Mois: juillet 2018

MAGNE (79) : Remise des prix en vidéo du 30ème Festival international de peinture

Publié le

Le Festival International de Peinture de Magné (79 FRANCE), ouvert à tous, est un des premiers rendez-vous de peintres en France. Ce festival est organisé par Magné Animation, association culturelle soutenue par les Salons Nationaux que sont la Société des Artistes Français et le Salon Violet, ainsi que par des journaux spécialisés tel que Univers des Arts, et de nombreux autres partenaires fidèles. Pendant deux jours, les peintres participants doivent réaliser une œuvre exclusivement sur le territoire de la commune.

La manifestation a fêté sa 30ème édition les 21 et 22 juillet 2018, voici le palmarès et le film vidéo de la remise des prix au lien YouTube suivant : https://youtu.be/9GqYMywFmLQ

 

30ème Festival international de Peinture de Magné : Palmarès 2018

Grand Prix du Festival – Commune de Magné DOUDA Fabrice 86100 Châtellerault

1er Prix du Public – Prix Jean Thébault PETIT Sylviane 16460 Aunac

1er Prix Huile et Acrylique – Prix Placoplâtre JIPE 72200 La Flèche

1er Prix Pastel – Prix Carrefour VALLENET Annick 86400 Blanzay

1er Prix Techniques Mixtes – Prix Super U Magné POUILLAULT Nathalie 85600 Montaigu

1er Prix Aquarelle – Prix BFM RAUSA Robert Victor 01480 Jassans Riottier

1er Prix Dessin – Prix Univers des Arts JANDARD Tony 79410 Saint Rémy

Prix Poujoulat BELAIR Yvan 86000 Poitiers

Prix Groupe Thébault FREMY Dominique 85170 Dompierre sur Yon

Prix Restaurant La Belle Etoile OLIVIER Isabelle 79400 Saint Maixent L’Ecole

Prix Embarcadère Cardinaud LOUIS Hervé 79000 Niort

Prix Audis – Coup de Cœur du Festival BARJOLLE Claire 33000 Bordeaux

2ème Prix Huile et Acrylique – Prix Isover SAAKYAN Armen 44000 Nantes

2ème Prix Techniques Mixtes – Prix Crédit Mutuel PRINCE Régis 33620 Laruscade

2ème Prix Pastel – Prix Crédit Agricole RIBARDIERE Marie-Noëlle 86800 Pouillé

2ème Prix Aquarelle – Prix Groupama ROUNDHILL Michael Angleterre

2ème Prix Dessin – Prix Magné Animation LE DEROFF Michel 29000 Quimper

Prix Groupe Y Nexia ACHARD Joël 17100 Saintes

Prix Grafic Encadrement MAILLOCHON Dominique 95100 Argenteuil

Prix Best Western Niort PARDON Kim 16200 Jarnac

Prix L’ambassade du Vin BARJOLLE Viviane 44120 Vertou

Prix Terrasson et Fils ASSELINEAU Lionel 23210 Mourioux Vieilleville

Prix Graphic QUINOT-LEVET Anne Marie 56890 Saint Avé

Prix Piejac Maingret LE BORGNE Alexis 22190 Pelrin

Prix Axa AVRIL Christophe 76000 Rouen

Prix Mutuelle de Poitiers PFLEGER Olivier 47800 Miramont de Guyenne

3ème Prix Huile et Acrylique – Prix Marais Poitevin Immobilier DAUGA Jean-Jacques 33160 Saint Médar en Jalles

3ème Prix Techniques Mixtes – Prix CIC Ouest MEMETEAU Christian 44400 Rézé

3ème Prix Pastel – Prix Rouvreau Recyclage DAVID Nadia 86280 Saint Benoît

3ème Prix Aquarelle – Prix Pix Newloc PERET Patrick 12140 Florentin La Capelle

1er Prix Juniors de moins de 15 ans – Prix Desvignes Pralines BELLOT Paul 79210 Prin Deyrancon

2ème Prix Juniors de moins de 15 ans AVRIL Maxence 76000 Rouen

3ème Prix Juniors de moins de 15 ans RODRIGUEZ Mathis 47600 Nerac

4ème Prix Juniors de moins de 15 ans SIMMONET Léonie 79000 Niort

1er Prix Juniors de moins de 10 ans MAQUERLOT Aurélie 94350 Villiers sur Marne

2ème Prix Juniors de moins de 10 ans ETIENNE Roxane 44800 Saint Herblain

3ème Prix Juniors de moins de 10 ans MENARD Hugo 79400 Saint Maixent L’Ecole

4ème Prix Juniors de moins de 10 ans AVRIL Maëline 76000 Rouen

 

Cyclisme : le Tour 79 de passage à Coulon (79)

Publié le Mis à jour le

La dix-huitième édition du Tour cycliste des Deux-Sèvres – Magasins U, du 12 au 14 juillet 2018, est une épreuve réservée aux coureurs des catégories “Élite professionnel“ des équipes Pro Continentales et aux amateurs de 1ère et 2ème Catégories. Elle est inscrite au calendrier “ Élite Nationale“ de la Fédération Française du Cyclisme.

Un premier groupe s’est présenté avec quelques secondes d’avance sur un peloton morcelé en grappes.

L’originalité de la deuxième étape, vendredi 13 juillet 2018, vient du fait que, pour traverser la commune de Coulon, la course n’a pas suivi le parcours initialement prévu dans le programme largement diffusé dans le magazine du tour. Le trajet avait été modifié, voici quelques jours, pour cause de travaux sur la route départementale 123, plus connue localement sous le nom de la Route de Saint-Rémy.

En effet, venant du village de Saint-Rémy, la caravane devait rejoindre directement Coulon par la voie la plus directe, la plus large, la plus belle et la plus roulante. Au lieu de cela, pour la toute première fois, et probablement l’unique fois, la course cycliste s’est engagée dans des chemins vicinaux, lesquels ne connaissent habituellement que les trafics agricoles et des carrières de matériaux voisines.

Pourtant très étroites, ces voies communales, parfaitement « carrossables » en cette saison, ont très bien absorbé ce bref flux de circulation exceptionnel. A savoir, la caravane publicitaire, les motos des services d’ordre et de sécurité suivies des 130 coureurs engagés et des nombreux véhicules d’assistance des équipes, tous lancés à vive allure, vent favorable, dans la descente de la Route de Malécot-Touvaireau.

Le peloton a franchi en « pièces détachées » ce qu’il reste de la voie ferrée Niort – Fontenay-Le-Comte sur les hauteurs de la Venise Verte. En photos dans l’ordre de passage, les différents groupes qui foncent vers Coulon.

Gilles PETIT

MARAIS POITEVIN : les traditions maraîchines à la 12ème Fête du Miget à Coulon (79)

Publié le Mis à jour le

Organisée, les 30 juin et 1er juillet 2018, par le Comité d’animations coulonnais, la douzième édition de la Fête du miget, s’est déroulée sur le site de l’Autremont à Coulon (79). En un coup d’œil, les visiteurs se sont trouvés plongés au cœur du quotidien des Maraîchins des siècles passés.

Dans leur ouvrage [disponible sur le site Internet de la galaxie Aranei-Orbis] : A la Croisée de l’Anjou, de la Touraine et du Poitou, Jean-Claude Raymond et François Jourdin expliquent : « Le Miget ou migé est une boisson traditionnelle, rafraîchissante à base de pain, de vin et de sucre (de lait pour les enfants), quelquefois agrémentée de fruits : fraises ou groseilles. Quelques minutes suffisent pour le préparer avec la mie du pain dur, du sucre, de l’eau et du vin rouge peu alcoolisé (8° environ) ou du lait sans eau. »

Les auteurs précisent : « le miget était consommé l’été quand il fait chaud et particulièrement les jours de battage au cours de l’après-midi. Le vin sortait de la cave où des bouteilles avaient été mises à rafraîchir dans un seau d’eau tirée du puits. Lorsqu’il était consommé lors des travaux des champs, le vin était emporté dans des bonbonnes ou dames Jeanne, les mijettes dans des saladiers. Pour leur garder une certaine fraîcheur, le tout était enveloppé dans des sacs de jute qu’on arrosait de façon à les maintenir humides. L’évaporation est un processus physique qui produit du froid et maintenait ainsi les ingrédients à une température inférieure à la température ambiante. »

Le public a dégusté le miget au bar « Le Nénuphar », du nom d’un établissement renommé de Coulon aujourd’hui disparu.

 « Cette boisson, à cause de l’alcool et du sucre, donne un coup de fouet, le pain lui se digère plus lentement. Elle était particulièrement bien adaptée pour les travaux des champs. »

Le nom de cette boisson comprend de nombreuses variantes : migé en berrichon, migi, migeot en poitevin, miet, miôt, miotte, miéttée en solognot, miotte ou miottée en tourangeau. Ces noms sont à rapprocher de celui qui désigne la mie, les miettes de pain, voire de fines tranches : mijette ou migette en poitevin, mejette, mijà ou mijade à Availles-Limouzine.

En présence de quelques animaux du Marais Poitevin présentés par le CREGENE (conservatoire des ressources génétiques du centre ouest atlantique), le programme des festivités était copieux :

un marché artisanal ;

des expositions de photos, de peinture, d’anciens appareils photo et une collection d’étiquettes de fromage ; des voitures anciennes, des vélos d’antan, des tracteurs d’époque et de vieux outils. . . ; un film retraçait la fabrication d’une roue par un charron ;

La reconstitution d’un mini village (le garage, la salle à manger maraîchine, la boulangerie, l’école, le fromager et l’épicerie, l’étable) avec son bistrot « Le nénuphar » où l’on pouvait déguster le fameux miget ;

Des jeux étaient proposés dont la pesée du cochon, le tir à la carabine, la pétanqu’oeuf, une pêche à la ligne ; les jeux de la grenouille et de la ficelle, . . .

Les visiteurs ont aussi assisté aux spectacles équestres offerts par Mélanie et ses traits poitevins, aux prestations de sonneurs de trompes de chasse, comme du groupe folklorique « Les Grelets de Santun ».

Dans la tradition, les bénévoles de l’association organisatrice ont aussi reconstitué des saynètes maraîchines, à savoir le mariage, la bugeaille et les activités d’antan essentiellement pratiquées en bateau.

Un des points forts de ce weekend d’animations : la bugeaille, ou plutôt le rinçage du linge au lavoir du fleuve, puis le séchage sur place.
Un bateau-tracteur pétaradant a fermé le défilé sur l’eau.

Gilles PETIT (photos)