Mois: décembre 2018

MARAIS POITEVIN : Le « Pont des Révérences » entre Irleau et Coulon rouvert à la circulation

Publié le Mis à jour le

J’acceptais le passage des 12 tonnes maxi depuis 1998, puis des 3,5 tonnes depuis un an, et maintenant des 16 tonnes ; construit en 1931 à une seule voie, ma bande de roulement est de 3 mètres de large, qu’on a réduit à 2 mètres par sécurité, et maintenant retour à 3 mètres ; je supporte 1.200 véhicules par jour, dont une cinquantaine de poids lourds ; pour moi, ils ont dépensé 650.000 € en reconsolidation contre 4 M€ pour un ouvrage neuf ; j’ai subi deux périodes de fermeture complète, vingt jours en novembre 2017, puis trois mois du 24 septembre 2018 au 19 décembre 2018 ; âgé de 87 ans, on me franchit désormais à la vitesse limite de 30 km/heure ; je suis « le Pont des Révérences » à Irleau (Deux-Sèvres).

Construit entièrement en béton armé, le « Pont des révérences » relie les communes de Coulon et Le-Vanneau – Irleau, au dessus de la Sèvre Niortaise.

Avec un tablier en béton armé qui s’affaisse, des piliers-assises qui s’effritent, un ferraillage en partie mis à nu, le « Pont des Révérences » était devenu le « pont de la discorde ». On se souviendra longtemps de la pétition aux mille signatures, suivie d’une manifestation historique organisée par des Maraîchins le samedi 23 juin 2018 (lire notre article : MARAIS POITEVIN des Deux-Sèvres : une manifestation au chevet du pont d’Irleau https://wp.me/p61nmR-1zQ).

Habitants, agriculteurs, élus locaux, acteurs du tourisme. . . dénonçaient alors la position du Conseil départemental des Deux-Sèvres, propriétaire de l’ouvrage, à savoir, réduire le tonnage des véhicules en garantissant cette mesure de sécurité par un rétrécissement de la chaussée. Ceci dans l’attente de travaux de consolidation. Le Conseil avait alors lancé trois séries de travaux. D’abord, sur des appuis qui risquaient de lâcher, une première phase achevée en avril dernier. Les deux autres phases se sont enchaînées, cet automne, sur le tablier du pont, au niveau des soubassements qui portent l’ouvrage aux extrémités, puis sur les garde-corps fatigués. Le rafraîchissement de la chaussée a terminé le travail de sauvegarde avec, en prime, la réfection de la route départementale 123 d’accès de part et d’autre du pont.

Désormais, des capteurs détectent les fléchissements du tablier du pont.

Même avec un tonnage désormais limité à 16 tonnes, contre 12,5 tonnes avant la découverte de ses faiblesses, le pont d’Irleau peut, de nouveau, garantir un franchissement du fleuve Sèvre Niortaise en toute sécurité. Néanmoins, le respect de la nouvelle réglementation pourra être contrôlé par un système qui s’appuie sur les appareils de mesure de déformation du pont, déjà installés. Si nécessaire, reliées aux capteurs, des caméras pourront flasher les véhicules contrevenants pesant plus de 16 tonnes.

Les activités économiques et touristiques de la Venise Verte vont pouvoir reprendre. Ces importants travaux prolongent la durée de vie du pont d’Irleau jusqu’à ce qu’il tire sa révérence, le plus tard possible.

Gilles PETIT

Publicités

Concours PNR « Ma maison dans le Marais Poitevin » : le palmarès 2018

Publié le Mis à jour le

Le palmarès du second concours « Ma maison dans le parc du Marais Poitevin » a été proclamé à Maillezais (Vendée) au domicile de M. Didier Arnaud et Mme Yolande Boissinot, lauréats du 1er Prix de la catégorie « Maison récente construite en majeure partie après 1948 ».

Après la délibération du jury, réuni le 27 octobre 2018 à Marans, les résultats ont été proclamés le 5 décembre 2018 à Maillezais, suivis de la remise des prix.

Ce concours est organisé par le Parc Naturel Régional du Marais Poitevin (PNR), un syndicat mixte qui rassemble 91 communes de Charente-Maritime, Vendée et Deux-Sèvres. A travers ses missions, le Parc cherche à reconnaître et à préserver la valeur et la diversité des paysages du territoire. La sauvegarde de l’architecture traditionnelle et le soutien aux évolutions, voire aux innovations architecturales peut contribuer à sensibiliser le public au paysage bâti local. De plus, ce concours va permettre au Parc de recueillir des exemples d’habitations, d’élargir les références en matière d’architectures locales intégrées dans les paysages du Marais.

Supervisé par Mesdames Gaële Clavez, architecte-conseil du Service Aménagement et Cadre de vie au PNR et Sandrine Guiheneuf, directrice de ce même service, présidé par M. François Bon, conseiller départemental de Vendée, vice-président du PNR en charge de l’aménagement et du cadre de vie, et président du CAUE 85 (Conseil en Architecture, Urbanisme et Environnement), le jury était constitué de trois élus, deux spécialistes (maître d’œuvre et architecte) et sept habitants. Neuf candidatures ont été retenues et jugées en deux catégories maison traditionnelle ou maison récente.

L’extension lauréate du 1er Prix des « Maisons récentes » (côté jardin).

Pourquoi ce concours ? Selon M. Bon, en prélude à la proclamation des résultats, « parce que le Marais Poitevin, bien sûr, c’est un paysage naturel, végétal et très présent. L’eau est très présente. Mais le végétal et l’eau ne font pas tout le paysage, il y a aussi le bâti, le patrimoine construit. On souhaite promouvoir sur le territoire l’architecture additionnelle, mais aussi toutes les évolutions que peut connaître l’architecture et, pourquoi pas, l’architecture contemporaine. Ici, à Maillezais, nous en avons une belle illustration en mariant le traditionnel et le contemporain. Nous avons été séduits par ce travail sur le marais que l’architecte a su parfaitement interpréter. »

Les aménagements (côté cour) de la résidence de M. Arnaud et Mme Boissinot sont « le travail d’une équipe, précise M. Bon. « Une rencontre, des dialogues, un maître d’œuvre. Presque une cabane accrochée au fond du jardin. »

Le président du jury poursuit : « L’objectif de ce concours est d’avoir un certain nombre de réalisations dans le marais en traditionnel et en contemporain. De faire une sorte de catalogue, de guide qui pourra ensuite donner des idées à tous ceux qui veulent rénover leur maison ou bien construire ou faire une extension. A brève échéance, ce guide sera mis à la disposition des habitants du territoire. »

Le Parc ne cache pas qu’il souhaite encourager les gens à avoir recours à un maître d’œuvre compétent ou à un architecte. Ce n’est pas facile. Le seul mot « architecte » peut faire peur parce qu’on se dit « ça va coûter cher ». Parfois les architectes ont des idées de grandeur aussi. Le concours veut changer cette image d’architecte car c’est « un compagnon du maître d’ouvrage », dit-on. Y compris l’architecte des bâtiments de France.

Gilles PETIT

LE PALMARÈS 2018

Entourés de l’architecte et des artisans qui ont réalisés le projet, les lauréats ont reçu leur prix remis par le président du jury M. François Bon.

1ER PRIX DE LA CATEGORIE MAISON RÉCENTE
M. Didier ARNAUD et Mme Yolande BOISSINOT pour leur maison à Maillezais en Vendée.
Ce projet d’architecte a produit un mariage agréable et réussi entre ancien et nouveau, notamment par le choix et la mise en œuvre des matériaux. Architectes : Frenesis à Maillezais.
LOT : 1 week-end pour 2 personnes dans le Parc naturel régional de Normandie-Maine.

 

 

M. Frédéric GUESDON

2ème PRIX DE LA CATEGORIE MAISON RÉCENTE
M. Frédéric GUESDON  pour sa maison construite à Arçais en Deux-Sèvres.
Bien que située dans un contexte de lotissements récents, cette maison propose une architecture hors des standards habituels tout en restant simple et en étant plus respectueuse de l’environnement par sa construction en bois.
LOT :  1 bon d’achat de 200 euros chez un pépiniériste produisant des végétaux locaux :  la pépinière Carpus à Courçon.

 

Mme Corinne TEXIER-CASPAR

1ER PRIX DE LA CATÉGORIE MAISON TRADITIONNELLE (en majeure partie bâtie avant 1948)
Mme Corinne TEXIER-CASPAR pour sa maison située à L’Ile d’Elle en Vendée.
Cette maison a été particulièrement récompensée pour son alliance de la tradition et de la modernité, notamment par la création d’une extension permettant les usages contemporains et par la préservation d’un moulin.
LOT : 1 week-end pour 2 personnes dans le Parc naturel régional de Loire Anjou Touraine.

 

M. et Mme Jean-François DESVIGNES

2ème PRIX CATÉGORIE MAISON TRADITIONNELLE (en majeure partie bâtie avant 1948)
M. et Mme Jean-François DESVIGNES  pour leur maison située à Saint-Sigismond en Vendée.
En plus d’un bâti préservé et respecté dans son ensemble (enduits, couleur pastel volets bois), l’effort de gestion du jardin a été souligné, depuis ses haies bocagères jusqu’aux abords plus ornementaux de la maison, en passant par le potager. Cette végétation graduée assure l’intégration de la maison en entrée de village. Le jury suggère d’utiliser de la peinture de couleur pour l’entretien futur des fenêtres et portes.
LOT :  1 bon d’achat de 200 euros chez un pépiniériste fournissant des végétaux locaux : Végétal 85 de La Chaize Le Vicomte.

 

Séduit par la demeure de Mme Nicole CAQUINEAU, le maire de Marans, membre du jury, Thierry Belhadj a remis ce prix « Coup de Cœur ».

PRIX D’ENCOURAGEMENT DU JURY
Mme Nicole CAQUINEAU pour sa maison le long de la Sèvre Niortaise au Mazeau en Vendée
Cette maison a été remarquée par le jury pour son image typique des maisons du Marais mouillé : sa situation au bord de l’eau, sa préservation du bâti, sa gamme de couleurs. Ce prix vise à encourager la poursuite de la rénovation suivant des techniques et matériaux respectueux du site, notamment lors de la réalisation des enduits ou le changement des gouttières.
LOT : 1 week-end pour 2 personnes dans le Parc naturel régional de Millevaches en Limousin.

Revoir le reportage de TV Vendée

http://www.tvvendee.fr/le-journal/edition-du-mardi-11-decembre-2018-18h00_11122018/l-architecture-recompensee-dans-le-marais-poitevin