagnies en résidence autour d’un triptyque, soutien à la création, à la diffusion et à l’action culturelle. Six compagnies sont conventionnées aujourd’hui, nous en sommes très fiers. Nous accueillons des créations. Notamment un conte avec Jérôme Aubineau dans le cadre de la 2ème édition « Rendez-vous contes ! » à Fontenay et dans les communes de la communauté de communes ; le jazz avec ses musiques actuelles ; les danses et musiques anciennes avec la compagnie « Fontenay fait sa Renaissance » pour sa traditionnelle veillée automnale en octobre ; la journée européenne de la musique ancienne en mars ; et les très nombreuses actions culturelles déclinées en milieu scolaire et en programmation de ville d’art et d’histoire. »

Gérard Potier en ouverture

Gérard Potier ouvrira la saison, le vendredi 21 octobre 2022 avec « Le rêve du puma ou l’enfance en temps de guerre » (Cie Le bazar mythique). Ce travail de création est une libre adaptation de « La trilogie des jumeaux » de Agota Kristof. On notera aussi le chant choral et lyrique avec l’ensemble Polymnie qui montera des ateliers de chant à l’attention des scolaires. L’art du clown et du cirque viendra clore un magnifique travail autour du masque et du mime. Enfin, la Cie La Salamandre fermera la saison, le vendredi 26 mai 2023, avec son théâtre de papier intitulé « Un océan d’amour », une odyssée épique, poétique et marionnettique.

Tout au long de l’année, la ville de Fontenay-le-Comte hébergera cinq artistes en résidence : Le Camembert (jazz – musiques actuelles) ; la Cie Gianni Joseph (danse) ; Fontenay fait sa Renaissance (arts vivants – musique et danse anciennes) ; l’ensemble vocal Polymnie (pratique vocal) ; la Cie des artisans rêveurs (théâtre – art du clown).

L’accueil de l’Espace Culturel et de Congrès est ouvert du mardi au vendredi l’après-midi.
Des ouvertures exceptionnelles sont prévues les samedis 17 décembre, 7, 14 et 21 janvier 2023 de 10h à 12h
La billetterie est ouverte 45 min avant le début des spectacles. Photo Gilles Petit

Le programme complet et détaillé de la saison 2022/2023 de la ville de Fontenay-le-Comte est disponible sur le site internet https://www.fontenay-le-comte.fr/espace-cassin/agenda-cassin, et dans la plaquette largement diffusée par l’ECC.

Espace culturel et de congrès René Cassin – La Gare
Service Billetterie
Adresse : Avenue de la gare, 85200 Fontenay-le-Comte
Téléphone : 02.51.00.05.00
Mail : ecc.r.cassin@ville-fontenaylecomte.fr

Gilles PETIT

COULON – MAGNE (79) : La première pierre de la Maison de Santé Pluridisciplinaire intercommunale

Publié le Mis à jour le

Née en 2008 sous le nom « Pôle Santé » et relancée en 2014, la Maison de Santé Pluridisciplinaire (MSP) de Coulon-Magné ou Magné-Coulon (Deux-Sèvres France) accueillera le public en septembre 2023. Les maires de ces deux communes voisines ont posé la première pierre le 20 septembre 2022.

La future Maison de Santé Pluridisciplinaire est en cours de construction à Magné dans la Zone d’Activités Commerciales de La Chaume aux Bêtes. Document Commune de Magné

Lors du scellement de la première pierre, le 20 septembre 2022, le maire de Magné, Gérard Laborderie, a souligné que cette cérémonie est « un temps fort de la politique locale qui symbolise le début d’un projet important réalisé pour s’inscrire durablement dans le temps au bénéfice des citoyens. »

Anne-Sophie Guichet, maire de Coulon, retrace la genèse du projet de MSP : « La Maison de Santé Pluridisciplinaire est une vieille histoire. Prenez d’abord deux communes, deux équipes municipales qui s’entendent bien et surtout portent la même volonté politique affirmée de lutter contre la désertification médicale. Ajoutez à cela, une équipe de professionnels de santé avec l’arrivée d’un jeune médecin, le docteur Alexandre Desnouhes, et le souhait de porter ce projet en collaboration avec les deux municipalités. Ajoutez ensuite l’ARS (Agence Régionale de Santé) présente lors de nos nombreuses réunions pour nous aider à structurer le projet. Ajoutons également les partenaires institutionnels co-financeurs du projet que sont l’Europe, l’Etat, la Région, le Département, qui contribuent au financement d’investissements de plus de 3 millions d’euros TTC. Sans eux, la réalisation de ce projet n’aurait pas été possible car il s’agit d’un investissement bien au dessus des capacités de financement de nos communes. Et, pour finir, saupoudrons le tout d’une équipe de maîtrise d’œuvre performante et professionnelle avec le cabinet Crescendo Conseil qui a réalisé l’étude de faisabilité initiale, et le cabinet d’architectes et d’urbanistes Corset-Roche & Associés qui a séduit le jury à l’unanimité avec une proposition inspirée des longères traditionnelles. »

M. Laborderie informe que « la commune de Magné est maître d’ouvrage de la MSP, mais le portage se fait conjointement avec Coulon. Dès 2008, la création de ce que nous appelions un Pôle santé destiné à accueillir des professionnels de santé, figurait déjà dans le projet de ZAC (Zone d’Activités Commerciales) de la Chaume aux Bêtes à Magné. (ci-contre Plan de situation Document commune de Magné)

Ce n’est qu’au cours du mandat suivant de 2014 à 2020 que les premières discussions et études ont commencé. Très vite, il est apparu que, de par sa nature, le projet dépassait largement les limites de la commune. Et qu’il devait bénéficier aux 6 000 habitants du bassin de vie. Et c’est ainsi que les communes de Magné et Coulon ont décidé de s’unir pour porter cette réalisation. Une décision d’autant plus cohérente que son implantation se situe dans cette ZAC communale dédiée au développement économique des deux communes, située en bordure de la route départementale qui les réunit quasiment à équidistance des deux bourgs. Ce n’est qu’en 2018 que le projet a véritablement démarré avec l’arrivée d’un jeune médecin sur la commune le docteur Alexandre Desnouhes qui a pris en charge la coordination de l’ensemble des professionnels de santé avec le maître d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre. Une large concertation a suivi afin que le projet réponde aux attentes de tous, médicaux et paramédicaux, les métiers qui occuperont le site à terme. »

La Maison de Santé Pluridisciplinaire sera organisée en cinq pôles indépendants : cabinet dentaire (bleu), cabinet kinésithérapie (violet), espace paramédical orthophonie, psychologie (vert foncé), cabinet médical (orange), cabinet infirmier constitué d’un bureau et du bureau de l’infirmière IDE ASALEE, la partie vert clair représente les zones communes. Chauffé à la chaudière bois, ce bâtiment respectera les normes environnementales, peu gourmand en énergie et produisant peu de carbone. Il aura deux parkings à accès indépendants, un de 36 places pour les patients avec deux arrêts minutes ambulances ; 20 places pour les praticiens à l’arrière. Il offrira un maximum de surfaces extérieures perméables et sera orienté sud pour mieux gérer le chaud et le froid. La façade en brique doublée en pierre s’inspire de l’ambiance locale. Document Commune de Magné

La Maison de Santé Pluridisciplinaire va accueillir cinq cabinets médicaux, avec une salle d’urgence ; trois cabinets dentaires avec une salle de chirurgie ; six kinésithérapeutes ; cinq infirmiers ; une infirmière IDE-ASALEE (Association nationale qui embauche des salariés infirmières de santé publique, mis à disposition de généralistes le souhaitant) ; deux psychologues ; et trois orthophonistes. Pour la plupart déjà présents sur les deux communes. L’équipement aura une surface de 998 m² sur une parcelle de 5 000 m², pour un coût prévisionnel de 3 139 936 € HT soit 3 767 923 € TTC. Théoriquement à la charge des deux communes. Celles-ci devraient bénéficier d’un taux de subventions autour de 75%. Les 25% restant étant la part d’autofinancement des deux communes. Techniquement, le maximum de subventions attribuées permettra de fixer des loyers compétitifs, car les praticiens seront locataires de leur espace de travail. Des loyers qui devront couvrir un emprunt pris en charge par Magné, maître d’ouvrage. Cette commune a l’obligation d’assurer un auto-financement à hauteur de 20%. Les 5% complémentaires seront donnés par Coulon sous forme de subvention. Les montants définitifs ne sont pas encore connus car le plan de financement n’est pas encore arrêté. Mais on sait déjà que l’Europe va subventionner à hauteur de 50% du budget prévisionnel ; l’Etat fournirait 400 000 € ; la commission permanente de la Région Nouvelle-Aquitaine devrait voter, le 3 octobre 2022, une subvention de 200 000 € ; le département des Deux-Sèvres propose 100 000 € dans le cadre d’un Plan santé départemental, qui donne un coup de pouce aux jeunes étudiants pour qu’ils travaillent sur les Deux-Sèvres, réunissant plusieurs partenaires ayant, pour mission, la lutte contre la désertification médicale ; l’Agglomération du Niortais est associée dans le cadre d’un Contrat local de santé, mais ne participe pas financièrement ; et le Parc Naturel Régional du Marais Poitevin a accompagné le projet préalable en conseils d’intégrations paysagère et environnementale, lesquelles peuvent générer des surcoûts.

L’état au 20 septembre 2022 des travaux de la construction de la future MSP de Magné-Coulon, qui aura pour adresse une toute nouvelle voie : la rue des Iris à Magné. Photo Gilles Petit

En conclusion, les maires de Magné et Coulon affirment : « Notre objectif est que nos communes ne deviennent pas un désert médical. Que nos concitoyens puissent à l’avenir bénéficier d’une offre de soin, à proximité. Un équipement fonctionnel et confortable pour que les professionnels y trouvent les conditions idéales dans l’exercice de leur profession. Un magnifique équipement aussi à l’architecture à la fois qualitative et esthétique inspiré des longères traditionnelles. Conforme aux nouvelles normes d’économie d’énergie et de bilan carbone. Situé dans un environnement proche préservé, doté de tous services, commerces et équipements publics dans le grand site du Marais Poitevin, à 10 minutes de la ville de Niort et 45 minutes de l’océan. Un équipement attractif aux nombreux atouts que nous attendons avec impatience. Les travaux sont prévus jusqu’à fin juin 2023. »

Gilles PETIT

Fontenay-le-Comte (85) : création du Mémorial de la Déportation et de la Résistance vendéennes au musée

Publié le

En Vendée (France), le musée de Fontenay-le-Comte va créer un Mémorial consacré à la déportation et à la résistance vendéennes durant la Seconde Guerre mondiale 1939-1945. Pour cela, il lance une grande collecte d’objets, de photographies, de documents et de témoignages en lien avec l’événement. Il est également fait appel à la mémoire collective sous forme de témoignages d’actes de résistance individuels et/ou au sein de réseaux. La vie quotidienne sous l’occupation sera aussi retracée au musée.

Voisin de l’église Notre-Dame, le Musée de Fontenay-le-Comte est situé Place du 137e R.I. Photo Gilles Petit

Depuis le début de l’été 2022, le musée de Fontenay-le-Comte ( Ville d’art et d’histoire depuis 2001) diffuse un appel à collecte qui couvre la période 1939-1945 sur l’ensemble du département de la Vendée, en particulier, mais aussi, sur les territoires du Bas-Poitou (dont Fontenay-le-Comte est l’ancienne capitale), le nord de l’Aunis (La Rochelle, Saint-Sauveur d’Aunis, . . .), voire plus si le lien est établi.

Le document, largement distribué dans les mairies, les collectivités institutionnelles, des commerces de proximité, etc, explique : « Dans le cadre de son chantier de rénovation, le musée s’apprête à intégrer à son parcours de visite un Mémorial de la Résistance et de la Déportation en Vendée. C’est l’occasion de lancer une grande collecte d’objets, photographies, documents et témoignages afin d’enrichir les collections ». Les éléments collectés témoigneront de l’accueil des réfugiés, de la vie pendant l’occupation, du parcours des prisonniers, des actes de résistance individuels et en réseaux et maquis, et de la déportation.

Le musée

Fondé en 1875, le musée, labellisé Musée de France depuis 2003, a bénéficié de travaux de modernisation et d’agrandissement dans les années 1980. Aidant ainsi à redynamiser le centre-ville. Depuis le 21 février 2022, le Musée n’est plus accessible au public, mais reste ouvert aux groupes et aux scolaires dans le cadre d’une programmation, sur réservation. La rénovation du musée devrait s’achever en 2025.

Comment participer à l’appel à collecte 1939 – 1945

Toutes les explications figurent sur le site internet de la ville de Fontenay-le-Comte : « Vous souhaitez faire un don ou un prêt dans le cadre de l’appel à collecte lancé par le musée, et vous vous demandez comment procéder ? Tout d’abord, si d’autres membres de votre famille sont concernés par les objets/documents que vous souhaitez donner, parlez-en avec eux et assurez vous que vous avez leur accord ».

Ce drapeau de la Libération a été retrouvé dans le grenier d’une maison ancienne. Photo Gilles PETIT

Si les objets/documents concernent une personne encore en vie, interrogez-la et conservez son témoignage (par écrit ou par un autre moyen). Sinon, rédigez une courte biographie (dates de naissance et de décès, vécu pendant la guerre, souvenirs, etc.). Essayez de trouver des photographies d’elle pendant la période 1930-1950. Puis rendez vous sur le site http://www.fontenay-le-comte.fr et remplissez le formulaire d’information. Vous aurez, entre autres, à fournir des photographies des objets/documents.

La collecte est limitée au 31 décembre 2022.

Formation d’un comité scientifique

Il est précisé qu’un comité scientifique déterminera les dossiers à retenir. En effet, il est possible qu’une proposition ne soit pas retenue, si les objets/documents ne rentrent pas tout-à-fait dans les axes définis pour la collecte. Pour les dossiers retenus, une attestation de don sera remplie avec l’équipe du musée pour formaliser votre démarche en attendant que le transfert soit effectif.

Dans certains cas, si les photographies et les échanges par téléphone ne sont pas suffisants, et si le (les) donateur(s) est(sont) d’accord, un membre de l’équipe du musée pourra se déplacer à domicile pour rassembler les informations nécessaires et comprendre l’histoire des objets/documents concernés.

Enfin, à l’issue de la collecte, le don sera présenté devant la commission scientifique régionale d’acquisition des musées de France, de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) des Pays de la Loire, laquelle donnera son accord pour l’entrée du don dans les collections du musée. Don qui fera ensuite l’objet d’une décision du Maire de Fontenay-le-Comte. A l’issue de ce processus, les objets/documents intégreront définitivement les collections du musée.

Et après ?

Les objets/documents intégrant la collection du musée entrent dans le domaine public, ils ne peuvent plus être redonnés, ni vendus : ils deviennent inaliénables.

Néanmoins, le donateur et sa famille peuvent encore venir voir et consulter les objets/documents qu’ils auront donné, sous réserve que les conditions de conservation le permettent.

Tous les objets collectés ne seront pas forcément présents dans l’exposition permanente, mais ils pourront être exposés lors d’expositions temporaires à Fontenay-le-Comte ou dans d’autres musées de France.

De plus, une vitrine sera dédiée aux dons et prêts de la collecte. A tour de rôle et pendant trois mois, y seront exposés les objets/documents relatifs à une personne. Les familles seront prévenues de la période d’exposition de leurs dons-prêts.

Pour participer, visitez le site http://www.fontenay-le-comte.fr ou http://www.fontenay-le-comte.fr/musee-fontenay/, puis remplissez le formulaire d’information en cochant la case « prêt pour 3 ans reconductible par tacite reconduction ».

Après accord du comité scientifique cité plus haut, une convention de prêt sera établie. Pour des questions de « durabilité » de la scénographie, le musée ne pourra pas accepter des prêts de moins de trois ans. 

Le vœu de M. Marceteau

Le quotidien Ouest France (11 juillet 2022) rappelle : « L’idée de ce Mémorial a été portée pendant des années par un résistant-déporté, M. Gaston Marceteau, (photo ci-contre) qui n’a cessé de témoigner, notamment auprès du public scolaire dans le cadre du Concours National de la Résistance et de la Déportation. A son décès, le 26 juillet 2022, à 92 ans, l’Association pour la Création d’un Mémorial de la Résistance et de la Déportation en Vendée a pris le relais de ce projet indispensable puisque les témoins directs de cette époque disparaissent. Il y a un risque que la mémoire des évènements locaux s’estompe et que les traces matérielles se perdent.

Photo Association pour La Mémoire de la Résistance et de la Déportation en Vendée

Le Mémorial a donc vocation à devenir le lieu idéal de préservation et de diffusion de cet héritage. D’où ce projet de collecte. à laquelle tout le monde peut participer. » L’idée de la collecte est que les particuliers aient le choix entre donner leurs souvenirs ou les prêter.

Contacts :

Musée de Fontenay-le-Comte

Place du 137e R.I

85200 Fontenay-le-Comte

tél. : 02 51 53 40 04 ou 02 51 53 41 45

Courriel : musee.accueil@ville-fontenaylecomte.fr memorial.musee@ville-fontenaylecomte.fr