Commune de Coulon (79)

MARAIS POITEVIN : un nouveau policier municipal à Coulon (2)

Publié le Mis à jour le

Le policier municipal nouveau est arrivé à Coulon (Deux-Sèvres). La nouveauté vient du fait que Nicolas Fauchez est titulaire du grade de chef de service de Police municipale principal de 1re classe. Arborant trois barrettes blanches, ce nouveau « cadre d’emploi agent de Police municipale » est un professionnel d’expérience qui devrait faire oublier son prédécesseur.

M. Nicolas Fauchez, chef de service de Police municipale de 1ère classe, catégorie B, en poste à Coulon.

Le jeudi 15 mars 2018, en prélude à la réunion du Conseil municipal, le maire de Coulon, Michel Simon, a présenté aux élus, Nicolas Fauchez. En quelques mots, ce dernier a dressé un curriculum vitae digne d’un employé municipal de luxe à l’échelle d’une si petite commune aux moyens modestes.

 « Je m’appelle Nicolas Fauchez, j’ai 42 ans, je suis marié et nous avons deux enfants âgés de 4 et 8 ans ». Son cursus universitaire est riche d’une licence en droit social, d’une maîtrise en droit privé spécialisé en droit pénal des affaires, et d’études en Institut de police judiciaire. Le tout dispensé à La Rochelle (Charente-Maritime).

Puis vient son parcours professionnel : « J’ai débuté comme policier municipal sur l’Île-de-Ré ». Il a ensuite rejoint les rangs de la Police nationale à la police de l’air et des frontières en l’aéroport international de Paris – Roissy – Charles-de-Gaulle durant trois ans environ. Ensuite, il a « retrouvé un poste de policier municipal sur l’Île-de-Ré dans la même commune qu’auparavant ». Avant d’effectuer un tournant, en 2002, en réussissant le concours de chef de service (catégorie B). Il a été recruté, en 2003, par une ville de la banlieue sud d’Orléans (Loiret) jusqu’à son arrivée à Coulon le 1er mars 2018. Il a « dirigé une brigade comptant jusqu’à quatre personnels ». Pendant ces quinze ans, il a « informatisé tout le service, mis en place un système de radio-communication numérique, la vidéoprotection, l’armement, des actions en sécurité routière et du contrôle radar sur la voie publique ». Après une période d’adaptation, M. Fauchez risque de s’ennuyer à Coulon.

Suite à un changement professionnel de sa femme, le ménage a décidé de revenir dans la région.

 A l’issue d’une laborieuse première expérience de Police municipale, l’agent en poste à Coulon avait démissionné en juin 2017. Le maire avait alors engagé son conseil dans le recrutement d’un nouveau policier visant les grades de «gardien brigadier», de «brigadier-chef principal» et de «brigadier». Or, suite aux entretiens de sélection menés avec les services du Centre départemental 79 de gestion du personnel territorial, qui a reçu deux personnes, le choix du recrutement s’est porté sur un candidat titulaire d’un grade du cadre d’emploi des « Chefs de service de Police municipale ». Les élus devaient donc modifier le libellé de ce poste, à savoir : Chef de service de Police municipale principal de 1ère classe, catégorie B, à temps complet.

S’agissant d’un recrutement par voie de mutation, et compte tenu d’un délai de préavis de trois mois, la nomination de ce nouvel agent n’a pu être effective qu’à compter du 1er mars 2018.

Un luxe que le budget municipal de Coulon n’avait pas prévu.

Selon la Gazette, le journal des communes, départements et régions de France, la rémunération des agents de Police municipale a été revalorisé au 1er janvier 2017 (décret n°2017-398 du 24 mars 2017). Ainsi, le « traitement indiciaire brut mensuel (montants indicatifs) des grades brigadiers chef principal et chef de service de Police municipale est porté, au 1er février 2017, de 1 537 euros environ en début de carrière à 2 310 euros environ en fin de carrière (échelon spécial, chef de service). » De plus, de nouvelles « bonifications indiciaires » peuvent être perçues, ainsi qu’une participation récente au « régime indemnitaire ».

 Les finances de la commune doivent aussi supporter l’achat et l’équipement d’un véhicule de fonction. Un investissement initialement prévu pour le policier précédent. Le Parc Naturel Régional du Marais Poitevin proposait à la vente une Renault Clio diesel. Malgré un compteur  affichant plus de 180 000 km, Coulon a investi 1 000 €. « Le budget d’entretien des véhicules et du matériel roulant est serré », a notamment fait remarquer l’adjoint Yves Pouzet. Il pensait peut-être à l’âge de la Clio, aux nouvelles règles du contrôle technique, ainsi qu’aux frais de carburant et d’assurance.

En plus, il a fallu équiper cette voiture du matériel réglementaire, à savoir, une rampe lumineuse, des avertisseurs sonores et la sérigraphie « Police municipale ». Le coût de cet équipement est de 4 710 euros. Il convient d’ajouter la main d’œuvre pour l’installation.

En prime, la municipalité doit participer à l’armement du policier, à hauteur de 2 500 euros, afin que ce dernier conserve son habilitation de port d’arme, durant son passage à Coulon. Enfin, qui dit arme dit protection, pour 300 euros, les Coulonnais devront aider à l’achat d’un gilet pare-balles (valeur 550 euros).

 Au cours de cette réunion du Conseil municipal, le maire a souligné qu’il avait fait le tour des commerçants en compagnie du chef Fauchez, « il y a plein de choses qui ne sont pas aux normes à Coulon. Nicolas connait ça par cœur, il doit voir » pour y remédier. Au sujet des controversées zones bleues, M. Simon a informé que l’agent n’est pas du « style à mettre des PV à tout va ». Pour le moment, « il met des papiers sur les véhicules. » Il souhaite « se faire respecter et respecter tout le monde. Il est dans la bonne démarche ». Mais, le maire a ajouté que cette zone bleue est « faite pour les commerçants. » Un détail que la population ne va guère apprécier, surtout les nombreux Coulonnais qui résident dans les écarts. Enfin, le clou final de M. Simon: « Avant, les PV étaient à 17 euros, maintenant c’est 35 euros, l’État a légiféré. » Autour de l’église, le stationnement est limité à « une heure et demie avec une tolérance, dont, par exemple, à midi, pour les convives d’un restaurant, mais ça peut ne pas suffire pour des clients d’un coiffeur. »

En tout état de cause, le chef de service de Police municipale Nicolas Fauchez devra (re)nouer des liens de confiance avec les Coulonnais, et réguler les impulsions de leur maire.

Gilles PETIT

Publicités

COULON (79) : Applaudissements pour l’artiste ANDRE PIGNOUX

Publié le Mis à jour le

Vendredi 23 mars 2018 après-midi, on se pressait, pour ne pas dire on courait, à Coulon (Deux-Sèvres). Pour assister à la toute dernière représentation de l’homme de théâtre qu’était André Pignoux. Autour du cercueil placé au milieu d’une allée centrale du cimetière, la foule des grandes premières formait comme un cocon protecteur. Ici, il n’y avait point de spectateurs. Tous étaient, cette fois-ci, acteurs d’une pièce qui clôt un « livre de la vie ».

L’homme de théâtre et complice des artistes de toutes factures André PIGNOUX (juillet 2017)       Photo Gilles Petit

 A la demande de la famille, Jean-Claude a feuilleté le « livre de la vie » d’André Pignoux : « Et maintenant te voilà plongé dans la nuit. La nuit interminable, cette nuit dont nous savons toi et moi qu’elle ne finit jamais par un matin. L’information est arrivée implacable, certes mais sans surprise. »

« André Pignoux, ce Coulonnais de toujours est tombé dans le guet-apens de la vie qui est propre à chacun. » Parti discrètement à 86 ans, André est né en 1931, à Magné (Deux-Sèvres), sur la rive gauche de la Sèvre Niortaise. Ses parents travaillent alors sur la rive droite à Coulon. Dix ans plus tard, une petite sœur le rejoint, Françoise.
« Un passage à la communale et une adolescence sans histoire vont révéler un enthousiasme particulier pour le théâtre. Le Coulon d’alors sort de la seconde guerre mondiale, un vent de liberté s’affiche, les pièces de théâtre se multiplient, André y trouve ses repères et excelle dans de multiples interprétations. Pagnol, Labiche ou encore cette pièce en un acte de Tchékhov, « Les méfaits du tabac » où, seul en scène, André se révèle brillantissime.

« La présence de la famille Richard, du cinéaste Pierre Gurgand et surtout de Cosette Richard vont transformer la vie d’André Pignoux. Ils se marient et se réjouissent de l’arrivée de Sandrine, leur fille unique. »

A son retour de Paris en 1969, André Pignoux a pris sa plume :

« C’est le départ vers la capitale, poursuit  J.-C., André et Cosette Pignoux sont accueillis, excusez du peu, par la famille Serreau. Grâce à ses qualités de machiniste, de photographe, d’électricien, il devient l’homme indispensable. De cabarets en théâtres, André travaille sans relâche, ce qui est d’autant plus épuisant qu’il faut composer tous les deux jours avec une nouvelle pièce. Pourtant, ce côté « ombre et lumière des éclairages » le séduit.

« Malheureusement, André tombe malade. Inexorablement, c’est le retour vers le Marais.

« Fort d’une détermination sans faille, et avec son inséparable Cosette, il s’investit dans le théâtre et les arts. Coulon devient la capitale culturelle du Marais Poitevin. En 1970, André loue, crée et aménage une authentique ferme, une maison ayant appartenu à M. Camille Paris, sur la rive gauche de la Sèvre Niortaise – un lieu qu’il baptise « la Grange à Camille » [aujourd’hui La Grange de Camille] et qui, très vite, devient mythique. Ensemble, ils créent une véritable maison d’artisans et un repère d’artistes. Plus tard, avec le concours de la municipalité et d’une équipe de bénévoles, ils mettent en place un rendez-vous culturel estival annuel : les Soirs d’été. » Ce festival a vécu quinze années jusqu’en 1985. Parallèlement, en période hivernale, la même équipe a géré pendant sept ans un cabaret nommé « Le raton laveur », installé dans l’ancienne demeure du receveur de la Coutume. Un bâtiment qui héberge aujourd’hui la Maison du Marais Poitevin.

« Que d’artistes prestigieux ne sont pas venus à Coulon ! Le plus illustre d’entre eux est Jean Cocteau, qui fait le déplacement en août 1974. Des chanteurs tels que Jean-Roger Caussimon, Mouloudji, Paco Ibanez et Colette Renard, pour n’en citer que quelques-uns, transforment eux aussi le petit village en un haut-lieu de culture. »

Les générations actuelles connaissent Cosette et André Pignoux, comme les fondateurs du Théâtre Roger-Blin, en août 1984. Siégeant à Coulon, cette pépinière d’artistes de théâtre est dédiée à « un ami et collègue »: Roger Blin. Ce grand acteur et metteur en scène était décédé quelques mois auparavant.

Tous les Maraîchins, et les autres, se souviendront du photographe André Pignoux. Témoin de son temps, ce véritable historien de la photographie a saisi entre les années 1946 et 1950 des documents d’une valeur inestimable.

L’artiste André Pignoux devant quelques unes de ses œuvres dans La Grange de Camille (juillet 2013) Image Capt’Action79

Dans notre reportage vidéo consacré à La Grange de Camille, édition 2013 ( à voir ou revoir à l’adresse : https://youtu.be/4AortAw5HWI), André Pignoux s’exprime  : « Revenu dans mon pays, j’ai appris la photo, je me suis installé photographe. J’ai voulu figer mon pays dans la photographie. C’était l’époque charnière où les tronçonneuses remplaçaient les scies, les tracteurs remplaçaient les chevaux. Tout changeait, les vaches en bateau, les dernières laveuses au bord de la rivière, j’ai saisi tout ça. C’est parti vite en trois – quatre ans. Alors c’est ce qui m’a beaucoup motivé et le noir et blanc. J’ai toujours adoré le noir et blanc. Parce que, peut-être, on m’a dit que venant du théâtre comme régisseur éclairagiste, au Théâtre de Lutèce à Paris, j’ai toujours été fasciné par le noir et blanc et les éclairages clairs-obscurs. Avec le numérique, c’est autre chose, l’âge arrivant faut savoir arrêter maintenant. »

Des photos d’André Pignoux dans le livre Simeons du Marais.

Le photographe André Pignoux a aussi participé à la publication de livres dont Cuisine de Poitou et de Vendée de Jeanne Philippe-Levatois, une collection ‎Poitiers Cuisines régionales, aux Éditions du Marais 1968 ; Simeons du Marais de Pierre Gurgand, aux Éditions du Quéré 1989 ; et une plaquette disque Bataille de Torfou 1793, un scénario de l’auteur Serge Danot, une adaptation de Marcel Jaud.

« Le temps passe, conclut Jean-Claude, l’érosion de la vie fait ses ravages et nous rappelle tous pour le grand sommeil. Ne soyons ni tristes, ni accablés de chagrin, il nous suffit de rester fidèles dans l’œuvre culturelle qu’André Pignoux a si brillamment défendue. La plus belle garante en est incontestablement Cosette, qui perpétue sa passion théâtrale avec le brio que les Maraîchins lui connaissent. »

 Monsieur André Pignoux a quitté la scène sous les applaudissements.

 

Gilles PETIT avec Jean-Claude Coursaud

MARAIS POITEVIN : les vœux pieux du maire de Coulon

Publié le Mis à jour le

Quand il parle de vœux, le maire de Coulon sait de quoi il parle : « les dossiers phares de notre mandature peinent à se concrétiser ». La municipalité a, bien sûr, enregistré quelques réalisations en 2017, notamment, à l’attention des enfants. Mais, dans l’ensemble, les projets restent au stade de vœux.

Ouverte à tout le monde, samedi 13 janvier 2018, la cérémonie des « vœux du maire » de Coulon, Michel Simon, entendait « faire la synthèse de l’année écoulée et évoquer l’avenir ».

« Force est de constater que malgré le temps qui passe et les difficultés budgétaires que nous rencontrons depuis maintenant deux ans, en raison de la baisse considérable des dotations de l’État, et les engagements de certains partenaires, nous avons réussi à mener à terme un certain nombre de projets », a déclaré d’entrée M. Simon. Il a d’abord cité les nouvelles billetteries pour les embarcadères professionnels qui « ont fait parler et suscité bien des réactions de par leur conception à la fois futuriste et cependant rappelant toutefois les éléments traditionnels spécifiques de notre marais. » Nous aimerions qu’il nous explique où il a puisé ces « éléments traditionnels ». Le maire a ajouté : « l’effet de surprise passé et après une saison d’utilisation, je crois pouvoir dire qu’elles ont fini par être acceptées tant par la population que par les touristes, et les professionnels, lesquels reconnaissent bénéficier d’un outil de travail très agréable. Aujourd’hui, elles font référence et sont présentées comme un exemple d’intégration moderne et originale dans un environnement spécifique et contraignant comme peut l’être le site classé du Marais Poitevin. » A ce sujet, les Coulonnais qui font fi de la méthode Coué sont résignés à attendre une prochaine équipe municipale qui serait plus respectueuse des traditions, de l’environnement maraîchin et de l’humain.

Les « dossiers phares » de la commune sont : la reprise de l’immeuble Elise-Lucas, la création d’une maison de retraite, l’extension d’un lotissement et la réalisation d’une salle des fêtes.

L’immeuble Elise-Lucas, précédemment occupé par la Maison Familiale Rurale du Marais, devait accueillir un centre d’hébergement géré par l’organisme GPA 79-16. Même s’il est « toujours d’actualité, le montage du dossier prend du temps, pour eux aussi la pêche aux subventions est difficile, mais les nouvelles sont bonnes », assure le maire.

La maison de retraite, appelée résidence de service seniors, est « un dossier compliqué et long ». « Devant le refus des propriétaires de vendre les terrains nécessaires à cette réalisation, nous avons dû engager une procédure de déclaration d’utilité publique. Nous en sommes profondément désolés », s’excuse M. Simon.

Autre déconvenue, « l’extension du lotissement communal Le Fief du Payré se heurte au problème de la station d’épuration qui est considérée par les services de l’État comme obsolète et saturée », a informé le maire qui a précisé « La CAN [Communauté d’Agglomération du Niortais], gestionnaire de  la compétence assainissement, étudie une solution alternative pour la création d’un système d’épuration par lagunage. » Pour ce faire, il faut du terrain aux alentours.

M. Simon a terminé par ce qu’il appelle « l’arlésienne coulonnaise », à savoir une nouvelle salle des fêtes. « En 2017, ce projet a pris des proportions d’envergure avec l’idée de la création d’un pôle touristique et culturel du Marais Poitevin qui pourrait regrouper la Maison du Marais Poitevin, l’Office de tourisme, une boutique, une salle pour l’accueil de séminaires et événements culturels. » Portée par le Parc Naturel Régional du Marais Poitevin, qui a un besoin urgent de salles fonctionnelles dans la pointe orientale du Marais mouillé, cette réalisation est le seul projet coulonnais qui peut voir le jour rapidement.

Ces « dossiers phares » représentent de lourds investissements pour la municipalité, bien qu’ils soient tous portés par des structures extérieures. Pour l’immeuble Elise-Lucas, la commune doit acheter des terrains cédés ensuite, avec l’immeuble, quasi gracieusement à GPA 79-16. Pour la résidence de service seniors, ce dossier s’enlise dans des procédures dont l’issue pourrait être une forte ardoise pour les finances municipales sous forme de remboursement des sommes engagées par le porteur du projet. Ici on ne voit pas bien l’intérêt pour la municipalité de s’accrocher à cette maison de retraite, synonyme de havre de paix, dans ce secteur extrêmement perturbé par la forte agitation touristique et festive. Il faut souligner que la parcelle convoitée touche la Sèvre Niortaise. De ce fait, à force de tracasser le propriétaire, celui-ci pourrait fermer le chemin qu’empruntent (illégalement sans le savoir) des milliers de piétons et cyclistes. Dans le respect de la règle ancestrale qui assure le libre passage aux seuls « gens du marais », à savoir les agents d’entretien du lit et des berges du fleuve, les pêcheurs et les. . . haleurs. Quant au lotissement Le Fief du Payré, on ne devrait pas construire dans ce secteur humide.

M. Michel Simon a éludé des sujets sensibles comme la santé des budgets communaux, le problème d’affaissement et de semi-fermeture du pont d’Irleau et le changement de préposé au poste de police municipale. En outre, il a félicité les agents des services techniques qui ont « vécu une année très difficile en raison de l’absence prolongée de plusieurs agents », en leur souhaitant de « retrouver rapidement une équipe au complet pour un travail plus serein et plus concordant ». Cette équipe doit impérativement s’étoffer. C’est possible. Par exemple, supprimer le poste de police municipale au profit du recrutement, d’au moins, deux agents à des postes techniques dits-productifs. Les élus en seraient certainement remerciés.

Par ailleurs, M. Simon a reproché aux habitants de ne pas aider à l’entretien des rues. Il a tenu à « rappeler à chacun d’entre nous que l’entretien des trottoirs incombe aux riverains ». Ce qui est inexact. En vérité, il incombe aux riverains de garantir, si possible, la sécurité des usagers des trottoirs et rives de chaussée au droit de leur adresse : enlever des amoncellements de feuilles mortes ; dégager la glace et la neige ; tailler les haies . . .

Enfin, le maire de Coulon a noté « la modification de la physionomie commerciale de [son] village avec la fermeture du garage Renault et du transfert vers la Zone d’activité commerciale de Magné d’un certain nombre de services : La Poste , l’office notarial et le cabinet d’assurance. » « Contrairement à ce que certains peuvent penser le commerce et l’artisanat à Coulon est toujours dynamique et la commune toujours aussi attractive », estime-t-il.

M. Michel Simon, maire de Coulon, en a tiré cet enseignement : « Il ne s’agit pas d’une perte d’identité de la commune, mais simplement d’une mise à profit d’une particularité et des richesses de chaque collectivité. » Monsieur le psychologue et pharmacien français Émile Coué de la Châtaigneraie (1857 – 1926) n’avait sûrement pas pensé à cette méthode : l’autosuggestion coulonnaise ?!?!

Gilles PETIT

COULON (79) : « La Grange du Champ des Dames », un monument historique détruit ?!

Publié le Mis à jour le

En mars 2003, le conseil municipal de Coulon voulait « sauver de la ruine au regard de son importance et de ses caractéristiques, ce patrimoine bâti d’intérêt général » ; En février 2017, les élus déclarent qu’il est « dans un tel état de délabrement et d’effondrement qu’il devient inconcevable, pour des raisons d’hygiène et de sécurité mais également de respect de l’environnement, de le conserver en l’état ». Ballottée d’un projet à un autre depuis les années 1990, « La Grange du Champ des Dames » de Coulon était un monument historique menacé.

Construite sur la voie romaine qui reliait la Saintonge à l’Anjou, « La Grange du Champ des Dames » était l’une des plus anciennes métairies de Coulon rattachée au prieuré du même nom situé à côté de l’église, au centre du village de Coulon.

Aujourd’hui, des fouilles archéologiques seraient indispensables en amont de tous éventuels projets, lesquels seraient gelés. En effet, selon histoirecoulon.centerblog.net/14, « trois tombeaux gallo-romains furent trouvés en 1883 dans un terrain situé à droite de la Route de la Gare [appelée aujourd’hui la Route du Gué romain] qui conduit au gué contigu à l’ancienne entrée qui mène au Gué Romain de la Grange et du pré appelé « Le Pré Feuillant » ou « Pré Fillon » du nom des Feuillants, religieux propriétaires jusqu’à la Révolution du Prieuré de la Grange et Pré-Fillon à cause de Jacob FILLON, fermier général du prieuré de la Grange au 17ème début 18ème siècle. »

Dans le projet d’autoroute A83, le contournement de Niort envisageait plusieurs tracés. Le n°3 passait devant la Grange du Champ des Dames et sur le Gué romain au franchissement de la Sèvre Niortaise entre les communes de Coulon et Magné. (document NR79 des 10 et 11/09/1994)

De plus, des sondages géologiques, effectués en 1990 en raison d’un éventuel passage de l’autoroute A83, ont révélé la présence d’une vie préhistorique à Magné et à Coulon datant de la fin de l’âge de bronze ou du début de l’âge de fer. Des recherches archéologiques ont alors été entreprises sur l’axe du tracé autoroutier, de part et d’autre de la route départementale n°9 reliant Magné à Coulon. Les études ont abouti à la découverte, sous une couche de limons d’une épaisseur moyenne de un mètre, d’objets en pierre et fer, de poteries, de fossés et trous, de traces de combustion. Ces dernières seraient des foyers « ouverts », témoignant de la présence d’un habitat protohistorique, entouré d’une palissade de poteaux et piquets enfoncés dans des trous et calés avec des pierres calcaires. Les fossés servant au drainage ou de tranchées de fondation. Proche du site archéologique de Coulon et connaissant l’importance vitale de l’eau pour les sociétés humaines, l’île de Magné, située comme Coulon au fond du Golfe des Pictons, a pu être un lieu intéressant d’activité humaine. Selon la responsable des fouilles : « Les éléments rencontrés sont suffisamment intéressants et importants pour attester que la partie du site touché représente un fait majeur pour la compréhension et l’implantation protohistorique dans le Marais Poitevin. Des fouilles plus approfondies pourraient nous le révéler. . . » Sachant que la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) a classé Coulon « Grand site archéologique » pour sa « profondeur historique énorme » et repéré 35 sites archéologiques sur la commune, tout porte à penser que La Grange pouvait être posée sur des fondations construites vers 3000 ans à 1000 ans avant Jésus-Christ.

Dans leur transcription de l’histoire de Coulon (publiée le 10 avril 2015), les chercheurs locaux Jacky Carrio-Altmeyer et Jean-Louis Gibaud informent : « Coulon fut donnée à l’Abbaye de Charroux par Louis Le Débonnaire vers 830. Cette donation comprenait une grande partie des terres qui aujourd’hui composent la Métairie de la Grange. (. . .) Un arrêt de 1624 adjuge la Grange aux Feuillants de Poitiers. A cette date l’exploitant était Pierre Augier. Jean Constant, curé de Coulon, s’opposa à cet arrêt. L’affaire se termina par une transaction le 11 septembre 1629. Les Feuillants percevaient les fruits de la Grange et Constant une pension. »

Considérée comme bien ecclésiastique, à la Révolution, la Métairie de La Grange fut vendue comme bien national le 5 mars 1791 pour 75 100 livres (une somme énorme, est-il précisé !). Elle était composée de deux logements, un de maître et l’autre de métayer, dans un vaste bâtiment cerné de terres appelées, encore aujourd’hui au nord, « Le Champ des Dames », de prés dans le marais et de sols plantés en bois.

La Grange a connu de nombreux propriétaires. Avant le récent rachat par la commune de Coulon, le dernier était un couple de britanniques qui souhaitait transformer la bâtisse en restaurant, reprenant ainsi l’idée émise par le Conseil général des Deux-Sèvres d’aménager le site de La Grange en aire de service placée sur l’éventuelle autoroute A83. Un projet qui fut d’abord stoppé par l’enquête publique du 28 septembre 1992 au 30 octobre 1992, laquelle a instauré un sursis à statuer qui a bloqué les opérations sur les bâtis. Le tracé de l’autoroute longeant la voie romaine dans le Marais Poitevin a été abandonné en 1995.

Le début de la fin de La Grange du Champ des Dames commence en 2003. Les Anglais lancent leur projet : un complexe de restauration et d’hébergement en gîtes. Le Conseil municipal de Coulon est alors favorable et décide : « Le dernier Plan d’occupation des sols (POS) de la commune  remonte au 30 juin 1998. Une révision du Plan Local d’Urbanisme [nouveau nom du POS] est nécessaire et urgente. En l’état, le document d’urbanisme ne permet pas d’envisager la sauvegarde du site » car il est classé à usage agricole et il convient de le classer en logement locatif à usage touristique dans le cadre de la préservation du patrimoine. L’appellation NCt (agricole avec connotation touristique) pour les initiés. Le projet de PLU a été approuvé par les élus le 4 novembre 2003.

Comme la réhabilitation de La Grange était en bonne voie, les propriétaires ont réalisé des premiers travaux de préservation du bâti, à savoir déconstruire les parties affaiblies de l’édifice, le toit et des hauts de murs instables. En conservant les deux façades. Aujourd’hui, en 2017, le bâtiment était resté dans cet état. Des murs s’étaient en partie écroulés et la végétation, avec sa faune indésirable, avait pris possession des lieux.

Pourquoi ? Car entre-temps, le projet de PLU a été arrêté le 30 novembre 2004 et repris fin 2006, en raison notamment de divergences au conseil municipal (le maire était M. Michel Grasset) en mars 2006, et l’organisation de nouvelles élections municipales partielles. Parallèlement, diverses mesures environnementales (Plan oiseaux, Natura 2000 . . .) ont retardé l’achèvement d’un PLU.

La propriétaire qui a perdu patience, a accepté une proposition de la municipalité, à savoir, vendre sa propriété à la commune (achat de trois parcelles d’une superficie totale de 4.569 m2 pour la somme de 2.500 €), selon l’estimation du service « France Domaine ». Coulon prendrait alors en charge les travaux de démolition et de remise en état du terrain. Le terrain assaini pourrait être revendu à des exploitants agricoles ou à des riverains. L’intérêt, dit-on, pour la commune d’acquérir cet immeuble est de « pouvoir récupérer un volume important de pierres de taille et moellons qui pourront ensuite servir pour différents travaux : réfection des murs du cimetière, création de murets, constructions diverses. . . »

Les avis étant partagés, notamment sur « les coûts cachés », les élus municipaux s’étaient donné un délai de réflexion supplémentaire, le temps de faire évaluer les frais de démolition, de tri et de stockage d’une « montagne » de pierres et d’estimer les possibilités de revente. Mais, à la surprise générale, l’entreprise Bonnet (constructeur d’ouvrages d’art, . . .) de Coulonges-sur-l’Autize (79), s’est déclaré intéressée par la récupération des pierres de taille. Elle a proposé de réaliser à ses frais le défrichage du site, la démolition du bâtiment, l’évacuation des moellons et la livraison de moellons triés sur le dépôt de la commune. En juin dernier, le maire de Coulon imaginait déjà, pour le début d’automne, un bâtiment rasé et un terrain parfaitement dégagé de tout danger.

« Ce patrimoine bâti d’intérêt général » a désormais disparu.

Gilles PETIT

 

VENISE VERTE : le Théâtre Roger-Blin en tournée estivale 2017 avec deux pièces

Publié le Mis à jour le

Basé à Coulon (dans le Marais Poitevin des Deux-Sèvres), le Théâtre Roger-Blin est une pépinière de jeunes talents. Fondée le 6 août 1984, cette association, régie par la Loi de juillet 1901, organise, toute l’année, des stages divers, des spectacles de théâtre, chansons, musique, lectures publiques. . . et, en saison estivale, des tournées de théâtre dans la Venise Verte. Cet été, deux pièces seront présentées, en sept dates : La Piazzetta du Café, de Bernard Jolibert, par les jeunes élèves, suivie par Le Repas des Fauves, de Vahé Katcha, interprétée par les acteurs du Théâtre Roger-Blin.

Qui était Roger Blin ? Homme de théâtre et de cinéma, cet acteur et metteur en scène français, est né le 22 mars 1907 à Neuilly-sur-Seine (Seine Saint-Denis) et décédé le 21 janvier 1984 à Evecquemont (Yvelines). Cosette et André Pignoux, les fondateurs de l’association éponyme, retracent la vie d’un ami et « collègue »: « Roger Blin débute en 1935 comme figurant et assistant d’Antonin Artaud dans Les Cenci. Jacques Prévert le fait entrer dans le Groupe Octobre. Puis il participe au premier spectacle de Jean-Louis Barrault, Numance, en 1937. Sa première mise en scène (La sonate des spectres de Strindberg, en 1948) le fait remarquer par Samuel Beckett, qui lui confie la création d’En attendant Godot, en 1953, au Théâtre Babylone. Il créera toutes les pièces de Beckett jusqu’à Oh ! Les beaux jours. Jean Genet lui confie aussi Les nègres, en 1959. Jean-Louis Barrault lui permet de monter Les paravents de Genet à l’Odéon en 1966. C’est un énorme scandale, à cause des évidentes allusions à la guerre d’Algérie. Roger Blin n’a monté qu’un seul « classique » : Macbeth (Shakespeare). Il a surtout fait découvrir ses contemporains : Samuel Beckett, Jean Genet, Jean-Louis Bauer, François Billetdoux. . . Il a toujours cherché à privilégier le travail des acteurs : la diction, les déplacements, l’humour aussi. »

Le Repas de Fauves de Vahé Katcha : « Dans la France occupée, sept amis se retrouvent pour fêter l’anniversaire de leur hôte Sophie. La soirée se déroule sous les meilleurs auspices, jusqu’à ce qu’au pied de leur immeuble soient abattus deux officiers allemands. Par représailles, le commandant Kaubach de la Gestapo investit l’immeuble et décide de prendre deux otages par appartement. Mais comme il reconnait en M. Pelissier, un libraire qu’il fréquente et dont il apprécie les conseils, il accorde par courtoisie aux convives un délai de deux heures pour désigner eux-mêmes les deux otages qui seront exécutés. »

Depuis plus de trente ans, Cosette Pignoux dirige de jeunes comédiens au Théâtre Roger-Blin à Coulon.

La mise en scène est assurée par Mme Cosette Pignoux : « On  présente, cette année, une pièce d’un auteur syrien. J’aime énormément cette pièce parce que l’écriture est très forte, et qu’en même temps ça nous rappelle des tas de choses qu’il ne faut jamais oublier. Il y a la guerre un peu partout, il est grand temps de savoir que l’on peut retomber facilement dans des histoires invraisemblables. Il faut en parler. Mais c’est bien de découvrir cela parce que ça nourrit de plein de choses pour penser justement, quand on est heureux. Parce que, en France on se plaint beaucoup, on se plaint énormément et toujours. Cependant en se plaignant tout le temps, on ne pense pas qu’on est heureux en liberté et qu’on a des tas de possibilités. Ces jeunes migrants, qui sont partis de leur pays, nous donnent des leçons de vie extraordinaire. Le théâtre le peut également. Alors on peut dire le théâtre politique, moi j’en ai rien à faire du mot, ce qui m’intéresse c’est le partage et ce qu’on véhicule à travers ça »

« Le théâtre est fait pour distraire, dit-on, poursuit Cosette Pignoux. Je suis allée à une école de théâtre qui était un peu différente. Le Théâtre de Lutèce, à Paris 5ème, proposait surtout des pièces qui révélaient des choses intéressantes pour nourrir les gens d’idées nouvelles. Au Roger-Blin, je suis partie sur une méthode semblable et je n’arrive pas à monter autre chose, à part Molière, bien sûr, qui est un des maîtres du théâtre que j’adore dont j’aime énormément les textes. Je fais travailler tous mes comédiens là-dessus au départ et je trouve que c’est bien. »

Cette année, les tout jeunes comédiens, les élèves de Cosette, vont jouer, en première partie, La Piazzetta du Café, d’un auteur français Bernard Jolibert. « Une pièce écrite à la façon de Molière, qui est très drôle, explique Mme Pignoux. Je trouve ça très sympathique parce qu’il parle des femmes, des relations entre hommes et femmes, d’une façon très agréable qui nous plonge d’une autre manière, à savoir, modernisée. »

« Je suis toujours autant passionnée de théâtre. Je trouve que le théâtre pour les gamins est très important. En plus, cette année, je fais découvrir Molière à des jeunes Africains qui sont actuellement sur Coulon, de jeunes migrants qui viennent travailler avec moi. C’est une grande richesse pour eux, estime la Coulonnaise. Ce sont des enfants charmants, j’aimerais beaucoup que les gens les rencontrent parce que, souvent, on a des images absolument faussées. Moi, ma vie est vouée à faire se rencontrer les êtres, à faire se partager les textes, les mots. C’est une richesse et tant qu’on aura ça, on sera sauvé. Simplement quand on n’entend plus les paroles, évidement que là tout devient dramatique et que l’on ne puisse plus parler. J’espère que ces jeunes vont pouvoir faire une prestation en avant-première des pièces qu’on joue. Et puis c’est drôle avec leur accent. Ce que je remarque, c’est que ça leur fait du bien pour l’articulation. »

L’animatrice du Théâtre Roger-Blin conclut : « Il faut que les gens viennent découvrir ces pièces. J’aime bien que les gens soient critiques, qu’ils viennent dire après ce qu’ils ont ressenti ou pensé. Mais les gens n’osent jamais. On dit toujours que c’est bien, mais ça veut rien dire pour moi. Oui, les avis sont intéressants. C’est aussi aller plus au fond des choses. »

Renseignements et réservations : 05 49 35 91 42 ; 05 49 04 58 42 ; 02 51 51 96 27  http://theatrerogerblin.jimdo.com

Gilles PETIT (entretien et photos)

Campagne nationale d’appel au don du Bleuet de France du 2 au 8 mai 2017

Publié le Mis à jour le

Le Bleuet de France, fleur française du Souvenir, est né au sein de l’Institution Nationale des Invalides de la volonté de deux infirmières de venir en aide aux soldats mutilés de la Grande Guerre. Elles créèrent un atelier de confection de fleurs de bleuets en tissu afin de leur procurer une activité mais également un revenu grâce à leur vente au public. Bientôt, cette petite fleur devient le symbole de toute la Nation française reconnaissante du sacrifice de ses soldats pour défendre leur pays et ses idéaux.

Près de 100 ans après, cette tradition perdure ! Le Bleuet de France est toujours là tout en poursuivant sa mission traditionnelle de soutien moral et financier envers les anciens combattants, les victimes des guerres d’hier et d’aujourd’hui, il met son savoir faire au service de nouvelles victimes : celles des actes de terrorisme.
Il participe également à la transmission de repères et de valeurs auprès des plus jeunes. Un travail de mémoire, qui prend tout son sens en cette année de célébration du 72ème anniversaire de la Victoire du 8 mai 1945, et qui honore celles et ceux qui ont combattu et combattent encore aujourd’hui pour la liberté.

Du 2 au 8 mai 2017 des milliers de bénévoles proposeront cette fleur à la générosité des passants. Votre soutien est primordial afin de poursuivre ces actions et de mieux les faire connaître.
Plus d’informations : http://www.bleuetdefrance.fr/…/histoire-oeuvre-et-de-la-fle…

(Communiqué : Préfecture des Deux-Sèvres)

COULON (79) : indésirables sur la Maison du Marais Poitevin, les pigeons ont retrouvé leurs boulins

Publié le Mis à jour le

A Coulon, les pigeons de la place de l’Écu avaient été chassés de leurs boulins ancestraux. En cause, une sur-production de « colombine », à savoir la fiente des pigeons. Le maire de cette petite commune maraîchine voulait les faire partir en obstruant les boulins. Dès le lendemain du tournage d’un reportage TV sur le sujet, les pigeons ont retrouvé leur habitat.

Le pigeonnier dont on parle est construit dans un mur orné d’une remarquable fenêtre à meneaux sur laquelle figure un Écu. Ce mur est situé sur la face nord de la bâtisse qui héberge la Maison du Marais Poitevin, l’écomusée-phare du Parc Naturel Régional du Marais Poitevin.

Appartenant à la municipalité coulonnaise, « cette maison est citée dans de nombreux documents tels que dans l’aveu du 11 octobre 1709, rendu au seigneur de Benet par Dame Suzanne de Saint-Gellais De Lusignan, veuve de Messire Claude De Bellevielle, chevalier seigneur de Coullon », nous informent les locaux MM. Jacques Altmeyer-Carrio et Jean-Louis Gibaud dans leur ouvrage « Histoire de Coulon de A à Z » (chez Geste Editions).

Selon M. Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc dit Viollet-le-Duc, l’un des architectes français les plus célèbres du XIXe siècle, un pigeonnier est un «bâtiment destiné à contenir des troupes de pigeons et à leur permettre de pondre et de couver leurs œufs à l’abri des intempéries». Appelés boulins, ces abris sont des espaces aménagés dans lesquels niche un couple de pigeons. Le colombier ou pigeonnier est un patrimoine symbolique qui conférait à la demeure un prestige indéniable.

Dès l’Antiquité, les historiens mentionnent l’élevage des pigeons en volière sur le pourtour de la Méditerranée et au Moyen Orient. Le plus ancien remonterait au XVIème siècle avant notre ère. A cette époque, l’élevage des pigeons avait pour objectif premier, la production d’engrais. C’est lors des Conquêtes de l’Empire Romain et, plus tard, des Croisades que l’art d’élever des pigeons et de construire des pigeonniers s’est répandu en Europe. En France, on ne connait pas d’exemples de colombiers antérieurs au Moyen-âge. Le développement de l’élevage du pigeon est né de la nécessité de trouver des compléments à une alimentation composée surtout de céréales. Au moyen-âge, la viande était un luxe. La deuxième fonction du colombier était la production de colombine, très recherchée comme engrais pour les cultures exigeantes telles que la vigne, les jardins potagers ou les vergers. C’était une source de revenus qui figurait même sur les contrats de mariage (en Quercy).

Jusqu’à la moitié du XIXème siècle, le pigeon, en tant que denrée alimentaire et pourvoyeur d’engrais, tenait encore une place importante (Source : pigeonniers-de-france.chez-alice.fr).

Depuis février dernier, les boulins étaient obstrués par des pierres, placées par des employés communaux. Photo Gilles PETIT

Pendant de longues années, les nombreux touristes qui traversaient la petite place de l’Écu à Coulon photographiaient cette façade avec sa fenêtre à meneaux, son Écu et ses 81 boulins alors non occupés. Les pigeons sont arrivés petit à petit. Aujourd’hui, ils sont une dizaine installés dans cet illustre immeuble. Et laissent forcément les traces que l’on imagine.

« Cela fait des mois que les déjections de ces animaux s’accumulent tant sur les toitures environnantes qu’au sol, sous leur lieu d’habitat », avait expliqué, au maire Michel Simon, un voisin, dans un courrier adressé le 1er janvier dernier. Cet habitant avait notamment écrit avoir « contacté la Direction des Services Sanitaires de Niort pour savoir ce qu’il en était de ces volatiles sauvages. Il [lui] a été répondu qu’effectivement la présence des pigeons générait des risques et qu’il incombait au maire de prendre les mesures nécessaires ».

Datée du 7 janvier 2017, la réponse de M. Simon était ferme : « Je suis tout à fait conscient de ces désagréments et surtout des risques que cette colonisation peut engendrer et je demande de suite aux agents des services municipaux : 1- de procéder rapidement au nettoyage de tous les lieux et équipements souillés (trottoirs, lampadaires, toitures. . .  ; 2- de capturer un maximum d’oiseaux nichant à cet endroit ; 3- de prévoir un système de fermeture du pigeonnier afin de supprimer ce lieu de nidification ».

« A ce jour, déclare le voisin, le nettoyage n’a été effectué qu’une fois (la semaine de réception du courrier par le maire), et de façon incomplète (seul le sol en a bénéficié). Nous sommes donc revenus à la case départ. Deux pigeons ont été attrapés par les employés municipaux. Tous les autres continuent à nicher sous la toiture ou à se poser sur la fenêtre à meneaux, continuant donc à dégrader et souiller l’endroit ».

Ce riverain affirme : « Dans mon courrier, je n’ai pas parlé des dégradations que leur présence engendrait au niveau de la fenêtre et des boulins (morceaux de pierre jonchant le sol, rongés par les fientes et les coups de bec) parce que ce n’était pas un «levier » suffisant pour faire réagir le maire. J’ai donc découvert avec effarement que les employés avaient bouché l’accès aux trous avec des pierres (certaines rentrées en force à l’aide d’une petite masse) au lieu de mettre du grillage à l’intérieur, invisible et protecteur de l’ouvrage, comme cela se fait partout ailleurs ».

« Que dire ? » s’interroge-t-il, « Au lieu de protéger l’endroit comme [il] pensai[t] qu’il le ferait, [le maire] a accentué sa détérioration ».

Même avec des pierres enfoncées dans les boulins, les pigeons ne sont pas partis. Ils dormaient posés sur les fils électriques qui courent sous l’avant-toit.

Une équipe de la chaîne de télévision France 3 Poitou-Charentes s’est intéressée au sujet. Elle s’est rendue sur place, mercredi 15 mars 2017. Tous les protagonistes ont été interviewés, hormis les pigeons qui s’étaient absentés pour la journée. Dans son interview, M. Michel Simon, maire de Coulon, a expliqué avoir choisi cette solution radicale, mais provisoire. Selon lui : « Mettre du grillage nécessitait de percer des trous avec le risque de vraiment dégrader la façade ! » C’est exact. Cependant, tout bricoleur sait que le grillage peut être façonné à souhait, sans outil spécifique, et placé dans un espace par effet de clipsage. Surtout s’il est assez fin pour être dissimulé. Ceci 81 fois sur mesure.

Devant la caméra, le maire a aussi informé que les pierres seraient enlevées à la fin du mois de mars. En fait, des agents municipaux sont intervenus dès le lendemain, jeudi 16 mars 2017, pour libérer l’entrée des boulins.

Retour à la case départ. Voilà ce que l’on appelle, l’influence (involontaire) des médias.

 Gilles PETIT


À Fontenay, les volatiles vont se faire pigeonner

Afin de réguler la population de pigeons, la ville de Fontenay-le-Comte (Vendée) a fait fabriquer un pigeonnier qui abritera les volatiles et permettra de contrôler les naissances. Fientes dans les rues, dans les gouttières, cadavres. . . La population importante de pigeons dans les centres villes cause des dégâts et des désagréments. Afin de stopper l’augmentation des pigeons, la ville de Fontenay-le-Comte a décidé de se doter d’un pigeonnier. . . contraceptif.

Ce dispositif a pour objectif de réguler la population, en attirant les couples : 72 nichoirs les attendent, et en stérilisant les œufs, mais pas tous. Car comme tous les animaux qui forment des colonies, ils ont un très fort instinct de survie : ainsi, « nous ne détruirons pas tous les œufs, nous en laisserons un pour chaque couple afin qu’ils reviennent au pigeonnier », explique M. Stéphane Bouillaud, conseiller à l’environnement de la ville.

À Sablé-sur-Sarthe (Sarthe), un employé communal est chargé de secouer les œufs, geste qui tue l’embryon, mais n’empêche pas la pigeonne de couver. (Michèle BESSON Ouest-France)