Epannes

Collectif Bassines Non Merci : « C’est l’agriculture Shadok » selon José Bové

Publié le Mis à jour le

Organisée à Epannes (Deux-Sèvres) dimanche 11 octobre 2020 par le collectif Bassines Non Merci (BNM), la manifestation contre les projets de 16 retenues d’eau, destinées à l’irrigation, a rassemblé près de 3 000 personnes menées par des politiques dont José Bové, Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot, Benoit Biteau, Nicolas Thierry, Philippe Poutou, Dominique Mallet . . .

Coordinateur de cette journée, le porte-paroles du collectif BNM, M. Julien Le Guet, s’émeut « Ça fait très chaud au cœur de voir tous ces gens venus de loin pour certains. Quand on a su, il y a deux semaines, que Yannick venait, que Jean-Luc venait, que Philippe venait, on s’est dit wouah ! Ça répond présents. »

Photo Gilles PETIT

Devant un parterre de journalistes TV, radio, papier, régionaux et nationaux, M. Le Guet a expliqué que « BNM est un collectif qui regroupe aussi bien des organisations politiques, des organisations syndicales, également des associations de protection de la nature, de consommateurs, des syndicats agricoles dont la Confédération Paysanne ». Il a poursuivi : « A l’annonce de cette ultime bataille, on a demandé à toutes ces organisations d’aller chercher leurs porte-paroles nationaux pour donner la visibilité maximale à cette journée qu’on espère historique et décisive dans la lutte contre les projets de bassines. Vous avez répondu à l’appel, nous vous remercions très chaleureusement au nom de tout le collectif des habitants du Marais. »

  • Le porte-paroles ajoute : « Pourquoi cette journée doit être décisive ? Parce que ce dossier des bassines dure depuis quinze ans sur le Marais Poitevin. On savait que des bassines arriveraient. Le décollage a eu lieu il y a trois ans avec une enquête publique où déjà, à l’époque, de très nombreux citoyens s’étaient élevés pour dire leur opposition à ce projet là. Et ça fait trois ans que ce collectif résiste et fait repousser les échéances, ce qui fait que les décideurs et les financeurs reculent et, aujourd’hui, malheureusement, on peut constater que le processus s’accélère puisqu’on nous annonce demain [lundi 12 octobre 2020] une réunion de la commission des financements de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne devant fixer la première tranche du financement de ces projets.

Également, dans les mois qui viennent, M. Rousset, président de la Région Nouvelle-Aquitaine va devoir trancher, s’il finance ce projet immonde ou s’il rétropédale. On parle souvent de cette lutte comme la guerre de l’eau, ce n’est pas la guerre, il n’y a pas de violence jusqu’à maintenant. Par contre, il y a un climat aujourd’hui dans ce territoire. Ce n’est pas la guerre nucléaire mais il y a un bouton. Il y a une personne qui peut appuyer dessus, c’est M. Rousset. M. Rousset envisage de faire distribuer des fonds européens (FEADER : Fonds européens agricoles pour le développement rural) pour financer à hauteur de 15 M€ ces projets de bassines. Ces bassines, c’est 70 % d’argent public, pour ces 16 premières bassines, à savoir 60 M€. On est en train de se rendre compte que le taux de financement public serait plus important car il s’agirait que les 30% restant aux exploitants soient portés par une CUMA (Coopérative d’utilisation de matériels agricoles) qui bénéficierait même de fonds européens. »

« Voilà pourquoi aujourd’hui on doit être très nombreux pour envoyer un message très fort à M. Rousset et à l’Agence de l’eau. Ici sur ce territoire, les citoyens ne veulent pas de bassines. Et si les citoyens se battent, c’est pas seulement pour sauver leurs petits carrés et sauvegarder le Marais Poitevin, c’est un enjeu national, voire européen car, si les bassines passent ici, malheureusement elles passeront ailleurs, » conclut M. Julien Le Guet, assis aux côtés des nombreux partenaires de l’opération.

Depuis le début, BNM dit : « face à ce type de projet, la désobéissance civile se justifie à 100%. On a déjà installé une ZAD [Zone à défendre] quand le projet devait se faire, en octobre dernier à proximité de Mauzé-sur-Le-Mignon. S’il faut refaire une ZAD et en appeler à d’autres modalités d’actions évidemment toujours non violentes et toujours dans le respect humain et d’aménagement du territoire.« 

M. Yannick Jadot, député européen Europe Ecologie : « Ce combat contre ce projet absurde, c’est d’abord le combat des paysans. Les paysans, comme les pêcheurs, comme les apiculteurs, sont les travailleurs de la nature. Et on ne préservera pas la nature sans les travailleurs de la nature. Cette prédation insupportable autour d’un bien commun, c’est le combat des paysans, c’est le combat des écologistes, c’est le combat des citoyens.

M. Benoit Biteau, agriculteur, député écologiste au Parlement européen : « Nous ne sommes pas contre l’irrigation, nous ne sommes pas contre le stockage de l’eau. On travaille actuellement sur des projets qui ne concernent que 10% des agriculteurs et on engage beaucoup d’argent public. On est pour le partage de l’eau. »

Philippe Poutou, porte paroles du NPA Bordeaux en luttes, militant CGT : « Ce qui est important, c’est la lutte par en bas. Contre des projets nuisibles et destructeurs. Il ne faut pas lâcher car c’est notre vie, c’est notre intérêt. Il faut changer le rapport de force. Des gens qui se moquent du collectif. »

M. Dominique Mallet : « La Confédération paysanne, par les pratiques de ses paysans qui sont en agriculture paysanne, montre que l’on peut vivre différemment, qu’on peut produire différemment, qu’on peut économiser l’eau énormément car il y en a besoin. L’eau devient de plus en plus rare. Expliquons les choses. Changeons le système. »

M. Nicolas Thierry, vice-président du Conseil régional Nouvelle-Aquitaine, écologiste : « Il n’y a pas que M. Rousset au Conseil régional. Les écologistes ne sont pas contre l’agriculture, nous sommes contre un certain modèle agricole qui, aujourd’hui, est incompatible avec l’avenir et surtout qui a vidé les campagnes du monde paysan. » Il a ajouté : « Filer 15 M€ dans un puits sans fond. »

M. José Bové, ancien syndicaliste paysan et député européen : « C’est le pays de l’absurdie. Pas une haie, des champs de maïs, des champs à perte de vue. Sur quelques endroits, des porcheries industrielles, des méthaniseurs. Puis vous repassez dans un autre champ, et là c’est des cultures dédiées pour mettre dans les méthaniseurs, parce que la merde liquide ne suffit pas pour faire du gaz. On est en train de construire un monde de cinglés. Comme si ça ne suffit pas, quelques privés, quelques agro-industriels pensent que plutôt que de garder l’eau sous terre pour avoir un bien commun qui se régule et sur lequel on puisse prendre une petite partie pour faire une irrigation et que chacun en profite, eh bien non, ils disent : on va sortir l’eau de sous la terre, on va la grimper et on va la stocker dessus. Déjà il faut être cinglé.« 

M. Bové précise : « Parce qu’on a un château d’eau qui s’étale jusqu’à la mer. Au lieu de le laisser dessous, on le pompe pour le mettre en haut. Donc, je dirais que ces agro-industriels me font penser à une vieille série TV les Shadok [Cette série relate les différentes histoires et mésaventures des Shadok, des êtres anthropomorphes à l’apparence d’oiseaux rondouillards possédant de longues pattes et de petites ailes ridicules NDLR]. C’est l’agriculture Shadok. Ça s’est terminé très mal pour les Shadoks, car à force de pomper, repomper, repomper, ils ne pensaient plus qu’à pomper dans tous les sens. Ils ne savaient plus ce qu’ils faisaient. On va pomper pour monter l’eau, puis pomper pour l’amener dans les champs, puis ensuite on pompera ce qu’il y a dans les champs pour les mettre dans les bateaux et on va exporter encore du maïs. Mais pourquoi est-on dans ce modèle, parce que c’est un modèle global. En menant ce combat local, on mène un combat global, il ne faut jamais oublier. C’est un combat essentiel pour l’avenir de l’humanité. Donc, on se retrouve dans un monde qui tourne sur lui-même dans un modèle qui n’a aucun avenir. Comme c’est souvent le cas en agriculture, on mutualise les dettes et on privatise les bénéfices et donc les subventions agricoles. »

M. Jean-luc Mélenchon, député des Bouches-du-Rhône, président du groupe La France Insoumise à l’Assemblée Nationale : « Quelque chose est en train de se produire. La meilleure réserve, ce n’est pas la bassine, c’est le sol lui-même. C’est le cycle tout entier de l’eau qu’il faut prendre en compte. Dès lors que c’est un bien commun, personne n’a le droit de se l’approprier sans que la collectivité ait donné son mot. Ça veut dire que dans ce pays la totalité de l’eau doit être collectivisée; sa surveillance et la vigilance à son sujet être remise aux syndicats de communes et aux syndicats de bassins versants qui sont en état de contrôler l’usage qu’on en fait. Que la révolution citoyenne redonne le pouvoir sur les biens communs. »

Les participants à cette manifestation se sont régalés auprès de sept compagnies du spectacle dont l’Homme-debout avec Lili sa géante d’osier, le duo burlesque Dago Dagault et Dick Johnson, le Compagnie Opus, la chorale « Les Voleurs d’eau », le Cri du Chapeau, ainsi que la Fanfare sociale de La-Rochelle. « La culture dans la lutte ! » prévient M. Julien Le Guet.

Gilles PETIT

Photo Gilles PETIT
Lili a montré la voie Photo Gilles PETIT
Lili a montré la voie Photo Gilles PETIT

VIDEO : Les Trente Heures de l’AFM TELETHON 2016 en Sud Deux-Sèvres

Publié le Mis à jour le

Les 2 et 3 décembre 2016, nous avons suivi l’équipe de la coordination Sud Deux-Sèvres de l’AFM Téléthon en compagnie du pilote moto Guillaume Chollet, parrain de cette édition du Téléthon, en présence de Mme Cécile Martinat, directeur de recherche à l’Unité INSERM UMR861-I-STEM.

10199879-16639789De Saint-Léger-de-La-Martinière à Niort, en passant par Chef-Boutonne, Epannes, Frontenay-Rohan-Rohan, La-Crèche, . . . , Capt’Action79 a accompagné M.Didier Doray, coordinateur Sud79, lors de sa tournée des manifestations Téléthon en Sud Deux-Sèvres.

Lancée officiellement le 14 octobre dernier dans le Salon d’Honneur de l’Hôtel de ville de Niort avec l’accueil des organisateurs d’animations spécifiques Téléthon, suivi par la conférence du professeur Marc Peschanski, de l’I-stem (Institut des cellules souches pour le traitement et l’étude des maladies monogéniques, unité de l’Inserm),  la trentième opération de l’AFM a proposé 108 événements dans le département, soit 58 pour le nord du département et 50 pour le sud.

Capt’Action79 a réalisé le film (offert en version YouTube) de la tournée de M. Didier Doray, en compagnie de Mme Cécile Martinat et M. Guillaume Chollet : https://youtu.be/_KFjaPPkYic .

Gilles PETIT

Pour joindre les coordinations                                                                                                                                                                                                                              nord Deux-Sèvres (place de l’Église à Saint-Porchaire, 79300 Bressuire), tél. 05.49.74.88.69 et courriel à telethon79n@afm-telethon.fr
Sud Deux-Sèvres : Maison de l’AFM (10, impasse des Frênes, 79000 Bessines), tél. 05.49.73.44.51 et courriel à telethon79s@afm-telethon.fr