Coulon

MARAIS POITEVIN des Deux-Sèvres : A la CAN, les communes « riches » mieux dotées, le maire de Sansais-La Garette a fait ses calculs.

Publié le Mis à jour le

Réunis à Niort (79) lundi 26 septembre 2016, les délégués des communes adhérentes à la Communauté d’Agglomération du Niortais devaient se prononcer sur un nouveau pacte financier destiné à financer les projets municipaux en adéquation avec le projet communautaire. Ce pacte est un PACT : Programme d’Appui Communautaire au Territoire, destiné à renforcer encore davantage le territoire communautaire. En faisant en sorte qu’aucune des quarante-cinq communes ne soit oubliée par l’investissement, selon le président Jérôme Baloge. Ce PACT a été mollement accueilli par les petites communes. M. Rabah Laichour, Maire de Sansais-La Garette, apporte des précisions.

Une petite commune, dite pauvre, est moins dotée qu'une commune dite riche. Et pourtant, on parle d'équité à la CAN2.
Une petite commune, dite « pauvre », est moins dotée qu’une commune dite « riche ». Et pourtant, on parle d’équité à la CAN2. La municipalité de Sansais-La Garette regrette ce manque de solidarité intercommunale.

« Il était une fois un outil qui s’appelle la CAN [Communauté d’agglomération du Niortais (appelée CAN 2)], qui compte 45 communes depuis le premier janvier 2014, suite à la fusion de la CAN [Communauté d’agglomération de Niort (appelée CAN 1)], alors composée de 29 communes, avec les 15 communes de l’ex-communauté de communes Plaine de Courance, rejointe, en plus, par la commune de Germond-Rouvre.

Cette collectivité, vieille de plus de quinze ans ( création en 2 000 ), dispose d’un budget de près de 200 millions d’euros afin d’exercer des compétences que les communes lui ont transférées comme le transport, les déchets ménagers, l’assainissement, la culture, l’économie, pour ne citer que les principales.

Quand un bien ou un équipement est transféré, la CAN comptabilise d’un côté les dépenses et de l’autre les recettes relatives au dit bien et reverse ou demande à la commune concernée la différence, excédent ou déficit. Parallèlement à l’exercice de ces compétences, la CAN reverse déjà, depuis sa création, aux communes membres l’Attribution de Compensation dite A.C. , somme calculée en fonction de la richesse apportée, mais aussi de la population communale. C’est ainsi que certaines communes touchent 20 euros par habitant et par an, pendant que d’autres, qui disposent de zones d’activités économique importantes comme Niort, Chauray, Granzay-Gript, etc. . .,  touchent plus de 600 euros par habitant et toujours par an.

La somme versée chaque année dans le cadre de cette A.C. dont certains élus en ont assez, avoisine les 24 millions d’euros. Afin de corriger ces inégalités de traitement, la CAN met en place un pacte financier de 12 millions d’euros versés en deux fois pour la période 2016 – 2021. Cette somme est une aide à l’investissement pour les 45 communes, aide devenue plus que nécessaire suite à l’arrêt des aides des régions et la rareté des autres subventions de l’Etat, du Département et de l’Europe.

Plusieurs critères ont été mis en place pour le calcul de ce pacte financier et in fine la somme moyenne par habitant est de 48 euros, soit une fourchette de 43 euros à 50 euros par habitant. Ce pacte financier présente déjà un peu plus de justice, mais la CAN aurait pu, vu sa bonne santé financière, mieux et plus faire, comme l’écrivent les instits sur les carnets de notes des élèves.

Voilà l’histoire de cette CAN qu’il faudra bien un jour revisiter sinon l’histoire ne parlera pas en bien de ses élus !

Un maire d’une petite commune du Marais poitevin : Sansais – La Garette (Deux-Sèvres) »

 

 Un Programme d’Appui Communautaire au Territoire, c’est quoi ? On nous dit, officiellement, qu’il s’agit d’un fonds de 6 millions d’euros disponibles au prorata du nombre d’habitants par commune sur la période 2016-2018, reconductible pour la période suivante 2018-2020, perceptibles selon trois thématiques d’investissement : l’efficacité énergétique ; l’offre culturelle, touristique et de loisirs ; et le domaine de performance des services publics. Ajoutés à cela quatre critères : la pression fiscale mesurée dans la commune ; l’effort social mesuré à partir de la part des logements sociaux par habitant ; la capacité contributive des habitants de la commune concernée mesurée à partir du critère du potentiel financier par habitant ; et enfin la capacité contributive des habitants mesurée à partir de l’indicateur du revenu par habitant. Les forts en mathématiques apprécieront.

Sur les six millions d’euros, et dans la limite de la somme allouable à la commune selon les critères retenus, la Communauté d’agglomération du Niortais pourra subventionner jusqu’à 50 % des investissements réalisés par une commune de la CAN 2 dans l’une des trois thématiques précitées. Enfin, a précisé le président : « Tout projet communal mutualisé dans ces trois domaines avec une ou plusieurs communes pourra faire l’objet d’une bonification de 20 % de la subvention communautaire prévue initialement ».

En conclusion, M. Rabah LAICHOUR cite J.W. von Goethe : « Quoi que vous puissiez faire, quoi que vous rêviez, commencez-le. La hardiesse a du génie, de la force et de la magie ».

Publicités

Handball féminin : l’équipe élite du Handball-Club de Celles-sur-Belle s’est lancée en LFH

Publié le Mis à jour le

Le Handball-Club de Celles-sur-Belle (HBCC- Deux-Sèvres – France) présente son équipe féminine qui va jouer en LFH. La Ligue féminine de handball, le plus haut niveau du handball français. Cinq recrues sont arrivées pour cette saison 2016-2017.

HBCC groupe LFH 2016-2017
Le Handball-Club de Celles-sur-Belle a formé un nouveau groupe de niveau LFH, présenté chez le tout récent partenaire-équipementier Sport 2000 à Niort.
Manque sur la photo de groupe : Soukeina Sagna
Manque sur la photo de groupe : Soukeina Sagna
Manque sur la photo de groupe : Céline Senamaud
Manque sur la photo de groupe : Céline Senamaud

« Nous n’avons pas gagné notre place sportivement. Mais maintenant on y est et on va tout faire pour y rester », s’exclame le président Frédéric Vignier, « Même si on est le Petit Poucet on peut regarder nos adversaires dans les yeux. »

 « C’est une découverte pour tout le monde, pour des joueuses, les dirigeants, l’entraîneur », explique Vincent Philippart,
« L’objectif de la saison est de se stabiliser. Si nous avons une équipe derrière nous au classement, nous aurons réussi notre première saison en première division », dit Vincent Philippart.

Dans la présente vidéo, l’entraineur Vincent Philippart présente son équipe, dont les deux tiers de l’effectif, déjà présent la saison dernière, ont été conservés :  https://youtu.be/tBOgL4o90Fc

Les cinq nouvelles recrues :                                                                                                                                                                          Dijana Stevin
Née le 23 octobre 1986 à Zrenjanin (Serbie). 29 ans. 1,80 m. Serbe. Arrière droite. Club précédent : Cercle Dijon Bourgogne (LFH). 39 sélections (80 buts)           Maja Uzmah (Son)
Née le 23 février 1988 à Celje (Slovénie) 28 ans 1,80 m Slovène Arrière gauche. Club précédent : HC Nîmes (LFH) Internationale ;
Karin Weiglet
Née le 30 avril 1984 à Saint-Gallen (Suisse). 31 ans. 1,74 m. Suissesse. Arrière ou ailière-droite. Club précédent : Vipers Kristiansand (Norvège, Élite Série). 109 sélections (334 buts).
Soukeïna Sagna
Née le 17 avril 1998. 18 ans. 1,65 m. Française. Ailière gauche ou demi-centre. Club précédent : Bègles (N1F). Sélections en équipe de jeunes.
Inès Abba
Née le 5 mai 1995. 21 ans. 1,79 m. Pivot. Club précédent: Nantes (N1F).

L’EQUIPE LFH saison 2016-2017 :

Gardiennes :
16. Justine HICQUEBRANT
23. Mélanie GELOT

Arrières :
8. Dijana STEVIN
10. Davina INGLIS
11. Karin WEIGELT
18. Guillemette HOSTEING
77. Maja UZMAH (Son)

Demi-centre :
14. Nuria GRACIA ARDERIU
87. Céline SÉNAMAUD

Ailières :
7. Lesly BRIEMANT
13. Soukeïna SAGNA
19. Christelle MANGA

Pivots :
99. Sladjana TOPIC (cap.)
9. Inès ABBA

La salle de Celles-sur-Belle accueillera encore deux matches de LFH avant la fin 2016 : Nantes, le samedi 29 octobre 2016 et Metz, le mercredi 16 novembre 2016.

Capt'Action79 partenaire du handball-Club de Celles-sur-Belle
Capt’Action79 partenaire du Handball-Club de Celles-sur-Belle

MARAIS POITEVIN : Passages dans la Venise Verte du 30 ème Tour Cycliste International du Poitou-Charentes

Publié le Mis à jour le

Chaque année depuis trente ans, les dirigeants de Poitou-Charentes Animation, l’association organisatrice du Tour cycliste International Poitou-Charentes, s’efforcent de visiter un maximum de petites communes à chaque étape. Ce qui donne parfois des parcours particulièrement « découpés » permettant aussi d’aller quérir des difficultés supplémentaires, de traverser de beaux sites et d’allonger les distances entre les départs et arrivées. Le Marais Poitevin, et plus particulièrement la Venise Verte, est un passage quasi obligé.

Le 24 août 2016, la seconde étape a conduit les coureurs de La Rochelle (Charente-Maritime) à Niort (Deux-Sèvres) avec un circuit final qui formait le triangle Niort, Coulon par Magné et Saint-Rémy (commune maraîchine de cœur). Ce jour-là, Niort a vu trois fois le peloton (deux passages, puis l’arrivée), Coulon les a accueillis trois fois (l’entrée sur les grand et petit circuits, puis deux passages), quant à Saint-Rémy, cette petite commune a été traversée quatre fois (deux passages, aller-retour, du grand circuit, puis deux passages du petit circuit).

Déjà en 2014, la 2e étape qui conduisait les coureurs de Marans (Charente-Maritime) à Niort, avait offert le même circuit final par Saint-Rémy (deux passages), Niort (un passage, puis l’arrivée) et Coulon, par Magné, (un passage).

Gilles PETIT

La trentième édition du TPC s'est couru sous une forte chaleur. L'image se trouve transformée par un bitume surchauffé. Ici entre Magné et Coulon.
La trentième édition du TPC s’est déroulée sous une forte chaleur. L’image est transformée par un bitume surchauffé. Ici entre Magné et Coulon.
2016_PCH
139 coureurs étaient engagés cette année 2016.
139 coureurs étaient engagés cette année 2016.
Le Tour cycliste international Poitou-Charentes est passé dans le Marais Poitevin. Il est passé par ici, il repassera par là.
Le Tour cycliste international Poitou-Charentes est passé dans le Marais Poitevin. Il est passé par ici, il repassera par là.
Toujours fidèle au TPC, la vache du Beurre Charentes-Poitou a encore ouvert la route aux coureurs cyclistes professionnels.
Toujours fidèle au TPC, la vache du Beurre Charentes-Poitou a encore ouvert la route aux coureurs cyclistes professionnels.

bg_header302x71

Entre deux passages de la caravane, des spectateurs nous ont posés quelques questions sur l’organisation. Voici des réponses extraites du règlement de l’épreuve et du carnet de route officiel du TPC 2016.

La présidence de Poitou Charentes Animation et la direction de l’épreuve sont assurées par M. Alain CLOUET.

L’épreuve est réservée aux athlètes des catégories Hommes Elite. Elle est inscrite au calendrier UCI Europe Tour.

Conformément au règlement de l’UCI (Union Cycliste Internationale), l’épreuve est ouverte aux équipes suivantes: UCI ProTeam (maxi 50%), Équipes Continentales Professionnelles UCI, Équipes Continentales UCI, Équipes nationales.

Le nombre de coureurs par équipe est de minimum 5 et de maximum 8.

Le 30ème Tour Cycliste international du Poitou-Charentes est doté des prix et primes spéciales attribués comme suit :
CLASSEMENTS ETAPES
1ère étape : 7657 € attribués distribués en 20 prix dont 3036 € au premier ; 2ème étape : 7657 € attribués distribués en 20 prix dont 3060 € au premier ; 3ème 1/2 étape : 5081 € attribués distribués en 20 prix, 2035€ au premier ; 4ème 1/2 étape : 5081€ attribués distribués en 20 prix, 2035€ au premier ; 5ème étape : 7657€ attribués distribués en 20 prix, 3060 au premier.
CLASSEMENTS GENERAUX
Général individuel : 16770 € attribués distribués 25 prix, 3365 € au premier
Général aux points : 1000 € attribués distribués 3 prix, 500 € au premier
Général Grimpeur : 1000 € attribués distribués 3 prix, 500 € au premier
Général Meilleur Jeune 1000 € attribués distribués en 3 prix, 500 € au premier
Sous total des étapes : 33 133 €
Sous total des classements généraux : 19 770€
TOTAL DES PRIX : 52 903 €
PRIMES DISTINCTIONS FINALES Inter-département : 1000 € attribués distribués en 3 primes 500 €, 300 € et 200 €
Classement par équipe : 1 000 € attribués distribués en 2 primes 600 € et 400 €
Sous total des distinctions : 2 000 €
CHALLENGES
Pour chaque étape en ligne Image du jour : 150 € d’attribués
Combativité : 150 € d’attribués
Mozaic (néo-pro) : 150 € d’attribués
Combiné : 200 € d’attribués
Soit pour 4 étapes x 2 600 Euros
TOTAL DES DISTINCTIONS ET CHALLENGES : 4 600 €
Le TOTAL GÉNÉRAL des prix distribués à l’occasion de l’épreuve est de 57 503 €.

MARAIS POITEVIN : La Vélo Francette® chez Marinette à Coulon (Deux-Sèvres – France)

Publié le Mis à jour le

Après avoir hébergé M. Nicolas Moreau-Delacquis, le journaliste-vélo qui rédigeait alors le tout premier topo-guide pour La Vélo Francette®, paru en avril 2016, Mme Marinette Boisselier, gérante des chambres d’hôtes « Les Roseaux » installées à Coulon (Deux-Sèvres), a accueilli les Hollandais Jan et Margit Heitlager, venus, en . . . voiture, parcourir, à . . . vélo, des circuits annexes dans le Marais Mouillé du Marais Poitevin. Une étape dans un périple qui suit La Vélo Francette®, la dernière née des 43 véloroutes tracée entre Ouistreham (Normandie) et La Rochelle (Aquitaine – Limousin – Poitou-Charentes).

Mme Marinette Boisselier (au centre) a hébergé les Hollandais Margit et Jan Heitlager, en ses chambres d’hôtes (CléVacances) « les Roseaux » à Coulon.

LogoVeloFrancette-Haut-QJan et Margit Heitlager résident à De Haal, près de la ville de Oostzaan à une dizaine de kilomètres au nord d’Amsterdam, la capitale néerlandaise. Un pays d’eau, où « la nature est protégée » explique Jan, comparable au Marais Poitevin, seconde zone humide de France. Et plus exactement au Marais Mouillé, appelé « La Venise Verte ». C’est en découvrant le topo-guide La Vélo Francette®, rédigé en français car la version néerlandaise n’existe pas encore, que ces passionnés de cyclisme-loisir ont décidé de passer leurs vacances en France.

Au départ de Coulon, Jan et Margit Heitlager ont parcouru 40 à 50 km chaque jour sur des circuits balisés.
Laissant leur voiture au parking, Jan et Margit Heitlager ont parcouru 40 à 50 km chaque jour sur des circuits balisés, au départ de Coulon.

Quand ils parlent vélo, les Hollandais parlent en connaisseurs. « Pour nous, les Hollandais, la première destination de vacances, c’est la France, déclare M. Jan Heitlager. Chez nous, c’est tout plat, alors qu’en France, vous avez des collines, des montagnes, l’Alpe d’Huez.  » Dans un français encore hésitant, aidé par le dictionnaire de Margit, le retraité précise : « Il y a deux catégories de cyclistes hollandais, ceux qui sont montagne et ceux qui sont plaine. Margit et moi sommes plutôt plaine. » Cependant, nos voyageurs ont remarqué la naissance d’une troisième catégorie : le vélo à assistance électrique. « Malheureusement, nous ne trouvons pas de bornes de rechargement sur les parcours balisés. » Selon Mme Boisselier : « Un créneau que la France devra occuper rapidement si elle veut rester compétitive. »

Identifiable par son logo apposé sur les balises des circuits locaux existants, La Vélo Francette® propose des variantes, comme celle de Coulon (photo).

Après un premier arrêt d’une semaine autour d’Angers (Maine-et-Loire) et des châteaux de la Loire, pour la seconde étape de leur périple au fil de La Vélo Francette®, Jan et Margit Heitlager ont choisi un point central pour poser leur voiture dans le but de sillonner des parcours annexes balisés. Ils ont déniché l’adresse coulonnaise dans le topo-guide parmi les gîtes labellisés « Accueil Vélo ». « Retraités, pas vraiment fortunés, nous souhaitions nous reposer tout en visitant un marais totalement inconnu avant. » Ouverte en 2015, La Vélo Francette®, nouvel itinéraire de 630 km balisés, est conçue pour les « Cyclistes du dimanche, mordus du 2 roues ou amateurs de belles épopées ». Coulon ne se trouve pas sur le tracé initial (Niort – La Rochelle), lequel traverse les proches villages de Magné et La Garette. Mais il est proposé des variantes dont une dirige les cyclistes vers Coulon.

Gilles PETIT

Marinette et Patrice BOISSELIER Les Roseaux  285 route du Grand Coin  79510 COULON
Tél : 05.49.35.03.08;  06.71.26.10.74 ; mail : contact@lesroseaux.com

FVT - Grand itinéraire V43 - Vélofrancette

MARAIS POITEVIN : Damvix (Vendée), un village en fête à la mi-août.

Publié le Mis à jour le

Durant la saison estivale, de nombreuses communes du Marais Poitevin organisent leur grande journée festive. A la mi-août, des Vendéens proposent « Damvix en fête ! ».  Clin d’œil aux Damvitaises et Damvitais qui, en costumes d’époque, ont offert, dimanche 14 août 2016, un copieux programme : vide-greniers, brocante, fête foraine, marché de produits locaux, expositions, danses folkloriques, . . . et même un vrai-faux mariage avec un vrai maire, un faux curé et des mariés peu ordinaires.

DAMVIX Noces villageoises 14 août 2016 Photo Gilles PETIT 4693
Dans les fêtes de villages en Marais Mouillés du Marais Poitevin, la reconstitution des activités d’antan, par voie d’eau, représente toujours une animation très attendue par le public. La noce villageoise, arrivant en barques sur la Sèvre Niortaise, constitue donc un double événement.

Damvix est un village touristique vendéen construit, en grande partie, sur la rive droite de la Sèvre Niortaise, dans un site appelé « La Venise Verte » dans le Marais Poitevin. Selon le site internet officiel de la commune damvix.fr : « L’appellation Damvix reste quelque peu mystérieuse. Selon l’église, sous le nom de « Datunum » ou « Domnovito », Damvix aurait été donné, vers 1010, à l’abbaye de Saint-Maixent par Guillaume V, comte du Poitou. Selon d’autres recherches le nom de Damvix serait beaucoup plus ancien puisque remontant à l’époque des invasions romaines. Damvix viendrait alors du latin Dam Vix contraction de Damnum Viccus, signifiant « village maudit » ou « bourg des damnés ». Selon d’autres recherches encore, il paraîtrait que le village se soit surnommé « la porte de l’enfer » à l’époque du bagne de Cayenne, époque où les prisonniers devaient traverser nos marais pour rejoindre le port d’embarquement de La Rochelle. Une autre origine, plus réaliste, est souvent évoquée. Damvix serait peut-être tout simplement à rattacher à Saint Guy, saint patron de l’église : Dominus Vitus ou Dominus Vicus en latin.« 

Peu importe les origines de son nom, Damvix vit paisiblement dans son écrin de verdure baignée par le principal fleuve qui irrigue le Marais Poitevin, à  savoir la Sèvre Niortaise.

DAMVIX Noces villageoises Photo Gilles PETIT 4684
Le cortège nuptial a descendu la Sèvre Niortaise jusqu’au port de Damvix. A l’époque, le seul moyen de transport possible était par voie d’eau.

DAMVIX en fête Affiche 14_aout_2016-2Dimanche 14 août 2016, « Damvix en fête » a débuté dès 6 heures, et pour toute la journée, par un vide-greniers et une brocante, bien achalandés. Mais aussi avec une mini fête foraine avec ses jeux et ses stands de produits les plus divers, un mini marché de produits locaux, un grand espace de jeux et jouets en bois, de grandes tablées pour déguster le traditionnel « grillé de mogettes-jambon », . . . , et un plateau scénique proposant des danses folkloriques, la prestation du conteur vendéen Christophe Noulet (prix Talent 2015 des artistes du Marais poitevin, catégorie arts vivants), et la vraie-fausse cérémonie de mariage.

Avec la participation des Damvitaises et Damvitais, petits et grands, le Comité d’Animation de Damvix, présidé par Alain Barrandon, aidé par l’Union des commerçants et artisans, ont fait le maximum pour que cette fête villageoise reste inoubliable pour les visiteurs qu’ils soient locaux ou de passage. Tous ont fait le plein d’images, lesquelles sont désormais enregistrées dans les appareils photos. Jusqu’à l’année prochaine.

« Damvix en fête ! » Tous les ans, le dimanche proche du 15 août. Renseignements au tél. : 02.51.51.78.53.

Un grand merci pour leur accueil au président du Comité d’animation Alain Barrandon et à l’artiste peintre-vannier Jean-Claude Meunier (ancien élève des Beaux-Arts) .

Gilles PETIT

MARAIS POITEVIN 79 : Au Bourdet, le Syndicat de Pays en fête . . . malgré tout.

Publié le Mis à jour le

Le Syndicat de Pays du Marais Poitevin des Deux-Sèvres a proposé la 8e édition de sa journée festive et conviviale intitulée « Marais en Fête », sur le site de l’espace Etienne-Gendron au Bourdet (Deux-Sèvres). Entre randonnées pédestres, marché de producteurs locaux et d’artisans d’art, jeux divers avec structures gonflables et spectacles de qualité, une ombre a plané sur l’avenir de cet Établissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI), lequel tente de stopper une fuite de communes adhérentes : sur vingt, cinq vont le quitter.

Photo Gilles PETIT 4484
A l’invitation de Mme Nicole-Dany Brémaud, présidente (en tenue rose sur la photo), plusieurs communes adhérant au Syndicat de Pays étaient représentées à l’inauguration de « Marais en Fête », en présence, entre autres, du président de l’Agglomération niortaise, M. Jérôme Baloge (au micro), du sénateur Jean-Marie Morisset, à droite en compagnie de Mme Séverine Vachon, conseillère départementale aux multiples fonctions institutionnelles liées au Marais Poitevin.
M. Jean-Luc Clisson, maire du Bourdet.
M. Jean-Luc Clisson, maire du Bourdet, était heureux d’accueillir ce 8ème Marais en Fête.

« Arrosé par la Courance et deux biefs, Le Bourdet est le havre de quiétude rêvé pour tout citadin en quête de repos », estime-t-on dans cette commune installée à l’écart des routes du grand tourisme. Bien que située en bordure du Marais Mouillé du Marais Poitevin des Deux-Sèvres, la commune est idéalement placée à 20 km de Niort (Deux-Sèvres) et 50 km de La Rochelle (Charente-Maritime). « Constituée d’un agréable et typique village-rue et de six « écarts » dont les villages d’Alzom et de L’Ile Bapaume, elle a su allier développement et respect du patrimoine, fidèle à sa devise : « Le Bourdet, Art de vivre » ».

 

 

En 1997, le Syndicat de Pays du Marais Poitevin des Deux-Sèvres a soutenu la création du Conservatoire de la race Maraîchine sur la commune. Ainsi, toute l’année, il est possible de parcourir le « sentier de la vache Maraîchine » qui entoure 18 hectares de marais communaux dans lesquels la « Belle du Marais » dévoile ses yeux maquillés et sa robe brun orangé.

En prime, ce sentier raconte aussi l’histoire géologique de la région, ponctué d’étapes très documentées. Un parcours qui longe une tourbière, aujourd’hui protégée, dont l’exploitation a été interrompue à la fin de la dernière guerre.

Créée en 2007, « Marais en Fête » est née sur la cendre du Festival du Marais Poitevin, une grande manifestation culturelle intercommunale, lancée à l’été 2002 par l’association Côté Marais, qui a dû s’arrêter à l’issue du programme 2006, suite à la suppression d’une aide financière de la Région Poitou-Charentes. Une décision coïncidant au versement, au Syndicat de Pays, d’une nouvelle subvention régionale liée à la culture.

Dimanche 10 juillet, l’édition 2016 de « Marais en Fête » a été mise en place en partenariat avec la municipalité du Bourdet, en collaboration avec les structures et associations locales, la Ligue de l’Enseignement et Chemin de traverse, ainsi que les communes adhérant au Syndicat de Pays. Le marché et des producteurs artisanaux ont côtoyé un espace jeux, avec des structures gonflables pour les enfants, animé par le Centre Social et Culturel du Pays mauzéen. Le club d’aéromodélisme ULM d’Usseau et de la société mauzéenne d’histoire locale ont également participé.

La genèse de cet EPCI Syndicat de Pays du Marais Poitevin des Deux-Sèvres : À l’origine une Charte Intercommunale de Développement et d’Aménagement dont le territoire est défini en 1985 et l’association constituée en 1989. Puis, en 1992, vient la constitution du Syndicat Intercommunal pour la Charte du Marais Poitevin. Cette charte se transforme en Syndicat de Pays par arrêté du Préfet des Deux-Sèvres, daté du 22 juin 1995, puis en SIVOM (Syndicat Intercommunal à VOcations Multiples) par arrêté du Préfet du 9 février 2001.

C’est en 1991 que tout commence, lorsque débutent les Grands Travaux du Marais Poitevin dont la gestion est confiée au Syndicat de Pays. Alors présidente de ces deux syndicats, la députée locale Ségolène Royal accueille, le 4 février 1992, monsieur François Mitterrand, président de la République française venu poser la première pierre des travaux de restauration du port d’Arçais (Deux-Sèvres).                                                                      

C’est le début d’un long processus de restauration et de valorisation du territoire du Marais Poitevin des Deux-Sèvres. Peu à peu, les Grands Travaux ont concerné l’ensemble des vingt communes. Parallèlement, les missions du Syndicat de Pays se sont étendues. L’environnement, la gastronomie et l’agriculture locale ainsi que la culture sont devenus autant de sujets primordiaux qui constituent aujourd’hui les statuts du Syndicat de Pays.

Par exemple, le bief de l’ancien moulin ainsi que le parvis de l’église du Bourdet ont été restaurés dans le cadre de ces « Grands Travaux du Marais Poitevin ».

Aujourd’hui, le Syndicat de Pays du Marais Poitevin des Deux-Sèvres fonctionne dans l’incertitude. En effet,   cinq communes ont demandé leur retrait statutaire : Amuré, Sansais-La Garette, Usseau, Magné et le Vanneau-Irleau. La motivation principalement avancée est la diminution des subventions d’État aux communes, ce qui les oblige à restreindre leurs budgets et à s’orienter plus que jamais vers une mutualisation. Pourtant, le Syndicat avait consenti à ramener la participation des communes de 3 euros par habitant, en vigueur jusqu’en 2015, à 2 euros par habitant dès 2016, tout en relançant un programme d’actions concrètes.

Trois de ces retraits (les trois premiers cités ci-dessus) ont été actés par le Syndicat par délibération lors de sa réunion du 30 mars 2016. Conformément aux dispositions de l’article L5211-19 du Code des Collectivités Territoriales, le retrait d’une commune est subordonné à l’accord de l’Établissement Public de Coopération Intercommunale et à celui des 2/3 des conseils municipaux représentant plus de 50% de la population qui est de 24 003 habitants (population légale en vigueur au 1er janvier 2016–source INSEE). Le conseil municipal de chaque commune membre (Amuré, Arçais, Bessines, Coulon, Epannes, Frontenay-Rohan-Rohan, La Rochénard, Le Bourdet, Le Vanneau-Irleau, Magné, Mauzé-sur-le-Mignon, Priaires, Prin-Deyrançon, Sansais-La Garette, Saint Georges-de-Rex, Saint Hilaire-la-Palud, Saint Symphorien, Thorigny-sur-le-Mignon, Usseau, et Vallans) dispose d’un délai de trois mois, à compter de la notification de la délibération du Syndicat, pour se prononcer sur le retrait envisagé. A défaut de délibération dans ce délai, son avis est réputé défavorable. La décision de retrait est prise ensuite par Monsieur le Préfet des Deux-Sèvres. Plusieurs municipalités ayant déjà délibéré en faveur des retraits sollicités, il est à craindre que d’autres, voire les autres, communes engagent prochainement une même démarche. C’est maintenant le cas pour Magné et Le Vanneau-Irleau.

Dans les faits, le Syndicat est victime à la fois de tensions politiques, et de l’évolution de la Loi sur l’intercommunalité. Les conflits de personnes relèvent d’une « manœuvre politicienne sous-jacente », selon le maire de Coulon, sur fond de mandats électoraux, acquis ou non, au niveau départemental. Quant à la Loi sur l’intercommunalité, elle prévoit une disparition progressive des petites structures de ce type. Structures qui se superposent le plus souvent. D’ailleurs, dans le Marais Poitevin, le puissant Parc Naturel Régional réunit à lui seul pratiquement toutes les compétences des petits EPCI et peut mettre en place les mêmes opérations locales. Les communautés de communes et d’agglomération fragilisent aussi le Syndicat de Pays.

Gilles PETIT

Coulon (79 France) : la 10ème fête du miget est terminée. Il reste des images d’antan.

Publié le Mis à jour le

Mise en place par le Comité d’animations coulonnais, la dixième édition de la Fête du miget, s’est déroulée sur le site de l’Autremont à Coulon (79). Ici, les visiteurs ont disposé de deux jours d’immersion dans le Marais méconnu du grand public. Ainsi, en un coup d’œil, ils se sont trouvés plongés au cœur du quotidien des Maraîchins des siècles passés.

Voici un caléidoscope d’images de l’édition 2016.

Photo Gilles PETIT 4343

« Rythmée par les saisons, dans une ruralité où tout le monde était conditionné par l’agriculture, la vie aux champs devenait le centre des activités. En quelques années, l’histoire démontre que la traction animale est littéralement délaissée par ce qu’on appelle désormais le progrès. Le Marais n’échappe pas à cette transformation radicale, les particularismes liés à l’eau essaieront de lutter plus longtemps que les autres régions contre cette transformation. »

Photo Gilles PETIT 4347« Une fête de village ancrée dans la tradition », dit-on, avec ses reconstitutions de scènes d’intérieurs des habitations, son défilé des métiers d’antan sur la Sèvre Niortaise voisine – le principal fleuve qui irrigue le Marais Poitevin – ses repas champêtres, ses stands, retraçant la vie maraîchine . . ., le tout agrémenté de spectacles et d’animations divers.

Photo Gilles PETIT 4393

Photo Gilles PETIT 4427Au fait, c’est quoi du « miget » ou « mijet » ?!?! Mieux qu’un long plaidoyer, vous saurez tout en cochant le premier week-end de juillet sur votre calendrier 2017.

Photos Gilles PETIT