Mois: janvier 2021

COULON (79) : Réhabilitation de la voirie du Quai Louis-Tardy

Publié le Mis à jour le

Intitulé par la municipalité coulonnaise « Au fil des quais », un atelier-diagnostique a réuni les responsables d’embarcadères touristiques, des habitants riverains et la chargée d’études, en présence de messieurs l’inspecteur des sites et l’Architecte des Bâtiments de France. Le but : essayer d’harmoniser le patrimoine architectural avec le futur revêtement de la voirie du Quai Louis-Tardy.

Une partie du Quai Louis-Tardy (rive à gauche) en bordure de Sèvre Niortaise à Coulon (79)

Le Quai Louis-Tardy est l’artère emblématique du cœur de village puisqu’il concentre la totalité des embarcadères professionnels et une grande partie des commerces (restaurants, hôtel…). Ce lieu touristique incontournable de Coulon, où convergent tous les visiteurs, a une chaussée en partie endommagée. Il devrait donc être en harmonie avec les autres rues et places honteusement réhabilitées, ces dernières années, avec du béton. Le projet prévoit de traiter non seulement l’aspect architectural et environnemental de cette voie en utilisant des matériaux simples et d’origine locale, mais également le problème de la circulation, du stationnement et du cheminement piéton et cycliste avec un accent tout particulier mis sur la sécurité et l’accessibilité. D’un linéaire relativement important, le projet est scindé en quatre secteurs.

Ce « projet majeur » consiste à restaurer l’ensemble de la voirie du Quai Louis-Tardy à Coulon, du pont sous la Route Départementale n°1 jusqu’à la plaine de l’Autremont (non comprise), voire « un peu plus en fonction de la capacité d’action une fois qu’on aura le projet élaboré », précise M. Dominique Giret, 1er adjoint au maire.

Au mois d’octobre 2020, une consultation avait été lancée pour une mission de maîtrise d’œuvre. Sur les huit bureaux d’études qui ont répondu, les membres de la commission d’appel d’offres ont retenu le bureau d’études dci-Environnement, basé à Boufféré en Vendée, lequel propose de réaliser ce programme environnemental pour un montant d’honoraires de 24 200 € HT (la mission de base) + 1000 € HT pour l’option «atelier diagnostique en marchant». La durée de la mission est évaluée à 49.50 jours. Les plans seraient présentés avant cet été, pour un début de chantier envisagé en début d’hiver prochain.

Une visite déambulatoire

Conduit par M. Giret et Mme Mélisande Bertrais, de la Cellule conception chez dci-Environnement, cet « atelier-diagnostique en marchant » a eu lieu sous forme de deux heures de déambulation sur les quais de la Sèvre Niortaise à laquelle étaient conviés les habitants de la commune, principalement ceux résidant sur les quais, et l’ensemble des acteurs touristiques concernés par ce projet.

Photo Gilles Petit

Étaient également présents (de gauche à droite) MM. Jean Richer, urbaniste, géographe et Architecte des Bâtiments de France (ABF) en Deux-Sèvres auprès de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) Nouvelle-Aquitaine, et Sylvain Provost, inspecteur des sites à la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement). On notera que l’ABF intervient car le village est compris dans le périmètre architectural de l’église de la Sainte-Trinité, alors que la DREAL intervient car les quais (et uniquement les quais, pas les bâtiments riverains) sont inclus dans le site classé qu’est le Marais Poitevin.

Photo Gilles Petit

Une reconnaissance des lieux

Après avoir recensé les nombreuses informations recueillies par sa technicienne, Mélisande Bertrais (à gauche en compagnie de Dominique Giret), le bureau d’études va travailler sur « les principes techniques en matière de restauration sur l’ensemble du Quai Louis-Tardy ».

Photo Gilles Petit

M. Giret explique : « Seront chiffrés la totalité des quais, [de la plaine de l’Autremont, non comprise, jusqu’au pont de la route départementale] sur près d’un kilomètre, mais nous connaissons déjà notre capacité financière limitée à 500 000 €. Il s’agira ensuite en fonction du coût au mètre linéaire de voir quelle portion on peut faire pour positionner les travaux. Du fait des premières estimations, il semble qu’on ne soit pas en capacité de réaliser la totalité linéaire des quais. Cette discussion, on l’aura quand on aura le devis. Évidemment, nous ferons le plus possible et ce ne sera qu’une première phase si nous ne pouvons pas couvrir l’ensemble linéaire. »

Les dépenses de réhabilitation du Quai Louis-Tardy, estimées à 506.200 €, seraient subventionnées par des dotations du Département et de l’Etat, au titre de la DTER 2021 (dotation des territoires ruraux).

Louis Tardy

Né à Coulon (79) le 4 juin 1875 et mort à Paris le 6 mai 1961, Louis Tardy était ingénieur agronome et banquier. Il fut également maire de Coulon à partir de 1947 jusqu’à sa mort à l’âge de 86 ans. En 1901, il participe à la fondation de la Caisse régionale de Crédit Agricole d’Île-de-France, qu’il dirige jusqu’en 1904. Après la Première Guerre mondiale, il est nommé directeur du Crédit Agricole. En 1940, il revient à Coulon et devient administrateur puis président de la Caisse régionale de Crédit Agricole des Deux-Sèvres.

Document : « Histoire de Coulon de A à Z » auteurs Jacques Altmeyer-Carrio et Jean-Louis Gibaud 2016 Geste Editions

Les Grands Travaux du Marais Poitevin, lancés par Monsieur le Président de la République François Mitterrand le 4 février 1992 à Arçais, ont permis de réhabiliter une partie de la rive droite de la Sèvre Niortaise à Coulon. Un chantier qui a débuté le jeudi 15 septembre 1994 jusqu’en juin 1995, à l’issue d’études débutées le 18 décembre 1992. Une mémorable fête d’inauguration de cette première tranche de restructuration et de réhabilitation du Quai Louis-Tardy s’est déroulée le samedi 7 octobre 1995.
Engagée en janvier 2000 de façon identique à la tranche déjà exécutée, la restauration des berges a connu en 2002 deux nouvelles phases de réalisation : de la rue de l’Église à la rue du Château-Bas, puis de la rue du Château-Bas à la Ruelle du Four.


Si, à cette occasion, la Grande Rue (la rue de l’Eglise actuelle) retrouvait sa cale d’antan, recouverte par un embarcadère pour personnes handicapées adossé à un mur de pierres formant anti-corps. Un ponton, inauguré en grande pompe le 11 juillet 1990 par M. Michel Gillibert, alors secrétaire d’État, qui n’a jamais été utilisé comme tel.

Et quid des évailles (crues) ?

Les participants à cet « atelier-diagnostique en marchant » se sont arrêtés devant chaque habitation (ou presque) pour étudier leur aspect extérieur. Ici, la chargée d’études s’est notamment intéressée aux bordures de trottoirs et des riverains ont profité de l’occasion pour dénoncer l’esthétique des guérites des embarcadères. Photo Gilles Petit

Gilles PETIT

Avant toute intervention sur la voirie du Quai Louis-Tardy à Coulon, il faudra régler ce problème sous-jacent. Photos Gilles Petit

Nécrologie : Jacques Altmeyer-Henzien, organiste et historien à Coulon (79)

Publié le Mis à jour le

Plus connu à Coulon sous son « nom d’artiste » Jacky Carrio, Jacques Altmeyer-Henzien est décédé à Niort à l’âge de 85 ans. En 2013, une main anonyme a rédigé un beau texte qui lui rendait déjà hommage. Nous avons choisi de reproduire ces quelques lignes dans leur intégralité :

M. Jacques Altmeyer-Henzien, alias Jacky Carrio

Photo Gilles Petit

« Jacky Carrio [né à Paris en 1935 NDLR] n’est autre que l’organiste de l’église de la Sainte-Trinité, à Coulon. Immuable dans sa fonction, à un poste où les prétendants ne se bousculent pas.
Un mélomane qui a cultivé tout au long de sa vie une passion musicale exacerbée par une famille de musiciens. En effet, ses parents [chanteurs lyriques à Paris] appartenaient aux gens du spectacle. Fernande et André Carrio, ayant des attaches dans le Marais, ont séjourné dans la maison familiale de la rue du Four [dans laquelle le petit Jacques a passé toutes ses vacances]. La Seconde Guerre mondiale rapatrie Jacky [chez sa tante] à Coulon où il fréquente la communale. A la fin des hostilités, retour à Paris, commence sans enthousiasme l’apprentissage du piano, puis il se frotte à l’orgue. Le déclic est immédiat. Stimulé par un professeur du conservatoire, Jacky en fait son hobby. Carrio junior fait des études qui vont l’amener au poste particulier de greffier de justice, une vie entière passée au Palais [il rentre à 18 ans au Tribunal de Grande Instance de Paris où il finira sa carrière au poste de Greffier en chef et responsable des services civils]. Au cours de son adolescence, deux hommes d’église vont avoir une influence décisive sur le jeune homme. Le premier s’appelle Olivier Loth, curé de la paroisse et aussi brillant historien, à tel point qu’aujourd’hui, une place lui est dédiée à Coulon. Jacky Carrio : « J’ai eu l’insigne honneur de recevoir de ses mains toutes les archives dont il disposait. Parallèlement, quelques années plus tard, l’abbé Robert Dupont devient le prêtre de la commune, homme de culture, fin lettré, et aussi guérisseur, il me procure la collection entière des carnets de l’abbé Loth [quatre-vingt quatre bulletins paroissiaux d’août 1923 à juillet 1930]. Nantis de toute une bibliographie de l’histoire locale, je me suis livré avec Jean-Louis Gibaud et Maryse Coursaud à l’élaboration d’un ouvrage sur la commune de Coulon. Aujourd’hui, j’exerce bien humblement lors des offices, mon rôle d’organiste liturgique sur un orgue électronique, tout ça a le mérite d’égayer certaines cérémonies. »« 

Jacques Altmeyer-Henzien, alias Jacky Carrio, ne jouera plus de l’orgue en l’église de la Sainte-Trinité de Coulon. Il vient de rentrer dans l’Histoire locale.

Gilles PETIT

COULON (79): déplacement du DAB, le « oui, mais ! » de la municipalité

Publié le Mis à jour le

L’agence du Crédit Agricole Charente-Maritime – Deux-Sèvres envisage de déplacer son distributeur automatique de billets situé à Coulon. La banque souhaite investir un local communal afin de pérenniser le service. « Oui, mais ! » répond le Conseil municipal.

Les Coulonnais disposent d’un Distributeur Automatique de Billets (DAB) installé dans la façade de l’antenne magnésienne du Crédit Agricole Charente-Maritime – Deux-Sèvres (CA17-79). Idéalement placé face à la place de l’Église de Coulon, laquelle accueille les marchés fermiers chaque vendredi et dimanche, ce distributeur rend service aux maraîchins et aux marchands toute l’année, comme aux nombreux touristes en saison estivale.

Cependant, le CA17-79 envisagerait de libérer son local. Le DAB, encastré dans son mur, n’y aurait donc plus sa place, semble-t-il. Apparemment, il serait soit supprimé, soit déplacé. La banque a choisi d’étudier la seconde possibilité.

En effet, le CA17-79 songe à déplacer son automate dans une partie d’un bâtiment communal actuellement occupé par le siège du Syndicat mixte du Parc Naturel Régional du Marais Poitevin. Situé également bien en vue de la place de l’Église, ce projet qui intègrerait les préconisations de l’Architecte des Bâtiments de France, consisterait, à placer un DAB ou un Guichet Automatique de Billets (GAB) à l’intérieur du bâtiment, en lieu et place de la moitié de la salle du rez-de-chaussée, sur environ 18 m². Le sol serait décaissé, offrant ainsi l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite; une ouverture latérale serait percée du côté de l’entrée de la Mairie pour l’accès des transporteurs de fonds. Inutilisée jusqu’à présent, la porte donnant sur la rue de l’Église serait rouverte pour l’accueil du public.

Ancien bureau de Poste, ancien Office du tourisme et ancien bureau de Gendarmerie estival, cette aile d’immeuble communal, actuellement occupée par le Parc Naturel Régional du Marais Poitevin, intéresse le Crédit Agricole 17-79. Photo Gilles PETIT

Ces travaux, envisagés par le CA17-79, sont estimés à 80 000 euros. A ce montant vient s’ajouter une somme de 10 000 euros qui serait versée à la commune, laquelle serait reversée ensuite au PNR pour couvrir des charges non encore amorties par ce syndicat. Le Conseil municipal de Coulon du 16 décembre 2020 a étudié la proposition du CA17-79. Si les élus acceptent ce nouvel équipement la commune devra conclure une convention avec la banque qui fixerait les conditions de mise à disposition et notamment le loyer ou la gratuité. La maire de Coulon, Anne-Sophie Guichet, a souligné : « le maire de la municipalité précédente avait négocié la gratuité de la location et il y avait eu un accord verbal. Mais il n’y a jamais eu de délibération du Conseil. L’équipe municipale a changé, donc c’est à elle de décider. » « Le Crédit Agricole m’a dit », poursuit Mme Guichet, « que s’il y avait location, il n’y aurait peut-être pas de projet ; que ça coûte de l’argent et qu’en faisant ça ils rendent service à la commune. »

Le Crédit Agricole local prévoit de déplacer son distributeur de billets Photo Gilles Petit

Le PNR ne verrait pas de problème à consentir un avenant au bail actuel avec la commune, un bail de 32 ans signé le 1er janvier 2000. « Maintenir un DAB à Coulon, on en est tous convaincu » déclarent les élus coulonnais. « C’est embêtant d’avoir une location gratuite pour un espace public confié à une entreprise privée. » Les débats dégagent l’idée que : « au moins, symboliquement, on demande une participation, même si elle est minime. On ne prête pas comme ça. Avec le risque que le Crédit Agricole choisisse d’attendre ou de ne pas faire. » Évidemment, les élus souhaitent favoriser la présence de la banque dans le centre-bourg de Coulon. En effet, ce distributeur fonctionne très bien l’été mais il serait moins rentable l’hiver. La maire pense demander « un loyer modique symbolique de 100 € par mois, soit 1 200 € l’année. » « La banque a certainement un intérêt financier », disent des élus qui s’étonnent qu’ « une banque demande la gratuité », d’autant que son enseigne s’affiche au cœur du village. « Une publicité qui ne doit pas être négligée. »

La Fédération bancaire française a rappelé que « la France comptait plus de 55 000 appareils permettant la distribution d’argent liquide répartis sur l’ensemble du territoire, positionnés pour partie à l’intérieur des agences, d’autres situés à l’extérieur des bâtiments. » La Fédération ajoute : « le coût des derniers modèles s’élève à plus de 100 000 euros par unité et le coût d’exploitation et de gestion par an varie de 12 000 à 15 000 euros, selon les sociétés chargées du suivi des appareils ». M. Michel Ganzin, président du Conseil de Direction Groupement des Cartes Bancaires souligne : « après les 10 milliards d’euros en 2017, les 11 milliards d’euros en 2018, la barre des 12 milliards d’euros de paiements Carte Bancaire qui a été franchie en 2019, avec une croissance annuelle qui avoisine les 10%. »

M. Philippe Laulanie, administrateur au Groupement des Cartes Bancaires, précise :« cette progression du volume d’activité est plus faible que la progression du nombre de paiements. Elle révèle en fait un succès grandissant avec la montée en puissance des paiements de petits montants par carte et du sans contact notamment. Ces paiements ont été réalisés en 2019 chez 1,85 million de commerçants CB (1,77 million en 2018) avec 71,1 millions de cartes CB, à comparer aux 66 millions de cartes en 2016, avant le plan de réarmement. »

Qu’est-ce qu’un distributeur de billets ?

On l’aura compris, un DAB désigne un distributeur automatique de billets, et un GAB un guichet automatique de banque. Ces distributeurs sont placés auprès de très nombreuses agences bancaires. Ils permettent au titulaire d’une carte de retirer des espèces avec sa carte et un code confidentiel, et de consulter son compte. Selon Wikipedia, la société suédoise Metior est, dès 1964, la première société au monde à fabriquer des distributeurs automatiques de billets de banque, reliés entre eux par des liaisons téléphoniques. De La-Rue a développé le premier DAB en libre-service connu, qui fut installé à Enfield Town au nord de Londres le 27 juin 1967 par une succursale de la multinationale Barclays. Au Royaume Uni, l’inventeur du DAB est John Shepherd-Barron, mais Luther George Simjian a déposé une demande de brevet à New York, aux Etats Unis, dans les années 1930 alors que des ingénieurs de Docutel possèdent un brevet en date du 4 juin 1973. Le tout premier DAB en France fut installé en 1968, rue Anber, dans le 9ème arrondissement de Paris, par la banque Société marseillaise de crédit faisant partie du Groupe Crédit du Nord.

La Banque de France informe : « Ces dernières années, on constate une diminution de l’utilisation des GAB, et de plus en plus de banques se posent la question du retrait de ces appareils, de moins en moins rentables. En effet, la dématérialisation croissante des transactions, au travers du paiement en carte bancaire, plébiscité par les particuliers (92 % des Français plébiscitent la carte bancaire pour les achats quotidiens), le développement du paiement sans contact, l’interdiction des paiements en liquide supérieurs à mille euros incitent les paiements dématérialisés. De plus, la lutte contre la fraude fiscale, le grand banditisme, le travail au noir sont aussi des arguments en faveur de la disparition à terme des paiements en liquide, et donc la disparition de GAB. »

Un automate indépendant, la solution ?

Si le Crédit Agricole Charente-Maritime – Deux-Sèvres rejette la proposition de la commune et si elle envisage le retrait de son distributeur de billets, la municipalité coulonnaise pourra toujours faire installer un automate indépendant par la Brink’s. La société est aux premières loges pour constater les problèmes de la distribution et de la collecte d’espèces, puisque c’est sa spécialité auprès des grands groupes bancaires. En effet, la Brink’s propose aux communes une alternative : un DAB non affilié à une banque et surtout sans frais pour l’usager.

Comment cela fonctionne ?

La société de transport de fonds et les municipalités signent une convention renouvelable, avec un loyer versé à la Brink’s pour rémunérer les prestations de supervision et de maintenance technique de l’automate. Plus les utilisateurs sont nombreux, plus le coût supporté par la commune diminue.

Le premier distributeur de billets sans banque à Locmaria-Plouzané en Bretagne
Le premier distributeur de billets sans banque à Locmaria-Plouzané en Bretagne Crédit : Patrice Gabard / RTL

M. Patrick Lagarde, président-directeur général de la Brink’s France, annonce avoir « reçu une cinquantaine de dossiers depuis le lancement en Bretagne. Notre philosophie est un modèle low-cost, sans doute plus simple à gérer qu’un DAB avec permanence gérée par une banque». En étudiant la couverture géographique de ces zones blanches, la société espère l’installation de 1000 à 2000 machines de ce type dans les années à venir. C’est à Locmaria-Plouzané, une commune du Finistère de 5.000 habitants, que la société expérimente le projet depuis juillet 2019. La maire de cette commune, de peur de voir mourir son bourg, a trouvé une solution avec la Brink’s. La mairie paye le loyer (1.050 euros par mois). En contrepartie, la société de transports de fonds, s’occupant de la maintenance de l’appareil, a décidé d’offrir l’installation et les douze premiers mois de services de cinquante distributeurs de billets « Point Cash Village » à des communes de la ruralité qui en sont désormais privées. Cette offre a été récompensée du prix de l’innovation par le Salon des Maires et des Collectivités.

Gilles PETIT