mémoire

MARAIS POITEVIN : un nouveau drapeau pour le Comité local du Souvenir Français à Coulon

Publié le Mis à jour le

En marge de la commémoration de l’Armistice du 11 novembre 1918, la municipalité coulonnaise et le Département des Deux-Sèvres ont officiellement remis un nouveau drapeau à l’association d’anciens combattants Souvenir Français Comité Niort-Marais Poitevin.

Le 1er novembre 2016, M. Robert Grémont a créé le Souvenir Français. Son association d’anciens combattants s’appelait alors le Comité du Marais Poitevin puisqu’il ne comptait que les communes maraîchines de Magné, Coulon, et Le Vanneau-Irleau. « On a commencé petit, » explique le président. Puis, en 2018, le Comité de Niort a été dissout suite à l’arrêt de son président, vu son grand âge, 90 ans. « Personne n’ayant pris la suite, Paris m’a demandé, parce que Niort c’est quand même la capitale des Deux-Sèvres, de reprendre le Comité niortais. Nous avons, bien sûr, repris leur drapeau qui est toujours porté par le même porte-drapeau. De cette manière, il y a toujours le drapeau du Souvenir Français aux diverses manifestations commémoratives. »

Ainsi est né le Souvenir Français Comité Marais Poitevin qui a rapidement pris de l’ampleur. « Demain, en 2023, nous aurons sept communes du Marais adhérentes. » Car ce sont principalement les communes qui adhèrent contre une cotisation de 20 euros, en plus d’associations d’anciens combattants et d’individuels (cotisation de 10 euros) .

Le Comité local du Souvenir Français s’engage à entretenir des tombes de combattants et résistants Morts pour la France, dont trois au cimetière de Coulon. « Notre but », précise M. Grémont est « de ne pas laisser à l’abandon des tombes d’anciens combattants qui n’ont plus de famille. Évidemment, nous ne nous occupons pas d’une tombe normalement entretenue par la famille. » Avec l’accord de la commune concernée, le Souvenir Français peut intervenir sur une ou des tombes d’anciens combattants identifiées comme non entretenues s’il n’y a manifestement plus de famille. La mairie, alors potentiellement propriétaire, commence par faire des recherches de famille, pour s’assurer qu’il n’y a vraiment plus personne. « Lorsque nous avons le feu vert de la mairie, nous prenons en charge la restauration. De plus, chaque 1er novembre, nous fleurissons ces tombes avec un chrysanthème à notre charge. » Les tombes entretenues par le Souvenir Français portent toutes la cocarde tricolore aux couleurs de l’association.

Le Souvenir Français qui entend aider à la conservation de tout ce qui est mémoire, peut aussi subventionner, à hauteur de 20%, des travaux plus importants comme déplacer un monument aux morts ou réinscrire des lettres sur un monument. « Nous sommes en pourparlers avec la commune de Saint-Georges-de-Rex pour remettre en état son monument dans le cadre des cent ans de cet édifice », poursuit le président. « C’est subventionné une partie par le Comité, et le département des Deux-Sèvres. Le reste étant pris en charge par Paris. Nous avons en cours un dossier concernant la commune du Vanneau-Irleau qui projette de déplacer son monument aux morts. »

Un nouveau drapeau à Coulon !!!

Mme Anne-Sophie Guichet : « Lorsque le président du Souvenir Français Comité Niort-Marais Poitevin m’a sollicité en tant que maire et conseillère départementale pour apporter une subvention à l’achat du drapeau, j’ai trouvé normal de les accompagner. Je suis très attachée à l’association du Souvenir Français au travers de leurs missions, leur mission d’entretien des tombes et des monuments, leur mission de commémoration par leur présence aux cérémonies avec leur porte-drapeau d’où l’intérêt de les accompagner pour l’achat d’un drapeau et puis pour le bon travail de transmission qu’ils font, transmission à l’attention de toutes nos générations, nos jeunes générations. »

Photo de gauche : Mme Guichet (à droite) maire de Coulon et conseillère départementale des Deux-Sèvres, a remis à M. Grémont (à gauche) un tout nouveau drapeau en déclarant « C’est un honneur et une fierté pour moi ce matin de pouvoir remettre ce drapeau. » Photo de droite : M. Grémont a ensuite confié ce drapeau au porte-drapeau coulonnais André Sabiron. Photos Gilles Petit

M. Robert Grémont : « Maintenant, nous avons trois drapeaux pour sept communes Niort, Magné, Coulon, Le Vanneau – Irleau, Saint-Georges-de-Rex, Arçais et certainement bientôt Mauzé-sur-Le-Mignon. Il y a des manifestations, surtout celles du 8 mai 1945 et du 11 novembre 1918 dans toutes ces communes. Pas de souci pour Coulon et Le-Vanneau – Irleau qui se succèdent avec un même drapeau. A Niort, c’est toujours le même avec son propre drapeau. A Magné, le drapeau de Rhin-et-Danube, une association dissoute, est revenu au Souvenir Français. A Saint-Georges-de-Rex, notre porte-drapeau peut aller à Arçais car il n’y a qu’une demi-heure intervalle. Nous essayons de faire plaisir à tout le monde. Donc nous n’avions que deux drapeaux, d’où notre demande d’achat d’un troisième. La municipalité coulonnaise et le Conseil départemental des Deux-Sèvres ont payé moitié-moitié ce drapeau. »

« La réflexion que l’on m’a faite : Il est petit votre drapeau. Tout simplement, les gens ne sont plus tout jeunes et lorsque vous avez un grand drapeau, qu’il y a du vent, qu’il pleut, c’est pour protéger le porte-drapeau. L’important, c’est d’être présent aux manifestations. Par exemple, vous avez le drapeau de l’association des porte-drapeaux du département, un petit drapeau vert qui est de même taille. Avec cette cérémonie, c’était l’occasion de remercier la commune et le département qui nous ont totalement financé ce drapeau. »

Photo Gilles Petit

Une stèle à Coulon

Photo ci-dessus : le Souvenir Français Comité Niort – Marais Poitevin a posé au cimetière de Coulon, une stèle sur laquelle ont été gravés les noms de Coulonnais qui ont combattu lors des conflits 14/18, 39/45, Indochine et Afrique du Nord. « Ce monument permet d’incliner le drapeau en mémoire de tous, même ceux qui n’ont pas de tombe. » 

Des allées communales au nom du Souvenir Français

Le Souvenir Français et deux communes ont inauguré, en février 2022, des allées au Vanneau (de l’église au cimetière) et (photo ci-contre) à Coulon (de la route de Benet au parking Gilbert-Tessont) le 8 mai 2022. Des pourparlers sont engagés avec d’autres communes. Pourquoi une telle initiative : « Pour le souvenir, plus vous mettez de panneaux Souvenir Français, plus les gens se posent la question : qu’est ce que le Souvenir Français. Le panneau est bien visible, souvent à proximité d’un cimetière, là où le Souvenir Français est implanté. » Il n’y a pas de caractère obligatoire pour une commune.

Photo Gilles Petit

Gilles PETIT