miget

MARAIS POITEVIN : les traditions maraîchines à la 12ème Fête du Miget à Coulon (79)

Publié le Mis à jour le

Organisée, les 30 juin et 1er juillet 2018, par le Comité d’animations coulonnais, la douzième édition de la Fête du miget, s’est déroulée sur le site de l’Autremont à Coulon (79). En un coup d’œil, les visiteurs se sont trouvés plongés au cœur du quotidien des Maraîchins des siècles passés.

Dans leur ouvrage [disponible sur le site Internet de la galaxie Aranei-Orbis] : A la Croisée de l’Anjou, de la Touraine et du Poitou, Jean-Claude Raymond et François Jourdin expliquent : « Le Miget ou migé est une boisson traditionnelle, rafraîchissante à base de pain, de vin et de sucre (de lait pour les enfants), quelquefois agrémentée de fruits : fraises ou groseilles. Quelques minutes suffisent pour le préparer avec la mie du pain dur, du sucre, de l’eau et du vin rouge peu alcoolisé (8° environ) ou du lait sans eau. »

Les auteurs précisent : « le miget était consommé l’été quand il fait chaud et particulièrement les jours de battage au cours de l’après-midi. Le vin sortait de la cave où des bouteilles avaient été mises à rafraîchir dans un seau d’eau tirée du puits. Lorsqu’il était consommé lors des travaux des champs, le vin était emporté dans des bonbonnes ou dames Jeanne, les mijettes dans des saladiers. Pour leur garder une certaine fraîcheur, le tout était enveloppé dans des sacs de jute qu’on arrosait de façon à les maintenir humides. L’évaporation est un processus physique qui produit du froid et maintenait ainsi les ingrédients à une température inférieure à la température ambiante. »

Le public a dégusté le miget au bar « Le Nénuphar », du nom d’un établissement renommé de Coulon aujourd’hui disparu.

 « Cette boisson, à cause de l’alcool et du sucre, donne un coup de fouet, le pain lui se digère plus lentement. Elle était particulièrement bien adaptée pour les travaux des champs. »

Le nom de cette boisson comprend de nombreuses variantes : migé en berrichon, migi, migeot en poitevin, miet, miôt, miotte, miéttée en solognot, miotte ou miottée en tourangeau. Ces noms sont à rapprocher de celui qui désigne la mie, les miettes de pain, voire de fines tranches : mijette ou migette en poitevin, mejette, mijà ou mijade à Availles-Limouzine.

En présence de quelques animaux du Marais Poitevin présentés par le CREGENE (conservatoire des ressources génétiques du centre ouest atlantique), le programme des festivités était copieux :

un marché artisanal ;

des expositions de photos, de peinture, d’anciens appareils photo et une collection d’étiquettes de fromage ; des voitures anciennes, des vélos d’antan, des tracteurs d’époque et de vieux outils. . . ; un film retraçait la fabrication d’une roue par un charron ;

La reconstitution d’un mini village (le garage, la salle à manger maraîchine, la boulangerie, l’école, le fromager et l’épicerie, l’étable) avec son bistrot « Le nénuphar » où l’on pouvait déguster le fameux miget ;

Des jeux étaient proposés dont la pesée du cochon, le tir à la carabine, la pétanqu’oeuf, une pêche à la ligne ; les jeux de la grenouille et de la ficelle, . . .

Les visiteurs ont aussi assisté aux spectacles équestres offerts par Mélanie et ses traits poitevins, aux prestations de sonneurs de trompes de chasse, comme du groupe folklorique « Les Grelets de Santun ».

Dans la tradition, les bénévoles de l’association organisatrice ont aussi reconstitué des saynètes maraîchines, à savoir le mariage, la bugeaille et les activités d’antan essentiellement pratiquées en bateau.

Un des points forts de ce weekend d’animations : la bugeaille, ou plutôt le rinçage du linge au lavoir du fleuve, puis le séchage sur place.
Un bateau-tracteur pétaradant a fermé le défilé sur l’eau.

Gilles PETIT (photos)

Publicités